Éditions Payot

  • Chroniques du bord du monde; histoire d'un désert de Damas à Palmyre Nouv.

    En traçant les contours de ce bord du monde entre Syrie, Irak et Jordanie, au carrefour des routes de Damas, Alep et Palmyre, le géohistorien Vincent Capdepuy en arpente le récit plurimillénaire à rebours, des temps présents jusqu'aux confins préhistoriques. Et s'interroge sur la place dans l'histoire globale de ce désert traversé de civilisations, de frontières et de conflits, peuplé de capitales éphémères et de châteaux du désert et hanté par la grande révolte arabe et la figure de Lawrence d'Arabie.

  • Une histoire du plaisir et du désir au Japon sur quatre siècles, du raffinement et de l'inventivité effrénée de la période Edo (17e-19e s.), à travers les érotiques estampes shunga, les geishas et leurs quartiers de plaisir, les samouraïs et leur passion pour les éphèbes, aux moeurs corsetées et à la sexualité bridée du début du 20e siècle, sous l'influence d'un Occident moralisateur, jusqu'aux produits standardisés et mondialisés laissant exploser les fantasmes les plus outranciers à partir des années 1960. La première étude d'envergure sur les pratiques et les contradictions en matière de sexe et de rapports hommes-femmes au pays de Nagisa Oshima, par deux grands spécialistes du Japon.
    Pierre-François Souyri, professeur émérite à l'université de Genève, est sans doute l'un des meilleurs historiens européens du Japon. Philippe Pons est le correspondant du journal Le Monde à Tokyo.

  • Dans cet ambitieux et enthousiasmant ouvrage, Violet Moller retrace le chemin que des manuscrits antiques qu'on croyait perdus à la chute de l'Empire romain parcoururent par-delà les continents et par-delà les siècles pour être retrouvés à la Renaissance. Elle nous embarque dans les bagages d'hommes avides de connaissances, copistes et humanistes, passeurs d'ouvrages d'astronomie, de mathématiques et de médecine, sur la piste de ces sept cités du savoir qui brillaient au coeur du Moyen Âge : Alexandrie, Bagdad, Cordoue, Tolède, Salerne, Palerme, Venise.
    Une enquête palpitante à la recherche de notre patrimoine culturel, menée à la manière du best-seller de Stephen Greenblatt, Quattrocento.

  • Une journée dans la Rome antique sous le règne de Trajan, quart d'heure par quart d'heure, par l'auteur d'Empire et des Trois Jours de Pompéi; après ces deux succès et avec un même talent de conteur, Alberto Angela immerge si bien ses lecteurs dans l'Antiquité romaine qu'il fait presque d'eux des Romains afin qu'ils la comprennent mieux. Un livre qui s'est vendu à plus de 500 000 ex. en Italie.

  • Dévoiler, à partir de six tableaux de Vermeer et d'une faïence, le monde en mutation du XVIIe siècle, tel est le pari de ce livre magnifique salué unanimement par la critique. Une simple jatte de fruits dans La Liseuse à la fenêtre nous entraîne sur les routes du commerce maritime de la fameuse porcelaine bleu et blanc en provenance de Chine, tandis qu'un somptueux chapeau de feutre dans L'Officier et la jeune fille riant nous mène au Canada jusqu'aux fourrures de castor que Samuel Champlain soutire à ses alliés hurons. Au total, sept voyages fascinants pour nous révéler ce que fut réellement l'ampleur des échanges culturels et commerciaux entre l'Est et l'Ouest à l'origine de notre mondialisation actuelle. « Jubilatoire. » (Le Figaro littéraire)

  • Tout à la fois archéologue et homme de télévision, l'Italien Alberto Angela reprend la formule du "docufiction sur papier", qui a fait le succès d'Empire (Payot, 2016), pour nous offrir un reportage au coeur du quotidien de Pompéi durant les deux jours ayant précédé le réveil du Vésuve, en 79 de notre ère, puis pour nous décrire la colère destructrice du volcan dans un film catastrophe qui durera l'équivalent d"une troisième journée. Un livre d'histoire qui brise bien des idées reçues à partir des dernières découvertes scientifiques (la catastrophe aurait eu lieu à l'automne et non en août), mais qui possède aussi un tel souffle romanesque qu'on se croirait embarqués à bord d'un Titanic de l'Antiquité.

