Marcello Simonetta

  • À contre-courant de la légende noire de Catherine de Médicis, reine jugée despotique et impitoyable, tenue pour responsable de la Saint-Barthélemy, Marcello Simonetta retrace le parcours hors du commun de la descendante de Laurent le Magnifique, héritière convoitée de la fortune d'une famille étroitement liée à la papauté. Entre assassinats, pièges et trahisons, deuils et humiliations, cette jeune orpheline apprend à devenir reine, se montrant capable de traverser les grands bouleversements politiques et religieux de son époque, et de surmonter les épreuves cruelles qui jalonnent sa vie d'épouse et de mère, pour asseoir un pouvoir qui lui revient de droit. Tiraillée entre deux clans, les Médicis et les Strozzi, qui, au gré des alliances, s'unissent et se déchirent, tourmentée par les dissensions qui traversent les différentes branches de sa propre famille, mais aussi pressée de défendre les intérêts de la France, Catherine fait preuve d'une ténacité et d'une énergie exceptionnelles. Dans ce dernier acte de la trilogie consacrée à l'histoire tumultueuse des Médicis, Marcello Simonetta nous guide au milieu des intrigues des familles florentines et des machinations des cours françaises de la Renaissance, et lève le voile sur la jeunesse de celle qui deviendra l'une des plus célèbres reines de France.

  • Quel fut le destin de la lignée de Laurent de Médicis ? De ces trois fils, Pierre était dit le Fou, Julien le Bon, qui fut peut-être l'amant de Mona Lisa, et Jean le Sage ou le Renard, qui devint le pape Léon X et dont la réputation de sagesse et de générosité dissimulait en réalité une soif de pouvoir et une férocité sans bornes. Exhumant, après des années de recherche, d'obscures archives, Marcello Simonetta nous fait pénétrer dans les coulisses de la célèbre dynastie florentine, depuis la mort de Laurent le Magnifique en 1492 jusqu'au sac de Rome par Charles Quint en 1527, depuis l'apogée de cette génération de grands mécènes et d'habiles politiciens jusqu'à sa faillite finale. À travers une galerie de portraits pittoresques de ducs et de cardinaux, de banquiers et d'aventuriers, de politiciens et de philosophes, de courtisans et de bouffons, Marcello Simonetta dresse le tableau d'une Italie renaissante qui, sous le vernis étincelant des arts, du faste et de la religion, est le théâtre d'une vie politique orageuse et corrompue, où s'affrontent les personnages les plus rusés et les plus léonins. Sous le regard critique de Machiavel, les protagonistes de cette fresque aux allures de roman policier sur les mystères de la Renaissance nous révèlent que, si les Borgia ont été de fiers serviteurs du mal, les Médicis, eux, furent d'hypocrites apôtres du bien.Historien réputé, spécialiste de la Renaissance et de Machiavel, Marcello Simonetta est l'auteur, notamment, d'une trilogie sur les Médicis : L'Énigme Montefeltro (paru en 2018), Les renards et les lions et Catherine de Médicis (à paraître en 2020).

  • Un effroyable assassinat, une infâme conjuration, une intrigante lettre codée... Après cinq cents ans, l'un des plus grands mystères de la Renaissance est enfin résolu. Le 26 avril 1478, Laurent de Médicis et son frère Julien, maîtres de Florence, sont attaqués alors qu'ils assistent à la messe dans la cathédrale. Tandis que Julien est poignardé à mort, Laurent parvient à s'échapper par la sacristie. Cet épisode, appelé « conspiration des Pazzi », du nom des rivaux florentins des Médicis, a fait couler beaucoup d'encre. Mais qui a armé le bras des Pazzi ? Qui est responsable de cette attaque ?La vérité, jusqu'alors dissimulée dans une lettre codée adressée au pape Sixte IV par Federico da Montefeltro, le duc d'Urbino, et méthodiquement déchiffrée par l'auteur, peut enfin éclater : un accord passé entre le pape et le duc pour assassiner les Médicis et occuper Florence nous révèle l'ampleur d'un complot qui a changé à jamais l'histoire de l'Italie. En digne descendant de Cicco Simonetta, le cryptographe qui a codé la lettre, Marcello Simonetta fait la lumière sur l'un des événements les plus controversés de la « secrète Renaissance », où les fresques de la Chapelle Sixtine servent de toile de fond à la vengeance impitoyable des Médicis.Spécialiste de la Renaissance et de Machiavel, Marcello Simonetta est l'auteur, notamment, d'une trilogie sur les Médicis dont L'Énigme Montefeltro est le premier volet.

  • A brutal murder, a nefarious plot, a coded letter. After five hundred years, the most notorious mystery of the Renaissance is finally solved.
    The Italian Renaissance is remembered as much for intrigue as it is for art, with papal politics and infighting among Italy's many city-states providing the grist for Machiavelli's classic work on take-no-prisoners politics, The Prince. The attempted assassination of the Medici brothers in the Duomo in Florence in 1478 is one of the best-known examples of the machinations endemic to the age. While the assailants were the Medici's rivals, the Pazzi family, questions have always lingered about who really orchestrated the attack, which has come to be known as the Pazzi Conspiracy.
    More than five hundred years later, Marcello Simonetta, working in a private archive in Italy, stumbled upon a coded letter written by Federico da Montefeltro, the Duke of Urbino, to Pope Sixtus IV. Using a codebook written by his own ancestor to crack its secrets, Simonetta unearthed proof of an all-out power grab by the Pope for control of Florence. Montefeltro, long believed to be a close friend of Lorenzo de Medici, was in fact conspiring with the Pope to unseat the Medici and put the more malleable Pazzi in their place.
    In The Montefeltro Conspiracy, Simonetta unravels this plot, showing not only how the plot came together but how its failure (only one of the Medici brothers, Giuliano, was killed; Lorenzo survived) changed the course of Italian and papal history for generations. In the course of his gripping narrative, we encounter the period's most colorful characters, relive its tumultuous politics, and discover that two famous paintings, including one in the Sistine Chapel, contain the Medici's astounding revenge.

empty