Éditions Dominique Leroy

  • Teleny

    Oscar Wilde

    • Éditions dominique leroy
    • 10 Mai 2018

    L'oeuvre maudite d'Oscar Wilde...
    Un prolongement à visage découvert du Portrait de Dorian Gray, autobiographique et sulfureux, d'un érotisme cru et d'un romantisme désespéré, racontant les amours homosexuelles et tragiques de René Teleny et Camille Des Grieux.
    Tout Wilde est là : sa recherche du plaisir, le pressentiment de sa chute, ses références littéraires, ses personnages, ses aphorismes.
    Oscar Wilde est à la fois Teleny et Des Grieux : séducteur et infidèle, amoureux passionné, jaloux impénitent, initiateur et disciple, il se livre sans voile dans ce roman troublant.
    Teleny, publié pour la première fois anonymement à Londres en 1893 été attribué à Oscar Wilde par Maurice Girodias dès 1958, puis par son biographe H. Montgomery Hyde en 1975, dont les plus récentes conclusions sont rassemblées dans « l'enquête littéraire » qui ouvre la présente édition.
    Collection L'Enfer de la Bibliothèque nationale de France créée par J.-M. Lo Duca.
    Enfer : « Partie fermée d'une bibliothèque où l'on tient les livres licencieux, interdits au public. » (Larousse 1966).

    Roman numérique, 236 pages, couverture en couleurs et en noir et blanc.

  • Le doctorat impromptu

    Andrea De Nerciat

    • Éditions dominique leroy
    • 24 Juillet 2019

    « Cette véridique compilation de prouesses libidineuses, de priapiques excès nous fait connaître le vrai beau du libertinage. »
    Ce conte érotique met en scène un vilain prêtre, l'héroïne Érosie adepte des amours saphiques et un jouvenceau tout frais émoulu du collège qui va la guérir de sa haine des hommes et lui faire découvrir d'autres plaisirs, il tient en deux lettres qu'Érosie envoie à son amie Juliette. Érosie résume ainsi son récit : « Mais avoue donc que mon inimaginable aventure a bien de quoi mettre en défaut tout système sur la cause et les effets de l'amour et de la volupté ! Qui m'eût dit, lorsque je reçus ton dernier baiser, il y a si peu de temps, que presque aussitôt je serais radicalement guérie de mon antipathie contre le sexe masculin, et, bien pis, que sans m'amuser à prendre graduellement mes licences par un fatal concours d'incidents, je me trouverais impromptu coiffée du bonnet de docteur. »
    Nerciat, soldat, bibliothécaire et espion, fut, dans ses romans, un philosophe hédoniste, il veut que « cette véridique compilation de prouesses libidineuses, de priapiques excès nous fasse connaître le vrai beau du libertinage ». Alexandrian confirme : « Le chevalier Andréa de Nerciat a été certainement le plus grand romancier érotique de toute l'Europe, sachant exprimer le pire libertinage sans être vulgaire, n'avilissant jamais l'esprit en excitant les sens. »
    L'édition originale du Doctorat Impromptu, un des meilleurs ouvrages de Nerciat, fut publié en 1788, on retrouve ensuite une édition en 1866 à Bruxelles par Poulet-Malassis accompagnée des gravures de 1788.
    Collection L'Enfer de la Bibliothèque nationale de France créée par J.-M. Lo Duca.
    Enfer : « Partie fermée d'une bibliothèque où l'on tient les livres licencieux, interdits au public. » (Larousse 1966)
    Roman numérique illustré, 70 pages, orné de 9 illustrations en hors-texte de Zyg Brunner, couverture en couleurs illustrée par Zyg Brunner.(Enfer de la BnF, cote n° 121)

  • Thérèse philosophe

    Jean-Baptiste Boyer D'Argens

    • Éditions dominique leroy
    • 27 Mai 2012


    Véritable apologie du plaisir, « c'est le procès du père Girard et de sa pénitente la belle Cadière, qui a servi de cadre à cet ouvrage, et les noms des deux personnages sont ici anagrammatisés en Dirrag et Eradice » cite Apollinaire dans son Enfer de la Bibliothèque Nationale.
    En effet ce roman est inspiré d'un fait divers scandaleux, ce fut l'affaire de Jean-Baptiste Girard, jésuite qui séduisit en 1730 une jeune carmélite âgée de 17 ans Catherine de Cadière alors qu'il était recteur du Séminaire royal des aumôniers de la marine à Toulon et son confesseur.
    Alexandrian dévoile les anagrammes de ce roman à clés : « Thérèse, fille d'un bourgeois de Vencerop (Provence), est mise au couvent de Volnot (Toulon). Elle se lie avec Éradice (Cadière) et assiste en cachette aux leçons de piété que lui donne le père Dirrag (Girard). » « Oubliez et laissez-vous faire » lui dit-il en glissant entre ses cuisses « le cordon de Saint-François, qui par son intromission, doit chasser tout ce qui reste d'impur dans le corps de sa pénitente ». Son éducation terminée, dans la seconde partie du texte, Thérèse s'installe à Paris où elle ne connaît personne. Mais, bientôt, elle va se lier d'amitié avec sa voisine Madame de Bois-Laurier qui lui racontera sa vie galante. Enfin dans la troisième et dernière partie du roman, Thérèse rencontre à l'Opéra un comte, honnête homme, qui la conduira dans son château en promettant de respecter ses désirs et ses aversions. Véritable traité d'onanisme, ce récit s'achèvera cependant sur un coïtus interruptus - Thérèse abhorre la grossesse ! - sachant que « les femmes n'ont que trois choses à redouter : la peur du diable, la réputation et la grossesse »
    Cet ouvrage publié pour la première fois en 1748, anonymement, fut tout d'abord attribué à son éditeur François-Xavier d'Arles de Montigny, détenu huit mois à la Bastille pour la publication de Thérèse qui heureux de cette paternité ne la dénia point. Apollinaire, dans son Enfer de la Bibliothèque Nationale indique que Thérèse fut aussi attribué à Diderot, hypothèse qu'aborde également Jacques Duprilot dans sa préface à l'édition de 1980, hypothèse purement fantaisiste ! Sade est formel, il affirme par la voix de Juliette qui dresse l'inventaire d'une bibliothèque libertine dans son Histoire : « Thérèse Philosophe, ouvrage charmant du marquis d'Argens, le seul qui ait montré le but... l'unique qui ait agréablement lié la luxure et l'impiété et qui donnera enfin l'idée d'un livre immoral ».
    Un des ouvrages les plus réédités au 18e siècle, de 1748 à la révolution française, on recense déjà près d'une trentaine d'édition.
    Collection l'Enfer de la Bibliothèque Nationale de France. (Enfer de la BNF, cote n°402)

