Littérature générale

  • Le livre III des Carmina de Michel de L'Hospital (1505-1573) comprend 18 épîtres hexamétriques, composées entre 1546 à 1558, à l'exception d'une pièce (III, 13), postérieure à la disgrâce du chancelier. Adressées à des prélats (dont le cardinal de Lorraine), à des juristes (Tiraqueau, Jean de Morel), à des parlementaires, au poète Macrin ou à Marguerite de France, elles oscillent entre discours cicéronien, sermo horatien et silve. Les pièces encomiastiques côtoient des réflexions éthiques et philosophiques fondées sur les valeurs de modération, de prudence et d'amitié, ainsi que d'importantes épîtres métapoétiques où le magistrat défend la dignité de la poésie, loisir noble associé à la paix ou à une retraite champêtre loin d'une ville où règnent intrigues, rumeurs et cupidité. On y relève en particulier une importante épître érasmienne à Jean de Morel sur l'importance de l'allaitement (III, 2), des liminaires parus en tête des oeuvres de Jean Du Bellay (III, 8 et 10) et André Tiraqueau (III, 17), une description paradoxale de Chambord (III, 16) ainsi qu'une épître à François Olivier sur sa disgrâce (III, 1).
    Cette édition, dans la continuité des livres I et II, fournit le texte latin établi sur les manuscrits collationnés avec les éditions imprimées de 1585 et 1732, une traduction en stiques, une présentation contextuelle, une analyse et un commentaire. Le volume est complété d'une introduction, d'un index des lieux, des personnes et des matières.

  • Avec neuf discours et quatre-vingt-une lettres (conservées dans toute l'Europe), ce volume clôt l'édition critique des discours (1563-1568) et de la correspondance politique et familière (1536-1573) de Michel de L'Hospital, que L. Petris avait entamée dans La Plume et la tribune (Droz, 2002). Il comporte de nombreux inédits, notamment des échanges épistolaires avec Henri II, François II, Charles IX, Catherine de Médicis, Pie IV, Nicolas de La Croix, Marguerite de Savoie, Georg Cracow, etc., complétés par l'édition du testament de Michel de L'Hospital, ainsi que par des textes de Brantôme, Thévet et Turnèbe.
    S'y révèlent à la fois une action politique qui oeuvre à la coexistence confessionnelle au début des guerres de religion et les pensées plus intimes du chancelier de France, partagé entre l'engagement civil et l'« arriere-boutique » de la retraite et des Lettres. Entre parole rhétorique, échange épistolaire, voix poétique des Carmina et écriture privée des notes autographes, c'est une oeuvre majeure et complexe visant à agir sur son temps qui est ainsi mise au jour et qui éclaire les visages de celui qui oeuvra et posa en pacificateur.

empty