Les Presses de l'Université d'Ottawa

  • Les PME représentent la majorité du tissu industriel de la plupart des nations et y créent la majorité des emplois. Elles sont devenues les outils qu'utilisent bien des gouvernements et des partenaires au développement pour réduire la pauvreté et stimuler et diversifier les économies. Dans une perspective comparative, cet ouvrage étudie l'entrepreneuriat dans trois pays de culture et de niveau économique différents, malgré leur appartenance commune à l'espace de la Francophonie : un pays industrialisé et membre du G8, le Canada, un pays émergent et membre de l'Union européenne, la Roumanie, et un pays en voie de développement d'Afrique et exportateur de pétrole, le Congo Brazzaville. L'étude s'inscrit dans le contexte de l'analyse institutionnelle et intègre, notamment, la culture du développement durable, visant à mettre en évidence l'impact de divers facteurs sur les spécificités du comportement entrepreneurial des PME. Les auteurs avancent que la promotion des PME dépendra fondamentalement de la capacité à générer des institutions de qualité qui jouent un rôle déterminant dans une meilleure coordination marchande.

  • Haïti aujourd'hui, Haïti demain rassemble les témoignages et analyses d'universitaires, de spécialistes et d'organisations du Canada et d'Haïti sur la situation haïtienne après le séisme de 2010. L'objectif du volume est d'échanger sur les moyens de transformer la crise en une occasion de renforcer un développement endogène, équitable et durable. Les textes, éclairés par un retour sur les erreurs du passé et informés par le Plan d'action des pays donateurs, nous permettent de mieux comprendre les obstacles à surmonter. Ils nous permettent aussi de réfléchir aux principes devant inspirer la réalisation concertée de projets en matière de droits humains, de gouvernance, de sécurité, de justice et de développement économique, social et culturel. Les intervenants et intervenantes s'entendent sur la nécessité d'une refonte de la gouvernance haïtienne, centrée sur la réforme en profondeur de l'ensemble de l'appareil administratif. Une telle refonte de l'État passe par la réaffirmation d'une souveraineté sans équivoque, laquelle ne doit pas venir « d'en haut » seulement, mais de la société civile également. Par delà les actions humanitaires d'urgence et les engagements internationaux, la refondation d'Haïti doit s'appuyer sur un développement ancré dans les droits humains.

  • Trop souvent encore les rapports de sexe sont considérés comme un sous-champ particulier de la sociologie alors qu'ils traversent l'ensemble de la discipline puisqu'ils interviennent dans tous les domaines de la société. Afin de l'établir, il ne suffit plus de s'en tenir à la notion de rapports sociaux de sexe qui, le plus généralement, est utilisée pour faire apparaître l'asymétrie entre les sexes à l'égard du travail, incluant le travail domestique. Le débat autour de la parité politique, dont la France n'a pas le monopole, a imposé la réflexion sur les rapports politiques de sexe. Cette réflexion ne peut être déliée de la prise en considération de la révolution qui s'est produite dans les rapports entre les sexes depuis un trentaine d'années : dorénavant, avec la reconnaissance par la loi et par la société du droit des femmes à contrôler elles-mêmes leur fécondité, elles ne sont plus marquées par les « déterminations de leur sexe », elles intègrent la catégorie de l'« individu abstrait ». Il devient alors visible que le peuple est composé de deux catégories sexuées instituées par l'état civil. Aussi la notion de sexe est-elle plus utile à l'analyse que celle de genre. À partir du moment où il est formellement admis que chaque femme, comme chaque homme, peut prétendre « mon corps m'appartient », les rapports entre les sexes empruntent le registre du différend plutôt que celui de la différence : les femmes ne sont plus victimes, elles sont plaidantes ; elles instruisent le procès de la démocratie moderne qui les a tenues à distance du principe « tous les hommes naissent libres et égaux en droits ».

