QUAE

  • Comment les plantes poussent-elles ? Le nombre d'or est-il omniprésent dans leur architecture ? Leurs structures sont-elles fractales ? Ont-elles un langage ? Une grammaire ? Il y a du vrai dans ces questions, mais il faut aller plus loin. Il faut identifier, modéliser et simuler le rôle des organes d'une plante dans sa croissance et leur fonctionnement.
    La modélisation des plantes fait l'objet de recherches à l'interface de disciplines biologiques (botanique, agronomie, génétique, écophysiologie) des mathématiques appliquées et de l'informatique. Elle permet de créer les modèles de développement de l'architecture des plantes, mais aussi les modèles de production végétale, expression de la croissance des organes.
    Les auteurs de cet ouvrage nous exposent les fondements biologiques, mathématiques et informatiques qui permettent d'exprimer le fonctionnement des bourgeons, la production photosynthétique de la biomasse et sa répartition dans les organes d'une plante. La simulation de la croissance des plantes devient alors possible sous la forme de modèles dynamiques et sa représentation, sous la forme d'images de synthèse. Ces modèles autorisent de multiples applications. De nombreuses plantes sont présentées (herbacées, arbustes et arbres) ; leur modélisation a une visée pratique en agriculture, en gestion des ressources naturelles et de l'environnement et en représentation des paysages.
    Rédigé par des botanistes, des agronomes, des mathématiciens et des informaticiens, cet ouvrage collectif est le fruit de quarante années de recherches conduites par Philippe de Reffye et ses collègues, avec des collaborations scientifiques en France, en Hollande, en Chine et en Afrique. Il s'adresse aux chercheurs, enseignants et étudiants en biologie, en agronomie et en sciences de la vie, aux architectes paysagistes, écologues, qui s'intéressent à la croissance des plantes, à leur modélisation et à leur représentation. Il s'adresse aussi à toutes les communautés des sciences exactes (mathématiciens, informaticiens, physiciens) intéressées par la simulation du vivant.

  • À l'heure des robots et du numérique, la terre (habitat, agriculture, paysage, planète) et la nourriture (du corps et de l'âme) sont parmi les préoccupations majeures dans les espaces médiatiques et politiques. Le pétrole et l'abondance qui l'a accompagné nous avaient fait oublier qu'elles sont au fondement des sociétés humaines. La « crise alimentaire » de 2008, qui a secoué plusieurs continents, a rappelé aux gouvernements l'enjeu de la sécurité alimentaire. Après des décennies d'excédents, de baisse du prix des produits agricoles de base, la question de la valeur de la terre et de l'agriculture est de retour. La question de la santé et celle des droits humains prennent une place élargie tant dans les politiques publiques et dans la production de normes alimentaires. Des mouvements sociaux transnationaux s'emparent de la question de l'avenir de l'agriculture et de l'alimentation, et de celle de la « bonne vie ». Pour contribuer à cette réflexion sur l'avenir de la terre et de la nourriture, cet ouvrage étudie la socialisation de l'agriculture, c'est-à-dire sa prise en charge tant par les politiques agricoles (essentiellement nationales) que par l'organisation des marchés dans un cadre national et international. Il le fait en prenant un large recul et mobilise trois temporalités. La première est celle de la planète. La seconde, celle des régimes métaboliques, façons dont l'humanité à différents stades de développement, mobilise matériaux et énergie. La troisième est celle du capitalisme, avec la succession de systèmes hégémoniques (ce qui n'exclue pas de multiples polarités).
    Cet ouvrage réunit des recherches récentes d'économistes, de sociologues, d'historiens et d'agronomes, de différents pays, recherches qui ont en commun de concerner la place de l'agriculture dans l'évolution des capitalismes.

  • Comment et pourquoi en France au début du XXIe siècle, l'agriculture d'entreprise coexiste-t-elle avec une agriculture durable ? Estelle Deléage analyse les principales transformations de l'agriculture depuis la seconde guerre mondiale. Elle montre que certains agriculteurs continuent à inventer des formes productives singulières qui sont autant de résistances à l'extension continue de l'agriculture industrielle. L'ouvrage peut constituer un support pour l'enseignement en histoire de l'agriculture française.