    Roman illustré numérique (eBook à télécharger), 87 pages, orné de 16 illustrations en couleurs et 20 illustrations en noir et blanc, couverture en couleurs.

  • Le Rideau levé

    Mirabeau

    • Éditions dominique leroy
    • 28 Avril 2019

    Pour les femmes et les hommes libres, la recherche consciente et joyeuse de la volupté donne du sens à l'existence.
    Après avoir partagé un hédonisme priapique, Laure dit à sa tendre amie et confidente : « Tu connais ton pouvoir sur moi ; tu sais combien je te chéris ; tu réunis aujourd'hui tous les sentiments de mon coeur. Je t'apporterai un bijou semblable à celui de Valsay, mais moins dangereux ; s'il n'est moins naturel... J'irai à mon tour essuyer tes pleurs. Oui, tendre amie, oublions l'univers, pour ne nous en tenir qu'à nous-mêmes. »
    Ce livre est un roman pédagogique à la manière d'Émile et un roman autobiographique à la manière de La Vie de mon père. Mirabeau dit avant Fourier que toutes les pratiques sexuelles sont possibles si elles s'accompagnent d'une bonne éducation et du bonheur d'aimer tendrement.
    L'oeuvre érotique de Mirabeau est empreinte d'une savoureuse atmosphère de libertinage, celui du XVIIIe siècle, époque où les esprits éclairés tenaient pour droit naturel et inaliénable la recherche du plaisir physique, au même titre que celui du bonheur ou de la liberté.
    Collection L'Enfer de la Bibliothèque nationale de France créée par J.-M. Lo Duca.
    Enfer : « Partie fermée d'une bibliothèque où l'on tient les livres licencieux, interdits au public. » (Larousse 1966)
    Roman numérique illustré, 156 pages, orné de 6 illustrations anonymes, couverture en couleurs. (Enfer de la BnF, cote n° 832)

  • À la feuille de rose, maison turque

    Guy De Maupassant

    • Éditions dominique leroy
    • 27 Mai 2012

    On peut dire que À la feuille de rose est un remake pornographique de l'Éducation sentimentale, pimenté par les thèmes favoris du divin marquis.
    Cette farce en un acte et en prose narre les aventures d'un jeune couple de bourgeois provinciaux qui s'imagine passer leur nuit de noces dans un hôtel alors qu'il s'agit d'un lupanar de la pire espèce. Le maître des lieux fait croire aux deux époux que les prostituées qui défilent sont les femmes de l'ambassadeur de Turquie. La présentation des clients est prétexte à une sorte de guignol obscène qui donne lieu à des scènes d'exhibitionnisme, de lesbianisme et de coït collectif. M. et Mme Beauflanquet participeront malgré eux à cette débauche.
    La pièce À la feuille de rose, Maison turque fut représentée le 13 avril 1875, pour la première fois, chez les peintres Becker et Leloir, dans leur atelier de la rue de Fleurus.
    Cette comédie de moeurs « très libres » en prose fut écrite par le plus pervers des naturalistes, Guy de Maupassant. Aucun doute ne peut subsister sur l'identité de l'acteur-auteur qui reconnut son oeuvre par ces mots : « Nous allons, quelques amis et moi, jouer une pièce absolument lubrique....Inutile de dire que cette oeuvre est de nous. » Flaubert apporta le lieu de l'action, une maison close de Paris : la Maison turque (inspirée par un bordel parisien des bords de Seine à l'enseigne de la « Maison de Zoraïde », fréquentée par des gens beaucoup moins recommandables que les clients de la « Maison Tellier » citée par Flaubert dans l'Éducation sentimentale, mais Maupassant y ajouta un parfum sadique, celui-là même que l'on retrouve dans ses poèmes qui reprennent les thèmes de La Philosophie dans le boudoir (Ma source, 69, La Femme à barbe). On peut donc dire que À la feuille de rose est un remake pornographique de l' Éducation sentimentale, pimenté par les thèmes favoris du divin marquis.
    Cette pièce ne fut publiée pour la première fois qu'en 1945 et à un tirage confidentiel de deux cent vingt-cinq exemplaires, ce qui explique que Guy de Maupassant n'eut pas à subir les foudres de la justice pour cette oeuvre très leste.
    L'oeuvre érotique de l'auteur de Boule de Suif nous fait découvrir un Guy de Maupassant inconnu, libertin et hédoniste, qui aimait le vin et les femmes.
    Collection L'Enfer de la Bibliothèque nationale de France créée par J.-M. Lo Duca.
    Enfer : « Partie fermée d'une bibliothèque où l'on tient les livres licencieux, interdits au public. » (Larousse 1966).
    Cette collection offre aux amateurs avertis, aux chercheurs, les titres de littérature érotique répertoriés par Guillaume Apollinaire et Pascal Pia jusqu'en 1972, date à laquelle on n'ajouta plus de nouveaux livres dans l'Enfer de la Bibliothèque Nationale de France à Paris.
    Pièce de théâtre numérique illustrée, 102 pages, ornée de 5 illustrations anonymes en hors-texte, couverture en couleurs. (Enfer de la BnF, cote n° 1464)

