Peter Kemp

  • La question de l'engagement, laissée sans réponse au plan des phénomènes (tome I : Pathétique), est ici reprise. A la description succède la compréhension du monde et de l'homme, grâce au pouvoir médiateur du langage symbolique déployé dans les textes mytho-poétiques. L'analyse intellectuelle (et non de foi) se restreint au Poème du Christ tel que le conservent les évangiles, c'est-à-dire à un exemple déterminé de discours mytho-poétique dont l'écoute et la remémoration aboutissent à l'engagement concret. D'abord Jésus a annoncé le mythe nouveau, eschatologique du Royaume de Dieu. Puis en sa figure historique le mythe a fait converger les grandes figures eschatologiques de l'Ancien Testament. Maintenant le Christ peut atteindre l'homme par la « sublimité » de son Poème qui répond à l'état « grotesque » du monde, et la foi peut s'engager, prendre au sérieux ce Poème du Christ qui la suscite.

  • La question de l'engagement, laissée sans réponse au plan des phénomènes (tome I : Pathétique), est ici reprise. A la description succède la compréhension du monde et de l'homme, grâce au pouvoir médiateur du langage symbolique déployé dans les textes mytho-poétiques. L'analyse intellectuelle (et non de foi) se restreint au Poème du Christ tel que le conservent les évangiles, c'est-à-dire à un exemple déterminé de discours mytho-poétique dont l'écoute et la remémoration aboutissent à l'engagement concret. D'abord Jésus a annoncé le mythe nouveau, eschatologique du Royaume de Dieu. Puis en sa figure historique le mythe a fait converger les grandes figures eschatologiques de l'Ancien Testament. Maintenant le Christ peut atteindre l'homme par la « sublimité » de son Poème qui répond à l'état « grotesque » du monde, et la foi peut s'engager, prendre au sérieux ce Poème du Christ qui la suscite.

  • Reprise de l'indéfini questionnement sur la situation humaine, à partir de la réflexion contemporaine (phénoménologie, philosophie de l'action et du langage, etc.). L'homme saisi dans sa présence au monde, dans cet engagement-au-monde où l'activité a pour condition une essentielle passivité. Étrange « passion au monde » dont la Pathétique fournit une pure description : d'abord le monde concret comme sol de l'engagement, ce dernier s'inscrivant dans une dépendance absolue à l'égard du premier ; ensuite le devenir effectif et les embarras de cet engagement. Poussée à son terme, cette logique touche à sa propre limite et appelle de soi la particularisation d'une expérience déterminée. Ici s'ouvre un espace d'interrogation que viendront interpréter une Poétique (tome 2) et traverser une morale (à paraître ultérieurement).

  • In this book philosophers try to answer the following question: What is globalization and what does "globe" or "world" (monde) signify? Rémi Brague returns to the Greek idea of the cosmos in order to track the worldhood (mondanéité) of the world, that is, the process by which the idea of the world is formed. Don Ihde shows how a world has developed, in which technologies are no longer considered neutral means serving the ends of human action, but become the very means by which people exist in the world. Vittorio Mathieu describes the economical world at two levels - that of the individual and that of society. Tomonobu Imamichi analyses the capacity of aesthetic experience to disclose a world other than the world of technological efficiency. Francisco Miró Quesada C. emphasises that the great political questions are not solvable without worldviews that express value systems. David Rasmussen describes sensus communis as a cosmopolitan concept, which founds a political globalization of the world. And Peter Kemp attempts to grasp the meaning of that globalization upon which the destiny of our planet depends.

  • Reprise de l'indéfini questionnement sur la situation humaine, à partir de la réflexion contemporaine (phénoménologie, philosophie de l'action et du langage, etc.). L'homme saisi dans sa présence au monde, dans cet engagement-au-monde où l'activité a pour condition une essentielle passivité. Étrange « passion au monde » dont la Pathétique fournit une pure description : d'abord le monde concret comme sol de l'engagement, ce dernier s'inscrivant dans une dépendance absolue à l'égard du premier ; ensuite le devenir effectif et les embarras de cet engagement. Poussée à son terme, cette logique touche à sa propre limite et appelle de soi la particularisation d'une expérience déterminée. Ici s'ouvre un espace d'interrogation que viendront interpréter une Poétique (tome 2) et traverser une morale (à paraître ultérieurement).

  • Before us in the bright spring sunshine lay the entire Clyde valley, dominated by the vast sprawling mass of Glasgow, the dear green place. There was a time no too long ago when the old heavy industries would have made this view much less clear. But today we could see the Cowal Hills and Greenock in the west to the Pentlands in the East.'From the time he bagged his first Munro, Peter Kemp has remained an enthusiastic hillawalker and this book is a testament to his passion for Scotland's outdoors and hillwalking culture.
    REVIEW:
    Kemp's narrative is amusing and not without insight into the ludicrous nature of some of the altercations. Kemp is an engaging storyteller and has some good stories to tell. This is a great wee book. THE ANGRY CORRIE

  • This book explores the origins, extent and implications of this revival in the fortunes of private landlordism. It presents an in-depth, scholarly analysis of private landlords, the rationales for and ways in which governments have sought to revitalise investment in residential lettings, and their success in doing so. It also assesses the extent to which landlordism has been transformed in recent years and the lessons for policy that can be learned from this experience.The book draws on the extensive research into private landlords conducted by the authors over the past two decades. This includes projects funded by the Joseph Rowntree Foundation, the predecessor departments to the Department for Communities and Local Government, Scottish Homes, and the Economic and Social Research Council.
    It fills a major gap in the literature about an important actor in housing provision and the built environment. Most of the recent work on private landlords has been published as research reports and there is a lack of book length scholarly study aimed at an academic rather than a policy audience.

empty