Marie-Josée Charest

  • Deuxième volume soulignant les 60 ans de la revue, ce numéro contient 20 nouveaux duos d'écrivains qui ont accepté de se « passer la parole » entre auteurs jeunes et moins jeunes. D'Anne Hébert et Marie-Claire Blais à Carole David et Jocelyne Saucier, d'Alain Grandbois ou Jacques Brault à Paul Chanel Malenfant et Serge Patrice Thibodeau, de Jean LeMoyne ou Pierre Vadeboncoeur à Georges Leroux et Sophie Cadieux ou Sébastien Ricard et André Ricard, etc. ces écrivains et artistes participent d'une course de relai ayant l'allure d'une promenade, célébrant l'imagination encore, embrassant ce qui vient autant sinon plus que la mémoire déjà. Des oeuvres picturales vives, colorées, inventives et expressives de Martin Bureau et d'Hugo Bergeron accompagnent ce numéro, deux artistes liés par des préoccupations similaires pour l'aménagement formel et thématique des territoires imaginaires.

  • La dernière Rencontre québécoise internationale des écrivains, dont Les écrits publient la conférence et l'allocution inaugurales, prononcées respectivement par Suzanne Jacob et André Roy, avait pour titre Éros et ses fictions. Fiction érotique devient érotique de la fiction où l'imagination amoureuse et la créativité propre au désir font un avec l'inventivité verbale. C'est ce dont témoigne tout le numéro, notamment dans les fictions sexuées de Jean Pierre Girard et Jacques Abeille, les essais sur l'amour de Bertrand Leclair et Yannick Haenel, et les poèmes de Gilles Cyr, Hélène Dorion, Benoît Jutras et plusieurs autres. L'oeuvre peinte et sculptée de Garen Bedrossian accompagne les textes de ce numéro.

  • Inspiration spontanée ou écriture travaillée ? Génie ou tâcheron ? Ces images contrastées de l'écrivain et de l'acte d'écriture suffisent à montrer combien l'activité littéraire se pense avec ou contre le travail, combien l'interrogation sur le métier d'écrivain est aussi, tout simplement, une interrogation sur le métier. L'imaginaire du labeur et celui de l'activité de l'écrivain sont si fortement intriqués qu'il est difficile de savoir lequel engendre l'autre d'un point de vue chronologique ou logique. D'une part, l'écrivain conçoit son activité en relation avec une représentation imaginaire du travail, d'autre part, lorsqu'il représente le labeur, il s'exprime depuis le lieu - imaginaire, lui aussi - qui correspond à la conception qu'il se fait de son rôle dans la cité. Ces deux représentations fluctuent donc ensemble, dans un mouvement dynamisé par diverses ambitions : élaborer un art poétique, maîtriser la représentation publique de soi, légitimer l'activité d'écrivain, se positionner dans le champ de production culturelle. Le labeur a longtemps été l'objet de représentations au sein de la production littéraire occidentale et le lieu d'élaboration de singularités scripturales et éthiques. Les collaborateurs de ce dossier ont eu l'audace de tenir un double pari : donner à lire et à comprendre ces singularités, tout en les rapportant à des enjeux pérennes. Dans les pages de ce numéro d'Études littéraires, on se figurera, par exemple, Chrétien de Troyes en semeur, Pablo Neruda en ouvrier ou encore Huysmans en orfèvre. On s'interrogera avec Céline sur le « travail » de promotion médiatique auquel doit se livrer l'auteur. On s'étonnera aussi du rôle central qu'a pu avoir la conception du labeur dans les dissensions au sein du groupe surréaliste.

  • Rien que la guerre, c'est tout est une réflexion sur la guerre et le dépaysement qu'elle engendre. Dans une variation sur un même thème, la poésie hésite entre la perte d'humanité et la révélation d'une certaine vérité, celle des événements.

    Sans que soient explicitement nommées les guerres, leur époque et les continents sur lesquels elles se déroulent, au milieu du combat et des négociations, des hommes et des femmes retiennent ce qui se passe.

    Dans une écriture dépouillée, les textes sont traversés par la présence des soldats, des civils, des combattants, des victimes, et des photographes. Les poèmes livrent leur forte impression avec la même remarquable économie que des instantanés. La violence se révèle sous différents jours, dans une poésie qui laisse percer la cruauté, mais aussi la lumière.

empty