  • Sexie

    Claude Seignolle

    • Éditions dominique leroy
    • 27 Juillet 2013


    Des histoires crues, des contes pour adultes, gourmandises pour les sens.
    Spontanés, inattendus, parfois cocasses, toujours excitants, ces « contes et récits licencieux » constituent une sorte de folklore d'alcôve, une véritable ethnologie de la gaudriole sexuelle exhibée au grand jour. En de petits tableaux priapiques, le narrateur nous promène, au gré de sa fantaisie de Paris à Moscou en passant par l'Autriche et de nombreuses régions en France.
    « ...Sexie est telle qu'en vos désirs les plus secrets, les plus ardents, les plus subtils ; elle a les traits de celle dont vous aimeriez être l'heureux amant.
    Oui, Sexie possède l'incommensurable charme, l'infinie beauté, l'inévitable attirance de la baiseuse... »
    Cette dernière édition intégrale de Sexie ou l'Éloge de la nymphomanie a été revue et corrigée par son auteur qui s'est longtemps caché sous le pseudonyme de Starcante.
    Claude Seignolle a eu le privilège d'entrer de son vivant dans l'Enfer de la Bibliothèque nationale de France à Paris dans les années 1960, et ses ouvrages érotiques font partie des 1730 ouvrages répertoriés par Guillaume Apollinaire et Pascal Pia. Nous sommes heureux de l'accueillir dans cette collection éponyme.
    Collection l'Enfer de la Bibliothèque nationale de France créée par J.-M. Lo Duca.
    Enfer : « Partie fermée d'une bibliothèque où l'on tient les livres licencieux, interdits au public. » (Larousse 1966).
    Roman numérique, 428 pages, couverture en couleurs. (Enfer de la BnF, cote n° 1515, 1538).

  • De bien vilaines manières

    Marika Moreski

    • Éditions dominique leroy
    • 10 Mai 2017



    Ce recueil propose trois nouvelles inédites de Marika Moreski écrites au début des années 2000, illustrées de quatre dessins originaux :
    Pensionnat pour jeunes filles, le témoignage d'une soubrette-mâle prénommée Sissy par sa Maîtresse Natacha.
    Barbecue chez Natacha, les confessions de Sissy, soubrette travestie, confiées à Marika Moreski.
    Et Le Repos de la guerrière, le récit d'une jeune et belle dominatrice qui rentre chez elle après un très long voyage, elle retrouve son mari-esclave...
    C'est en 1970 que Marika Moreski publia son premier roman Les Bêtes à plaisir. Son éditeur la présentait alors comme « un nouveau Sade en jupons ». Depuis, une vingtaine de romans ont paru qui font autorité dans les milieux sadomasochistes. Fervente prêtresse de la domination féminine, cette svelte et brune jeune femme régnait alors sur une cour d'esclaves « triés sur le volet » selon ses propres termes.
    Aujourd'hui nous publions ce premier recueil de trois nouvelles inédites illustré de dessins, un second suivra très prochainement.
    Collection Le Septième Rayon
    L'idée centrale de cette collection est de tenter de se défaire d'une certaine image normalisée de l'érotisme. Des textes contemporains qui veulent tout simplement faire le point sur toutes les disciplines, un érotisme jubilatoire et dynamique traduisant une libido sans tabou ni interdit, impudique et libérée.
    Nouvelles numériques, 52 pages, 4 illustrations en noir et blanc en hors-texte et couverture en couleurs.

  • Le Cuir Triomphant

    Alan Mac Clyde

    • Éditions dominique leroy
    • 21 Septembre 2020

    « Puis elle passa des bas de chevreau glacé qui enserrèrent ses merveilleuses jambes jusqu'au haut des cuisses et elle chaussa d'adorables souliers vernis à talons hauts et par coquetterie passa à ses chevilles trois anneaux de platine... »
    Le Cuir Triomphant constitue une superproduction, non seulement à la Librairie Artistique et Parisienne, mais dans toute l'édition sadomasochiste d'avant la seconde guerre mondiale.
    L'éditeur a voulu un ouvrage de luxe, très abondamment illustré par Carlõ, qui déploie toute son imagination fétichiste pour donner corps aux créatures en cuir verni imaginées par Mac Clyde.
    Milliardaire en dollars, Odon Knut Anderson. le Roi du Cuir, soudoie un curé pour être présenté à la ravissante Solange qu'il épouse aussitôt et qu'il emmène en Californie. Le fétichisme du cuir verni et du chevreau glacé prédomine, comme il se doit.
    Les bottines, les corsets et les cravaches ne suffisent pas, Carlõ le prouve : il ne se contente jamais de mettre un texte en image, il recrée véritablement une scène, il la rend crédible, presque réalisable, ajoutant ainsi une nouvelle dimension aux fantasmes de l'auteur.
    Dans certains dessins, on retrouve les sources d'inspiration d'Eric Stanton et de Jim, prouvant à quel point Carlõ influença toute l'école d'illustrateurs américains de bondage d'après-guerre.
    L'exploit qu'il constitue ne sera d'ailleurs jamais renouvelé, du fait de la censure qui s'abattit sur la France après la Libération. Jusqu'aux années 1970, il ne parut plus aucun livre sado-masochiste aussi abondamment illustré, du moins « à ciel ouvert »...
    Orné de 5 hors-textes en lavis et 5 hors-textes en couleurs et dans le texte 38 dessins au trait de Carlõ, couverture en couleurs.
    Collection Librairie Artistique et Parisienne
    Roman numérique illustré, 210 pages, orné de 48 illustrations en hors-texte de Carlõ, couverture en couleurs.

