Christian Bourgois

  • The Nobel Prize and Pulitzer Prize-winning author of Sula presents the story of embittered Korean War veteran Frank Money, who struggles against trauma and racism to rescue his medically abused sister and work through identity-shattering memories. Reprint. 100,000 first printing.

  • « On me pose très souvent la même question depuis que j'ai été nommée première danseuse étoile noire américaine à l'American Ballet Theatre. Et maintenant ? [...] Le plus souvent, lorsqu'on m'interroge sur mes projets pour l'avenir, je hausse les épaules, souris, et réponds : "répéter". Les annonces de nomination se font de manière inattendue et elles ne se basent sur aucun modèle défini, cependant il était normal que j'apprenne la mienne dans le studio où j'ai passé tant de temps ces dernières années depuis que j'ai intégré la compagnie de l'American Ballet Theatre en 2000. [...] La nouvelle fut une surprise totale. [...] j'ai fondu en larmes. Comment aurais-je pu réagir autrement quand mon plus grand rêve venait juste de se réaliser? » Misty Copeland « Bouleversant et éloquent. » The New York Times « Son histoire est un modèle pour toute personne - homme ou femme, noire ou blanche - qui s'évertue à poursuivre un rêve malgré les nombreux obstacles apparents. La grâce avec laquelle elle atteint le sien est un exemple pour tous. » Booklist Traduit de l'anglais (États-Unis) par Johan-Frédérik Hel-Guedj Illustration de couverture : Kevin Mazur/Getty Images

  • Des années Dylan aux attentats du 11 septembre 2001, Ann Beattie dresse un tableau de l'Amérique au travers de personnages aux doutes universels : une dactylo multiplie les mariages et les régimes ; une pianiste voit son existence partir en fumée entre deux préludes de Bach ; une épouse d'universitaire rêve d'adultère le temps d'une leçon de conduite...

  • À Buenos Aires, le soleil frappe fort sur l'immeuble en construction de la rue Bonifacio. En ce dernier jour de l'année, date initialement prévue de l'achèvement du chantier, les futurs propriétaires sont venus constater l'avancement des travaux. La famille Viñas, chargée de veiller à ce que personne ne pénètre dans le chantier, s'est précairement installée au dernier étage du bâtiment et s'apprête à célébrer le réveillon. Mais, traversant les étages et les cloisons, une bande de fantômes a également investi les murs. Des fantômes que les membres de la famille Viñas sont les seuls à pouvoir voir. Patri, la fille aînée, se lie particulièrement avec eux. Rongée d'incertitudes, peu en phase avec les humains qui l'entourent, préférera-t-elle la compagnie des fantômes à celle de sa famille pour fêter le passage à l'année nouvelle ?

  • Paru en 1935, ce roman n'a pas été réimprimé pendant près de 70 ans. Ceci à la demande de Nancy Mitford elle-même, qui souhaitait mettre un terme à la brouille que sa publication avait provoquée avec ses soeurs. Unity et Diana lui reprochaient en effet la caricature à peine masquée qu'elle faisait du mari de Diana sous les traits du charismatique et très nationaliste Captain Jack. Car derrière ce qui est en au premier abord une comédie enlevée, portée par le meilleur de l'humour anglais, transparait une critique mordante des moeurs de la bonne société britannique, sur fond d'avènement du fascisme.

  • Attiré par ce qui brille, le prédateur fond sur sa proie. Jane, fraîchement diplômée de Harvard, connaît la renommée lorsqu'elle est interviewée par le New York Times. Elle rencontre alors Neil, professeur entre deux âges, séducteur invétéré. Et l'amour frappe, fort. Jane quitte tout pour le suivre et vit dans l'ombre de son mentor. Un jour, il disparaît. Elle ne le reverra jamais. A-t-elle rêvé ?