  • Ayant découvert que ce qui s'était passé dans le monde depuis deux siècles s'était retrouvé sous forme d'objets et de rituels quotidiens dans notre intérieur, le plus drôle des écrivains voyageurs américains fait le tour de sa maison pour nous raconter cette grande aventure du génie humain - de l'invention de la tapette à souris à la conception de la tour Eiffel, de la saga des acariens à celle des milliardaires. Une histoire de l'envers du décor.

  • En suivant l'itinéraire d'une pièce de monnaie à l'effigie de l'empereur Trajan, nous sillonnons tout l'Empire romain à l'époque de son extension maximale et découvrons toutes les couches de la société au travers de ses propriétaires successifs : un véritable docufiction sur papier qui rend l'Histoire plus passionnante qu'un roman et s'est vendu à 200 000 exemplaires en Italie.

  • Antoine de Baecque raconte ici un moment historique de notre culture, celui où bien manger est devenu un trait spécifique de l'identité des Français. La gastronomie française est née à Paris à la fin du XVIIIe siècle. En quelques décennies, elle a conquis le monde. Avec l'invention du restaurant en 1765, puis son essor au XIXe siècle, une partie de l'identité française tient désormais à la nourriture. Chacun sait, sur la planète, que le Français aime manger, qu'il mange bien et qu'il adore en parler. Et chacun sait que c'est à Paris que cela se passe. En 9 chapitres fluides et vivants, Antoine de Baecque nous fait rencontrer Mathurin Roze de Chantoiseau, le premier restaurateur ; La Reynière, le premier grand critique gastronomique ; Antoine Carême, le premier cuisinier vedette ; Brillat-Savarin, le premier grand intellectuel de la table ; ou encore Escoffier, le premier chef moderne de la cuisine française ; et nos apprend une foule de choses, par exemple sur la première bière pression (vendue chez Bofinger en 1870), sur l'association d'Escoffier et de César Ritz qui va révolutionner la cuisine et l'hôtellerie, sur les premiers "gourmets", ou encore sur le "procès de la sauce poulette", qui permit aux restaurateurs de gagner contre les traiteurs et les aubergistes la bataille de Paris.

  • L'histoire fascinante de Harro et Libertas Schulze-Boysen, couple d'espions allemands infiltrés dans l'administration du Reich et à la solde de l'Union soviétique, qui furent à l'origine de l'Orchestre rouge de Berlin, le mouvement de résistance à Hitler, et qui périrent exécutés par les nazis en 1942.
    Par Norman Ohler, écrivain, journaliste et scénariste allemand à succès. Son premier livre de non-fiction, L'Extase totale. Le IIIe Reich, les Allemands et la drogue (La Découverte, 2016), a été traduit en 25 langues.

  • Quand on a tout perdu et que le sort s'acharne contre nous, jusqu'à quel point notre chemin est-il tracé ? Entre Sans famille et Les Misérables, ce livre d'histoire reconstitue le parcours de trois enfants - Marie et ses deux frères, Nicolas et Michel - devenus orphelins à cause des pandémies de choléra qui terrifièrent la France au XIXe siècle. Le point de départ : quelques feuillets dans un dossier administratif - tout ce qu'il reste de ces enfants du peuple débarqués à Paris avec leurs
    parents depuis leur Moselle natale et victimes du chaos du choléra. Pris en charge par les institutions, placés, séparés,
    maltraités, ils vont se débattre pour survivre et échapper à la pauvreté. À travers ces "vies minuscules", Laurence Giordano nous restitue les tourments d'une société où les petites gens subissent, s'adaptent, résistent - et souvent
    succombent. Peut-on sortir de sa condition quand on est misérable ? La question résonne d'autant plus fort aujourd'hui que l'ascenseur social est en panne.
    Laurence Giordano, professeure d'histoire-géographie dans un lycée parisien, est diplômée de Sciences-Po Grenoble et de l'École des hautes études en sciences sociales. Elle a réalisé plusieurs émissions et documentaires historiques pour France Inter, RFI et France 3.

