Le Livre de Poche

  • Le 14 septembre 1898, Célestine R. prend sa nouvelle place au Mesnil-Roy, en Normandie, et décide de tenir son journal. « Mon intention, écrit-elle, est de n´employer aucune réticence, pas plus visà- vis de moi-même que vis-à-vis des autres » : les turpitudes de ses maîtres seront donc férocement montrées. D´abord conçu comme une étude de la condition domestique et une satire des moeurs bourgeoises, Le Journal d´une femme de chambre que Mirbeau fait paraître en 1900 s´est élargi en une dénonciation de l´intolérance qui a conduit à la condamnation de Dreyfus, et la satire bascule du côté de la diatribe. Au moment de sa parution, l´emportement impudique qui traverse le roman scandalise la critique, qui en dénonce les ignominies et n´en rend compte qu´à regret. Mais aujourd´hui, nous pouvons regarder sans moralisme la fureur dévastatrice du livre et son esthétique du monstrueux, et y voir la preuve, bien plutôt, de l´éclatante puissance littéraire de Mirbeau.Collection Classiques dirigée par Michel Zink et Michel Jarrety.Édition présentée et annotée par Pierre Glaudes.

empty