Odile Jacob

  • Pourquoi est-il si difficile de réformer l'État français ? Pourquoi y a-t-il beaucoup plus de fonctionnaires en France qu'en Allemagne ? Pourquoi les Américains sont-ils beaucoup plus religieux que les Anglais ou les Français ? Pourquoi le culte de l'égalité prend-il le pas sur celui de la liberté ? La réponse à ces questions est contenue dans les deux derniers chefs-d'oeuvre de Tocqueville. Il y prédit et explique l'apparition du culte des droits de l'homme, l'éclatement des religions, le succès de la littérature facile, les effets pervers de l'État-providence, les résistances au libéralisme. L'un des penseurs français les plus puissants et les plus originaux, Tocqueville nous fournit d'irremplaçables repères pour comprendre les sociétés modernes. Raymond Boudon est professeur émérite à la Sorbonne. Il a enseigné à Harvard et à Laval, au Canada, aux universités de Genève, Stockholm, Chicago, Oxford et Trente. Il a été élu à l'Académie des sciences morales et politiques, ainsi qu'à la British Academy, à la Société royale du Canada, à l'American Academy of Arts and Sciences, à l'Académie des sciences humaines de Saint-Pétersbourg, à l'Académie des sciences sociales d'Argentine. Il a notamment publié L'Art de se persuader, Le Juste et le Vrai, The Origin of Values, The Poverty of Relativism, ainsi que Y-a-t-il encore une sociologie ? et Pourquoi les intellectuels n'aiment pas le libéralisme.

  • Pourquoi autant de malentendus autour du libéralisme, qui a pourtant démontré son intérêt politique, son efficacité économique et son importance historique ? Pourquoi tant d'intellectuels le rejettent-ils par principe ? Est-ce seulement parce qu'ils entendent exercer une fonction critique dans une société où triomphe le capitalisme ? Est-ce par ressentiment ? Cela n'explique pas tout... Raymond Boudon démonte les clichés qui rendent le libéralisme détestable aux yeux des intellectuels. Et cela donne une décapante revue de détail des idées reçues qui encombrent nos débats depuis trente ans et plus, empoisonnent notre vie politique et sont à l'origine de graves effets pervers dans le domaine de la politique éducative, de la politique économique ou encore de la politique de lutte contre la délinquance. Raymond Boudon est professeur émérite à la Sorbonne et membre de l'Académie des sciences morales et politiques. Il est notamment l'auteur de Y a-t-il encore une sociologie ?

  • Comment sortir du « tout se vaut » qui fait le lit du n'importe quoi ? Comment renouer avec l'idée qu'il existe une rationalité commune à tous, par-delà les clivages individuels et culturels ?C'est le fondement même de la vraie démocratie. Pour Raymond Boudon, le relativisme ambiant fournit un terreau favorable à une conception cynique des relations sociales et politiques, à la réapparition des fondamentalismes. Il nourrit le désarroi. Il légitime les confusions entre la morale et la politique, la foi et la raison, le privé et le public. La démocratie n'est plus alors qu'un système dominé par les conflits d'intérêts et la raison du plus fort. Face à cette perte de repères, on comprend que les élites semblent comme égarées et se laissent surtout guider par les minorités actives et par l'opinion. Une analyse en profondeur des sources de la crise politique que traverse notre civilisation. Raymond Boudon est membre de l'Académie des sciences morales et politiques et professeur émérite à l'université Paris-Sorbonne. Il a notamment publié L'Inégalité des chances, L'Art de se persuader, Le Juste et le Vrai, Déclin de la morale, déclin des valeurs ?, ainsi que Tocqueville aujourd'hui, Pourquoi les intellectuels n'aiment pas le libéralisme et Y a-t-il encore une sociologie ?

empty