Alicia Éditions

  • Cet ebook bénéficie d'une mise en page esthétique optimisée pour la lecture numérique.

    Embarquez-vous dans cette fabuleuse aventures de pirates, de joyeux matelots et de chasse au trésor !

    Le jeune Jim Hawkins est un petit garçon vivant dans un port anglais au XVIIIe siècle, mais très vite sa vie bascule quand il rencontre un homme bien étrange, nommé Billy Bones qui transporte une bien mystèrieuse malle...
    Un magnifique roman d'aventures du maître du genre Louis Robert Stevenson, le père des célèbres ouvrages : L'étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde, Le Reflux.

    Extrait : « C'est sur les instances de M. le chevalier Trelawney, du docteur Livesey et de tous ces messieurs en général, que je me suis décidé à mettre par écrit tout ce que je sais concernant l'Île au trésor, depuis A jusqu'à Z, sans rien excepter que la position de l'île, et cela uniquement parce qu'il s'y trouve toujours une partie du trésor. Je prends donc la plume en cet an de grâce 17..., et commence mon récit à l'époque où mon père tenait l'auberge de l'Amiral Benbow, en ce jour où le vieux marin, au visage basané et balafré d'un coup de sabre, vint prendre gîte sous notre toit.

    Je me le rappelle, comme si c'était d'hier. Il arriva d'un pas lourd à la porte de l'auberge, suivi de sa cantine charriée sur une brouette. C'était un grand gaillard solide, aux cheveux très bruns tordus en une queue poisseuse qui retombait sur le collet d'un habit bleu malpropre ; il avait les mains couturées de cicatrices, les ongles noirs et déchiquetés, et la balafre du coup de sabre, d'un blanc sale et livide, s'étalait en travers de sa joue. Tout en sifflotant, il parcourut la crique du regard, puis de sa vieille voix stridente et chevrotante qu'avaient rythmée et cassée les manoeuvres du cabestan, il entonna cette antique rengaine de matelot qu'il devait nous chanter si souvent par la suite :


    Nous étions quinze sur le coffre du mort...

    Yo-ho-ho ! et une bouteille de rhum ! »

  • Le Reflux

    Robert Louis Stevenson

    Cet ebook bénéficie d'une mise en page esthétique optimisée pour la lecture numérique.
    Trois aventuriers, Herrick, le Capitaine John Davis et Huish, cherchent à quitter Papeete où ils sont sans ressources. Profitant de l'expérience de marin de l'un d'eux, ils ont l'occasion de prendre la responsabilité du convoyage d'une cargaison de champagne sur un navire dont l'équipage a été décimé par la maladie. Mais leurs démons psychologiques les rattrapent et leurs relations vont dès lors se dégrader et ce, dès leur arrivée sur l'île mystérieuse...
    Un magnifique roman d'aventures, de déchéances et de rédemptions, du maître du genre Louis Robert Stevenson, le père des célèbres ouvrages : L'île au Trésor et L'étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde.
    Extrait : « Disséminés par tout le monde insulaire du Pacifique, des hommes appartenant aux diverses races européennes et à presque tous les rangs de la société, y portent leur activité et y propagent leurs maladies.

    Quelques-uns réussissent, d'autres végètent. Ceux-là sont montés sur des trônes et ont possédé des îles et des flottes. Ceux-ci en sont réduits, pour vivre, à se marier : une dame au teint chocolat, épaisse et joviale luronne, entretient leur paresse ; et, vêtus en indigènes, mais gardant toujours quelque trait hétéroclite d'allure et de maintien, parfois même un dernier souvenir (voire un simple monocle) de l'officier et du gentleman, ils se carrent sous des vérandas en feuilles de palmier et font les délices d'un auditoire indigène avec des souvenirs de café-concert. Et il y en a aussi d'autres, moins souples, moins habiles, moins heureux, peut-être moins vils, qui persistent, jusque dans ces îles de cocagne, à manquer de pain.


    Tout à l'extrémité de la ville de Papeete, trois individus de ce genre étaient assis sur la plage, sous un purau1. » 1: Bois de rose.