  • Première synthèse nationale sur le sol, composante essentielle de notre environnement, cet ouvrage présente l'ensemble des connaissances sur les principales ressources en sols de France métropolitaine.
    Les données reprennent l'essentiel des travaux d'inventaire, de cartographie et de recherches associées sur les sols, notamment ceux réalisés dans le cadre du levé de la "Carte pédologique de France", coordonnée scientifiquement par l'Institut national de la recherche agronomique. La répartition, les propriétés et le fonctionnement des principaux sols de grands domaines physiographiques et pédologiques du territoire, bassins sédimentaires, massifs anciens, chaînes récentes et pays méditerranéens, ainsi que leur évolution pédogénétique sont décrits.

    Différents types de séquences et de systèmes-sols distingués au sein de bassins versants d'amplitude variable ont de ce fait été inventoriés. Abondamment illustré par des schémas, des extraits de cartes explicatifs de la distribution des sols et de nombreuses photographies intégrées dans le cédérom associé, ce livre comporte par ailleurs la corrélation entre la taxonomie française utilisée (Référentiel pédologique) et le référentiel international World Reference Base for soit resources (WRB).

    La présentation nouvelle, structurée et paysagique des sols dominants de France, indiquant les clés de compréhension de leur distribution, fait de cet ouvrage une référence indispensable à des niveaux très divers de la connaissance des sols : recherche, enseignement, gestion et conservation de l'espace naturel.

  • Les grandes agglomérations font face à des objectifs environnementaux de taille et parfois contradictoires : imposer la densification pour lutter contre l'étalement urbain, maintenir la biodiversité, anticiper et limiter le changement climatique, réduire les émissions de gaz à effet de serre, offrir un cadre de vie sain et agréable aux habitants...
    Ces enjeux se traduisent dans la pratique par des interrogations récurrentes sur l'impact du végétal dont on perçoit qu'il peut jouer un rôle clé dans le développement urbain durable.
    En réponse, ce livre propose un état de l'art pluridisciplinaire et systémique de l'influence du végétal urbain sur sept enjeux du développement durable : la microclimatologie, la maîtrise de l'énergie, l'hydrologie, les ambiances, la qualité de l'air, l'empreinte carbone et la biodiversité. Chaque enjeu est évalué en fonction des techniques expérimentales et numériques mises en oeuvre, et des résultats des différents dispositifs végétaux rencontrés en ville. L'analyse est précédée d'un bilan de l'évolution de la place du végétal dans les villes françaises et des nouvelles techniques qui permettent d'inventorier à grande échelle les surfaces végétales.
    Cet ouvrage, issu d'un projet de recherche, s'adresse essentiellement aux scientifiques, étudiants et chercheurs qui y trouveront une vision large des rôles physiques de la végétation par rapport à des fonctions écosystémiques, souvent traitées séparément alors qu'elles sont intimement liées. Il peut également intéresser les urbanistes et ingénieurs des villes souhaitant une approche plus globale de la problématique de la végétation en ville.
    En effet, corréler les différents enjeux comme nous avons tenté de le faire, montre à quel point un dialogue entre professionnels de divers domaines est nécessaire dans le cadre de projets urbains.

  • L'agriculture est aujourd'hui interpellée par la société, qui exige bien plus qu'une simple production alimentaire : aliments de qualité, services environnementaux, insertion de populations marginalisées, revitalisation des territoires ruraux, habitabilité des milieux urbains, développement de productions énergétiques...
    Cette ouverture des futurs agricoles incite les acteurs ruraux à expérimenter de nouveaux systèmes de production et valorisation, faisant ainsi preuve de créativité et d'obstination pour exister face aux modèles de développement dominants. Parallèlement, ces modèles dominants fondés sur la production de masse à moindre coût continuent à s'étendre, avec les promesses d'un futur basé sur les technologies vertes. Ces évolutions posent des questions. Quel type de développement durable les sociétés veulent-elles ? Comment choisir les innovations qui leur permettront d'y parvenir ? Quels rôles peuvent jouer la recherche et les politiques publiques pour favoriser l'émergence de ces innovations ?
    Au-delà de l'analyse des options techniques, cet ouvrage s'intéresse aux innovations sociales et institutionnelles. Il démontre que l'innovation est le résultat d'une confrontation entre des visions portées par des acteurs aux intérêts parfois divergents. Il n'y a pas de chemin unique vers un développement durable, il faut à la fois encourager l'émergence et la coexistence de différents modes d'agriculture et de systèmes alimentaires. Le succès ne dépendra pas uniquement de notre capacité à repenser les modèles existants mais également de notre volonté à nous engager dans un processus d'apprentissage dont nous sortirons forcément transformés.

