• Nous sommes au Japon, à l'époque Edo. Une terrible épidémie incurable ayant frappé la population masculine japonaise 80 ans plus tôt, la population masculine a chuté au point d'être réduite au quart de celle des femmes. Les garçons, ont donc été élevés avec grand soin, protégés, tandis que les femmes ont pris en charge tous les travaux quotidiens, la gestion des entreprises. Tous les rôles sont inversés ! En outre, les hommes étant devenus une denrée rare, seules les femmes les plus riches peuvent désormais s'offrir un mari. La charge suprême du shogun est également passée aux mains des femmes. Le shogun domine un pavillon interdit aux autres femmes qui abrite les 800 plus beaux spécimens masculins d'un monde qui en manque cruellement. Mizuno, jeune séducteur, a intégré le pavillon des hommes du shogun, pour éviter un mariage avec un bon parti que sa mère voulait lui imposer. Il y reçoit un salaire qu'il fait parvenir à sa famille. C'est les larmes pleins les yeux, qu'Onobu, son amie d'enfance et amour secret, l'a laissé partir. Une hiérarchie complexe divise les hommes du pavillon en différentes catégories. Mizuno, entré dans la classe la plus basse va réussir à grimper les échelons de par sa force inhabituelle dans une population masculine globalement surprotégée. Toutefois, la supériorité au sabre de Mizuno notamment, si elle lui permet de se faire remarquer par le nouveau shogun, lui attire également des inimitiés dans cet univers clos rongé par l'orgueil...

  • Yoshimune, est le huitième shogun remplaçant le 7e shogun, une petite fille malheureusement décédée. La nouvelle maîtresse du palais entend faire changer les choses : elle n'apprécie en effet pas le faste et le luxe superflu qui était de mise au Pavillon jusque là, alors qu'il connaît des difficultés financières. Mizuno est pressenti comme celui qui pourrait être recommandé comme favori du shogun. En effet, remarqué par sa sobriété et son allure, Mizuno est invité à passer la nuit avec le shogun. Cependant, ils ignorent tous deux la règle qui veut que l'homme responsable de la perte de la virginité du shogun soit exécuté 10 jours plus tard.

  • Un drame a fragilisé le Japon ! Une terrible épidémie - la variole du Tengu qui touche exclusivement les êtres masculins - tue de nombreux jeunes et moins jeunes gens, sans distinction de classe. Le shôgun Lemitsu fait partie des victimes. Six ans plus tard, le pays ignore encore le décès de Lemistu, et à l'intérieur du palais, persécutions et manipulations se nouent afin de préserver ce secret. En se rendant au palais pour présenter les hommages de l'empereur au shôgun, Arikoto - jeune et beau religieux - ne se doute pas qu'il va se retrouver prisonnier des intrigues de la cour, faisant ainsi face à l'inhumanité des pratiques et des membres de la cour.

  • Bouleversement au pavillon des hommes ! Alors que la progression de l'épidémie de la variole du tengu ne ralentit pas, le couple que forment la shôgun Iemitsu et Arikoto pose un épineux problème au palais impérial. En effet, aucune naissance n'est venue bénir le couple. Dame Kasuga, l'intendante du palais, exige donc que Arikoto soit remplacé par un autre jeune homme, ressemblant à Arikoto et qui aura pour "tâche" de partager la couche de la shôgun et de lui donner un héritier...

  • Nous sommes au Japon, à l'époque Edo. Une terrible épidémie incurable ayant frappé la population masculine japonaise 80 ans plus tôt, la population masculine a chuté au point d'être réduite au quart de celle des femmes. Les garçons, ont donc été élevés avec grand soin, protégés, tandis que les femmes ont pris en charge tous les travaux quotidiens, la gestion des entreprises. Tous les rôles sont inversés ! En outre, les hommes étant devenus une denrée rare, seules les femmes les plus riches peuvent désormais s'offrir un mari. La charge suprême du shogun est également passée aux mains des femmes. Le shogun domine un pavillon interdit aux autres femmes qui abrite les 800 plus beaux spécimens masculins d'un monde qui en manque cruellement. Mizuno, jeune séducteur, a intégré le pavillon des hommes du shogun, pour éviter un mariage avec un bon parti que sa mère voulait lui imposer. Il y reçoit un salaire qu'il fait parvenir à sa famille. C'est les larmes pleins les yeux, qu'Onobu, son amie d'enfance et amour secret, l'a laissé partir. Une hiérarchie complexe divise les hommes du pavillon en différentes catégories. Mizuno, entré dans la classe la plus basse va réussir à grimper les échelons de par sa force inhabituelle dans une population masculine globalement surprotégée. Toutefois, la supériorité au sabre de Mizuno notamment, si elle lui permet de se faire remarquer par le nouveau shogun, lui attire également des inimitiés dans cet univers clos rongé par l'orgueil...

