Yves Bonnet

  • Ils ont une même origine, ils sont tous les deux marins ; ils exercent la même activité, ils sont maitres-espions ; ils vont servir le même maître, Adolf Hitler. La comparaison entre l'Amiral Wilhelm Canaris, chef de l'Abwehr, et l'Obergruppenführer Reinhardt Heydrich, créateur du Sicherheitsdienst de la SS, le SD, s'arrête là. De même, leur amitié se dissipera aux premières salves, tirées en Pologne, de la Deuxième Guerre mondiale .
    Heydrich est assassiné à Prague le 27 mai 1942 sous les balles de résistants tchèques ; Canaris est pendu à Flossenburg le 8 avril 1945 sur ordre particulier d'Hitler, un mois avant la capitulation.
    Pourtant, au jour de leur mort, leurs mérites et leurs parcours ne seront pas jugés à la même aune. Justice ? Injustice ? Ce livre nous apporte quelques unes des clés qui permettront au lecteur de se faire une opinion et lui ménageront de belles surprises.
    En couverture : l'Amiral Wihelm Canaris et Reinhardt Heydrich.

  • La Seconde Guerre mondiale n'a pas encore livré tous ses secrets.
    Ainsi, nous ne savons presque rien de la participation des services français aux combats clandestins ni des coups redoutables portés à l'Abwehr de Canaris ou au SD de Heydrich par des hommes qui n'ont jamais renoncé et se sont battus jusqu'au dernier jour.
    Yves Bonnet raconte dans cet ouvrage leurs exploits fantastiques et méconnus, avec le recul nécessaire à la vérité.

  • Un ingénieur aux chantiers navals du Cotentin, ayant participé aux négociations avec le Koweït pour la vente de patrouilleurs rapides, décède dans un accident de voiture suspect. Une call-girl, surveillée par la DST, est enlevée par des terroristes et sa disparition est maquillée en mort accidentelle. Dénoncé par une hôtesse de l'air, un islamiste est arrêté à Alger par des ninjas sur le vol 293 de la Tunis Air.
    Un point commun : tous sont liés à un mystérieux dossier portant la mention COSMIC, la plus haute classification de l'OTAN. À l'intérieur, les spécifications de patrouilleurs rapides dernier cri emportant une puissance de feu terrifiante.
    Ce dossier, quelqu'un l'a perdu, donné ou vendu... Pour le récupérer, chacun devra forcer le destin, qui réserve bien des surprises à ceux qui pensent pouvoir tout planifier...

  • En général, la loi protège les libertés, garantit un espace de sécurité. Mais il arrive que la loi elle-même soit tyrannique, injuste, illégitime. Pour empêcher ces dérives, de nombreux États ont adopté des mécanismes juridiques permettant une surveillance des agissements du Parlement. En France, l´un des mécanismes récents de cette surveillance est la « question prioritaire de constitutionnalité » qui date de la réforme constitutionnelle du 23 juillet 2008. Elle dispose que « Toute personne peut contester une disposition législative devant un juge en invoquant le non-respect, par cette disposition, des droits et libertés protégés par la Constitution. » Quelques années après sa mise en place, cet ouvrage propose de faire le point sur cette procédure, son fonctionnement mais aussi l´influence qu´elle exerce sur le droit tout entier. Il montre en effet comment la QPC constitue une véritable sentinelle démocratique. Une sentinelle qui alerte et informe le pouvoir politique de la teneur des revendications du peuple et au besoin désavoue le pouvoir politique lorsque le pacte constitutionnel est violé. Une sentinelle d´une efficacité redoutable et sans précédent, au regard de son accessibilité et de ses effets. En cela, la QPC, en dépit de ses imperfections, est une révolution juridique.

  • Il s'agit de deux groupes de poèmes, l'un axé sur le « Jazz et la poésie », l'autre sur les sensations de l'auteur face à « l'absence du père ».

empty