Fayard (réédition numérique FeniXX)

  • Manifestation de la vie, le désir est une force à assagir. Il ne s'agit pas d'une tentative de répression, mais d'une valorisation de l'éros par le contrôle de soi. Contrairement à l'opinion habituellement répandue, l'homme n'est pas obligatoirement écartelé entre la force passionnée de désirs irrationnels et la rationalité froide d'une sagesse moralisante. La liberté se conquiert, non dans l'abandon à la spontanéité du désir, mais sur la voie royale de la sublimation. L'oeuvre du Dr Chauchard est à la fois théorique et pratique. Elle aide à acquérir une meilleure connaissance du moi psycho-physiologique, mais elle prépare aussi à l'apprentissage du contrôle cérébral. Elle s'achève en un art de vivre, conforme à la vocation naturelle de l'homme. Le cerveau n'est pas un ordinateur, c'est un organe vivant, destiné à désirer le bien. Il choisit des comportements libérateurs qui sont aussi intégrateurs. Alors que le désir fou engendre les manies aussi bien de la drogue et de l'érotisme que de la technique, le désir contrôlé satisfait aux plus vifs besoins d'imagination et d'idéal, de rêve et de réalité. En conclusion, le Dr Chauchard estime que l'éducation du désir harmonise non seulement l'individu, mais aussi la société tout entière.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Manifestation de la vie, le désir est une force à assagir. Il ne s'agit pas d'une tentative de répression, mais d'une valorisation de l'éros par le contrôle de soi. Contrairement à l'opinion habituellement répandue, l'homme n'est pas obligatoirement écartelé entre la force passionnée de désirs irrationnels et la rationalité froide d'une sagesse moralisante. La liberté se conquiert, non dans l'abandon à la spontanéité du désir, mais sur la voie royale de la sublimation. L'oeuvre du Dr Chauchard est à la fois théorique et pratique. Elle aide à acquérir une meilleure connaissance du moi psycho-physiologique, mais elle prépare aussi à l'apprentissage du contrôle cérébral. Elle s'achève en un art de vivre, conforme à la vocation naturelle de l'homme. Le cerveau n'est pas un ordinateur, c'est un organe vivant, destiné à désirer le bien. Il choisit des comportements libérateurs qui sont aussi intégrateurs. Alors que le désir fou engendre les manies aussi bien de la drogue et de l'érotisme que de la technique, le désir contrôlé satisfait aux plus vifs besoins d'imagination et d'idéal, de rêve et de réalité. En conclusion, le Dr Chauchard estime que l'éducation du désir harmonise non seulement l'individu, mais aussi la société tout entière.

  • Quotidiens, hebdomadaires, périodiques, radio, télévision, conférences, congrès, tout le monde parle de la limitation des naissances dans une confusion totale. Cet ouvrage essaie d'apporter un peu de clarté à ce problème, montrant en quoi diffèrent les deux options qui sont proposées à notre liberté : les contraceptifs ou un effort d'humanisation de la sexualité qui donne son vrai sens à la continence. C'est cette humanisation de la sexualité que précise la biologie humaine qui justement est considérée par l'Église catholique comme licite parce que conforme à la morale naturelle qui est la volonté de Dieu sur l'homme. Cet ouvrage donne un état actuel du problème de la régulation des naissances, son origine et les solutions proposées. Celui qui cherchera ici des recettes pour éviter tout effort sera déçu ; il n'y a pas de "truc" facile pour être homme. Mais en conclure que cette humanisation de l'homme est un idéal utopique à réserver à une rare élite, de sages ou de saints, serait une grave erreur. Le principal problème actuel est celui de l'éducation et de l'humanisme. Il n'est pas seulement théorique, mais pratique. Déclarer au nom d'une fausse charité méprisante et paternaliste qu'on est obligé de réserver l'éducation complète à une élite apparaît comme un crime contre l'humanité. On s'étonne que des éducateurs et des humanistes puissent avec découragement s'y laisser aller.

  • Quotidiens, hebdomadaires, périodiques, radio, télévision, conférences, congrès, tout le monde parle de la limitation des naissances dans une confusion totale. Cet ouvrage essaie d'apporter un peu de clarté à ce problème, montrant en quoi diffèrent les deux options qui sont proposées à notre liberté : les contraceptifs ou un effort d'humanisation de la sexualité qui donne son vrai sens à la continence. C'est cette humanisation de la sexualité que précise la biologie humaine qui justement est considérée par l'Église catholique comme licite parce que conforme à la morale naturelle qui est la volonté de Dieu sur l'homme. Cet ouvrage donne un état actuel du problème de la régulation des naissances, son origine et les solutions proposées. Celui qui cherchera ici des recettes pour éviter tout effort sera déçu ; il n'y a pas de "truc" facile pour être homme. Mais en conclure que cette humanisation de l'homme est un idéal utopique à réserver à une rare élite, de sages ou de saints, serait une grave erreur. Le principal problème actuel est celui de l'éducation et de l'humanisme. Il n'est pas seulement théorique, mais pratique. Déclarer au nom d'une fausse charité méprisante et paternaliste qu'on est obligé de réserver l'éducation complète à une élite apparaît comme un crime contre l'humanité. On s'étonne que des éducateurs et des humanistes puissent avec découragement s'y laisser aller.

empty