Paul Bacquet

  • Tout au long de sa carrière de dramaturge Shakespeare manifesta un vif intérêt pour l'histoire. Dans ce Tome I, consacré à la première tétralogie et au Roi Jean, l'auteur dessine d'abord le profil socio-culturel et politique de l'époque élisabéthaine et situe Shakespeare dans ce contexte, jeune provincial venu à Londres pour réussir au théâtre. A la lumière des manipulations opérées par les historiographes partisans, il examine dans le chapitre 2 la création et le développement des mythes nationaux en prenant les cas opposés de Richard III, le tyran maudit, et d'Henri V, le bon roi chrétien : il montre que Shakespeare écrit dans le sens de la tradition, bien que l'ambiguïté de son langage permette une lecture double et ironique des personnages et des messages. Le chapitre 3 présente une rétrospective critique du traitement de l'histoire au théâtre avant Shakespeare, de Skelton et Baie notamment, à Marlowe. L'auteur analyse ensuite (chap. 4) les histoires en tant que pièces politiques, en particulier dans leurs relations avec les homélies tudor et la tradition idéologique, à travers la mythologie comparée, les emblèmes et l'iconographie. Il passe enfin à une étude approfondie de chacune des pièces : les 3 parties d'Henri VI, qui portent les marques de l'apprentissage (chap. 5), Richard III, le chef-d'oeuvre de cette période (chap. 6), et Le Roi Jean, pièce charnière qui annonce une manière plus élaborée et plus personnelle.

  • L'étymologie ne vise pas seulement à redécouvrir la base originelle du lexique [...]. Dans sa première visée, elle est une archéologie [...], par certains de ses aspects, elle est science généalogique. Elle veut être autre chose qu'une mémoire, qu'une intuition, autre chose qu'une certitude sur des origines. À sa manière, elle prétend être une explication de son propre système.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Fondée en 1950 par Eugénie Droz, la collection des Travaux d'Humanisme et Renaissance a réuni, en soixante-cinq ans, plus de 550 titres. Elle s'est imposée comme la collection la plus importante au monde de sources et d'études sur l'Humanisme (Politien, Ficin, Erasme, Budé...), la Réforme francophone (Lefèvre d'Etaples, Calvin, Farel, Bèze...), la Renaissance (littéraire et artistique, Jérôme Bosch ou Rabelais, Ronsard ou le Primatice...), mais aussi la médecine, les sciences, la philosophie, l'histoire du livre et toutes les formes de savoir et d'activité humaine d'un long XVIe siècle, des environs de 1450 jusqu'à la mort du roi Henri IV, seuil de l'âge classique. Les Travaux d'Humanisme et Renaissance sont le navire-amiral des éditions Droz.

empty