  • A de rares exceptions près , les plantes vertes terrestres vivent en symbiose - c'est-à-dire en association intime, durable et à bénéfice mutuel - avec des champignons liés aux racines sous la forme d'organes mixtes appelés mycorhizes.
    Bien connue depuis la fin du XIXème siècle dans les milieux scientifiques, en particulier grâce aux découvertes décisives de chercheurs français, la symbiose mycorhizienne, qui fait actuellement l'objet de recherches très actives dans le monde entier comme en témoigne une abondante littérature en langue anglaise, a paradoxalement été négligée en France dans l'enseignement de la biologie et des disciplines agronomiques. Le public, même averti, ignore que les végétaux sont des entités composites dont nombre de performances sont dues à leurs associés fongiques, et rares sont les professionnels des productions végétales qui intègrent ce fait biologique majeur dans leurs prises de décision. Or le virage actuel que prend l'agriculture des pays développés, y compris la France, vers une agriculture avec moins d'intrants impose de mobiliser toutes les connaissances pour inventer de nouvelles techniques plus respectueuses de l'environnement : la maîtrise de la symbiose mycorhizienne en fait partie.
    Première synthèse approfondie et exhaustive en français sur le sujet, cet ouvrage présente les découvertes fondamentales les plus récentes et leurs applications pratiques en agronomie, horticulture, sylviculture et conservation des espaces naturels. La symbiose mycorhizienne est traitée de façon accessible à tous selon trois points de vue complémentaires : celui du naturaliste (diversité et typologie des symbioses mycorhiziennes), celui du biologiste (aspects fonctionnels, écologiques et évolutifs) et enfin celui de l'agronome (techniques pour maîtriser l'effet mycorhize).

  • Bien que liés à deux mondes différents, le plancton vivant en milieu marin et les pesticides utilisés en milieu terrestre peuvent se rencontrer en eaux côtières. En effet, même à dilutions élevées les produits de traitement appliqués et leurs résidus, entraînés par les eaux de ruissellement, parviennent à plus ou moins long terme jusqu'aux eaux estuariennes, puis littorales. Les contaminations expérimentales d'organismes planctoniques ont confirmé les observations faites en milieu naturel. Ainsi, à partir de certaines concentrations et en présence de plusieurs molécules de pesticides, sont apparues perturbations métaboliques, sélections d'espèces tolérantes au détriment des plus sensibles, modification des équilibres naturels allant jusqu'à l'altération des écosystèmes.
    L'ouvrage décrit les étapes expérimentales de la recherche en écotoxicologie réalisée, d'une part, en microcosmes au laboratoire sur phytoplancton et zooplancton et, d'autre part, in situ, en zones côtières océaniques tempérées. Des bioessais mis au point en zone tropicale, sur les coraux et leurs symbiontes, complètent les connaissances dans le domaine.
    Ce livre s'adresse tant aux chercheurs qu'à un public averti, et met en évidence le risque potentiel que présente l'usage non contrôlé des pesticides pour les organismes et les écosystèmes non ciblés.

  • Les milieux rupicoles sont constitués entre autres de parois rocheuses, falaises littorales, éboulis, regs et carrières. En expliquant leur fonctionnement en tant qu'écosystèmes où les conditions de vie sont extrêmes pour la faune et la flore, cet ouvrage présente la richesse de leur biodiversité et expose leur intérêt comme conservatoire d'espèces. Public : étudiants en ingénierie, écologie, géographie, droit ou économie et gestion de l'environnement ; professionnels et collectivités, naturalistes.

  • L'éthologie appliquée s'intéresse au comportement des animaux dans leur milieu habituel et en interaction avec l'homme. Les modèles étudiés sont variés : animal de rente, de compagnie, de laboratoire, de sport ou encore animal sauvage, et même entomofaune. Depuis peu, l'approche s'est étendue aux comportements humains. L'éthologie appliquée répond à de multiples préoccupations sociétales, telles que le respect du bien-être animal, la préservation de l'environnement et de la biodiversité, la durabilité des systèmes de production, l'aménagement du territoire ou encore l'amélioration de la santé humaine.
    Cet ouvrage vise à faire connaître cette jeune discipline scientifique. Il s'adresse à un large public : biologistes, enseignants et étudiants mais aussi professionnels de l'élevage, de l'agronomie, de l'industrie pharmaceutique et vétérinaire, gestionnaires de la faune sauvage, spécialistes du marketing et de l'éducation, et membres d'associations oeuvrant pour le bien-être animal.