  • La stabilité de la Malaysia -- gouvernée depuis 1957 par le même parti politique -- n'est pas assurée, ni par les mécanismes de la démocratie libérale, ni par des traits culturels, mais par l'État rentier et ses institutions. Les États rentiers puisent la majeure partie de leurs revenus à l'étranger, sous forme de rentes -- ces États sont redistributeurs et non pas extracteurs de ressources. Parce que leurs revenus ne proviennent pas de la taxation de la population, ils sont réputés autonomes et peu dépendants de la société dont ils sont issus. Cette étude compare les différentes périodes de l'histoire de la Malaysia, utilisant les indicateurs conventionnels pour classifier des États rentiers : les activités d'exportation, la structure de la taxation, les investissements publics et les choix gouvernementaux en matière de développement socio-économique, ainsi que le cadre législatif autoritaire. L'ouvrage analyse la stabilité politique du régime non-démocratique de la Malaysia. Cette analyse, qui puise à l'histoire du développement politique et économique, met en lumière la dynamique spécifique d'un État rentier.

  • Avec les bouleversements que connaissent nos sociétés, e à cause de la rapidité et de l'ampleur avec lesquelles ils se produisent, les événements politiques sont difficiles à suive et à expliquer. C'est pourquoi les auteures de cet ouvrage nous amènent à examiner en profondeur les phénomènes politiques importants en appuyant leur démonstration sur des systèmes précis, notamment ceux du Canada, des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France. Les différents éléments qui constituent ces systèmes sont minutieusement analysés afin d'expliquer le fonctionnement des divers mécanismes du processus politique. L'étude attentive de la nature et du rôle respectif des pouvoirs exécutifs, législatifs, judiciaires et administratifs met en lumière les composantes des centres décisionnels. De même, l'étude de la culture politique, des idéologies, des parties politiques et des groupes d'intérêt permet de comprendre l'environnement interne des systèmes politiques, tandis que l'analyse de l'environnement externe fait mieux saisir l'influence qu'exercent les principaux acteurs de la scène internationale. Par ailleurs, les auteures ont tenu à donner aux minorités canadiennes-françaises hors Québec la place qui leur revient. Elles ont également fait état toutes les fois ce c'était nécessaire de la situation des femmes et de leurs contributions à la vie politique. Pour toutes ces raisons et bien d'autres, dont le recours à des figures, tableaux et suggestions de lecture, cet ouvrage constitue une bonne introduction à la science politique, indispensable autant aux étudiants et étudiantes qu'à tous ceux et toutes celles qui s'intéressent à la chose politique.

  • Peint et chanté, voilé ou dévoilé, usé et abusé, le corps féminin est depuis toujours au centre de la création artistique occidentale. Qu'en est-il, cependant, de sa place dans les sciences sociales ? Comment le corps des femmes a-t-il été pensé et représenté en sociologie, en criminologie, en travail social ou en gérontologie, par exemple ? Cet ouvrage collectif a pour premier objectif d'amorcer ce travail critique en débusquant les logiques patriarcales qui dominent les discours savants développés dans les différentes disciplines des sciences sociales et mettant en scène le corps des femmes. Ce faisant, il montre également comment se sont historiquement construites, et se construisent encore, des représentations de corps de femmes illégitimes ou transgresseurs ou dangereux. Le second objectif de cet ouvrage est de repenser cette image en mettant en lumière les multiples façons que les femmes peuvent utiliser pour subvertir ces représentations dominantes et pour se poser comme sujets tant dans l'élaboration des savoirs que dans la sphère du politique.

  • Pour le profane, la gouvernance fait d'abord penser au fonctionnement des organisations, ou des institutions, et à la distribution du pouvoir dans ces structures. Le jargon dans ce domaine nous vient des spécialistes de la gestion des organisations, des sciences administratives et de la sociologie urbaine. Toutefois, en devenant de plus en plus un domaine privilégiant tant les analyses du politique que de la société, le thème de la gouvernance se révèle porteur d'une nouvelle ambition : celle de se présenter comme une solution de rechange à l'organisation du pouvoir. Le projet d'une nouvelle gouvernance distribuée se présente dorénavant comme une réponse aux transformations en cours du politique dans les sociétés démocratiques. La démocratie à l'épreuve de la gouvernance propose une réflexion dynamique et innovatrice sur l'idée de la gouvernance. Regroupés autour d'un texte central de Gilles paquet, treize chercheurs émérites apportent des perspectives variées et stimulantes qui invitent le lecteur à mener une réflexion riche et nuancée.

