Patrick Bard

  • Un village du Perche, un petit cimetière, une tombe anonyme... Ici repose, oublié du monde, Piero Heliczer, poète italo-américain majeur, compagnon de route de William Burroughs, Gregory Corso, Allen Ginsberg, ami du peintre viennois Hundertwasser, amant de la nièce d'Aldous Huxley, acteur de premier plan de la bohème parisienne des années 50, co-fondateur du Velvet Underground, pilier de l'underground new-yorkais, cinéaste expérimental, inventeur du show multimédia, familier de la Factory, et qui fut dès l'âge de 4 ans une vedette surdouée de Cinecittà.
    Au fil des pages de ce portrait épique, on côtoie Andy Warhol, Lou Reed, Sterling Morrison, la Beat Generation au grand complet, Nico, La Monte Young, Jonas Mekas, (le fondateur de la New York film-Maker's Cooperative), mais aussi Bob Dylan, Brian Jones, Ira Cohen, Paul Bowles et tant d'autres.
    Un destin hors norme, le parcours inachevé d'un artiste total miné par la maladie, qu'Heliczer lui-même résumait d'un lapidaire : « L'underground, c'est moi ! »

  • A Ciudad Juárez, les grandes firmes mondiales profitent d'une main-d'oeuvre docile et bon marché pour faire pousser leurs filiales comme des champignons et avec elles la misère, la prostitution, la violence et même la mort.Des cadavres de jeunes ouvrières ont été trouvés aux abords de la ville, épouvantablement mutilés, éviscérés, décapités. Est-ce l'oeuvre d'un psychopathe ? La machination d'une secte satanique ? Ou un règlement de comptes entre narcotrafiquants ?Malgré l'arrestation de plusieurs suspects, ni la police, ni la justice, ni les associations de familles des victimes ne réussissent à endiguer cette vague d'assassinats toujours plus cruels, toujours plus spectaculaires.Envoyé par son journal pour une enquête de quelques jours, Toni Zambudio, en débarquant dans la ville où même le diable aurait peur de vivre, ignore qu'il vient de tirer le fil d'un écheveau sanglant qui le conduira sur la piste d'un ennemi plus terrifiant encore et dont le pouvoir est à la mesure de ce qui se joue du côté mexicain de la frontera.

  • Lea Soler, jeune femme dure et déterminée, se débat avec les siens dans la misère rurale de l'Espagne des premières années du 20ème siècle quand la Grande Guerre vient lui apporter l'espoir d'une émancipation sociale : les vignes du Midi de la France manquent de bras.Mais les années passent sans que l'exil lui apporte ce dont elle a rêvé. En 1936, frustrée par tant de vain labeur, elle convainc son mari, ses fils et ses deux filles de retourner en Espagne. Presque malgré eux, les Soler sont précipités dans le chaudron de la guerre civile. Une fois les hommes dévorés par le brasier, Lea et ses filles, Gloria et Soledad, demeurent prisonnières d'un pays que la victoire de Franco transforme en immense geôle. Jusqu'à leur fuite à travers les Pyrénées et un second exil en France.Paris, début des années 50. Migrants et réfugiés s'entassent dans des taudis. Rebecca y grandit sous l'autorité de sa grand-mère Lea et de ses parents, Gloria et Diego.Elle ne va pas à l'école. Pressentant un terrible secret, Rebecca étouffe et se rebelle, jusqu'au jour où Lea lui remet une vieille boîte à chaussures dont le contenu bouleversera sa vie.Traversé par le souffle des grandes sagas, Poussière d'exil est un formidable roman et un hymne au courage des femmes dont le farouche désir de vivre l'emporte sur la misère, la guerre et la mort.Patrick Bard est romancier ( La Frontière, L'Attrapeur d'ombres ) et photographe. Il est également l'auteur de nouvelles et certains de ses textes ont été adaptés pour le théâtre. Son premier roman, consacré aux femmes mexicaines assassinées à Ciudad Juárez, La Frontière, a reçu les prix polar Michel-Lebrun 2002, Brigada 21 2005 (Espagne) et Ancres noires 2006.

  • Seb Meyer, jeune photo-journaliste vient de prendre quelques clichés dans les rues de Sarajevo assiégée quand, autour de lui, tout s'éteint. Rapatrié par la Forpronu, incapable de se souvenir de ce qui lui est arrivé, il comprend bientôt que sa vie est définitivement brisée : la perte de son oeil directeur le condamne au chômage et à la débrouille.Quand un confrère lui rapporte de Bosnie son sac photo, il y découvre une pellicule oubliée. Là se trouve peut-être l'explication de sa déchéance. Dès lors, Seb ne vit plus que pour se venger. Commence alors pour lui une véritable descente aux enfers : snipers reconvertis dans le business de la mode, mercenaires enrichis dans les filières de l'immigration et de la prostitution, tour operators avides de sensations fortes. Sa quête le conduit à errer dans le Sarajevo d'après-guerre, dans les antichambres de l'esclavage moderne, et à se perdre dans les méandres les plus sombres du crime organisé. Seb, à bout de forces. Il découvrira que les pires assassins ne sont pas ceux que l'on croit.

  • A Ciudad de Guatemala, l'une des villes les plus violentes du monde, deux jeunes femmes mayas gisent dans la boue d'un terrain vague à côté d'un jouet en peluche. L'une est morte. L'autre a survécu par miracle, mais sa fille de dix mois a disparu. C'est ce qu'elle confie à Victor Hugo Hueso, un officier des pompiers municipaux qui rêve de devenir journaliste. L'apprenti reporter décide alors de mener l'enquête, loin de se douter qu'il met ainsi le doigt dans l'engrenage infernal du négoce le plus florissant de son pays : le vol et le commerce de masse des enfants. Loin de là, en Californie, Katie et John Mac Cormack, désespérés par leur stérilité, font appel à une association d'adoption express au-dessus de tout soupçon. Entre les deux extrémités de la chaîne agissent de pitoyables crapules de bidonvilles, d'anciens tortionnaires reconvertis dans la police, des ex-militaires patrons de sociétés de sécurité privée, des avocats sans scrupule. Mais rien ni personne ne saurait arrêter Victor Hugo Hueso, résolu à aller jusqu'au bout pour retrouver la petite Claudia, fût-ce au péril de sa vie et pire, de celle des siens.Patrick Bard est écrivain et photographe. Son premier roman, La Frontière, a obtenu le prix Michel Lebrun 2002, le prix Brigada 21 (Espagne) du meilleur roman policier étranger 2006 et le prix Ancres Noires 2006.

empty