  • Vingt ans après la découverte des récepteurs olfactifs, ce livre fait le point des apports de la biologie moléculaire et de la neurobiologie expérimentale aux sciences du goût et de l'odorat. Il offre un panorama des découvertes récentes sur la réception et le traitement des messages olfactifs et gustatifs et leurs implications biologiques et sociales. Des nez bioélectroniques à la lutte biologique en passant par le comportement des consommateurs et le diagnostic des maladies, les auteurs ont sélectionné quelques applications actuelles et prometteuses.

  • Avec pour double objectif d'aider à la décision et de donner un éclairage pédagogique sur les multiples aspects du système alimentaire mondial, cet ouvrage présente les théories, les méthodes, les concepts fondateurs et les plus récents, ainsi que des analyses empiriques et historiques sur la question très actuelle de l'alimentation d'une population croissante, dans un contexte de crise technologique, économique et sociale. Une prospective des modes de consommation et de production alimentaire à l'horizon 2050 est proposée.


  • Les maladies émergentes, causes de crises sanitaires potentiellement dévastatrices, représentent un enjeu majeur pour la santé végétale, animale et humaine. Difficiles à anticiper en raison de leur caractère nouveau et imprévisible, elles suscitent une réflexion pluridisciplinaire et une analyse spécifique que propose cet ouvrage à travers des cas concrets de détection et d'analyse biologiques des émergences, de leur traitement statistique et des facteurs environnementaux qui les déterminent.

  • Des avancées scientifiques récentes en nutrition et en sciences des aliments nous permettent de regarder autrement notre alimentation. L'aliment n'est plus considéré seulement comme la somme de ses constituants mais comme une structure physique complexe qui influence le devenir digestif des nutriments, leurs effets métaboliques et in fine leurs effets sur la santé à long terme. Par exemple, à composition strictement identique, un pain et des pâtes alimentaires à base de blé dur ont des effets nutritionnels très différents, le premier étant un sucre rapide et le second un sucre lent avec les conséquences métaboliques importantes que l'on connaît au niveau notamment de la régulation de la glycémie. On pourrait ainsi multiplier les exemples.
    Cet ouvrage présente un état de l'art sur l'influence des caractéristiques physiques et physicochimiques de la matrice alimentaire sur son devenir digestif et métabolique. Les auteurs y analysent les effets sur la santé des nutriments en considérant à la fois les macronutriments, les micronutriments et les fibres. Il ne s'agit plus de d'envisager la nutrition selon une seule perspective quantitative mais aussi selon une perspective qualitative impliquant des notions d'interaction des nutriments dans la matrice, de bioaccessibilité enzymatique et de biodisponibilité digestive.
    L'originalité de l'ouvrage est de suggérer de nouvelles perspectives de recherche en science des aliments via l'ingénierie reverse, à savoir partir des effets santé recherchés pour remonter à la formulation et au procédé de transformation de l'aliment.
    À l'interface de la science des aliments et de la nutrition humaine, l'ouvrage s'adresse aux chercheurs et enseignants-chercheurs, aux étudiants et aux scientifiques de l'industrie agroalimentaire. Il pourra aussi intéresser le milieu médical, comme les nutritionnistes, les cliniciens et les diététiciens.

  • Synthèse pédagogique sur les structures des sols et leur rôle majeur dans les fonctionnements hydrique, physique et biologique des sols. L'ouvrage revient d'abord sur la définition du concept de structure et sur les difficultés de sa quantification. Il fait ensuite la synthèse entre des méthodes de laboratoire permettant d'accéder aux organisations microscopiques et des méthodes de terrain caractérisant la dynamique d'évolution des structures, notamment en fonction des systèmes agricoles.