  • Cet ouvrage sonde deux grands types de transfert interlinguistique : la traduction professionnelle, enseignée dans les écoles et instituts de formation de traducteurs, et la traduction didactique, pratiquée en enseignement des langues. Les auteurs des textes réunis ici, tous des pédagogues d'expérience, tentent de répondre à quelques-unes des questions fondamentales du domaine : En quoi l'enseignement de la traduction professionnelle se distingue-t-il des exercices de traduction didactique ? Comment enseigner à bien comprendre les textes avant de les traduire ? Comment convient-il d'évaluer les traductions ? La puissance d'Internet peut-elle être mise au service de l'enseignement de la traduction ? Quel métalangage utilise-t-on dans les cours de traduction ? Pourquoi est-il important d'inculquer aux étudiants des habitudes dénominatives ? L'introspection à haute voix (think-aloud protocols) peut-elle contribuer à améliorer la pédagogie de la traduction ? Autant de questions qui trouvent dans ce collectif des éléments de réponse propres à faire progresser la pédagogie de la traduction à stimuler la recherche.

  • De quelle manière se transforment les Amériques à travers les discours publicitaires, les textes de vulgarisation économique et la littérature ? Que deviennent les cultures des Amériques dans le contexte de la nouvelle économie mondialisée ? Ces interrogations sont liées à la transformation des identités enracinées dans un territoire, en images de soi plurielles. Ces dernières rejoignent le développement des réseaux de communication multipliant les déplacements géographiques et symboliques et démocratisant des savoirs de plus en plus complexes. Dans cette dynamique analysée à partir de René Girard, de Homi Babhabha et de Néstor García Canclini, on analyse donc les stratégies pour devenir un producteur de significations plus efficace. Cette visée mène d'une part à la reconnaissance de l'autre et, d'autre part, à tenter de déterminer ce qui, en lui, n'est pas acceptable.

  • L'identité, a toujours semblé dire Pierre Savard, ne doit pas être cherchée dans ce qui isole, ce qui sépare. Elle est une construction spécifique dont la dynamique, riche de la quantité ainsi que de la diversité des relations et des pratiques dont elle s'est nourrie, finit par exercer sur ces dernières une grande influence. C'est à ce dialogue entre les constructions identitaires et les pratiques sociales qu'a été consacré ce colloque, tenu à l'Université d'Ottawa et dédié à la mémoire de Pierre Savard. Les textes réunis en ces pages sont le fruit de cette rencontre pluridisciplinaire, qui, en plus de rendre hommage à un collègue trop tôt disparu, a présenté une vingtaine de communications tournant autour d'un thème très présent dans les débats actuels en sciences humaines, celui des constructions identitaires. Le colloque a voulu notamment mettre en évidence comment les acteurs, collectifs aussi bien qu'individuels, font et refont leur identité, et s'en servent, le plus souvent inconsciemment, pour orienter leurs activités; et comment, en retour, ils laissent aux pratiques le soin de donner une coloration particulière à leur identité. Puissent tous les articles issus de cette rencontre perpétuer le souvenir de Pierre Savard, l'homme et le scientifique, le professeur et l'éternel voyageur, celui qui, partout où il se trouvait, éveillait sympathie et enthousiasme.

  • Depuis la fondation du premier hôpital par les Augustines en 1637, les infirmières ont grandement contribué à la qualité de vie des Canadiens. Des sages-femmes à l'aube de l'histoire du pays aux infirmières du réseau public de santé contemporain, des postes éloignés nordiques aux champs de bataille en Europe, Sans frontières dépeint les épreuves, les défis et les réalisations des infirmières canadiennes sur une période de quatre siècles. Documentée et écrite par les infirmières et des historiennes, cette oeuvre unique rassemble en un seul volume un vaste éventail de recherches. Quatorze chapitres et 28 vignettes, superbement rehaussés de photographies et d'illustrations d'archives, composent cet impressionnant portrait du nursing canadien. Sans frontières est un ouvrage fascinant et indispensable pour les infirmières, les férus d'histoire, et toute personne dont la vie a été touchée par une infirmière.

