Patrick Bard

  • Après "Et mes yeux se sont fermés" et "POV", le nouveau roman magistral de Patrick Bard sur une adolescente prête au plus inimaginable des mensonges pour ne pas être séparée de son jeune frère. Pendant des mois, Mona s'est efforcée d'être invisible aux yeux de tous, de s'effacer. Mais le jour où son petit frère a été pris d'une forte fièvre, elle a dû le conduire en urgence à l'hôpital. Sans cela, cette histoire aurait pu ne jamais commencer. Mona n'aurait pas grillé ce stop, les gendarmes ne l'auraient pas arrêtée. Quand ils ont découvert une fille un peu trop jeune au volant, ils ne savaient rien encore du secret de Mona.

  • Un village du Perche, un petit cimetière, une tombe anonyme... Ici repose, oublié du monde, Piero Heliczer, poète italo-américain majeur, compagnon de route de William Burroughs, Gregory Corso, Allen Ginsberg, ami du peintre viennois Hundertwasser, amant de la nièce d'Aldous Huxley, acteur de premier plan de la bohème parisienne des années 50, co-fondateur du Velvet Underground, pilier de l'underground new-yorkais, cinéaste expérimental, inventeur du show multimédia, familier de la Factory, et qui fut dès l'âge de 4 ans une vedette surdouée de Cinecittà.
    Au fil des pages de ce portrait épique, on côtoie Andy Warhol, Lou Reed, Sterling Morrison, la Beat Generation au grand complet, Nico, La Monte Young, Jonas Mekas, (le fondateur de la New York film-Maker's Cooperative), mais aussi Bob Dylan, Brian Jones, Ira Cohen, Paul Bowles et tant d'autres.
    Un destin hors norme, le parcours inachevé d'un artiste total miné par la maladie, qu'Heliczer lui-même résumait d'un lapidaire : « L'underground, c'est moi ! »

  • L'histoire d'une adolescente française revenue de Syrie. A priori, Maëlle n'est pas différente des autres filles de seize ans. Cette année-là, elle passe de plus en plus de temps sur Facebook, abandonne le sport, modifie sa façon de s'habiller, quitte son petit ami... Sans hésitation ni compromis, elle prend un virage à 180 degrés. C'est pour, croit-elle, sauver le monde, qu'elle rejoint l'organisation Daech. Un an plus tard, Maëlle revient pourtant de Syrie.

  • Après Et mes yeux se sont fermés, le nouveau roman de Patrick Bard
    La première fois qu'un lien vers une vidéo porno s'affiche sur son ordinateur, Lucas est en train de télécharger un film de super-héros en streaming. Cette scène, qu'il visionne sans l'avoir voulu, le sidère, puis lui procure une émotion totalement inédite. Pour retrouver ce frisson initial, il glisse en secret dans une sphère qui accapare ses pensées, ses nuits, et bientôt tout son temps libre. Vu de l'extérieur, on pourrait croire que Lucas est un simple geek. Il est en réalité victime d'une addiction dont il ne peut plus sortir seul. Pour revenir du côté de la vie, il lui faudra accepter la rencontre et l'échange avec d'autres, loin des écrans.

  • A Ciudad Juárez, les grandes firmes mondiales profitent d'une main-d'oeuvre docile et bon marché pour faire pousser leurs filiales comme des champignons et avec elles la misère, la prostitution, la violence et même la mort.Des cadavres de jeunes ouvrières ont été trouvés aux abords de la ville, épouvantablement mutilés, éviscérés, décapités. Est-ce l'oeuvre d'un psychopathe ? La machination d'une secte satanique ? Ou un règlement de comptes entre narcotrafiquants ?Malgré l'arrestation de plusieurs suspects, ni la police, ni la justice, ni les associations de familles des victimes ne réussissent à endiguer cette vague d'assassinats toujours plus cruels, toujours plus spectaculaires.Envoyé par son journal pour une enquête de quelques jours, Toni Zambudio, en débarquant dans la ville où même le diable aurait peur de vivre, ignore qu'il vient de tirer le fil d'un écheveau sanglant qui le conduira sur la piste d'un ennemi plus terrifiant encore et dont le pouvoir est à la mesure de ce qui se joue du côté mexicain de la frontera.

  • Lea Soler, jeune femme dure et déterminée, se débat avec les siens dans la misère rurale de l'Espagne des premières années du 20ème siècle quand la Grande Guerre vient lui apporter l'espoir d'une émancipation sociale : les vignes du Midi de la France manquent de bras.Mais les années passent sans que l'exil lui apporte ce dont elle a rêvé. En 1936, frustrée par tant de vain labeur, elle convainc son mari, ses fils et ses deux filles de retourner en Espagne. Presque malgré eux, les Soler sont précipités dans le chaudron de la guerre civile. Une fois les hommes dévorés par le brasier, Lea et ses filles, Gloria et Soledad, demeurent prisonnières d'un pays que la victoire de Franco transforme en immense geôle. Jusqu'à leur fuite à travers les Pyrénées et un second exil en France.Paris, début des années 50. Migrants et réfugiés s'entassent dans des taudis. Rebecca y grandit sous l'autorité de sa grand-mère Lea et de ses parents, Gloria et Diego.Elle ne va pas à l'école. Pressentant un terrible secret, Rebecca étouffe et se rebelle, jusqu'au jour où Lea lui remet une vieille boîte à chaussures dont le contenu bouleversera sa vie.Traversé par le souffle des grandes sagas, Poussière d'exil est un formidable roman et un hymne au courage des femmes dont le farouche désir de vivre l'emporte sur la misère, la guerre et la mort.Patrick Bard est romancier ( La Frontière, L'Attrapeur d'ombres ) et photographe. Il est également l'auteur de nouvelles et certains de ses textes ont été adaptés pour le théâtre. Son premier roman, consacré aux femmes mexicaines assassinées à Ciudad Juárez, La Frontière, a reçu les prix polar Michel-Lebrun 2002, Brigada 21 2005 (Espagne) et Ancres noires 2006.

