Les Presses de l'Université de Montréal

  • « Par rapport à quoi Rimbaud aurait-il eu le sentiment constant d´être en porte-à-faux ? Par rapport à tout peut-être : l´indicible, dont l´art s´approche mais qu´il n´embrasse pas ; le sens, toujours frôlé, toujours perdu ; le sacré, qui ne relève pas de l´art ni de l´incantation ; la vérité, dans l´occupation vaine d´écrire ; pire : la condition flattée de l´écrivain ; et encore, plus près de la matière, la réalité elle-même problématique d´une existence comme celle dans laquelle Rimbaud se serait à la fin jeté pour ainsi dire en désespoir de cause. » Pierre Vadeboncoeur n´a pas fini d´étonner ses lecteurs. Avec cet essai lumineux, il propose une réflexion originale sur un sujet d´histoire littéraire des plus commentés : la rupture de Rimbaud avec la poésie. Une interrogation libre et entêtée de l´acte créateur.

    Pierre Vadeboncoeur est sans contredit l´une des grandes figures intellectuelles du Québec. Son oeuvre comprend une vingtaine d´essais, qui proposent autant de réflexions pénétrantes sur la société, l´amour et littérature (La ligne du risque, 1963 ; Les deux royaumes, 1978 ; Trois essais sur l´insignifiance, 1983 ; Le bonheur excessif, 1992 ; L´humanité improvisée, 2000), ainsi que sur l´art et l´esthétique (Dix-sept tableaux d´enfant, 1991 ; Vivement un autre siècle !, 1996 ; Qui est le chevalier ?, 1998). De nombreuses distinctions littéraires ont souligné la qualité de cette oeuvre exigeante et respectée.
    Prix de la revue Études françaises 2003

empty