  • Madame mon maître

    Marika Moreski

    • Éditions dominique leroy
    • 28 Mai 2012

    « Je lui avouais savoir, depuis ma plus tendre enfance, qu'il me serait impossible de vivre ailleurs que sous la botte d'une femme; que je l'avais vue, en rêve, longtemps avant de faire sa connaissance; que je ne saurais l'aimer que belle, despotique, cruelle, injuste, hautaine et méprisante; que ses coups et ses insultes seraient les seules preuves d'amour qu'elle pourrait me donner; que ma passion, ma vénération, ma fidélité et ma soumission ne pourraient s'épanouir que sous les humiliations et les privations de toutes sortes... »
    « Ma confession s'achève. Dans un jour, deux peut-être, Madame sera de retour. J'ignore ce que cela me réserve. J'ignore ce qu'il adviendra de moi.
    « J'ignore si ces quelques pages paraîtront un jour ? Je vais les remettre à Madame qui les fera sans doute présenter à un éditeur par personne interposée.
    « Si elles paraissent, que tous ceux qui les liront aient la sensation d'avoir pris connaissance d'une grande, d'une puissante histoire d'amour, car c'en est une !
    « Et que nul n'ait l'idée saugrenue de me plaindre. Je suis sans doute plus heureux que quiconque parce que je n'ai pas redouté d'aller jusqu'au bout de mon idéal.
    « Et, dans la rue, s'ils me croisent, je suis un homme comme les autres, un monsieur tout-le-monde avec ses soucis et ses problèmes professionnels.
    « Mais tout cela n'est plus, dans l'intimité, lorsque paraît Madame mon Maître ! »
    Roman numérique (eBook à télécharger) , 120 pages, couverture illustrée par Bill Ward en couleurs.



  • Espiègles, joueuses, complexées ou timides,... Elles ont en commun leurs rondeurs et, même si plusieurs personnages de ces récits le découvrent seulement, leur sensualité : certaines situations, certains lieux, certains regards sont révélateurs. L'intérêt qu'on leur porte, le désir et l'amour les épanouissent.
    « Ah ! Aujourd'hui, ces mots, que je les trouve fades et dérisoires, pour exprimer la plénitude, une adéquation infinie de mon être et de mon corps ! »
    Rondes et sensuelles se décline en deux parties. Ce second titre est marqué par un érotisme plus affirmé. Il comprend les titres suivants :
    XX Elle de Noann Lyne,
    Une rencontre, l'affirmation d'un désir hors norme.
    La Femme au comptoir de Jacques Fauvet,
    Une irrésistible attraction pour cette femme que son compagnon délaisse...
    La Voisine de Jacques Fauvet,
    Sa femme n'est plus attirante, confie un voisin au narrateur. Sa femme... Mais à quoi ressemble-t-elle ?
    La Bouchère de Virgile Adams,
    Une location étudiante proposée par une femme bien en chair.
    Urbi et orbi de Xavier Otzi,
    Chez une voyante, la danse lascive d'une jeune femme pulpeuse.
    Aphrodite de Ian Cecil,
    Elle loue les services d'un homme afin de pouvoir entrer en couple dans une boîte échangiste...
    Il était temps de Clarissa Rivière,
    La grossesse a décuplé sa libido...
    La Collection e-ros & bagatelle, des récits érotiques tout en légèreté, des nouvelles délicatement excitantes !
    Des auteurs novices ou plus confirmés, tous amateurs d'érotisme, se donnent rendez-vous dans cette collection qui se veut dynamique : des textes inédits, courts adaptés à des lectures d'aujourd'hui, à parcourir avec délectation sur l'écran des liseuses, tablettes et autres smartphones sans oublier « les bons vieux » ordinateurs.
    Nouvelles numériques, 112 pages, couverture en couleurs illustrée par Tess.

  • Le Tourbillon de la vie

    Katlaya De Vault

    • Éditions dominique leroy
    • 22 Août 2012


    Les saisons s'enchaînent tandis que passent et parfois s'arrêtent les femmes. Mah-Jong l'a quittée. Claire si femme, si sûre d'elle, pourrait être son prochain amour. Et Barbara, si neuve et si frêle, sa petite chose chérie.
    La danse effrénée du désir pour l'une et pour l'autre entraîne la narratrice dans un tourbillon de plaisir. Un tourbillon qui mord parfois son coeur.
    Un récit lesbien où les corps se mêlent, où la souffrance côtoie l'extase, où l'amour se cherche et se dit avec des mots doux et obscènes.
    Collection e-ros & ceteri, où l'érotisme prend des chemins de traverse. Saveur des mots crus et sexualité plurielle.
    Des auteurs novices ou plus confirmés, tous amateurs d'érotisme, se donnent rendez-vous dans cette collection dynamique : des textes inédits adaptés à des lectures d'aujourd'hui, à parcourir avec délectation sur l'écran de votre ordinateur et de vos smartphones, tablettes et autres liseuses.
    Nouvelle numérique (eBook à télécharger), 39 pages, couverture en couleurs par Gier.

