Littérature générale

  • Farcissures

    François Tison

    De l'aveu même de son auteur, "on ne manquera pas de condamner cet exposé pour le mauvais goût de son sujet". Toutes sortes de déchets, tout ce que les hommes peuvent laisser derrière eux, dans leurs poubelles, leurs toilettes, jusqu'à leurs dépouilles submergent soudain le lecteur. Partisan de l'ordre, le narrateur se félicite de l'hygiénisme de notre société mais concède qu'il devrait être l'oeuvre de l'individu et non de la collectivité. En effet, ce que l'on déverse dans une pissotière est une part de soi-même, son bien propre. La satisfaction première du narrateur se transforme en une défense de l'ordure, que chacun devrait cultiver comme son jardin. Ce qui revient à ramener les marges au centre. De part en part ironique, sinon satirique et politique, le texte lui-même produit dans ses notes de bas de pages ou son index autant de déchets, dans des lignes labyrinthiques et organiques. L'espace littéraire devient ludique, mais il s'agit de s'y salir. Véritable fête de la dépense gargantuesque, Farcissures est un encouragement salutaire à la transgression des interdits et à la subversion de la règle, de toute règle.

empty