Editions Boréal

  • Après trente-cinq ans d'enseignement de la littérature, Yvon Rivard réfléchit sur ce métier, qui est idéalement un métier de partage et d'éveil du désir. Si l'enseignement est une histoire d'amour, c'est que la connaissance et l'amour obéissent au même désir inconscient d'échapper à la mort en laissant le mystère du monde, la beauté et l'étrangeté des êtres et des choses, élargir le regard et la pensée : « Plus le professeur éveille ce désir, plus il s'expose à être pris et à se prendre pour Dieu. » L'auteur aborde ici la question risquée de l'éros pédagogique en s'appuyant sur des oeuvres qui, toutes, se posent, au fond, la question du bien et du mal.

  • « Depuis des années, j'entends qu'il faut se méfier des idées simples, du rêve, du bonheur, car le réel est complexe (aucune idée ne peut y être un chemin sûr), opaque (aucun rêve ne peut l'éclairer ou l'élargir) et fatal (aucun bonheur ne peut résister à la mort). Il est difficile de s'opposer à cette prudence lorsqu'on sait à quelles aberrations religieuses, sociales et politiques s'expose quiconque entreprend de changer la vie et le monde sans accepter ses limites. Si on oublie que nous ne savons rien et que nous sommes mortels, la vie et la culture qui s'en fait l'écho ne manquent jamais de nous le rappeler : je sais que je ne sais pas, le mieux est l'ennemi du bien, l'homme est un loup pour l'homme, etc. Si en écrivant ce livre j'ai été amené à prendre le contre-pied de cette sagesse, c'est que j'ai essayé d'obéir à cette idée simple, énoncée par Hermann Broch, que le premier devoir de l'intellectuel, dans l'exercice de son métier, est de porter assistance à autrui. » Y. R.

  • Deuxième roman d'Yvon Rivard, paru originalement en 1979, L'Ombre et le Double est l'invitation à un fascinant voyage intérieur, où le lecteur sera invité à réfléchir sur la question des origines.

  • Grand Prix du livre de Montréal 1996. Un homme, deux femmes. Lui, le narrateur, écrivain embourbé dans le désordre de sa vie et les incertitudes de son coeur ; elles, Françoise et Clara, à la fois transparentes et impénétrables, objets l'une et l'autre d'un amour qui trébuche sans cesse, qui se relève, et qui sans cesse exalte et détruit. Chronique d'un homme qui se cherche tantôt au plus haut, tantôt au plus bas de lui-même, Le Milieu du jour suit pas à pas, de Montréal à Miami, du Maine à Turin, dans le quotidien des gestes et
    des émotions, cette quête, cette passion qui est en même temps une découverte et une perte infinie. Un roman d'une rare intelligence et d'une rare lucidité. Jean-François Chassay, Spirale

empty