Marcel Sauvage

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Coeur noir

    Marcel Sauvage

    • Grasset
    • 11 Février 1994

    Quelle est cette femme? Que lui voulait-elle? Il ne se souvient même pas du nom... Il fait demi-tour, le dos courbé, s'éloigne à pas pesants, dans la rumeur du mistral... Et revient précipitamment. Il cherche à tâtons, du bout de son pied, puis à genoux, puis avec ses mains, dans la nuit, pour s'assurer que tout cela est bien vrai. Un mot dans sa gorge se forme, un mot terrible et banal, un mot ignoble et immérité, qu'il crache sur cette femme, qu'il n'a pas pu posséder.

  • Comment oublier que, lorsqu'on avait vingt ans, on a dû tuer d'un coup de baïonnette un jeune soldat allemand ? Les souvenirs de Marcel Sauvage, antimilitariste convaincu, rendent un ultime hommage aux victimes anonymes de la Première Guerre mondiale.

  • La corrida

    Marcel Sauvage

    • Grasset
    • 1 Juin 1984

    « Nous sommes quatre Français et une Française à passer ensemble la frontière aujourd'hui ; quatre journalistes, dont un ancien général et un ancien diplomate... En compagnie de deux journalistes italiens. »

  • La fin de Paris

    Marcel Sauvage

    • Grasset
    • 2 Février 1983

    La Fin de Paris ou la Révolte des statues est la réédition, sous une forme nouvelle, d'un roman de fantaisie et d'humour, paru avant-guerre et qui obtint alors le Prix Georges Courteline. Il s'agit d'une sorte de conte moral qui oppose, en une guerre civile et cocasse, les statues de Paris et les Parisiens dont ces statues contestataires n'admettent plus les jeux, les intrigues ou les trahisons. Les héros de La Fin de Paris ne sont rien moins que Charlemagne, dit le Vieux ; Napoléon, dit le Jeune ; et Jeanne d'Arc, l'enfant prodige. Ils sont "réanimés" en un style poétique, mais direct et piquant, qui est celui de l'auteur dans tous ses livres : qu'il s'agisse de reportages (Les Secrets de l'Afrique noire, La Corrida, etc.) ou de romans (Les Solitudes et Je me suis joué la comédie). L'ironie et l'esprit de Marcel Sauvage témoignent ici d'un comique particulier, souvent irrésistible.

empty