  • Lisbeth-la-Rouge

    Gilles Milo-Vaceri

    • Éditions dominique leroy
    • 20 Juin 2014



    Marie-Élisabeth Plessis de Forge est, en ces premières années du XIXe siècle, une jeune fille aux moeurs peu conventionnelles. Courageuse, intrépide même, elle a navigué à nombreuses reprises avec feu son père. La mer est son élément. À ses qualités de navigatrice s'associent sa dextérité peu commune à l'arme blanche et un penchant très prononcé pour les hommes, même si Marie-Élisabeth aime également les caresses féminines.
    Lorsque la jeune fille est violée par son beau-père, sans trouver secours auprès de sa mère, elle s'enfuit et s'embarque sur La Bienveillante, en compagnie d'Adrien, capitaine du navire, son ami et amant. Elle choisit de devenir flibustière et de faire payer à son beau-père les outrages qu'elle a subis tout en sabotant son commerce d'esclaves. Première escale : l'île de la Tortue où elle devient Lisbeth-la-Rouge...
    « Plus de Mademoiselle ici, Josépha, on se tutoie et à bord, les hommes m'appellent tous Lisbeth ou capt'aine Lisbeth. Fais-en autant dès à présent. »
    Aventures dans les mers du Sud, poursuites, combats... Lisbeth-la-Rouge est un roman haut en couleur. Son personnage principal au caractère trempé séduira par son impétuosité, mais aussi pour sa sensibilité. Tout en étant flibustière puis corsaire, Lisbeth n'en est pas moins femme. Connaîtra-t-elle la paix en son coeur au terme de ses aventures ?
    Gilles Milo-Vacéri est un auteur aux multiples facettes. L'amour n'est jamais loin de l'érotisme dans ses textes. Épris d'histoire, il se documente scrupuleusement avant de narrer l'aventure de ses vives héroïnes en prise avec leur époque. Il est ainsi également l'auteur de Destin de femmes, trois nouvelles qui se situent à des moments-clés du XXe siècle.
    Collection e-ros & rose : romance érotique, historique ou contemporaine.
    Des auteurs novices ou plus confirmés, se donnent rendez-vous dans cette collection qui se veut dynamique : des textes inédits adaptés à des lectures d'aujourd'hui, à parcourir avec délectation sur l'écran des liseuses, tablettes et autres smartphones sans oublier « les bons vieux » ordinateurs.
    Roman numérique, 252 pages, couverture en couleurs illustrée par Jahyra.

  • À mon amante

    , , ,

    • Éditions dominique leroy
    • 29 Mai 2012

    Lettres d'amour, lettres de désir, de jalousie, de regrets : quatre auteurs illustrent de leurs mots, en cinq textes, le thème de la lettre à une amante, femme qui suscite de tumultueuses passions.
    Amour au féminin, tendre écrit nostalgique, virulence et apostrophes, reconnaissance envers celle qui a su dévoiler une personnalité ou rythme soutenu par la nécessité du contact : À mon amante collecte des manières d'être, de penser, de dire, cinq visions originales d'un érotisme épistolaire.
    À mon amante contient les lettres suivantes :
    Vous avez exigé que je vous raconte, Madame
    et Ma chère salope, mon amour, mon amante, ma femme de François Chabert,
    Ma belle endormie d'Isabelle Lorédan,
    Mon amour de F... de Guillaume Perrotte
    et Mon amante de Michel Roux.
    Collection e-ros épistolaire : Quand les mots du désir épousent la forme de la lettre...
    Des auteurs novices ou plus confirmés, tous amateurs d'érotisme, se donnent rendez-vous dans cette collection dynamique : des textes inédits adaptés à des lectures d'aujourd'hui, à parcourir avec délectation sur l'écran de votre ordinateur et de vos smartphones, tablettes et autres liseuses.
    Nouvelles numériques, 38 pages, couverture en couleurs illustrée par Phanhoria.

  • Qui de nous deux ?

    Rosabonnet

    • Éditions dominique leroy
    • 26 Mai 2016


    En Angleterre, au début des années 70, une « frenchie » et ses voisines, Jackie et Marjorie, font connaissance. Elles deviennent intimes. Très intimes, même. Au point de partager des jeux érotiques, notamment ceux de Marjorie, qui comprennent divers accessoires. Seulement, le « boyfriend » de Marjorie est une gêne pour ce trio féminin, si fusionnel.


    « J'ai passé dans cette maison trois années merveilleuses et riches d'enseignement, entre mes deux colocataires et amies. »


    Qui de nous deux ? tisse autour de ces trois amies une toile faite de complicité, de doux moments partagés... jusqu'au drame.


    RosaBonnet est l'auteure de plusieurs nouvelles érotiques aux éditions Dominique Leroy. On peut notamment citer Massage à l'indienne ou Jardin secret.


    Collection e-ros & ceteri : où l'érotisme prend des chemins de traverse. Saveur des mots crus et sexualité plurielle.
    Des auteurs novices ou plus confirmés, tous amateurs d'érotisme, se donnent rendez-vous dans la collection e-ros qui se veut dynamique : des textes inédits, courts, érotiques et numériques adaptés à des lectures d'aujourd'hui, à parcourir avec délectation sur l'écran des liseuses, smartphones et autres tablettes sans oublier « les bons vieux » ordinateurs.


    Nouvelle numérique, 38 pages, couverture en couleurs illustrée par Crow.

  • Dressage suivi de Les Quatre Jeudis, Une brune piquante, Barbara

    Bernard Montorgueil

    • Éditions dominique leroy
    • 18 Mars 2019

    La plus délicate représentation du masochisme masculin, sinon la seule.
    Voici un exemple rare d'hommes asservis par des femmes, certes hautaines, mais qui ne sont ni des lutteuses, ni des géantes aux charmes agressifs, ni des monstres au sexe incertain. Ici, c'est devant la douceur que succombe la virilité, c'est la grâce plus que la violence qui rend l'humiliation sensuelle.
    Le masochisme est un univers d'acteurs. Les personnages des dessins, grâce à des miroirs, sont aussi les spectateurs de leurs figures et tableaux. Par la magie des dessins, des personnages aux mêmes traits et costumes, s'activent simultanément dans des lieux différents qui découplent et écartèlent le texte comme une machine à supplices. Les textes collent aux dessins comme le cuir à la peau.
    Tout comme les illustrateurs américains perturberont l'univers de la bande dessinée, dans une inversion proliférant comme un cancer vigoureux et protéiforme, Bernard Montorgueil profane les illustrations des romans d'amour à l'eau de rose et en appartements, dont il respecte les détails bourgeois de la décoration.
    L'oeuvre de Bernard Montorgueil, auteur et illustrateur plein de charme et d'audace, commença à circuler sous le manteau dans les années 1950, mais elle date de l'entre-deux-guerres. À la fin des années 1970, nous avons enfin publié « officiellement » ses textes et ses dessins, ce qui leur valut une double page dans Libération, le situant ainsi au tout premier rang parmi les illustrateurs érotiques modernes.
    Collection Vertiges Souvenirs, créée par Robert Mérodack. Cette collection de recueils thématiques d'une rigoureuse exigence aborde les grands illustrateurs libertins « en remontant dans le passé ».
    Roman graphique, 212 pages, 57 illustrations hors-texte en couleurs de Bernard Montorgueil, couverture en couleurs.