  • Comment le sexe est-il déterminé ? Comment se déclenche la puberté ? Quel dialogue l'embryon établit-il avec l'organisme maternel ? Comment le comportement maternel se met-il en place ? Par quels subterfuges le foetus échappe-t-il au système immunitaire de sa mère ? Quelles stratégies les oiseaux et les poissons utilisent-ils pour se reproduire ?
    Ensemble des processus par lesquels les espèces se perpétuent et évoluent en fonction de leur environnement, la reproduction a fait l'objet de nombreuses recherches et s'est enrichie de nouveaux outils d'exploration du vivant qui ont bouleversé nos connaissances des mécanismes et renouvelé les concepts. La façon dont l'embryon puis le foetus intègrent leur environnement, l'influence du métabolisme sur la reproduction, sa régulation centrale, ont été, par exemple, largement revisitées. La maîtrise des cycles sexuels et les biotechnologies de la reproduction ont également bénéficié d'importants progrès, tant chez l'homme pour la contraception et l'assistance médicale à la procréation, que chez les animaux où elles facilitent l'élevage et permettent la sauvegarde d'espèces menacées et de génotypes d'intérêt.
    Plus de cent spécialistes français et étrangers de renom ont contribué à cet ouvrage de référence qui synthétise les connaissances actuelles sur la reproduction et leurs applications chez l'animal et l'homme. Il s'adresse à un large public : étudiants, enseignants, chercheurs, ingénieurs et médecins au sein des universités, écoles agronomiques et vétérinaires, instituts de recherche et entreprises travaillant dans le domaine de la reproduction, et à toute personne souhaitant se familiariser avec les mécanismes passionnants qui sont à l'origine de la vie.

  • Les petites cellules font les grands arbres ! Le bois est à la fois un tissu cellulaire végétal aux fonctions multiples, et une ressource renouvelable permettant de répondre aux besoins humains en matériau et en énergie. L'anatomie se situe au carrefour de connaissances, vers lesquelles convergent aussi bien les biologistes que les spécialistes du bois, car elle est une clé de compréhension d'une part pour la physiologie et la biomécanique de l'arbre, et d'autre part pour les propriétés physico-mécaniques du bois et de sa qualité en tant que matériau. L'anatomie des bois est par ailleurs un puissant outil d'identification des essences, pour des applications allant de l'expertise judiciaire à l'étude archéologique.

    De nombreuses illustrations complètent la description précise des structures cellulaires et pariétales des espèces ligneuses résineuses et feuillues. Si les exemples choisis correspondent surtout aux essences forestières françaises les plus importantes d'un point de vue économique, les bases de l'anatomie du bois restent communes à tous les arbres du monde.

    Cet ouvrage pédagogique est destiné aux professionnels, chercheurs, enseignants, étudiants de niveau master ou doctorat, qui souhaitent comprendre la formation et les fonctions du bois dans l'arbre et aborder l'anatomie comme outil d'identification.

  • L'amélioration des plantes, en interaction avec l'agronomie, a déjà beaucoup apporté à la satisfaction des besoins alimentaires de l'homme. Cet ouvrage montre que des progrès importants sont encore possibles afin de nourrir les 9,6 milliards de personnes qui seront présentes sur Terre en 2050.
    D'un point de vue génétique, le but de l'amélioration des plantes est de réunir dans un même ensemble de plantes, une variété, le maximum de gènes favorables pour les différents caractères à améliorer. La plupart des variétés modernes sont devenues génétiquement homogènes, mais sont-elles toujours préférables aux variétés hétérogènes ? Quels sont les outils du sélectionneur et comment les met-il en oeuvre ?
    Pour que le progrès génétique obtenu par le sélectionneur parvienne jusqu'à l'agriculteur, différents acteurs interviennent. Pourquoi faut-il un catalogue des variétés, une certification des semences et une protection des variétés ? Quelle est la place de la sélection participative ?
    Les caractères à améliorer sont nombreux. Comment sélectionne-t-on pour le rendement, la résistance aux maladies, la tolérance à la sécheresse, la valorisation de la fumure azotée et la qualité de différentes productions ? Quelles sont les possibilités d'action sur ces caractères pour répondre au triple défi : nourrir le monde, respecter l'environnement et adapter l'agriculture au changement climatique ?
    L'ouvrage répond à toutes ces questions et montre les apports, réalisés ou possibles, de l'amélioration des plantes aux différentes attentes des agriculteurs, des consommateurs, des industriels de l'agroalimentaire et de la société.