  • Une histoire globale des interactions entre l'homme et la nature à travers les grands cataclysmes climatiques qui ont bouleversé la vie de l'humanité, de la collision des continents il y a trois millions d'années au réchauffement climatique qui nous menace aujourd'hui. Comment l'homme, qui a toujours subi de grands stress environnementaux, s'est toujours efforcé de transformer la nature pour mieux la domestiquer et comment, en retour, la nature n'a cessé de se venger, entraînant l'effondrement de maintes civilisations et obligeant l'homme à toujours s'adapter à de nouvelles conditions de vie. Par un journaliste en sciences humaines spécialiste de l'histoire globale et mondiale (www.histoire-mondiale.com).

  • De tableau en tableau, du Mongol Kubilaï Khan, qui aimait à chasser en compagnie de guépards dans son palais de Xanadu, au traître Liang Hongzhi condamné à mort pour collaboration avec le Japon pendant la Seconde Guerre mondiale, en passant par la princesse bleue que Marco Polo conduisit de Chine jusqu'en Perse et par Zheng He, l'amiral chinois qui, au coeur du XVe siècle, sillonna l'océan Indien bien avant les Européens au cours de sept voyages, Timothy Brook continue d'arpenter les routes de la mondialisation à partir de la Chine. À travers l'histoire de treize personnages, souvent inattendus mais emblématiques de leur époque - empereurs, aventuriers, marchands, eunuques, pirates, missionnaires, orfèvres, soldats.. -, il nous dépeint un Grand État qui, loin d'être replié sur lui-même, n'a jamais cessé d'être connecté au reste du monde, que ce soit ses proches voisins ou les puissances impérialistes d'Europe. Une fresque ambitieuse sur huit siècles (XIIIe-XXe siècle) servie par une érudition époustouflante et un grand talent narratif.

  • Au-dessus de la mêlée est le plus célèbre manifeste pacifiste de la Grande Guerre. Comparable au J'accuse de Zola, il fut publié par Romain Rolland le 24 septembre 1914 dans Le Journal de Genève. Ce texte exceptionnel, qui exhorte les belligérants à prendre de la hauteur pour saisir l'ampleur du désastre, provoqua aussitôt de nombreuses réactions violentes et haineuses envers son auteur, dont la lucidité, l'idéal de non-violence et de communion entre les peuples furent néanmoins récompensés, dès l'année suivante, par le prix Nobel de littérature.

  • Paris, capitale de l'amour ? En tout cas, c'est probablement la seule ville au monde dont on puisse dire qu'elle provoque tous les fantasmes, au point qu'on a pu parler, en 1869, de "parisine", le parfum sensuel qui émane du sol de Paris. On trouvera dans ce livre de l'historien Dominique Kalifa une foule d'anecdotes et de faits curieux : la carte imaginaire des adultères, arrondissement par arrondissement, établie en 1928 ; Léon Blum suivant une femme dans la rue ; Landru repérant ses victimes dans le métro ; ou encore des sections consacrées aux petits salons des restaurants, à l'amour dans les fiacres ou sous les portes cochères, aux rencontres amoureuses dans le métro ou, comme Marguerite Duras dans les années 1930, dans les piscines municipales, etc. Mais on pourra également lire ce Paris comme l'histoire sur un siècle, de 1860 aux années 1960, de la conquête de la ville, de l'espace public, par les femmes.

  • Un portrait très vivant de l'Egypte d'Amenhotep III (vers 1442 av. J.-C.) sur 24 heures, avec un personnage par heure, du pharaon au simple potier, de l'embaumeur au voleur de tombes, en passant par la sage-femme et la pleureuse - ou comment un archéologue de renom nous aide à comprendre une civilisation complexe au moyen d'un docufiction sur papier, dans l'esprit des livres d'Alberto Angela sur l'Antiquité romaine.

  • Août 1944. Hitler ordonne à von Choltitz de détruire Paris. Un homme va le faire renoncer : Raoul Nordling. Alors consul général de Suède, il parvint à extraire plusieurs milliers de prisonniers des mains allemandes et devint l'interlocuteur privilégié du gouverneur de Paris. Usant de toute son influence, il facilita le ravitaillement des Parisiens, obtint la signature d'une trêve provisoire entre les Occupants et la Résistance, organisa une mission pour accélérer l'arrivée des Alliés. Et surtout, il permit à la ville-lumière de ne pas être transformée en champ de ruines. Ses souvenirs, publiés ici, sont un document exceptionnel.