  • Seb Meyer, jeune photo-journaliste vient de prendre quelques clichés dans les rues de Sarajevo assiégée quand, autour de lui, tout s'éteint. Rapatrié par la Forpronu, incapable de se souvenir de ce qui lui est arrivé, il comprend bientôt que sa vie est définitivement brisée : la perte de son oeil directeur le condamne au chômage et à la débrouille.Quand un confrère lui rapporte de Bosnie son sac photo, il y découvre une pellicule oubliée. Là se trouve peut-être l'explication de sa déchéance. Dès lors, Seb ne vit plus que pour se venger. Commence alors pour lui une véritable descente aux enfers : snipers reconvertis dans le business de la mode, mercenaires enrichis dans les filières de l'immigration et de la prostitution, tour operators avides de sensations fortes. Sa quête le conduit à errer dans le Sarajevo d'après-guerre, dans les antichambres de l'esclavage moderne, et à se perdre dans les méandres les plus sombres du crime organisé. Seb, à bout de forces. Il découvrira que les pires assassins ne sont pas ceux que l'on croit.

  • A Ciudad de Guatemala, l'une des villes les plus violentes du monde, deux jeunes femmes mayas gisent dans la boue d'un terrain vague à côté d'un jouet en peluche. L'une est morte. L'autre a survécu par miracle, mais sa fille de dix mois a disparu. C'est ce qu'elle confie à Victor Hugo Hueso, un officier des pompiers municipaux qui rêve de devenir journaliste. L'apprenti reporter décide alors de mener l'enquête, loin de se douter qu'il met ainsi le doigt dans l'engrenage infernal du négoce le plus florissant de son pays : le vol et le commerce de masse des enfants. Loin de là, en Californie, Katie et John Mac Cormack, désespérés par leur stérilité, font appel à une association d'adoption express au-dessus de tout soupçon. Entre les deux extrémités de la chaîne agissent de pitoyables crapules de bidonvilles, d'anciens tortionnaires reconvertis dans la police, des ex-militaires patrons de sociétés de sécurité privée, des avocats sans scrupule. Mais rien ni personne ne saurait arrêter Victor Hugo Hueso, résolu à aller jusqu'au bout pour retrouver la petite Claudia, fût-ce au péril de sa vie et pire, de celle des siens.Patrick Bard est écrivain et photographe. Son premier roman, La Frontière, a obtenu le prix Michel Lebrun 2002, le prix Brigada 21 (Espagne) du meilleur roman policier étranger 2006 et le prix Ancres Noires 2006.

  • À la découverte du Berry ancestral.
    Patrick Bard, auteur de polars glaçants qui emmènent leurs lecteurs (nombreux) au bout du monde, livre ici une ode très émouvante à son pays de coeur, à cette terre de potiers du Berry dont ses fibres les plus intimes sont issues. À lire ce photographe de talent qu'il est aussi, on voit spontanément les images qu'il écrit sur la cuisine, sur la géographie, sur George Sand, sur ce terroir de vins et de sorciers qui a vu naître Jacques Coeur et Le Grand Meaulnes.
    L'auteur nous invite avec tendresse à découvrir le Berry, pays plein de charme de son enfance.
    EXTRAIT
    ?D'où suis-je vraiment ? Quelle est ma culture ? Celle de l'enfance ? Celle qui marche avec une langue, un accent, une cuisine, l'éducation des sens ? Qui suis-je ? Si je devais répondre à cette question, je dirais : « Berrichon. » De parents, de grands-parents, d'arrière, arrière-arrière, aussi loin qu'il vous serait possible de remonter la lignée incertaine de miséreux que je nomme ancêtres, glèbe collée aux sabots. Berrichon je suis, donc. Berrichon de toutes les vacances de mon enfance, Toussaint, Noël, Chandeleur et Pâques incluses, et croyez-moi, ça fait un paquet de temps...
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Patrick Bard, né le 13 avril 1958 à Montreuil-sous-Bois, est un photojournaliste et écrivain français.

  • Promenades inédites en bord de Marne, à la découverte des guinguettes, des restaurants, des endroits pittoresques.

  • Le dessin, sous toutes ses formes, intègre les chantiers d'expériences et les champs de pratiques du cinéma d'animation, depuis ses origines au XIXe siècle jusqu'aux réalisations actuelles. Ce livre présente, avec la contribution de chercheurs spécialistes du domaine et de cinéastes artistes, et avec l'appui de nombreuses analyses de films, les problématiques artistiques et les enjeux esthétiques du dessin d'animation.

empty