  • The European project Multisward (http://www.multisward.eu/multisward_eng/) aims at supporting developments and innovations in grassland use and management in different European farming systems (including low-input and organic farming systems), pedoclimatic and socio-economic conditions i) to enhance the role of grasslands at farm and landscape levels to produce environmental goods and to limit the erosion of biodiversity and ii) to optimise economic, agronomic and nutritional advantages for the development of innovative and sustainable ruminant production systems.
    The identification of the innovations and their implementation required an exhaustive analysis of the state of grasslands and herbivore production in Europe including how they changed over decades. The effects of public policies were investigated. The results of this analysis are published in the present book.



    Conduit et financé par le projet européen Multisward, ce livre électronique en accès libre fait un état des lieux des prairies et cultures fourragères dans toute l'Europe en les resituant dans le système de production où elles sont intégrées, et en étudiant les déterminants techniques, économiques et réglementaires des évolutions passées et présentes. Abondamment illustré de cartes, il comporte également de nombreux cas concrets dans l'ensemble des régions européennes, témoignages d'agriculteurs et interviews d'acteurs clés.

  • Cet ouvrage, richement illustré, offre un panorama représentatif des agents parasitaires rencontrés chez les poissons. S'appuyant sur les nouvelles conceptions de la classification phylogénétique, il met l'accent sur les propriétés biologiques, l'épidémiologie et les conséquences cliniques des groupes d'organismes en cause, à la lumière des avancées cognitives permises par les nouveaux outils de la biologie. Il est destiné à un large public, allant du monde de l'aquaculture à ceux de la santé animale et de l'enseignement, ainsi qu'aux chercheurs.

  • Synthèse bibliographique consacrée à l'évaluation de flores protectrices pour améliorer la qualité microbiologique des aliments, cet ouvrage recense les espèces bactériennes et les mécanismes mis en jeu pour lutter contre les flores indésirables, principalement pathogènes. Les critères requis pour la sélection de flores protectrices efficaces ainsi que des exemples dans les principales filières alimentaires sont présentés. Public : chercheurs, enseignants et professionnels des filières agroalimentaires.

  • Quelles technologies influencent les qualités sanitaires, toxico-nutritionnelles et organoleptiques des viandes ? Comment prévenir les risques d'oxydation et le développement bactérien ? Quels sont les facteurs réels de risque de cancer ? Quels types de production sont développés en France ?
    Quelles conditions d'élevage améliorent les qualités sensorielles et nutritionnelles des viandes ? Autant de questions auxquelles ce livre, fruit du travail de 39 auteurs, se propose de répondre en s'appuyant sur des articles référencés.

  • Cet ouvrage présente la photosynthèse, phénomène complexe qui implique des mécanismes à la fois physiques et biochimiques.
    Après une partie introductive (historique et généralités), le livre présente les deux grandes phases du processus : la phase lumineuse (mécanismes de capture et de transformation de l'énergie lumineuse en énergie électronique et chimique, transferts d'électrons dans et entre les photosystèmes) et la phase métabolique (fixation et réduction du carbone atmosphérique et synthèse des molécules organiques nécessaires au déroulement de la vie).
    La dernière partie fait le point sur les relations plantes-atmosphère, l'influence des facteurs environnementaux sur la photosynthèse et l'impact écophysiologique de celle-ci.
    Pédagogique, largement illustré et muni d'un index indispensable, ce livre s'adresse aux étudiants des premier et second cycles de l'Université, aux candidats aux concours du Capes et de l'agrégation, aux enseignants en agronomie, pharmacie et biologie.

  • La biomasse lignocellulosique des plantes est une ressource abondante, peu onéreuse, renouvelable et largement sous-employée. Composée essentiellement de parois cellulaires, elle constitue une importante ressource de fibres pour l'énergie, les biomatériaux et la chimie verte.
    Cet ouvrage fait le lien entre le type photosynthétique des plantes, leur adaptation au milieu et le potentiel de production. Les bases agronomiques de la production de biomasse sont traitées autour de l'exemple de la canne à sucre et des plantes d'intérêt comme Miscanthus sp. L'analyse est axée sur les qualités de durabilité des systèmes de culture dédiés à la lignocellulose. Les connaissances actuelles sur la synthèse des fibres et leur composition, la culture et les usages industriels, les problématiques post-récolte de conditionnement et de stockage sont autant d'éléments abordés.

empty