  • Un voyage au coeur de l'imaginaire fantasmatique et des pratiques sexuelles des hommes et femmes de l'Antiquité avec pour guides douze statues antiques de dieux et déesses qui nous mèneront aux sources de notre érotisme, de la Mésopotamie des prêtresses de l'amour à la Rome des orgies et des nymphomanes, en passant par l'Égypte des déesses maternelles et sensuelles, la Crète des déesses serpents et la Grèce des héros virils et des Amazones.

  • Ce livre passionnant et brillamment mené, écrit par un professeur de relations internationales américain habitué des médias, dont c'est le premier ouvrage traduit en français, nous conte, à travers l'histoire d'un des fleurons de l'hôtellerie mondiale (le Pera Palace) et d'un train (l'Orient Express) dont le seul nom évoque des images d'exotisme suranné, la transformation d'une ville (Istanbul) qui, au début du XXe siècle, quitta à jamais les atours séduisants de la Constantinople cosmopolite de jadis pour entrer de plain-pied dans la modernité. Il nous offre aussi une saisissante galerie de personnages, dont certains fort célèbres : Agatha Christie, John Dos Passos, Ernest Hemingway, Léon Trotsky...

  •   À travers le portrait de la Joconde et son histoire, c'est le personnage de Léonard de Vinci que nous dévoile Alberto Angela, et plus généralement c'est à la civilisation de la Renaissance qu'il nous initie avec ce même talent de conteur et de pédagogue qu'il a déployé dans Empire (2016) puis dans Les Trois Jours de Pompéi (2017). Un livre qui mélange des textes passionnants à quelque 190 illustrations en couleurs.

  • Une peinture en Occident sur cinq siècles des pratiques culturelles que recouvrent les notions d'abstinence, de continence, de virginité et de chasteté, chez les ecclésiastiques comme chez les laïcs. Deux éminents historiens des sensibilités et des mentalités, déjà responsables chez Payot de Noël. Une si longue histoire... (2016), passent en revue ces comportements qu'on croyait révolus depuis la "révolution sexuelle" des années 1970-1990 mais qui connaissent aujourd'hui un nouvel engouement avec l'expansion du mouvement No Sex.

  • Comment quelques petites phrases décisives et novatrices, prononcées par les papes au cours des siècles, de Grégoire VII au XIe siècle à François aujourd'hui, ont définitivement changé la position de l'Église dans le monde sur des grands sujets politiques ou sociétaux. Par l'historien à succès du Divan d'Istanbul et de Charlemagne, au talent de plume indéniable et au fort potentiel.

  • Du comte d'Évreux qui édifia cet hôtel particulier en 1720 pour abriter ses amours avec sa maîtresse à nos récents présidents qui eurent bien du mal à y garder leur vie privée secrète, en passant par la Pompadour et son aréopage de pucelles, les chassés-croisés érotiques du couple Murat, les « petites impératrices » de Louis-Napoléon Bonaparte, ou les comédiennes peu farouches de Félix Faure, Clémenceau ou Raymond Poincaré, les frasques des locataires de l'Élysée, lieu de pouvoir autant que de plaisir, ne datent décidément pas d'hier !
    Par Jean Garrigues, historien très médiatique de la vie politique française.

  • Ce livre explique pourquoi les « Arabes » sont une obsession française. À la fois histoire coloniale et histoire de la sexualité, il montre que la révolution sexuelle des années 1960 et 1970 fut intimement liée à la guerre d'Algérie, à la décolonisation et à l'immigration. Après l'indépendance, loin d'être un tabou, la figure de l'« Arabe » irrigue tous les débats publics : discours de l'extrême droite, du mouvement homosexuel, du catholicisme social, débats sur la prostitution, « vogue » de la sodomie dans les années 1970, fantasme de la traite des Blanches, ou question du viol, centrale pour l'extrême gauche et chez les féministes. Revisitant ces vingt années si cruciales pour l'histoire de la France d'aujourd'hui, Mâle décolonisation est appelé à faire date.

empty