  • Voyeurisme noir

    Guillaume Perrotte

    • Éditions dominique leroy
    • 24 Février 2016



    Une novella, Fenêtre sur couple, et un roman, Le Bracelet électronique, soit deux textes de Guillaume Perrotte dont les thèmes sont très proches, ont été publiés dans la collection e-ros & bagatelle. Ces deux textes de « voyeurisme noir », où l'excitation passe le pas à la psychose, où le voyeurisme devient morbide, sont à présent réunis en un seul volume.




    Fenêtre sur couple
    Un télescope pointé sur l'appartement partagé par son ex et l'aguichante jeune femme qui a pris sa place, Marianne observe les ébats du couple. Un voyeurisme morbide qui touche sa santé nerveuse déjà fragilisée. La tension monte...
    « Je m'efforce d'occulter les images traumatisantes que je viens de voir par accident dans le viseur de la longue-vue... »
    Fenêtre sur couple est un récit acéré à l'érotisme très sombre, cet érotisme dont Guillaume Perrotte s'est fait une spécialité dans ses romans comme Un amour trop mortel ou Proposition perverse.




    Le Bracelet électronique
    Jo, photographe culinaire, purge sa condamnation à son domicile, un bracelet électronique à la cheville. Il avait frappé sa femme, Nat, après avoir développé une jalousie maladive, renforcée par une impuissance chronique.
    « Des mois, voire des années que j'avais la certitude qu'elle me cocufiait à tour de bras. De quoi devenir complètement cinglé. »
    Le lecteur, grâce à une narration à la première personne, s'immisce dans l'esprit malade de Jo et vit par flash-back les moments heureux comme les premiers symptômes de sa paranoïa. Mais Jo invente-t-il les scènes d'adultère ? Nat lui a-t-elle réellement avoué avec force détails l'avoir cocufié dès leur mariage ?
    Nat loue la villa voisine de celle où Jo est cloîtré et s'y installe avec leur enfant. Simple désir de la part de Nat de permettre à son fils de voir plus facilement son père ou ultime provocation ?
    Le Bracelet électronique a pour particularité d'être à la fois un roman noir qui tient en haleine le lecteur et un roman érotique, où les récits de Nat (imaginés par Jo ?) décrivent sans tabou les relations sexuelles qu'elle a entretenues. Il se pourrait même que ce roman fasse sourire le lecteur, avant de le faire sombrer définitivement dans la folie du narrateur.




    Guillaume Perrotte consacre son oeuvre aux problématiques de l'hypersexualité dans le couple.




    Collection e-ros & bagatelle, des récits érotiques tout en légèreté, des nouvelles délicatement excitantes !
    Des auteurs novices ou plus confirmés, tous amateurs d'érotisme, se donnent rendez-vous dans la collection e-ros qui se veut dynamique : des textes inédits, courts, érotiques et numériques adaptés à des lectures d'aujourd'hui, à parcourir avec délectation sur l'écran des liseuses, tablettes et autres smartphones sans oublier « les bons vieux » ordinateurs.





    Nouvelles numériques, 210 pages, couverture en couleurs illustrée par Sandokan et Chairminator.


  • Ces dames en bottines

    Marika Moreski

    • Éditions dominique leroy
    • 5 Mai 2021

    « Je prends les petites bottines, je les pose devant moi, je me prosterne par trois fois devant elles et je reste à genoux. Je les cire avec amour, avec passion. Je suis occupé à mon office sacré lorsque la porte s'ouvre... »
    Ernest Pinacci, dans ce récit intense nous raconte sa vie mouvementée d'homme asservi et d'esclave heureux à l'ombre de « ses » Dames en bottines.
    « Je vous appartiens et dois m'en contenter, obéir, me soumettre et n'en pas demander plus. Je suis l'objet que vous maniez, que vous prenez, dont vous vous servez et que vous posez après usage, dans un recoin.. »
    Ces Dames en bottines, est le deuxième roman de Marika Moreski qu'on appelait alors « le nouveau Sade en jupons ». Depuis, une trentaine de romans ont vu le jour qui font autorité dans les milieux sadomasochistes.
    Fervente prêtresse de la domination féminine, cette svelte et brune jeune femme régnait sur une cour d'esclaves « triés sur le volet » selon ses propres termes. Très discrète sur la personnalité de ceux-ci, elle ne cache cependant pas qu'elle a épousé un homme qu'elle a totalement asservi...
    Collection Le Septième Rayon, un érotisme jubilatoire et dynamique traduisant une libido sans tabou ni interdit, impudique et libérée.
    Roman numérique, 170 pages, couverture en couleurs illustrée par Bernard Montorgueil.

  • Un tableau complet de ce que peut être le féminisme triomphant et vainqueur, où l'auteure - à la faveur d'exemples stupéfiants choisis à travers les siècles - met fin à la légende de la femme soumise, passive, exploitée et battue et où le lecteur découvre les étonnantes méthodes que le sexe féminin utilise pour asservir les hommes.

    Avec ce Petit dictionnaire historique et pratique de la domination et du sadisme des femmes, superbement dressé par Marie-France Le Fel, on découvre que souvent, très souvent, les femmes, souveraines ou bourreaux, ont exercé un pouvoir aussi démesuré que leurs fantasmes.
    D'Agrippine à Catherine II de Russie, de Marguerite de Valois à la sanglante comtesse Bàthory, de Pauline Borghèse la mangeuse d'hommes à la terrible Catherine de Médicis, un éblouissant cortège de dominatrices sorties des brumes de l'histoire, qui asservissent les hommes et les soumettent à leurs caprices les plus fous.
    Et, mêlées à ces grandes figures, d'autres, plus obscures mais non moins fascinantes - avec la description des méthodes qu'elles emploient, des instruments dont elles se servent pour asseoir leur domination sur la gent masculine qui, très volontiers, se complaît à cette servitude érotique.
    La première édition de cet abécédaire de la domination féminine, publiée en 1981 a été remarquée par Bernard Pivot qui a invité Marie-France Le Fel à Apostrophes, le thème de ce 350e numéro était « le pouvoir et la tyrannie ». On peut revoir cette émission sur le site de l'INA.
    Cette nouvelle édition a été revue et corrigée par l'auteure.

