Pierre-Paul Grassé

  • L'évolution est le problème majeur, central de la biologie. Elle a pour objet l'origine des êtres vivants, leurs transformations et leur éventuel avenir. Tout essai pour comprendre l'Univers et l'homme est influencé par la solution qu'on en donne.

    L'évolution n'est plus considérée comme une hypothèse, sauf par une poignée de réfractaires, ignorants ou aveuglés par des croyances dogmatiques. Mais le désaccord surgit entre biologistes lorsqu'il s'agit d'en expliquer le mécanisme. Si l'on exclut quelques tentatives sans portée réelle, deux conceptions s'affrontent depuis plus d'un siècle, celle de Lamarck et celle de Darwin.

    Pierre-P. Grassé place le problème hors des préférences nationalistes et confessionnelles, sur le plan de la réalité. Etre objectif d'abord, voilà sa règle. Recourant aux données de la paléontologie, qui retrace l'histoire vraie et non imaginée du biocosme, et à celles de la biologie moléculaire, l'auteur entre résolument dans une voie nouvelle et esquisse une conception objective, prospective de l'évolution et de son mécanisme, conception qu'il considère modestement, comme la préface à une future théorie générale.

    Rédigé sans termes techniques, l'Evolution du vivant s'adresse tant aux biologistes, aux philosophes et aux sociologues, qu'à tous ceux qui s'intéressent à la vie, qui désirent mieux connaître notre essence et comprendre la place revenant à tout être vivant et à l'Homme, non seulement à la surface de notre Planète mais dans l'Univers tout entier.

  • Nous connaissons tout de la mouche du vinaigre et du colibacille, ou nous le croyons. Peut-on en dire autant de nous-mêmes ? Assurément, répond le commun des mortels. N'explore-t-on pas nos organes avec une subtile précision, ne descend-on pas au tréfonds de notre conscience et bien au-delà encore, dans les ténèbres de l'inconscient ?

    Telle n'est pas l'opinion de l'auteur qui, fort de sa science des animaux, entreprend l'étude de nous-mêmes à la lumière des dernières découvertes de la biologie. Dans une absolue objectivité, avec sérénité, il met à nu les ressorts de notre être, comme il le fit naguère sur des insectes ou sur des singes. Alors il découvre dans l'Homme des choses étranges, des domaines insoupçonnés, découvertes propres à nous délivrer des chaînes dans lesquelles nous maintiennent les idées reçues et les dogmes pseudo-scientifiques. La biologie révèle l'homme à lui-même.

    Mais le naturaliste s'aperçoit dans sa libre analyse que la Science est tout à fait incapable d'expliquer totalement l'Homme, qui contient des éléments irrationnels sur lesquels elle n'a pas de prise. En nous-mêmes, la Science trouve ses frontières. C'est bien pour cela que la bête verticale que nous sommes, créature la plus précieuse et la plus exceptionnelle de notre Univers solaire et peut-être de notre galaxie, forme à elle seule un univers avec ses lois, avec sa liberté, avec sa notion du bien et du mal, avec son amour, univers qui n'a nul équivalent. Notre nature enfin comprise, les maux dont souffre le monde occidental deviennent intelligibles et l'humanité peut alors découvrir la voie dans laquelle elle doit engager son évolution, qu'elle a le privilège de mener à sa guise.

    Ce livre est le roman véridique de l'Homme.

    Né à Périgueux, Pierre-Paul Grasse, membre de l'Académie des Sciences, professeur honoraire à la Faculté des Sciences de Paris, a consacré sa vie à la recherche biologique et à l'enseignement. Son oeuvre, qui compte plusieurs centaines de publications, a pour sujets principaux la structure de la cellule et le comportement. Il est le fondateur-directeur et co-auteur du «Traité de Zoologie», dont 25 volumes ont déjà paru. Il fut en France l'un des pionniers de la microscopie électronique et a, le premier, donné la photographie électronique des chromosomes. La biologie, à travers l'Homme, a conduit le zoologiste à devenir philosophe, d'où la nouvelle orientation suivie par Pierre-P. Grasse.

  • L'auteur retrace l'histoire de l'évolution humaine et, parallèlement, il expose les diverses théories qui ont traité de cette évolution : darwinisme, marxisme, sociobiologie... Ces théories, leurs fondements et leurs applications, Pierre-P. Grassé en réfute le caractère profondément idéologique, qui fait qu'elles cherchent moins à comprendre l'homme qu'à l'annexer à des fins politiques. Il montre à quel point les différences entre l'évolution de l'homme et celle d'autres espèces animales n'ont jamais cessé de se creuser. L'homme est en perpétuel devenir, il est capable de corriger son évolution, de s'adapter, et toutes les théories qui prétendent l'annexer lui refusent en fait ces facultés d'adaptation, pour l'isoler, le réduire, et lui retirer son sens de l'initiative et de la responsabilité personnelles.À l'appui de cette thèse, Pierre -P. Grassé étudie deux phénomènes fondamentaux, l'inné et l'acquis chez l'homme et l'animal, les caractères héréditaires et la toute relative prédétermination biologique. Mais, loin de sombrer dans un credo fataliste, il nous montre que l'homme est en mesure de dépasser l'inné, de composer avec lui pour aboutir à un nouveau stade d'évolution.Rigoureux et frémissant, ce livre est tout entier porté par la conviction que l'homme est, fondamentalement, un être doué de liberté à qui il importe surtout de redonner le sens de l'effort et du dépassement de soi que lui a fait perdre notre monde moderne, si démoralisé.

empty