Myriam de Repentigny

  • La précarité des librairies indépendantes a longuement été discutée dans l'espace médiatique durant les derniers mois. Le numéro de printemps de Lurelu s'intéresse aux enjeux des libraires jeunesse dans ce secteur. Après deux années de véritable tourbillon médiatique, l'auteure Fanny Britt se livre à Isabelle Crépeau au sujet de son roman graphique Jane, le renard et moi, de son parcours et de ses projets. De son côté, le collaborateur Raymond Bertin s'est entretenu avec David Paquet, auteur de pièces pour adolescents couronnées de prix telles que Porc-épic, 2 h 14 et Appels entrants illimités. À découvrir aussi dans cette édition, la nouvelle section « Des livres au coeur de la ville » qui traite du programme de médiation de la lecture Contact, le plaisir des livres des bibliothèques de Montréal et les récits gagnants du concours littéraire Lurelu 2013 dans la catégorie 10 ans et plus.

  • Après les vacances d'été, les auteurs et illustrateurs se remettent au travail la tête remplie d'images et de souvenirs qui inspireront sans doute leur prochain ouvrage. Ce thème colore l'article de Myriam de Repentigny intitulé « Les écrivains voyageurs » en soulignant les liens qui se tissent bien souvent entre la pulsion d'aventure et de dépaysement et l'écriture. D'autre part, la chronique d'Isabelle Crépeau nous fait découvrir le grand voyageur Marc Laberge, auteur et fondateur du Festival interculturel du conte du Québec. Le numéro d'automne est aussi l'occasion pour l'équipe de ­Lurelu­ de partager ses coups de coeur, dont plusieurs titres se retrouvent à l'honneur en tant que finalistes des nombreux prix littéraires de l'automne.

  • La prolifération des écrans et des divertissements fait la vie dure à la lecture. Cette dernière a-t-elle un avenir chez les jeunes? La collaboratrice Andrée Poulin s'est penchée sur la question et dresse un portrait des habitudes de lecture chez les enfants de tous âges dans un dossier fouillé de sept pages. En entrevue, l'illustrateur Roger Girard, mieux connu sous son nom de plume « Rogé », nous parle de son parcours et de son engagement envers les enfants d'ici et d'ailleurs, comme en témoigne son album Mingan, mon village, couronné de succès en 2013. À découvrir aussi, l'univers du Théâtre jeunesse Les Gros becs, situé à Québec, tel que raconté par sa directrice Louise Allaire.

  • Le numéro d'hiver de Lurelu s'ouvre sur entrevue avec Nadine Robert et Mathieu Lavoie, les éditeurs de Comme des géants. Cette nouvelle maison, née en 2014, a vite inscrit ses albums sur les listes de finalistes et de lauréats des principaux prix en littérature jeunesse, notamment grâce à la talentueuse Marianne Dubuc. Lurelu propose aussi dans ses premières pages deux articles substantiels et bien documentés, « Présence autochtone dans la littérature jeunesse » et « Émergence de la fantasy jeunesse au Québec ». Dans sa chronique régulière sur le théâtre jeunes publics, Raymond Bertin souligne les 40 ans de L'Arrière scène, centre dramaturgique pour l'enfance et la jeunesse en Montérégie. Il donne la parole à Simon Boulerice, co-directeur et successeur pressenti à Serge Marois, le fondateur de cette maison de diffusion. Les chroniques habituelles sont au rendez-vous, dont deux qui s'intéressent au programme ÉLÉ, Éveil à la lecture et à l'écriture.

  • Le numéro d'hiver de Lurelu s'ouvre sur quatre entrevues. Marc-André Audet est le fondateur des éditions Les Malins, que les jeunes lectrices connaissent entre autres pour la série «La vie compliquée de Léa Olivier». Puis deux invitées d'honneur du récent Salon du livre de Montréal : l'illustratrice Josée Bisaillon et l'écrivaine Fanny Britt, porte-parole l'automne dernier de l'événement Livres comme l'Air. Aussi, l'éditrice de l'Isatis, Angèle Delaunois, et son adjointe Lucile de Pesloüan, qui ont créé pour les jeunes la collection «Griff». Au sommaire ensuite, le dossier «Filles et garçons : égaux ou pas?», consacré aux rôles féminins et masculins dans les livres pour enfants - livres écrits, il faut le rappeler, en grande majorité par des femmes. Les chroniques habituelles sont également au rendez-vous, dont «À l'honneur», qui recense sur trois pages les prix littéraires décernés l'automne dernier en littérature pour la jeunesse.

  • Au sommaire du numéro printemps-été de Lurelu, le second volet d'un dossier « Filles et garçons : égaux ou pas ? ». Et une flopée d'entrevues avec des éditeurs, illustrateurs ou auteurs pour la jeunesse. En commençant par celle d'Annie Bacon, auteure primée et blogueuse. Un entretien avec Maxime Mongeon, éditeur jeunesse chez Leméac. Des entrevues avec Jonathan Bécotte et Frédérick Wolfe, lauréats 2017 du Cécile-Gagnon, le prix de la relève en littérature pour la jeunesse. On souligne le « passage de flambeau » aux Débrouillards, par une entrevue croisée avec Félix Maltais, fondateur du mouvement scientifique du même nom, et Isabelle Vaillancourt, la nouvelle et branchée rédactrice en chef du magazine. Côté visuel, les nouvelles gagnantes du concours littéraire Lurelu sont illustrées par la talentueuse Caroline Merola, qui fera bientôt l'objet d'une vidéo sur la plate-forme de la Fabrique culturelle - où l'on peut déjà faire la connaissance de plusieurs illustrateurs jeunesse tels Jacques Goldstyn, Guillaume Perreault, Élise Gravel ou Isabelle Arsenault.

  • « Quand je me présente, les gens rient et, jusqu'à maintenant :
    - 483 personnes m'ont dit que mon prénom était un nom d'animal - 74 m'ont demandé comment j'avais fait pour m'échapper de la savane - 56 ont ri et ont dit : « Ah oui? Moi, c'est Éléphant » ou encore « Enchanté, je me nomme Kangourou! ».
    Vous riez, hein? Hé bien, je vais vous dire quelque chose : ce n'est pas drôle du tout ! »

empty