    Dictionnaire numérique, 388 pages, illustrations en hors-texte, couverture en couleurs.

  • Cuisante Rencontre

    Marika Moreski

    • Éditions dominique leroy
    • 28 Mai 2012


    « J'ai reçu votre lettre qui était un enchantement. Elle vous a peinte, à mes yeux, comme une jeune fille impérieuse et sensuelle. Je vous aime sans même vous connaître, aussi ne puis-je résister au plaisir de vous appeler Ma Souveraine. Ce titre me fait dépendre entièrement de vous. M'accorderez-vous l'extrême bonheur de me considérer comme votre esclave ? »
    Cette nouvelle est extraite de l'eBook NOS MARIS, CES BÊTES À PLAISIR.
    Nouvelle numérique, 25 pages, couverture illustrée par Bill Ward en couleurs.

  • Trois jours de braise

    Martine Roffinella

    • Éditions dominique leroy
    • 15 Septembre 2012


    Un été, à Hyères. Les jours s'étirent inutilement tant que la chaleur n'est pas au rendez-vous. Lorsque les températures sont enfin à la hauteur de ses espérances, elle se met en chasse de femmes suffisamment dociles pour participer à ses jeux. À moins qu'elle ne soit à son tour soumise à une femme autoritaire ?
    Dixième livre de Martine Roffinella, Trois Jours de braise est un roman où la domination relève aussi d'une quête identitaire.
    Née en 1961, Martine Roffinella n'a jamais cessé d'écrire, depuis l'âge de douze ans, des nouvelles et des romans, explorant notamment les thèmes de l'intime et de l'amour saphique.
    Collection e-ros D/s, des récits de Domination et de soumission, échanges de pouvoir érotique.
    Des auteurs novices ou plus confirmés, tous amateurs d'érotisme, se donnent rendez-vous dans cette collection dynamique : des textes inédits adaptés à des lectures d'aujourd'hui, à parcourir avec délectation sur l'écran de votre ordinateur et de vos smartphones, tablettes et autres liseuses.
    Roman numérique (eBook à télécharger), 94 pages, couverture en couleurs par Jahyra.

  • Récits de flagellations Tome 2

    Jacques De Virgans

    • Éditions dominique leroy
    • 29 Mai 2012


    Chers lecteurs,
    Je vous propose ce deuxième opus dans la même ligne que le précédent mais ayant pour cadre unique l'époque de l'antiquité romaine en raison de la nudité totale des esclaves punis, ajoutant ainsi une touche d'érotisme et de sexualité.
    Un jeune noble romain est accueilli dans le domaine de son oncle, au bord de la mer Adriatique, durant l'été de l'an 137 après Jésus-Christ. Il va découvrir la vie de cette propriété agricole composée de centaines d'esclaves soumis à la cruauté de leurs maîtres.
    Au moindre manquement, les esclaves sont condamnés à recevoir le fouet, ce châtiment corporel est détaillé minutieusement et précisément dans toutes ses étapes : des faits qui ont amené la condamnation, à la sentence prononcée, puis aux préparatifs de la punition, la flagellation, toujours en public, avec le décompte des coups.
    Lors de ces châtiments corporels, plusieurs types de fouets sont utilisés, fouet à une ou plusieurs lanières de cuir, fouet avec des lanières constituées de fines cordelettes tressées comportant des noeuds (proche du chat à neuf queues contemporain), ainsi que différents supports pour attacher les suppliciés, poteau, poutre, chevalet.
    Notre héros, épris d'une jeune esclave, va se trouver tiraillé entre son amour pour elle et la pitié qu'il éprouve envers le sort des esclaves soumis à de terribles châtiments corporels.
    Dans cet huis clos où règne la volonté de dominer, les jalousies, vengeances, perversités, intrigues, complots et pressions sont permanents.
    Dans cette atmosphère oppressante et violente, les flagellations d'esclaves se succèdent dans une spirale croissante de terreur, entrainant ainsi notre narrateur vers un dilemme grandissant.
    Comme vous le constaterez en consultant la table des matières et les extraits, les rebondissements sont multiples jusqu'au dénouement final, aussi imprévisible qu'inattendu.
    Je prépare actuellement le troisième tome que je devrais vous proposer courant 2012.
    JACQUES DE VIRGANS



    TABLE DES MATIÈRES
    Chapitre premier, Le Domaine du fouet.
    Chapitre II, Jeunes hommes punis sévèrement pour avoir aimé.
    Chapitre III, Sort tragique d'un esclave rebelle.
    Chapitre IV, Le marché aux esclaves de Brindisi.
    Chapitre V, Flagellations publiques sur la grande place de la cité.
    Chapitre VI, Flagellations publiques : La tragédie d'Ophelia.
    Chapitre VII, Flagellations publiques : Calvaire d'un jeune prince et de sa soeur, réduits en esclavage.
    Chapitre VIII, Le sort impitoyable de jeunes vierges livrées à la tyrannie de Nervius.
    Chapitre IX, Châtiment féroce de deux évadés.
    Chapitre X, Le piège se referme sur Kyra.
    Chapitre XI, La perfidie de Drusella.
    Chapitre XII, Cruel prix à payer.

