La Musardine

  • C'est au milieu du dix-huitième siècle, il y a donc plus de deux cent cinquante ans, que Voltaire a écrit les aventures de Candide. Réduits en esclavage, soumis aux pires sévices, aux viols des soudards, aux autodafés de l'Inquisition, aux caprices de leurs maîtres, Candide, Cunégonde et leurs compagnons subissent mille avanies et outrages au cours de leurs pérégrinations." Cunégonde était d'une grande curiosité ; elle voulut savoir si la raison suffisante de Candide était semblable à celle du précepteur Pangloss et elle lui abaissa sans façon ses chausses. Ce qui lui apparut l'éclaira du grand mystère que les mères cachent à leurs filles. Elle releva alors ses robes et, écartant des deux mains ses fesses roses, indiqua au jeune homme le chemin qu'il devait emprunter. Candide était novice et sans malice ; il allait s'enfoncer dans le derrière de mademoiselle Cunégonde lorsqu'un bruit l'arrêta. " Voltaire, en écrivant ce conte à l'humour ravageur, n'a-t-il pas réfréné sa plume ? Bernard Guérin a tenté d'imaginer quelques développements érotiques, qu'il a semés dans le texte original, et que le philosophe des Lumières n'aurait peut-être pas reniés...

  • Annonçant le roman policier, chefs-d'oeuvre de la littérature fantastique, les Histoires extraordinaires d'Edgar Allan Poe ont depuis longtemps consacré leur auteur comme une figure tutélaire du romantisme américain. Pourtant, considérées par certains comme les élucubrations d'un instable porté sur la bouteille, ces nouvelles, qui transpirent la mélancolie, l'angoisse, et les fantasmes d'une époque, ont toujours autant senti le souffre qu'irradié de beautés inhabituelles l'imaginaire des lecteurs.

  • L'Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut écrite par l'Abbé Prévost, a été jugée scandaleuse à sa parution en 1733. Saisi et condamné à être brûlé, ce roman d'aventures érotiques connut par la suite un très grand succès. Qu'ils trichent ou tuent, trompent ou se prostituent, nos jeunes libertins n'ont qu'une excuse : l'impérieux appel du sexe. " Mes yeux s'habituant à la semi-obscurité, j'aperçus les pâles genoux de Manon : ils s'écartaient sous la robe haut troussée. À peine sorti de l'oeuf, je n'avais jamais encore aperçu - ni de près, ni de loin - ce que, en langage de collège, on appelait une "moniche' - ou encore, ce que les servantes de la maison de mon père, en baissant la voix et s'empourprant jusqu'au blanc des yeux, nommaient leur "nature'. À présent les jambes de Manon s'ouvraient en grand dans l'ombre de la nappe. " Le co-auteur : Auteur " porno " pendant la nuit, et le jour, correcteur au Figaro, Carlo Vivari ne craint pas les chauds-froids. Et même, il les recherche. De là, le manque intolérable ressenti à la lecture des chefs-d'oeuvre de la littérature, qu'il entreprend ici de corriger.

  • Carmen, longue nouvelle de Prosper Mérimée écrite en 1845, met en scène une sémillante bohémienne, ivre de plaisirs et de liberté qui séduit pour son malheur Don José, faible et impuissant jouet de ses pulsions sexuelles. " Combien de soldats, ivres de manzanilla, se vidèrent sur Carmen et en elle, par-devant comme par-derrière, entre ses seins ou entre ses lèvres, et sur ses doigts crispés sur les queues ? Celle qui n'avait jamais cessé d'être l'élue de mon coeur finissait la séance couverte de semence. Plus ivre encore que les soldats, elle ne cessait de jouir en criant des mots obscènes pour exciter la bande encore et encore. Il va sans dire que je souffrais le martyre à ce spectacle, et pourtant - je dois à la vérité de le reconnaître -, je m'en repaissais. " Le co-auteur : Romancier (trois romans publiés chez Lattès et Denoël), scénariste pour la télévision et le cinéma pendant plus de vingt ans, Paul Joseph est animateur avec sa compagne et muse d'un site sur la sexualité et l'érotisme.

empty