  • De l'écrit à l'écran est le premier ouvrage qui aborde la question de la réécriture filmique du roman africain francophone. Il se sert de la sémiologie de l'image, de la poétique et des théories post-coloniales pour définir les enjeux théoriques, idéologiques et sémantiques régissant le passage des textes littéraires au cinéma. Il identifie des paramètres importants dans la poétique de l'écriture et montre le rôle de l'acte créateur dans l'altérité du texte dérivé, filmique, par rapport au texte de départ, littéraire. De ce fait, il formule des propositions novatrices par rapport aux interrogations purement spéculatives, thématiques ou idéologiques sur « l'adaptation », acte de recréation et de réécriture dont les mécanismes dépassent le seul cadre des cinémas africains.

  • Cet ouvrage est consacré au parcours de vie des usagers réguliers et fréquents de cocaïne. Plus spécifiquement, les auteurs se sont fixés deux objectifs. Un premier consiste à mieux comprendre la trajectoire des consommateurs coutumiers de cocaïne en analysant les dynamiques qui sous-tendent ce processus. Ceci fait, il est alors possible d'approfondir la relation qui existe entre la consommation habituelle de cocaïne et la criminalité, ce qui constitue le deuxième objectif de l'ouvrage. Ce livre ne vise pas tant à décrire les phases de la trajectoire de consommation de cocaïne qu'à essayer de comprendre les raisons de cet itinéraire.

  • De nos jours, artistes et créateurs de toutes orientations, et dans différents champs de production culturelle, ont de plus en plus recours à des procédés impliquant le traitement de matériaux qui sont déjà disponibles dans l'espace culturel : ils créent en recyclant. Grâce aux nouvelles technologies de reproduction des oeuvres et de traitement de données, cette modalité de production s'affirme comme une dominante de la culture contemporaine. Comment en rendre compte esthétiquement ? Quel est son impact sur notre expérience esthétique ? En quoi nous oblige-t-elle à repenser concepts et compréhension dans le domaine de l'esthétique. Dans ce livre, un groupe international de dix-huit chercheurs se penche sur cette interface entre esthétique et recyclage culturel et propose des éléments de réponse à ces questions. Ce livre est issu d'un colloque international qui eut lieu en 2001 à Montréal.

  • Ce livre a pour but d'examiner la question de l'évaluation des compétences professionnelles en mettant à profit les connaissances théoriques et pratiques acquises par les intervenants et les chercheurs spécialisés dans la formation des enseignants et l'évaluation des compétences. Les spécialistes qui ont contribué à ce volume envisagent le problème de l'évaluation des compétences à différents points de vue, toujours en tenant compte de trois aspects essentiels de l'évaluation d'une profession: 1) le champ de l'évaluation professionnelle; 2) le contexte de l'évaluation professionnelle; 3) les modes d'évaluation et la nécessité d'établir leur validité. Le fruit d'une collaboration des chercheurs et des enseignants d'établissements universitaire, collégial et secondaire, cet ouvrage vise à déterminer la manière dont peut se faire l'évaluation des compétences professionnelles, étant donné la professionnalisation des enseignants au Québec et ailleurs.

