Michel Vergé-Franceschi

  • Une histoire, de l'Antiquité à nos jours, des relations agitées et souvent conflictuelles entre la Corse et les puissances qui y imprimèrent leur domination, mais aussi une leçon d'histoire qui se veut un appel à la conciliation, au dépassement de l'actuel antagonisme franco-corse pour une meilleure intégration dans le monde. L'auteur met en lumière cette tradition de tolérance, d'ouverture et de liberté qui a façonné l'identité corse, et non cette xénophobie dont certains font preuve aujourd'hui. Quel avenir pour l'île, à l'heure où elle s'apprête à devenir une collectivité territoriale unique ? Par l'auteur des biographies de Pozzo di Borgo (Payot, 2016) et Pasquale Paoli (Fayard, 2005), du Voyage en Corse (Laffont, 2009) et de l'Histoire de Corse (Le Félin, 2013).
     

  • Pour la première fois, la série des grandes villes du monde dans la collection « Bouquins » est consacrée à une métropole française.
    Ce livre paraît l´année où Marseille a été choisie comme « capitale européenne de la culture ».La deuxième ville de France est aussi la plus ancienne. Son architecture actuelle est le reflet de deux mille six cents ans d´histoire. Entre la Méditerranée d´un côté et les collines de l´autre, Marseille est une ville mais aussi un terroir. Riche d´un patrimoine exceptionnel, cité d´accueil et d´immigration du berceau méditerranéen, Marseille bénéficie d´une culture plurielle et sans cesse enrichie par des apports multiples où se mêlent influences italiennes, provençales, maghrébines et celles d´immigrés du monde entier. En dépit des controverses et de la montée de la xénophobie suscitée par la situation dans certains quartiers difficiles, beaucoup de Marseillais se souviennent que fin août 1944, ce sont les tirailleurs algériens et musulmans du 7e RTA qui ont libéré le sanctuaire culte de Marseille : celui de Notre-Dame de la Garde...



    Ville de culture et grande métropole méditerranéenne, Marseille a aussi ses côtés noirs : la prostitution et le proxénétisme ; la drogue et le grand banditisme, qui en ont longtemps fait la capitale du « milieu ». Mais elle doit être aussi replacée, comme l´écrit l´auteur, « au coeur de ce qu´elle est depuis deux mille six cents ans : l´un des centres majeurs de la culture, de la richesse, des échanges - économiques, religieux et culturels - de l´Humanité ».



    Le livre de Michel Vergé-Franceschi n´est pas seulement le premier dictionnaire exhaustif consacré à l´histoire de cette ville. C´est aussi, comme il le déclare dans sa préface, « une histoire d´amour, une histoire de famille », ce qui confère à cette entreprise un ton personnel et presque affectif.



    Ce volume contient 3 parties :

    O Une première partie est consacrée à ceux qui font ou ont fait Marseille : personnages mythologiques, souverains ou hommes politiques, historiens ou écrivains, danseurs ou encore footballeurs.
    O La deuxième partie est réservée aux lieux, notamment les quartiers, monuments, promenades et hôpitaux.
    O La troisième partie s´attache à la vie quotidienne, abordant l´art de vivre, la gastronomie, la musique, le parler marseillais, mais également les grandes épidémies, les migrations, le « milieu ».

  • Première biographie française consacrée à celui que l'on surnomma « l'autre Corse », Carlo Andrea Pozzo di Borgo (1764-1842), éternel expatrié, général dans l'armée russe, diplomate dans les cours de Saint-Pétersbourg et de Londres, qui voua toute sa vie une haine féroce à son compagnon d'adolescence à Ajaccio : Napoléon. Par l'auteur de Une histoire érotique de Versailles et Ninon de Lenclos. Avec une préface du grand spécialiste en France de Napoléon, Jean Tulard.

  • Né dans un hameau peuplé d'une centaine d'âmes, le Père de la patrie corse est mort dans la plus grande capitale européenne de son temps, Londres. Né en 1725, élevé à Naples, rentré pour moins de quinze ans de " pouvoir " (1755-1769), exilé en Angleterre jusqu'en 1790, revenu à Corte pour quatre ans, retourné à Londres de 1794 à sa mort en 1807, celui qui fut enterré à l'ombre de Westminster a vécu trente-deux ans en Corse, trente-quatre années en Angleterre, seize années de jeunesse italiennes et quelques semaines parisiennes. Corse de Corse, Paoli est aussi Corse de la diaspora, comme Sampiero Corso avant lui et Napoléon Bonaparte après lui.

    Paoli surprend, étonne, séduit, révolte parfois. Quel est-il ? Philosophe du siècle des Lumières ? Religieux comme son frère, tertiaire franciscain mort au couvent ? Franc-maçon précocement affilié à une loge italienne ? Ou tardivement affilié à une loge anglaise à Londres ? Humaniste ou soldat ? Homme de plume ou d'épée ? Homme d'action ou de réflexion ?