  • Iemitsu, le nouveau shogun, décide de faire le ménage au sein du Pavillon. Elle ordonne le renvoi des hommes les moins doués en arts martiaux et les plus jeunes de son pavillon ! Au total, 100 hommes seront renvoyés et placés à Yoshiwara dans le quartier des plaisirs. Privé de leur sabre et sans pension, ils devront vendre leur corps au femme d'Edo pour survivre...

  • Japon, XVIIe siècle. Une mystérieuse épidémie ayant décimé la population masculine, les rôles ont été inversés: les femmes ont pris en charge le pouvoir et le shogun est désormais une femme, avec, à sa disposition, un pavillon des hommes abritant les huit cents plus beaux hommes du pays! Secrets d'alcôve, tensions et rebondissements nous font revisiter l'époque Edo sous un angle très original !

  • Tokugawa Yoshimichi est morte. Le décès d'une femme jeune et en bonne santé soulève bien des questions. S'agit-il d'un assassinat ? Immédiatement, les soupçons se portent sur Tokugawa Yoshimune. En effet, il est dans l'intérêt de Yoshimune d'éliminer ses rivales sur le plan politique, et son réseau d'espions ne laisse pas d'inquiéter les occupants d'Edo...

  • Ieshige, la fille aînée du 8e Shogun, est atteinte d'une maladie. Pour l'entourage du Shogun Yoshimune, elle ne peut pas succéder à sa mère. Yoshimune doit prendre une décision, et face aux capacités cachées de Ieshige, elle annonce que cette dernière lui succèdera au poste de Shogun dans le respect des traditions. Mais la colérique Ieshige s'inquiète bien plus de satisfaire ses désirs que de gérer le pays en dépit des conseils et des soins précieux de sa domestique Otaku.

  • Nous sommes au Japon, à l'époque Edo. Une terrible épidémie incurable ayant frappé la population masculine japonaise 80 ans plus tôt, la population masculine a chuté au point d'être réduite au quart de celle des femmes. Les garçons, ont donc été élevés avec grand soin, protégés, tandis que les femmes ont pris en charge tous les travaux quotidiens, la gestion des entreprises. Tous les rôles sont inversés ! En outre, les hommes étant devenus une denrée rare, seules les femmes les plus riches peuvent désormais s'offrir un mari. La charge suprême du shogun est également passée aux mains des femmes. Le shogun domine un pavillon interdit aux autres femmes qui abrite les 800 plus beaux spécimens masculins d'un monde qui en manque cruellement. Mizuno, jeune séducteur, a intégré le pavillon des hommes du shogun, pour éviter un mariage avec un bon parti que sa mère voulait lui imposer. Il y reçoit un salaire qu'il fait parvenir à sa famille. C'est les larmes pleins les yeux, qu'Onobu, son amie d'enfance et amour secret, l'a laissé partir. Une hiérarchie complexe divise les hommes du pavillon en différentes catégories. Mizuno, entré dans la classe la plus basse va réussir à grimper les échelons de par sa force inhabituelle dans une population masculine globalement surprotégée. Toutefois, la supériorité au sabre de Mizuno notamment, si elle lui permet de se faire remarquer par le nouveau shogun, lui attire également des inimitiés dans cet univers clos rongé par l'orgueil...

  • Tsugihito, fils d'une famille pauvre, était promis à une riche famille de daimyo. Lorsque l'héritière choisit un autre homme, il prend le nom d'Emonnosuke et entre au pavillon des hommes du shogun Tokugawa, où il finit par être nommé grand intendant. Cependant, sa présence n'est pas sans créer des remous au sein du pavillon et jusque dans la couche de sa majesté...

  • Ieshige lègue ses fonctions de Shogun à sa fille, Ieharu. Alors que cette succession suscite polémiques et jalousies, Ieharu va encore plus loin : elle rassemble les meilleurs spécialistes en médecine hollandais à Edo, afin d'effectuer des recherches sur la variole de Tengû. Gosaku, à présent scribe du pavillon, est chargé de diriger ces recherches et de donner des cours à tous ceux qui le souhaitent. La médecine hollandaise étant jusqu'à présent très mal vue au pavillon, Gosaku devra faire face à quelques difficultés... Relèvera-t-il le défi ?