  • Un playdoyer contre le capitalisme

    Ce texte expose les idées démocratiques innovantes de l'abbé de Lamennais. En effet, il développe dans cet ouvrage des idées socialistes et démocratiques du message évangélique et il sera dés lors considéré comme révolutionnaire par ses pairs. Véritable précurseur mais également témoin de son époque, il nous livre un texte fort et virulent sur les conséquences esclavagistes de l'essor du capitalisme. Il encourage le peuple à se délivrer de sa servitude en reprenant ses droits. Ces écrits dont la teneur reste d'actualité doivent nous interroger sur le modèle de société auquel nous aspirons.
    EXTRAIT : « Ce livre, cher lecteur, t'offrira peut-être quelques enseignements utiles ; il t'instruira de tes droits et de tes devoirs ; il t'apprendra combien il t'importe de défendre les uns avec fermeté et d'accomplir fidèlement les autres. Car, sans devoir, qu'est-ce que l'homme ? une espèce de monstre isolé, dépourvu de liens, de relations sympathiques, d'amour, retiré en lui-même comme la bête de proie dans son antre, et vivant là d'une vie solitaire, morne, aveugle, poussé par la faim à la rapine, et dormant quand il est repu.
    Et sans droits, qu'est-ce que l'homme ? Un pur instrument de ceux qui ont des droits, leur animal domestique, ce qu'est pour eux leur cheval, leur boeuf. Est-ce qu'à cette seule pensée, tu ne sens pas toute ton âme se soulever de honte et d'indignation, toi, la plus noble créature de Dieu et son image, le roi de ses oeuvres, au sein desquelles il a voulu que ton oeil ne vît, dans ce qu'elles ont de plus élevé, dans les êtres semblables à toi, que des frères, tes égaux par nature, et pas un maître ?
    Mais tu ne peux rien seul. Tu ne pourras donc jamais ni conserver tes droits sans cesse attaqués, ni les reconquérir, que par l'union avec tes frères ; et point d'union sans la pratique rigoureuse des devoirs, sans le dévouement mutuel qui fait que, vivant en tous par l'amour, chacun a la force de tous pour appui de son droit et pour sa défense.
    Quand tu auras bien compris ceci, et que tu seras bien résolu à y conformer de tout point ta conduite, une grande espérance luira sur le monde : et cette espérance s'accomplira si tu comprends encore que l'intelligence de la vérité, que les bonnes et saintes résolutions, pour produire leurs fruits, doivent s'incarner dans une action permanente, infatigable.
    Les meilleures pensées, les plus purs sentiments et les plus féconds ressemblent au grain qui demeure stérile si on ne le dépose dans une terre préparée avec soin, et si on ne le cultive pendant sa croissance.
    Des actes, des actes, et encore des actes, ou vous croupirez éternellement dans votre misère.»

  • « Le capitaliste et le prolétaire sont donc entre eux, de fait, à peu près dans les mêmes relations que le maître et l'esclave des sociétés antiques : aussi le mot même est-il resté ; on dit le maître et l'ouvrier, et l'on dit très vrai. »
    Ce texte de 1840 expose les idées démocratiques innovantes de l'abbé de Lamennais. En effet, il développe dans cet ouvrage des idées socialistes et démocratiques du message évangélique et il sera dés lors considéré comme révolutionnaire par ses pairs. Véritable précurseur mais également témoin de son époque, il nous livre un texte fort et virulent sur le capitalisme et ses conséquences esclavagistes. Ces écrits dont la teneur reste d'actualité doivent nous interroger sur le modèle de société auquel nous aspirons.
    Cet ebook bénéficie d'une mise en page esthétique optimisée pour la lecture numérique.
    EXTRAIT : « Et ce peuple esclave, de qui se compose-t-il ? Non plus seulement des prolétaires, des hommes dépourvus de toute propriété, mais de la nation entière, à l'exception de deux cent mille privilégiés, sous la domination desquels se courbent honteusement trente-trois millions de Français, véritables serfs de cette époque, puisque leurs seigneurs et maîtres à deux cents francs d'imposition, seuls investis du droit de participer à la confection de la loi, disposent d'eux, de leur personne, de leur liberté, de leurs biens, au gré de leurs caprices, et, bien entendu, selon leur intérêt exclusivement propre. Après un demi-siècle de lutte contre la tyrannie féodale et royale, après tant d'efforts et de sacrifices, tant de combats pour affranchir l'humanité d'un joug écrasant, voilà où nous en sommes.
    Peuple, peuple, réveille-toi enfin ! Esclaves, levez-vous, rompez vos fers ; ne souffrez pas que l'on dégrade plus longtemps en vous le nom d'homme ! Voudriez-vous qu'un jour, meurtris par les fers que vous leur aurez légués, vos enfants disent : Nos pères ont été plus lâches que les esclaves romains. Parmi eux il ne s'est pas rencontré un Spartacus ! »

    Texte intégral suivi de Lamennais et sa philosophie par Louis Binaut .

empty