Saint Augustin

  • Qu'est-ce que le temps ? Comment définir cette réalité inconsistante, qui passe et disparaît ? Augustin apporte à cette énigme une solution originale : le temps n'existe que dans son passage, et c'est seulement dans notre esprit que nous pouvons le mesurer. Ainsi, c'est par notre souvenir du passé, notre attention au présent et notre attente de l'avenir que nous avons conscience de ce qu'est le temps.

  • « Qu'êtes-vous donc, mon Dieu ! Qu'êtes-vous, je le demande, sinon le Seigneur Dieu ? " Qui est le Seigneur excepté le Seigneur ? Ou qui est Dieu, excepté notre Dieu ? " Très haut, très bon, très puissant, souverainement omnipotent, très miséricordieux et très juste, très caché et partout présent, très beau et très fort, stable et insaisissable, immuable et principe de tout changement, jamais nouveau, jamais ancien, renouvelant toutes choses, " acheminant à leur insu, les superbes à la ruine " ; toujours actif et toujours en repos ; amassant alors que vous n'avez besoin de rien ; soutenant, remplissant, protégeant, créant, nourrissant, perfectionnant, cherchant, quoique rien ne vous manque. Vous aimez, mais sans agitation ; vous êtes jaloux, mais sans inquiétude ; vous vous repentez, mais sans douleur, vous vous courroucez, mais calmement. Vous changez vos oeuvres, mais sans changer vos desseins. Vous recouvrez ce que vous trouvez sans l'avoir jamais perdu. Vous n'êtes jamais pauvre, et vous aimez le gain, jamais avare, et vous exigez les intérêts. On vous donne plus que votre dû, pour que vous deveniez débiteur. Et cependant qui donc possède un bien qui vous appartienne ? Vous payez des dettes, et vous ne devez rien à personne ; vous les remettez, et vous ne perdez rien. Mais qu'ai-je dit, mon Dieu, ma vie, mes saintes délices ? Que dire quand on parle de vous ? Malheur cependant à ceux qui gardent sur vous le silence ! Ils ont beau parler, ce sont des muets. »

  • Les aveux

    Saint Augustin

    'Ne laisse pas ma part obscure me parler. Je me suis dispersé là-bas. Je suis obscur. Mais là, même là, je t'ai aimé à la folie. Je me suis perdu et je me suis souvenu de toi...
    Maintenant je reviens vers ta source. En feu. Le souffle coupé. Personne pour m'en empêcher. Je vais la boire. Je vais en vivre. Je ne suis pas ma vie. Je vis mal de moi. J'ai été ma mort.' Livre XII, 10 'Interpellations, confidences, exhortations, aveux, micro narrations, souvenirs, hymnes, fictions, louanges, analyses exploratoires, déplorations, cris, anathèmes, psaumes, discours, chants...
    J'ai voulu, par une nouvelle traduction intégrale du texte d'Augustin, rendre justrice à cette véritable odyssée personnelle, à ce voyage intime dans le temps, la mémoire de soi et l'écriture. Augustin révolutionne ainsi la confession antique, détourne la littérature classique, et fait exploser les cadres anciens à l'intérieur desquels nous avons l'habitude de nous réfugier et de penser notre vie.' Frédéric Boyer.

    1 autre édition :

  • Le menteur aime à mentir et goûte le plaisir de le faire : traduction de l'abbé Devoille.

    Du maître : texte établi et traduit par Poujoulat et Raulx.

  • Saint Augustin (354-430) est reconnu depuis l'Antiquité tardive comme le plus puissant des penseurs, le plus grand des écrivains et le plus sage des docteurs. L'oeuvre du " docteur de la grâce " est ainsi la plus lue de tous les temps après la Bible. Pourtant, la plupart de ses textes - bien plus d'une centaine - sont aujourd'hui introuvables, alors que la littérature et la philosophie n'ont cessé de s'y alimenter.
    Son oeuvre oratoire, aussi importante que Les Confessions, le De Trinitate ou La Cité de Dieu, rassemble des méditations composées au fil d'un quotidien rythmé par le temps liturgique : à l'occasion d'un passage de l'Écriture sainte correspondant à tel office de tel jour, de telle fête, de telle commémoration, Augustin commente la Bible, établit le panégyrique d'un haut personnage en s'adaptant au public ou aux circonstances. On dénombre aujourd'hui cinq cents sermons - certains découverts il y a une trentaine d'années seulement - classés en trois grandes séquences. On trouvera ici dans leur intégralité les cent quatre-vingt-trois Sermons sur l'Écriture qui composent la première de ces séquences.
    Du Buisson ardent à la Transfiguration du Christ, de la lutte de Jacob avec l'Ange au mystère de Pâques, les paroles augustiniennes nous font entrer dans l'intelligence des Écritures grâce à la beauté d'une langue qui va droit au coeur.

  • Avec Les Confessions, le moi fait son apparition dans la philosophie, la littérature et la spiritualité occidentales : dans une confession qui est tout à la fois aveu, louange et profession de foi, Augustin fait l'expérience de l'intériorité. Dans le livre X, il refait le parcours de sa conversion, intellectuelle (livre VII) puis morale (livre VIII) : un mouvement théorétique (qui suis-je ?) est suivi par un examen de conscience (suis-je pécheur ?). Mais l'introspection ne se réduit pas à la quête de soi d'un individu désireux de s'appréhender dans son unicité et sa subjectivité : c'est bel et bien une quête de Dieu, au cours de laquelle Augustin gravit l'échelle des facultés de son moi (âme, esprit, mémoire) jusqu'à la trace que Dieu a laissée en lui, l'amour naturel qui le porte vers Dieu. Derrière les énigmes du moi se profilent les mystères de la foi.