  • Dans l'Espagne des années quarante, le Ballot et le Chinois grandissent ensemble dans l'appartement de leur grand-mère. Les journées des deux cousins, âgés d'une douzaine d'années, passent au rythme des leçons de boxe de Don Rodolfo, des lointains échos de la guerre et des anecdotes rapportées par le voisinage. Jusqu'au jour où Elke, une jeune orpheline de guerre allemande, s'installe deux étages plus bas chez la tante Gloria qui l'a adoptée. Accompagnés par cette complice casse-cou dans leurs équipées, les deux garçons vont se retrouver grandis et tomberont l'un et l'autre sous l'emprise de « l'éternel féminin », comme le dit Don Rodolfo...
    Álvaro Pombo déploie ici une galerie de personnages bigarrés, dont chaque membre sera tour à tour dépeint dans ses travers comme dans ses actes héroïques, toujours avec drôlerie.

    « Le sens de l'humour déborde de toutes parts d'anecdotes qui, par ailleurs, ne sont pas exemptes de tendresse. » (Leer) « Une fantastique description du monde de l'enfance, dans un style renversant. » (José Antonio Marina)

  • Dans le nord du Pakistan, un adolescent mène une vie simple et heureuse en compagnie de ses soeurs et de ses parents, qu'il aide à récolter les fruits dans le verger. Au marché, il tombe sous le charme de la fille d'un puissant politicien, à laquelle il se lie, enfreignant ainsi les règles de la hiérarchie sociale. Pour son impudence, le jeune garçon est jeté dans une prison sordide où il croupit pendant quinze ans.
    À sa libération, brisé physiquement et mentalement, il est recueilli par Abbas, un poète érudit, aux côtés de qui il va réapprendre à vivre et se familiariser avec un monde qu'il ne reconnaît plus.
    Récit d'un retour à la vie, ce roman est avant tout une grande histoire d'amour intemporelle imprégnée de la sagesse et de la poésie des contes orientaux.

    « Une création à l'état pur. Preuve supplémentaire que Peter Hobbs est un des meilleurs écrivains, et parmi les plus courageux... Je l'ai lu sans m'arrêter. » Ali Smith « Un bijou d'écriture, parfaitement calibré, qui traite du caractère indomptable du coeur humain et du pouvoir salvateur de l'imagination quand plus rien d'autre ne demeure. » Financial Times

  • 1844, Isabella Walker épouse l'ingénieur Henry Robinson. 1850, elle s'éprend d'Edward Lane, jeune et brillant médecin, et relate cette passion fantasmée dans son journal intime. 1855, Henry dérobe ces écrits et l'accule au divorce, faisant de cette femme sous verre l'héroïne bafouée d'un procès scandaleux qui excite les préjugés d'une société victorienne régie par les hommes. Un tableau saisissant de l'intenable condition féminine dans l'Angleterre corsetée du XIXe siècle. Passionnant.

  • Au lendemain d'une nuit pourtant bien calme, Saville Kent, cinq ans, disparaît.
    Sous le choc, les habitants de cette grande demeure du Wilthshire doivent faire face à deux évidences : l'enfant a été assassiné et le meurtrier est forcément l'un d'entre eux. Aussitôt, les rumeurs vont bon train. La presse, alors en plein essor, s'en fait un large écho. L'ensemble de la nation se passionne pour l'affaire. l'enquête piétine jusqu'à ce que Jack Whicher, célèbre détective de scotland yard, prenne les choses en main.

  • Harris, patriarche d'une famille élargie qui s'étend du Pakistan à l'Angleterre, vit dans une communauté déshéritée du nord de l'Angleterre où cohabitent traditionnalistes et assimilés, fondamentalistes et modérés. Contre toute attente, il reçoit une « petite fortune » après avoir divorcé d'une Anglaise épousée des années auparavant. Mais Harris considère cette somme comme un fardeau dont il doit se décharger au plus vite. Choisir le destinataire devient alors un véritable casse-tête familial...
    Émouvant et drôle, le premier roman de Rosie Dastgir porte un regard aigu sur les problèmes de classe, de culture et d'incompréhension propres aux communautés déchirées entre tradition et modernité.

