Langue française

  • Pourquoi offre-t-on des poupées aux filles et des voitures aux garçons ? Pourquoi les femmes gagnent-elles moins que les hommes ? Comment expliquer qu'elles effectuent les deux tiers du travail domestique ? Le genre est-il une identité ou une contrainte? Le pouvoir est-il intrinsèquement masculin ?
    Il s'agit là de quelques-unes des nombreuses questions auxquelles s'intéressent les études sur le genre, devenues depuis une quarantaine d'années non seulement un champ de connaissances, mais aussi un outil d'analyse incontournable en sciences humaines et sociales.
    Au-delà de la variété des phénomènes étudiés, l'ouvrage développe plusieurs axes essentiels des études sur le genre : les différences dans les manières de voir, de penser et d'agir entre femmes et hommes sont le résultat d'une construction sociale ; l'analyse ne doit pas se limiter à l'étude « d'un » sexe, mais porter sur leurs relations ; le genre est un rapport de domination dont les modalités et l'intensité sont sans cesse reconfigurées ; il doit s'analyser en lien avec les autres rapports de pouvoir qui traversent les sociétés.
    Ce manuel propose un panorama clair et synthétique des notions et références essentielles des études sur le genre, en les illustrant par de nombreux exemples concrets.
    Pour les étudiant·es, chercheur·es et enseignant·es des 1er et 2e cycles en sociologie, anthropologie, science politique, histoire et philosophie.

  • Alors que la démocratie contemporaine est fondée sur le débat d'idées, il est parfois difficile de s'y retrouver entre les différents courants : libéralisme, conservatisme, socialisme... Pour les étudiants en droit, en science politique, en histoire, tout comme pour les citoyens, il est important de savoir identifier ces idéologies, les lier à des grands auteurs et aux controverses du passé pour mieux en saisir l'actualité. Cet ouvrage vise à replacer les auteurs et leurs oeuvres dans ces courants, et plus généralement dans une sociohistoire de l'Etat moderne et des sociétés contemporaines. Ce manuel décrit et analyse ainsi, des révolutions du XVIIIe siècle jusqu'à nos jours, les soubassements sociaux, institutionnels et théoriques des idées politiques contemporaines.

  • Cet ouvrage est un manuel d'introduction à la sociologie politique, qui entend être lisible aussi bien par un public déjà sensibilisé aux sciences sociales, que par de complets débutants.
    Le parti pris est d'adopter une forme souple, concise et simple, se rapprochant d'un véritable cours, qui expose et enchaîne de façon logique les notions fondamentales de la sociologie politique en les assortissant d'exemples variés et en les liant aux références essentielles de la discipline.
    L'ouvrage examine successivement les cadres de l'activité politique (qu'est-ce que le pouvoir politique ? qu'est-ce que l'État ? quels sont les grands types de régimes politiques ?), avant de se tourner vers les principaux acteurs de la vie politique démocratique (les citoyens, les partis politiques, les « professionnels » de la politique, l'opinion publique), puis examine les grands types de pratiques politiques en démocratie (le vote, les mouvements sociaux, l'action publique).
    Il propose au final un tableau général d'une discipline scientifique devenue de plus en plus centrale dans l'analyse et la compréhension des phénomènes politiques.

  • Rapports de force, meurtres symboliques, suspense des élections... L'activité politique est empreinte d'une dramaturgie dont les séries se sont emparées.
    Ce livre est le premier à s'intéresser spécifiquement aux séries politiques, pour comprendre comment elles documentent le réel et comment elles le transforment, le mettent en scène et à distance. Elles ouvrent de nouveaux espaces à l'analyse des sciences sociales et donnent accès à ce qui est habituellement caché : les émotions des hommes et femmes politiques, leur intimité, leurs manoeuvres, le rôle de leur famille comme de leurs collaborateurs...
    Les séries sont-elles alors des modes d'emploi du jeu politique ? Quelles visions en donnent-elles ? Si elles synthétisent en images des processus complexes, elles éduquent également les spectateurs et les confrontent à des dilemmes moraux. La politique politicienne, tout comme les structures sociales les plus fondamentales, y sont montrées dans toute leur richesse, sans éviter les clichés, parfois jusqu'au désenchantement, quand l'intérêt général est oublié. Aujourd'hui, par la puissance de leur énonciation et de leur réception, elles sont des arènes de discussion incontournables qui proposent des idées inédites et lancent l'alerte face aux menaces qui pèsent sur la démocratie.
    Pour les étudiants, chercheurs et enseignants en science politique, sociologie et sciences sociales ; pour les amateurs de séries politiques qui souhaitent en connaître les codes et les ressorts.