    Les sources sont si abondantes que la synthèse est malaisée et que l'on néglige presque toujours les trente premières années de sa vie, celles qui pourtant permettent de saisir (enracinement du personnage dans une terre, une tradition, une généalogie ; c'est l'un des apports décisifs de ce livre que d'évoquer la genèse de l'homme d'État et de lui redonner ainsi sa cohérence et sa vigueur.
    Cette première biographie exhaustive replace Paoli dans son contexte historique et rend le personnage passionnant.

  • La société de l'Ancien Régime - et particulièrement celle du XVIIe siècle - nous est aujourd'hui à peu près aussi exotique que celle de l'Antiquité classique ou de l'Amérique précolombienne... Nous avons d'elle une vision figée par les trois siècles qui nous en séparent, et longtemps une lecture idéologique du passé de la France a stérilisé les recherches des historiens.

    Il n'en va heureusement plus ainsi de nos jours, car de nombreux travaux d'érudition ont fait " bouger les lignes " : les synthèses deviennent possibles. De cette " société d'ordres " - et en aucun cas de classes ! - Michel Vergé-Franceschi dresse ici un tableau complet et vivant, l'analysant sous un triple prisme : celui de la tradition (avec ses charges de grand veneur, grand louvetier, grand fauconnier, etc.) ; celui de l'innovation (avec par exemple ses chirurgiens qui ne sont plus barbiers, ses ingénieurs, ses officiers de marine...), enfin celui de l'ouverture, car, sous Louis XIV, et contrairement aux idées reçues, un fils de pêcheur illettré peut devenir officier général (Jean Bart), le descendant de simples artisans champenois ministre (Colbert), le rejeton de grenetiers au grenier à sel chanceliers de France et gardes des Sceaux (les d'Aligre père et fils) , etc.

    Pour reposer sur des fondements radicalement différents de ceux que nous connaissons, la société française du XVIIe siècle n'en a pas moins été, à sa manière, une société ouverte.

  • Anoblis, faux nobles, Provençaux, Normands, Poitevins, Parisiens et courtisans voisinent dans la marine du roi et sont étudiés au plan de la naissance, de la fortune, du métier de marin. Index de 14329 noms propres, de 500 vaisseaux...

  • Anoblis, faux nobles, Provençaux, Normands, Poitevins, Parisiens et courtisans voisinent dans la marine du roi et sont étudiés au plan de la naissance, de la fortune, du métier de marin. Index de 14329 noms propres, de 500 vaisseaux...

  • Anoblis, faux nobles, Provençaux, Normands, Poitevins, Parisiens et courtisans voisinent dans la marine du roi et sont étudiés au plan de la naissance, de la fortune, du métier de marin. Index de 14329 noms propres, de 500 vaisseaux...

  • Anoblis, faux nobles, Provençaux, Normands, Poitevins, Parisiens et courtisans voisinent dans la marine du roi et sont étudiés au plan de la naissance, de la fortune, du métier de marin. Index de 14329 noms propres, de 500 vaisseaux...

  • Anoblis, faux nobles, Provençaux, Normands, Poitevins, Parisiens et courtisans voisinent dans la marine du roi et sont étudiés au plan de la naissance, de la fortune, du métier de marin. Index de 14329 noms propres, de 500 vaisseaux...

  • Anoblis, faux nobles, Provençaux, Normands, Poitevins, Parisiens et courtisans voisinent dans la marine du roi et sont étudiés au plan de la naissance, de la fortune, du métier de marin. Index de 14329 noms propres, de 500 vaisseaux...

  • La biographie enlevée de la courtisane la plus célèbre du Grand Siècle, affranchie de toute convention sociale et de toute contrainte religieuse, qui ne vécut que pour le plaisir et mourut octogénaire, encore adulée. Une femme épicurienne unique en son temps.

  • "Il ira loin si les circonstances le favorisent " inscrivait sur son carnet de notes, le professeur d´histoire de Napoléon à l´Ecole militaire de Paris. Or tout se passe comme si les historiens oubliaient les origines corses de Napoléon. Pourtant, comme le démontre l´auteur, la culture, les moeurs, les relations familiales qui furent celles de Napoléon enfant ont conditionné Napoléon adulte. A tel point qu´on ne comprendrait rien à la vision politique, sociale et culturelle de l´Empereur si on ne gardait en tête cet arrière-plan corse.

  • Anoblis, faux nobles, Provençaux, Normands, Poitevins, Parisiens et courtisans voisinent dans la marine du roi et sont étudiés au plan de la naissance, de la fortune, du métier de marin. Index de 14329 noms propres, de 500 vaisseaux...

  • Le masque de fer

    Michel Vergé-Franceschi

    • Fayard
    • 30 Septembre 2009

    L´affaire du " masque de fer " fait partie de ces dix ou douze énigmes qui défraient la chronique génération d´historiens (les uns fantaisistes, les autres rigoureux) après génération d´historiens. Comment trouver, comment dire du nouveau sur un sujet battu et rebattu. Y a-t-il des documents inédits ou faut-il attendre la lumière de nouvelles interprétations ou " lectures " ?
    Recensant la plupart des hypothèses recevables sur la véritable identité de l´" homme au masque de fer ", Michel Vergé-Franceschi, en un style vivant et convaincant, donne à cette vieille histoire l'intérêt de la nouveauté. Du nouveau sur l´une des grandes énigmes de l´histoire ?

empty