  • Le nouveau héros de Genazino aurait a priori tout pour être heureux : un travail ? il exerce en free-lance dans un cabinet d'architecture - et une amie, Maria, un peu trop accrochée à lui et à l'alcool. Il ne parvient néanmoins pas à se défaire d'un certain désarroi, ayant constamment le sentiment qu'on lui en demande trop. Par comparaison, le sort des animaux qu'il croise lors de ses promenades dans la ville lui semble bien enviable. Le gros canard qui dort debout sur une seule patte en plein centre-ville ou encore ce merle capable de chanter et de déféquer en même temps sont des images de sérénité qui le rassurent et le réjouissent un temps. Mais il n'est pas un animal. L'équilibre précaire de sa vie bascule du jour au lendemain lorsque, sans l'avoir voulu, il remplace un ami disparu dont il reprend le poste dans un bureau d'architecture, la voiture, et même la femme. Pour échapper à cette vie par procuration, il commet une petite escroquerie qui le conduira en prison.
    Wilhelm Genazino poursuit son observation, décalée, du quotidien de l'homme contemporain. Il dépeint avec acuité un monde extrêmement exigeant envers chacun d'entre nous. Ceci à travers l'histoire d'un homme qui ne parvient à résister à la pression qu'il subit qu'en enfreignant les règles en vigueur. Ironique, drôle et méchant, Wilhelm Genazino est ici au sommet de son art.

  • Three years after Lord Byron dismissed, Dr John Polidori has fallen on hard times. And then a woman mistakes the doctor for the poet. As the pair fall in love, Polidori knows that he can only emerge from Byron's shadow if he confesses his true identity to the girl; but was it only Byron's shadow that led her to love him in the first place?

  • Les sept nouvelles qui composent ce recueil sont parfaitement indépendantes les unes des autres. Elles sont cependant reliées par un motif commun que Berta Marsé a emprunté à La félicité de Katherine Mansfield : à un moment donné, tous ses personnages se trouvent confrontés à un événement insolite qui va bouleverser leur quoitdien et changer le cours de leur vie.
    Ainsi, dans La tortue, un jeune illustrateur en panne d'inspiration découvre sans le vouloir l'inceste dont est victime une petite fille, qu'il va pour ainsi dire prendre sous sa protection. Dans Origine, c'est une jeune femme qui informe son père qu'elle est enceinte d'un garçon dont on apprend qu'il est son demi-frère, et c'est tout un pan du passé caché du père qui s'effrite. Dans La diva et la coiffeuse, on assiste à la prise de bec aussi pathétique que drôle entre une diva sur le retour, atteinte d'un cancer, et une jeune coiffeuse andalouse émigrée à Barcelone dont elle dédaigne la perruque qu'elle a confectionnée pour sa dernière représentation, et pour laquelle elle a sacrifié sa propre chevelure. La coiffeuse connaîtra alors une des plus belles émotions de sa vie. Dans la nouvelle suivante, Canotage, nous voyons littéralement exploser, en un après-midi, la relation entre un espoir du football espagnol et sa fiancée, alors qu'ils devaient très bientôt se marier. Premier amour est l'histoire d'un jeune garçon condamné à une mort prochaine et qui voudrait connaître l'amour avant de partir : mais attention, nul mélodrame ici, simplement beaucoup d'émotion et de justesse d'analyse. Je t'appellerai tend vers le fantastique, avec humour : un vieillard avait promis à sa fille de l'appeler au téléphone après sa mort. Ce qu'il fait, envoyant du même coup ladite fille à l'hôpital, victime du choc provoqué par cet appel. Dans La moule magique, la fête d'anniversaire d'une enfant de cinq ans tourne au cauchemar.

empty