  • Comment le champ du handicap s'est-il historiquement et socialement construit dans les sociétés occidentales ? Quel type d'expériences le handicap produit-il ? Quelles mobilisations suscite-t-il ? Quel type de recherches et quels courants de pensées recouvrent les disability studies ? Quels traitements politiques les sociétés donnent-elles aux personnes dites handicapées ? Comment celles-ci vivent-elles aujourd'hui à l'école, au travail, en famille, en milieu "ordinaire" ou en institutions spécialisées ? Voici quelques-unes des nombreuses questions que se posent tous ceux qui s'intéressent au handicap et que cet ouvrage propose d'éclairer.
    Depuis une quarantaine d'années, le handicap est en effet devenu un objet d'études à part entière des sciences humaines et sociales, de la sociologie en particulier. Les recherches ont permis de mieux comprendre l'objet socio-politique "handicap" et d'en cerner les contours instables. Mais elles ont aussi ouvert de nouvelles pistes et catégories d'analyse pour penser nos sociétés contemporaines à l'épreuve de la diversité. Elles montrent que la fonctionnalité des corps et des esprits touche au coeur des questions de justice sociale.
    Ce manuel propose un panorama clair et synthétique des études consacrées au handicap en soulignant à la fois les situations concrètes qu'il recouvre et ses enjeux politiques et sociaux.
    Pour les étudiants, chercheurs et enseignants en sociologie, anthropologie, sciences sociales, santé publique et ceux des professions (para)médicales et médicosociales.

  • La sociologie de l'action publique constitue un pôle majeur dans le champ de la science politique. Ce manuel d'introduction propose un état des lieux de la discipline, en présentant et discutant ses principales notions et approches théoriques. Illustré par des exemples variés, issus de travaux classiques mais aussi de l'actualité la plus récente, cet ouvrage montre que la sociologie de l'action publique ne se limite pas à l'analyse de l'État.
    Pour cela, il propose d'abord un repérage des acteurs, publics ou privés, qui participent à la formulation des politiques publiques (acteurs administratifs, groupes d'intérêt, responsables politiques, mais aussi le « public » de ces politiques). Il examine ensuite les séquences essentielles d'une politique publique (dynamiques d'émergence des problèmes, fabrique de la décision, logiques de mise en oeuvre et d'évaluation), avant d'aborder l'épineuse question du changement dans l'action publique. Enfin, il s'intéresse à la multiplication des échelles de l'action publique et plus particulièrement aux politiques internationales, européennes et locales.

  • La communication a longtemps été considérée comme un instrument supplétif du travail politique, analysée exclusivement sous le jour d'une pure mise en forme symbolique de l'offre électorale, de la décision publique ou des luttes politiques. En tant que telle, elle a difficilement pu prétendre au statut d'objet légitime de la science politique, sinon comme la partie la plus artificielle (et sans doute la plus insignifiante) de la conquête et de l'exercice du pouvoir. L'étude des journalistes a, d'une certaine façon, échappé à cette perspective stratégiste. Il s'agira donc, à travers ce manuel, de reconsidérer sociologiquement le monde professionnel de la communication et de l'information politiques, en donnant des exemples et des outils d'analyse sur un espace de pratiques et de relations où se rencontrent, collaborent et s'opposent acteurs et collaborateurs politiques, communicants, journalistes, experts, sondeurs et lobbyistes.

  • En 2011, les Printemps arabes ont fait l'actualité mondiale. Depuis, des recompositions politiques et des évolutions sociales d'importance sont en cours dans cette vaste région qui s'étend du Maroc à l'Irak.
    Les auteur·e·s analysent ces dynamiques récentes, en intégrant les acquis des recherches existantes et en s'appuyant sur la sociologie et l'économie politiques. Ce manuel offre ainsi, de manière inédite, une grille d'analyse comparée, organisée autour des grandes modalités d'exercice du politique : assujettir, contester, participer, développer et gouverner.
    Cette approche invite à une compréhension sereine de pays placés quotidiennement sous le feu des projecteurs, mais qui restent souvent méconnus et caricaturés. Par son caractère global, elle montre que ces pays ne sont pas des exceptions. Par les descriptions précises et les nombreuses illustrations qu'elle fournit, elle en souligne cependant certaines spécificités et permet d'acquérir de solides connaissances à leur sujet.
    Pour les étudiant·e·s et enseignant·e·s des 1er et 2e cycles en science politique, langues et civilisations, histoire ou sociologie.

  • Les personnalités politiques sont « obsédées par le rapport au temps », reconnaît le Président de la République française, Emmanuel Macron. Définie par l'incertitude et la rotation du pouvoir, la démocratie installe une temporalité singulière, rythmée par les échéances électorales, qui s'impose à tous : les élus et leurs entourages comme les acteurs publics et privés en charge de l'action publique. Ce rapport au temps est au coeur du présent ouvrage qui mobilise les travaux les plus récents sur la question.

    À partir d'exemples concrets, les différents chapitres proposent de saisir les logiques spécifiques des temporalités politiques comme autant de marqueurs des processus d'autonomisation du politique et des dynamiques de politisation et de dépolitisation dans les démocraties contemporaines.

    Les auteurs examinent trois dimensions des temporalités de l'action politique collective : le temps des élus, ou l'appropriation des temporalités électorales ; le temps des organisations, ou la synchronisation des temporalités des systèmes organisés ; le temps des décideurs, ou les registres temporels de la décision publique.

    Pour les étudiants, chercheurs et enseignants des 2e et 3e cycles en science politique et en sociologie.

empty