  • Né en 354 dans l'Afrique Romaine, Augustin se convertit au christianisme à 32 ans après une vie agitée. Il se retire dans la solitude et se consacre à de la philosophia afin de grandir dans la connaissance de l'Absolu. Ses premières oeuvres ont un tel impact et le rendent si célèbre que le peuple le réclame comme prêtre : on l'oblige à sortir de sa retraite et il est ordonné prêtre à 37 ans, puis évêque d'Hippone à 42 ans. Il meurt à Hippone en 430, tandis que l'Empire s'effondre et que se prépare le Concile d'Ephèse. Auteur d'une oeuvre puissante et inégalable, il est certainement le seul homme dont on puisse dire que sa pensée eut plus d'influence sur l'histoire que celles de Platon et d'Aristote. Nombreux sont les grands hommes qui voient en saint Augustin, et comme dit l'Eglise elle-même, l'un des plus grands génies qui aient paru sur la terre.

  • Saint Augustin est né à Tagaste (actuelle Souk Ahras en Algérie)le 13 novembre 354. Après avoir entendu les sermons de saint Ambroise, il est baptisé durant la vigile de Pâques en avril 387. Philosophe, théologien, prêtre, il devient évêque d'Hippone en395. Il prêche, rend la justice, veille au soin des orphelins et des pauvres, visite les malades, organise des monastères. Il est l'un des quatre plus grands Pères de l'Église et meurt à Hippone le28 août 430. Les Livres de la Foi écrits entre 393 et 413, réunis dans cet ouvrage forment un ensemble d'une grande valeur pédagogique. Par des mots simples, l'évêque d'Hippone nous livre l'essentiel. Esprit d'une clarté exceptionnelle, « on ne peut, selon le pape Pie XI, lui comparer presque personne, ou tout au moins très peu de ceux qui sont nés sur cette terre depuis le commencement du monde jusqu'à aujourd'hui. » - Dans le premier livre, De la foi dans les choses que l'on ne voit pas, saint Augustin explique clairement comment il est possible de croire sans voir et souligne l'importance de cette « foi digne d'éloge. » - De la foi et du symbole évoque et commente chaque article du Credo pour éclairer le mystère qu'il contient. - Dans De la foi et des oeuvres, il expose les conditions d'accès au baptême et la manière d'initier les catéchumènes aux mystères de la foi. Un enseignement toujours très actuel et pédagogique pour connaître le contenu de la foi chrétienne.

  • Pourquoi Les Confessions ont-elles fait date ? Parce qu'elles sont porteuses d'une double puissance inaugurale. Celle d'un style tout d'abord, dont Bossuet se réclamera treize siècles plus tard : une «prose poétique» incantatoire, hydraulique et entêtante. Puis celle d'un genre, l'autobiographie : le premier récit rétrospectif d'un «moi» de l'histoire de la littérature occidentale, dont Rousseau s'inspira plus tard. Mais ne nous y trompons pas, des Confessions d'Augustin à celles de Jean-Jacques, il n'est d'équivalence que du titre. L'un exalte son moi et s'accommode de ses erreurs, l'autre se tient devant son Dieu et les hommes, pour prendre la mesure du don de grâce qui lui est fait. Cette parole primordiale, à la fois charnelle et céleste, est ici magnifiquement modulée par la voix profonde et douce de Daniel Mesguich.

  • Throughout history, some books have changed the world. They have transformed the way we see ourselves - and each other. They have inspired debate, dissent, war and revolution. They have enlightened, outraged, provoked and comforted. They have enriched lives - and destroyed them. Now Penguin brings you the works of the great thinkers, pioneers, radicals and visionaries whose ideas shook civilization, and helped make us who we are.

    One of the greatest explorations of sin, epiphany and redemption ever written, the Confessions of Saint Augustine continue to shape our ideas with their passionate declaration of the life-changing power of faith.

  • The son of a pagan father and a Christian mother, Saint Augustine spent his early years torn between conflicting faiths and world views. His Confessions, written when he was in his forties, recount how, slowly and painfully, he came to turn away from his youthful ideas and licentious lifestyle, to become instead a staunch advocate of Christianity and one of its most influential thinkers. A remarkably honest and revealing spiritual autobiography, the Confessions also address fundamental issues of Christian doctrine, and many of the prayers and meditations it includes are still an integral part of the practice of Christianity today.

  • Anglais The Confessions

    Saint Augustine

    Garry Wills is an exceptionally gifted translator and one of our finest writers on religion. His bestselling Penguin Lives biography, Saint Augustine, received widespread and glowing reviews, many of which noted his masterful translations of the famed fourth- century bishop's works. Now, reading with fresh, keen eyes, Wills applies his unparalleled talents and his superb gifts of analysis and insight to this ambitious and complete translation of Saint Augustine's Confessions. Removed by time and place but not by spiritual relevance, Confessions is one of the most resonant texts in the Western canon, and continues to influence contemporary religion, languages, and thought.

empty