  • Ce recueil fait le point sur la gouvernance linguistique, c'est-à-dire sur la manière de gérer les aspirations, les droits et les contraintes touchant les minorités de langue officielle au Canada, notamment les minorités francophones ainsi que sur l'utilisation, la survie et l'épanouissement de leur langue. Dans un contexte de mondialisation qui, paradoxalement, peut pousser vers l'uniformité ou stimuler le dynamisme des cultures minoritaires, dans le contexte canadien de « chartisme » et de multiculturalisme, comment peut-on assurer la transmission et la vitalité des deux langues officielles, dont l'une compte relativement peu de locuteurs hors du Québec et du Nouveau-Brunswick ? On ne peut nier que la gouvernance linguistique s'est complexifiée au cours des dernières décennies dans une société multiculturelle et plurilingue où l'histoire, les traditions, les constitutions et diverses lois tissent autant de mailles souvent oubliées dans le filet sociétal où se meuvent les acteurs (individus et groupes plus ou moins organisés sur les plans linguistique, religieux, social, économique, etc.). Au surplus, l'ère de la mondialisation touche de nombreux pays où coexistent plusieurs langues et cultures. Ce n'est pas un hasard si la Commission de l'UNESCO sur la culture a invité les pays-membres à nourrir plutôt qu'à uniformiser les diverses cultures dans le monde, afin d'enrichir le patrimoine de l'humanité. Plusieurs conférenciers et conférencières de diverses parties du Canada et d'Europe se sont penchés sur les aspects théoriques et conceptuels, sur les constats en ce qui a trait aux politiques linguistiques et aux minorités linguistiques canadiennes, sur les problèmes et les avantages de ce que constitue le « chartisme » par rapport aux droits des minorités ainsi que sur les institutions de la gouvernance linguistique, sur les moyens de reproduction et de diffusion culturelles, pour enfin conclure sur les enjeux et défis pour la prochaine décennie.

  • Dans cet ouvrage, rédigé à partir d'une abondante documentation de première main, Jesús Biagorri Jalón retrace les origines de l'interprétation de conférence et analyse avec la rigueur et la minutie de l'historien et l'expérience de l'interprète les principaux enjeux, politiques, sociaux et culturels ayant entouré la naissance de cette profession au début du XXe siècle. À notre époque où se multiplient les échanges internationaux dans tous les domaines, cette histoire intéressera non seulement les langagiers que sont les traducteurs et les interprètes, mais aussi les étudiants et les professeurs des écoles de traduction et d'interprétation ainsi que tous ceux qui s'intéressent des près ou de loin aux relations internationales des points de vue linguistiques, culturels et politiques.

  • Le dictionnaire est certainement l'une des plus grandes inventions intellectuelles de l'humanité. Ce livre retrace son histoire depuis ses humbles origines au milieu du IVe millénaire av. J.-C. jusqu'en 1539, date de la publication du premier dictionnaire du français par Robert Estienne. Un itinéraire culturel et historique de 5000 ans qui entraîne le lecteur à travers de grandes civilisations : la Mésopotamie, l'Égypte, la Grèce, Rome et l'Europe. L'optique retenue favorise deux dimensions : d'abord, le récit historique chronologique à partir de l'invention de l'écriture vers 3500 av. J.-C. jusqu'à l'invention de l'imprimerie au milieu du XVe siècle ; ensuite, l'étude critique des ouvrages marquants et innovateurs sur le plan des principes et des méthodes lexicographiques, et cela pour chacune des époques et des civilisations mentionnées. Les créatures de dictionnaires ne sont pas oubliés : chaque fois qu'un lexicographe a laissé son nom, une courte notice biographique le situe dans la longue lignée des bâtisseurs de dictionnaires.

  • Lexicographie et terminologie : Compatibilité des modèles et des méthodes est un ouvrage portant sur les points de convergence et de divergence des deux disciplines. Les auteurs, tous spécialistes de l'une ou de l'autre, proposent une réflexion historique, théorique ou méthodologique sur diverses préoccupations actuelles les concernant, sur ce qui les rapproche ou, au contraire, sur ce qui les sépare. Chacun d'entre eux jette un éclairage différent et inédit sur les objets en cause (unités lexicales ou termes), ainsi que sur les cadres théoriques et les méthodes auxquelles elles souscrivent.

  • Bien que le phénomène de la publicité soit au coeur de maints débats dans plusieurs disciplines, aucune étude historique d'envergure, au Canada comme au Québec, ne lui avait encore été consacrée. Tirant leurs données de trois grands quotidiens des années 1920-1960, soit La Presse, Le Soleil et The Montreal Daily Star, les auteurs retracent l'intégration économique et socio-culturelle du Québec à l'« American way of life », qui aboutit à la Révolution tranquille. Dans une double perspective, quantitative et diachronique d'une part, qualitative et synchronique de l'autre, ils montrent que l'offre marchande au Québec s'est considérablement accrue sous la « masse publicitaires », surtout depuis la Seconde Guerre mondiale, et expliquent pourquoi celle-ci constitue une « publicité de masse » en faisant ressortir le rôle crucial du marché dans l'existence des consommateurs. Avant l'appropriation d'une certaine spécificité québécoise par les publicitaires au début des années 1960, c'est la continuité dans les représentations stéréotypées qui l'emporte sur l'adaptation à la conjoncture : la publicité nord-américaine qui envahit alors le Québec applique la raison marchande aux images de l'employé et de la ménagère en quête de bonheur matériel. À bien des égards, le Québec apparaît comme un laboratoire privilégié pour saisir la publicité dans une optique pluridisciplinaire.