  • Adore

    Chloe Saffy

    • Éditions dominique leroy
    • 23 Octobre 2013



    Paris, un mois de juillet étouffant. Verlaine s'éveille péniblement. Ligoté et bâillonné dans son propre appartement. Au coeur de cette atmosphère lourde et moite, il voit émerger de l'ombre Anabel, qu'il a quittée deux mois plus tôt sans explication. Le temps est venu pour elle de parler. Pour lui, dévoré par la frustration et réduit à répondre silencieusement, celui de l'écouter. Commence alors un étrange face à face. Et tandis que la séquestration avance crescendo, se déploie en contrepoint le récit de leur histoire amoureuse.
    Entre questionnements et accusations, explications muettes et révoltes silencieuses, sous l'atmosphère oppressante d'une nuit d'été, se tisse un roman d'amour fort, aux accents érotiques troubles.
    Initialement publié aux Éditions Léo Scheer, Adore est le premier roman de Chloé Saffy. Pour cette publication numérique, le texte a été entièrement revu par l'auteure. Il s'agit du premier titre de la collection eMotion.
    Parce qu'il existe des oeuvres littéraires de qualité indisponibles sous forme d'eBooks est née la collection eMotion. « Motion », pour le mouvement, « e » pour symboliser l'édition numérique. eMotion aussi pour le terme « émotion », parce que ces oeuvres bouleversent leurs lecteurs. Nous avons le plaisir de vous présenter le premier titre de cette collection, Adore de Chloé Saffy.

    Roman numérique, 158 pages, couverture en couleurs de Klara Kopf

  • Un train initiatique

    Alain Giraudo

    • Éditions dominique leroy
    • 17 Décembre 2013



    « Est-ce que vous pouvez imaginer, vous, monsieur, qui me paraissez être ce que vous êtes réellement, j'en ai la certitude, un homme correct, un gentleman, est-ce que vous pouvez imaginer ce que c'est pour une femme qui n'a jamais connu d'homme que d'être traitée comme une esclave, blessée dans sa chair de telle sorte que le matin, vous avez l'impression d'avoir été victime d'une agression ? »
    Dans un train de nuit, un homme se retrouve seul dans un compartiment avec une femme d'origine pakistanaise. Au cours de la conversation, elle lui raconte qu'elle rejoint son mari, un être brutal auquel sa famille l'a unie sans son consentement et qui se contente de la posséder en faisant fi de son propre plaisir. Mise en confiance par la politesse et les attentions délicates de son compagnon de voyage, elle sollicite de sa part des caresses intimes.
    L'étrange rencontre de ces deux êtres donne lieu à une scène érotique toute en retenue. Ce voyage en train est finalement initiatique à plusieurs égards.
    Alain Giraudo est l'auteur de deux autres contes dits « de l'Éros triste », Palingénésie et De l'amertume d'un moyen sûr, où l'amour et la sexualité entre deux êtres trouvent un difficile accomplissement.
    Collection e-ros & bagatelle, des récits érotiques tout en légèreté, des nouvelles délicatement excitantes !
    Des auteurs novices ou plus confirmés, tous amateurs d'érotisme, se donnent rendez-vous dans la collection e-ros qui se veut dynamique : des textes inédits, courts, adaptés à des lectures d'aujourd'hui, à parcourir avec délectation sur l'écran des ordinateurs, smartphones, tablettes et autres liseuses.
    Nouvelle numérique, 45 pages, couverture illustrée en couleurs par Gier.

  • Triolisme

    , , , , , ,

    • Éditions dominique leroy
    • 22 Février 2014



    Chez soi, chez d'autres, dans un hôtel, un immeuble, un restaurant, au bord de la route... Des situations incongrues ou des plans à trois parfaitement maitrisés, selon le point de vue adopté.
    « Les gens pourraient croire que nous formons un couple à trois. Mais moi, je sais ce qu'il en est. Quand Nathalie me baise, quand Ric me baise, c'est à elle que je pense... » Julie Derussy, Le Jeu de l'amour et des photographies. !
    Sept courtes nouvelles érotiques mettent en scène trois personnages, deux hommes et une femme ou deux femmes et un homme. Avec des répliques vives, des situations osées, des chutes imprévues, ces sept textes imaginatifs offrent un panel de trios particulièrement audacieux. !
    Le Jeu de l'amour et des photographies de Julie Derussy :
    L'image de Séléné, ses clichés sensuels, hante le trio amoureux qui s'est créé entre la narratrice et le couple formé par Ric et Nathalie.
    Cadeau de Saint-Valentin de Miss Kat :
    Faire l'amour avec une professionnelle, tel est le cadeau que souhaite Lola pour la Saint-Valentin.
    Plateau télé de Gilles Milo-Vacéri :
    Un repas renversé, des inhibitions qui tombent, une punition infligée, fessée et exhibition...
    Excès de vitesse de Clarissa Rivière :
    Se faire arrêter par deux gendarmettes ? L'expérience peut être bien différente de ce que aurait pu imaginer Julien.
    L'Homme de l'escalier de Ian Cecil :
    Un couple a réservé une table dans un restaurant mélangiste. Pour accéder à la salle, un escalier obscur... !
    Décrochage de Gier :
    Deux hommes et une femme dans un ascenseur. Soudain la panne. Une scène typique des films pornographiques ? !
    Chasseuses d'homme d'Erik Torrent :
    Une chance incroyable. Deux superbes femmes qui s'intéressent de très près à lui. Leur comportement semble pourtant assez étrange... !
    La Collection e-ros & ceteri, où l'érotisme prend des chemins de traverse. Saveur des mots crus et sexualité plurielle.
    Des auteurs novices ou plus confirmés, tous amateurs d'érotisme, se donnent rendez-vous dans la collection e-ros qui se veut dynamique : des textes inédits, courts, adaptés à des lectures d'aujourd'hui, à parcourir avec délectation sur l'écran des ordinateurs, smartphones, tablettes et autres liseuses.
    Nouvelles numériques, 66 pages, couverture en couleurs illustrée par Chairminator.

empty