Sylvain Ledda

  • Ravel

    Sylvain Ledda

    "Mon objectif est donc la perfection technique. Je puis y tendre sans cesse, puisque je suis assuré de ne jamais l'atteindre. L'important est d'en approcher toujours davantage. L'art, sans doute, a d'autres effets, mais l'artiste, à mon gré, ne doit pas avoir d'autre but." Toute sa vie, Maurice Ravel (1875-1937) s'est présenté comme un artiste libre. Tantôt à l'avant-garde de la modernité, tantôt garant d'une certaine tradition française, il a consacré son existence à essayer des formes musicales nouvelles, offrant des chefs-d'oeuvre à la postérité, au premier rang desquels le célèbre Boléro. Réservé voire secret sur sa manière de créer comme sur sa vie personnelle, attentif à la création de son temps, il fut un fervent défenseur de la musique de Debussy et de Stravinsky. Acteur privilégié d'une période riche en changements, il incarne mieux que nul autre les ruptures de son époque. Dandy mystérieux, les pages de sa vie nous conduisent de Paris à New York, du Pays basque au Belvédère, une maison conçue à son image : élégante et raffinée.

  • "Je refuse d'être l'esclave d'un appétit quel qu'il soit." Titan des lettres, infatigable travailleur et voyageur dans l'âme, hédoniste constamment nourri par la passion, qu'elle soit artistique ou amoureuse, Alexandre Dumas (1802-1870) a une existence extraordinaire. Le suivre dans ses triomphes et ses péripéties romanesques, c'est entrer dans le tourbillon d'une vie constamment mobile. Si ses aspirations sont parfois contradictoires, il conserve sa vie durant l'idéalisme de la jeunesse de 1830 et, comme son ami Hugo, croit en la puissance collective du théâtre. Inventeur tour à tour du "drame en habits noirs" avec Antony et du roman historique moderne - du cycle des Mousquetaires au Comte de Monte-Cristo, en passant par La Reine Margot -, il reste à jamais celui qui, selon le mot de George Sand, possédait le "génie de la vie".

  • Eugène Sue en a décrit les bas-fonds, Victor Hugo les barricades, Musset les femmes et les jardins. Balzac en fit une pièce maîtresse de son oeuvre, entre splendeurs et misères des ambitions qui se heurtent, des illusions qui s'évanouissent, de l'argent qui élève et corrompt. C'était le Paris romantique, le Paris des mansardes et des grisettes, des faubourgs et des barrières d'octroi. Une capitale qui n'avait guère changé depuis l'Ancien Régime et que les travaux du baron Haussmann défigureront à jamais. Sylvain Ledda fait revivre cette ville disparue, dévoilant les visages de Paris sous la Restauration et la monarchie de Juillet, des rituels de la vie sociale aux événements qui firent date. Une belle étude en forme de promenade littéraire et historique qui explore les lieux emblématiques du Paris romantique : le boulevard, les jardins, mais aussi les lieux de légendes urbaines, telle la maison du bourreau, objet de fascination et de répulsion. Le livre part aussi à la rencontre de quelques figures du Paris de 1830, poètes, dandys, inconnus en quête de gloire, criminels dont on relate les exactions dans les colonnes des journaux. D'une scène de théâtre à un salon mondain, d'un magasin de nouveautés à une allée du Luxembourg, chaque page invite à redécouvrir Paris à une époque décisive de son histoire

  • Fascinant quatuor que ces Dumas, dont le génie se transmet de génération en génération.
    Thomas Alexandre, premier général d'origine antillaise de l'armée française, issu de l'union d'un noble normand et d'une esclave ; son fils Alexandre Dumas que l'on ne présente plus ; son petit-fils, Alexandre, auteur de La Dame aux camélias ; et sa petite-fille, Marie-Alexandrine, romancière et peintre méconnue.
    À travers le récit de leurs vies, faites de triomphes éclatants et de déconvenues, Claude Schopp et Sylvain Ledda racontent la saga d'une lignée marquée du sceau de la bâtardise.
    Des liaisons, des enfants illégitimes, des conflits familiaux, mais aussi beaucoup d'amour : cet ouvrage, plus qu'une biographie, est une authentique fresque qui lève le voile sur l'une des plus illustres dynasties de l'histoire de France.
     
    Claude Schopp est docteur ès lettres, grand spécialiste d'Alexandre Dumas et lauréat du Goncourt de la biographie 2017 pour Dumas fils, ou l'Anti-OEdipe (Phébus).
    Sylvain Ledda est spécialiste du romantisme français, professeur à l'université de Rouen-Normandie. Il est notamment l'auteur d'une biographie d'Alexandre Dumas (Gallimard, 2014).

  • Enfant du siècle, « romantique né classique », Musset est l'une des figures les plus originales du romantisme français. La postérité l´a défini comme l´un des grands lyriques de son siècle, mais a parfois mal jugé le dessein du poète comme ses idées sur la littérature ; c´est que l´oeuvre de Musset échappe à toute lecture univoque. Dans ce volume, se dessinent les contours d´une imagination créatrice nourrie d´une vaste culture, étrangère et nationale. Musset participe en effet à la refonte des genres dramatiques, investissant le proverbe, la comédie, le conte et la nouvelle, mais aussi les différentes formes poétiques. L´étude des motifs signale enfin une conscience aiguë des formes, notamment dramatiques. L´ouvrage lève le voile sur le caractère novateur de Musset, mais aussi sur les rapports paradoxaux qu´il entretient avec les innovations. Musset, l´idéaliste blessé, le fantaisiste nostalgique, le joueur dipsomane, apparaît dans ce volume qui dresse un état des lieux de la critique mussétienne.

empty