Policier & Thriller

  • Robert Skal est l'agent N° 1 de la Force K. Il agit sous la couverture d'une véritable SARL, au sein d'une cellule spéciale réduite ultra-secrète, hors de la hiérarchie de la DGSE et de la DST, dépendant directement de l'autorité suprême, et chargée d'exécuter les missions les plus dangereuses. Secrets à l'encan : "Il faut retrouver les microfilms, Skal, et vite ! martela Dunoyer. Les services libyens sont au courant maintenant et feront n'importe quoi pour récupérer leur bien ! Quand il s'excitait comme ça, Skal se méfiait de son patron. Prudent, il laissa tomber un : - Ah... - Et comme nous ne savons quasiment rien sur cette affaire, vous pourriez éventuellement aller sur place, à Barcelone, et vous faire passer pour un grand ami de feu André Durrieux. Bien sûr, ils vont tous se rappliquer pour vous renifler : les Américains, les Libyens, les Israéliens peut-être. Après, c'est à vous de jouer. Coudes sur table, Skal appuya son menton dans ses mains : - Me "renifler", dites-vous ? Ben voyons..."

  • Les yeux mi-clos, vautré dans son fauteuil, le tueur regardait un match de boxe à la télévision. À la vitesse d'un cobra, dès la première sonnerie, il tendit sa main vers le téléphone, reconnaissant immédiatement son chef. - L'opération Fureur noire débute, entendit-il. Prends Joëlle et Bobby avec toi et va à l'endroit convenu. - C'est vrai ? Nous allons finaliser le... ? s'impatienta l'homme, en pensant avec joie au bain de sang qu'il allait provoquer. - Pas de questions idiotes ! Le tueur raccrocha doucement le téléphone. Grâce à ce contrat, il allait commencer une nouvelle vie. Mais pas celle que son chef avait prévue...

  • La jeune femme s'accrocha d'autorité au bras de Skal, et reprit son babillage infernal : la politique, le sexe, l'avenir de l'Europe, Christine Ockrent, la cuisine guatémaltèque, tout y passa. Brusquement, comme averti par son sixième sens, peut-être alerté par un infime tremblement dans la voix de cette blonde pendue à ses basques, Skal se retourna. Dans le même mouvement, il frappa du tranchant de la main la glotte d'un type qui s'apprêtait à lui sauter dessus. L'homme s'affaissa sur le trottoir, sans un bruit. Mais, presque simultanément, une voix surgie de la nuit gouailla : "Pas un geste, beau blond. Tu es rapide, mais pas autant qu'une balle..."

  • Robert Skal est l'agent N° 1 de la Force K. Il agit sous la couverture d'une véritable SARL, au sein d'une cellule spéciale réduite ultra-secrète, hors de la hiérarchie de la DGSE et de la DST, dépendant directement de l'autorité suprême, et chargée d'exécuter les missions les plus dangereuses. Secrets à l'encan : "Il faut retrouver les microfilms, Skal, et vite ! martela Dunoyer. Les services libyens sont au courant maintenant et feront n'importe quoi pour récupérer leur bien ! Quand il s'excitait comme ça, Skal se méfiait de son patron. Prudent, il laissa tomber un : - Ah... - Et comme nous ne savons quasiment rien sur cette affaire, vous pourriez éventuellement aller sur place, à Barcelone, et vous faire passer pour un grand ami de feu André Durrieux. Bien sûr, ils vont tous se rappliquer pour vous renifler : les Américains, les Libyens, les Israéliens peut-être. Après, c'est à vous de jouer. Coudes sur table, Skal appuya son menton dans ses mains : - Me "renifler", dites-vous ? Ben voyons..."

  • Les yeux mi-clos, vautré dans son fauteuil, le tueur regardait un match de boxe à la télévision. À la vitesse d'un cobra, dès la première sonnerie, il tendit sa main vers le téléphone, reconnaissant immédiatement son chef. - L'opération Fureur noire débute, entendit-il. Prends Joëlle et Bobby avec toi et va à l'endroit convenu. - C'est vrai ? Nous allons finaliser le... ? s'impatienta l'homme, en pensant avec joie au bain de sang qu'il allait provoquer. - Pas de questions idiotes ! Le tueur raccrocha doucement le téléphone. Grâce à ce contrat, il allait commencer une nouvelle vie. Mais pas celle que son chef avait prévue...

  • La jeune femme s'accrocha d'autorité au bras de Skal, et reprit son babillage infernal : la politique, le sexe, l'avenir de l'Europe, Christine Ockrent, la cuisine guatémaltèque, tout y passa. Brusquement, comme averti par son sixième sens, peut-être alerté par un infime tremblement dans la voix de cette blonde pendue à ses basques, Skal se retourna. Dans le même mouvement, il frappa du tranchant de la main la glotte d'un type qui s'apprêtait à lui sauter dessus. L'homme s'affaissa sur le trottoir, sans un bruit. Mais, presque simultanément, une voix surgie de la nuit gouailla : "Pas un geste, beau blond. Tu es rapide, mais pas autant qu'une balle..."

empty