  • Ce livre propose une articulation originale des champs du travail, du privé, des rapports sociaux et de la famille, et constitue une avancée majeure dans le champ de la sociologie des rapports sociaux. Monique Haicault rejette la stérilité de la binarisation traditionnelle, en tenant compte, concrètement et théoriquement, des processus de différenciation sociale de sexe. Son épistémologie « cubique » analyse la triade corps-temps-espace dans le contexte du quotidien et à travers les activités professionnelles, les activités familiales de socialisation, les déplacements urbains et les relations intergénérationnelles. L'utilisation de l'image vidéo donne vie à cette expérience. L'image contribue à montrer comment par leurs comportements, leurs actions, leurs propos et le sens qu'ils donnent à leur expérience, les acteurs sociaux participent de la construction de la société et de sa reproduction dynamique. L'auteure apporte une nouvelle contribution à la socialisation sexuée et à la théorie des rapports sociaux entre sexes et intra-sexe. Elle débouche sur un questionnement qu'il sera désormais difficile de passer sous silence.

  • Francophonie, minorités et pédagogie regroupe des textes de sociologues et sociolinguistes activement impliqués dans la recherche sur l'éducation de minorités linguistiques au sein de la Francophonie. La richesse en diversité de ces textes permet de souligner l'apport de la sociolinguistique en matière d'analyse des politiques éducatives. De même, ce collectif met en lumière la contribution de la sociolinguistique en matière de production de connaissances mais aussi de développement d'une pédagogie visant une inclusion et le respect du groupe minoritaire au-delà de toutes frontières.

  • En 1908, afin de lutter contre le favoritisme qui mine autant l'efficacité de l'administration publique que la démocratie, le Parlement canadien décrète que les fonctionnaires de l'État seront dorénavant nommés selon le principe du mérite, en fonction de processus administrés par un organisme indépendant : la Commission de la fonction publique du Canada. Publié à l'occasion du centenaire de la commission, ce livre retrace l'histoire de ce principe et de cette institution, nés dans la controverse et, depuis, le sujet d'inlassables débats. Il permet de mieux comprendre la résilience exceptionnelle et la contribution unique de la commission à l'édification d'une administration publique indépendante, qui constitue un pilier important de la démocratie parlementaire canadienne. On y découvre également comment la commission a contribué, au fil des ans, à trouver un équilibre sans cesse renouvelé entre trois objectifs, reliés mais parfois contradictoires, associés à la dotation de l'administration publique d'une démocratie libérale : la neutralité politique de l'administration, l'égalité démocratique et l'efficacité en matière de gestion.

  • La recherche et la construction théorique de la reconnaissance professionnelle en éducation trouve dans ce volume sa première élaboration qui porte sur la distinction entre l'évaluation et la reconnaissance professionnelle. L'aversion pour l'évaluation dans l'éducation tient dans le fait que l'évaluation comme pratique vécue laissait à l'acteur le poids d'un regard critique, un poids trop lourd à supporter et dont les conséquences sont bien connues : pratiques de contournement et déni de l'évaluation par les évalués et les évaluateurs. La reconnaissance professionnelle devient plus attirante quand elle est le signe d'une évaluation positive, réalisant alors une reconfiguration identitaire des enseignants en formation et développement professionnel. De ce point de vue, la reconnaissance professionnelle pourrait être une nouvelle forme de l'évaluation professionnelle qui tienne compte des systèmes d'attentes interpersonnels, et qui suppose des processus de valorisation et de légitimation des qualités professionnelles en éducation.

empty