Taieb Hafsi

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • L'histoire d'un dirigeant soucieux du bon fonctionnement des services publics Le service public est essentiel à la santé des nations. En France en particulier, l'État compte en son sein de grands commis convaincus de l'importance d'un secteur public efficace et garant de l'intérêt général. Ils travaillent à améliorer les capacités de leurs entreprises, de leurs administrations, souvent à petites touches, rarement à gros coup de crayons. Beaucoup restent dans l'ombre. Rare sont ceux qu'on peut observer et décrire. Quand cela arrive, la science du fonctionnement des sociétés peut faire des bonds importants. L'ouvrage que nous proposons revient sur les réalisations marquantes d'un gestionnaire hors du commun, Jean-Paul Bailly, qui a joué des rôles marquants à la RATP et au Groupe La Poste, est un modèle que le secteur public en général pourrait donner en exemple. Dans ce livre, le lecteur découvrira entre autres que les changements importants ne peuvent se faire sans l'accord implicite ou explicite de ceux qu'ils affectent. Jean-Paul Bailly démontre que la réconciliation des intérêts des uns et des autres n'est pas impossible, mais un art difficile, serti de valeurs morales et sociales fondamentales. Son comportement créatif débouche sur des solutions inattendues, alors même que les situations de départ paraissent totalement bloquées. La vie de Jean-Paul Bailly, ses réalisations à la RATP et au groupe La Poste sont révélatrices de qui peut arriver quand on arrive à convaincre les personnes de se donner la main.

    Un livre sur les grands enjeux du service public et de la société L'histoire d'un parcours exemplaire nous permet de réfléchir avec le lecteur sur la façon dont le secteur public devrait être géré. Ce livre ne fait pas de prosélytisme. Il veut simplement démontrer que, même dans des conditions difficiles, il est possible de faire progresser la société dans son ensemble lorsque certains de ses membres parviennent à montrer le chemin. En cela, l'expérience décrite a valeur universelle. Elle s'adresse aux universitaires à la recherche d'exemples intéressants de créativité managériale, aux personnes qui sont amenées à se prononcer sur le rôle de l'État et de ses gouvernants dans l'économie contemporaine. C'est aussi une lecture intéressante pour les citoyens concernés par le rôle de l'État dans la vie moderne.

  • Sujet d'innombrables reportages, c'est la gestion de cette organisation sportive de grand prestige qui cette fois nous est racontée. À travers l'histoire des hommes qui ont su la construire, les gestionnaires et les partisans du Canadien trouveront un récit révélateur de ce qui a fait la grandeur de l'équipe.

  • Une société d´État peut être aussi performante qu´une entreprise privée, voire plus. Si la bureaucratie et le manque de vision reprochés aux organisations publiques sont une réalité, la généralisation n´est cependant pas justifiée. Le privé ne possède pas de pouvoirs magiques ! Les paramètres de gouvernance des secteurs privé et public diffèrent. Alors que le premier remplit ses rôles économique et social en mettant l´accent sur la maximisation des bénéfices pour ses actionnaires, le second doit conjuguer son éventuel objectif de rentabilité avec les objectifs sociaux légitimant son existence.

    Hydro-Québec représente cette société exemplaire, au Canada et partout ailleurs dans le monde, qui réussit à performer malgré la turbulence du monde politique à laquelle elle est soumise. Les auteurs en dressent l´historique, depuis la « nationalisation » de 1962 jusqu´à la nomination en 2004 du PDG actuel, en s´attardant aux interactions entre l´État et l´entreprise. Ils la comparent ensuite à une douzaine d´entreprises publiques ou privées dans le domaine de l´électricité. Ainsi, ils dégagent les mécanismes essentiels au bon management, conclusions qui intéresseront vivement les responsables politiques, les gestionnaires d´État et les analystes économiques et financiers.

empty