  • Nous sommes au Japon, à l'époque Edo. Une terrible épidémie incurable ayant frappé la population masculine japonaise 80 ans plus tôt, la population masculine a chuté au point d'être réduite au quart de celle des femmes. Les garçons, ont donc été élevés avec grand soin, protégés, tandis que les femmes ont pris en charge tous les travaux quotidiens, la gestion des entreprises. Tous les rôles sont inversés ! En outre, les hommes étant devenus une denrée rare, seules les femmes les plus riches peuvent désormais s'offrir un mari. La charge suprême du shogun est également passée aux mains des femmes. Le shogun domine un pavillon interdit aux autres femmes qui abrite les 800 plus beaux spécimens masculins d'un monde qui en manque cruellement. Mizuno, jeune séducteur, a intégré le pavillon des hommes du shogun, pour éviter un mariage avec un bon parti que sa mère voulait lui imposer. Il y reçoit un salaire qu'il fait parvenir à sa famille. C'est les larmes pleins les yeux, qu'Onobu, son amie d'enfance et amour secret, l'a laissé partir. Une hiérarchie complexe divise les hommes du pavillon en différentes catégories. Mizuno, entré dans la classe la plus basse va réussir à grimper les échelons de par sa force inhabituelle dans une population masculine globalement surprotégée. Toutefois, la supériorité au sabre de Mizuno notamment, si elle lui permet de se faire remarquer par le nouveau shogun, lui attire également des inimitiés dans cet univers clos rongé par l'orgueil...

  • Quand les femmes prennent le pouvoir ! Japon, XVIIe siècle. Une mystérieuse épidémie ayant décimé la population masculine, les rôles ont été inversés : les femmes ont pris en charge le pouvoir et le shogun est désormais une femme, avec, à sa disposition, un pavillon des hommes abritant les huit cents plus beaux hommes du pays ! Secrets d'alcôve, tensions et rebondissements nous font revisiter l'époque Edo sous un angle très original !

  • Ienari se souvient d'Aonuma, un ancien médecin hollandais qui avait trouvé le vaccin contre la variole qui touche principalement les hommes. Ienari a toujours admiré cet homme qui l'avait sauvé étant enfant. Il décide donc, après la mort du médecin, de faire revivre la méthode Jintô et de la pratiquer sur l'ensemble des jeunes hommes du pays ! Cependant, sa mère est contre. Va-t-il réussir à aller jusqu'au bout ?

  • Nous sommes au Japon, à l'époque Edo. Une terrible épidémie incurable ayant frappé la population masculine japonaise 80 ans plus tôt, la population masculine a chuté au point d'être réduite au quart de celle des femmes. Les garçons, ont donc été élevés avec grand soin, protégés, tandis que les femmes ont pris en charge tous les travaux quotidiens, la gestion des entreprises. Tous les rôles sont inversés ! En outre, les hommes étant devenus une denrée rare, seules les femmes les plus riches peuvent désormais s'offrir un mari. La charge suprême du shogun est également passée aux mains des femmes. Le shogun domine un pavillon interdit aux autres femmes qui abrite les 800 plus beaux spécimens masculins d'un monde qui en manque cruellement. Mizuno, jeune séducteur, a intégré le pavillon des hommes du shogun, pour éviter un mariage avec un bon parti que sa mère voulait lui imposer. Il y reçoit un salaire qu'il fait parvenir à sa famille. C'est les larmes pleins les yeux, qu'Onobu, son amie d'enfance et amour secret, l'a laissé partir. Une hiérarchie complexe divise les hommes du pavillon en différentes catégories. Mizuno, entré dans la classe la plus basse va réussir à grimper les échelons de par sa force inhabituelle dans une population masculine globalement surprotégée. Toutefois, la supériorité au sabre de Mizuno notamment, si elle lui permet de se faire remarquer par le nouveau shogun, lui attire également des inimitiés dans cet univers clos rongé par l'orgueil...

  • Quand les femmes prennent le pouvoir ! Japon, XVII e siècle. Une mystérieuse épidémie ayant décimé la population masculine, les rôles ont été inversés : les femmes ont pris en charge le pouvoir et le shogun est désormais une femme, avec, à sa disposition, un pavillon des hommes abritant les huit cents plus beaux hommes du pays ! Secrets d'alcôve, tensions et rebondissements nous font revisiter l'époque Edo sous un angle très original !

  • Nous sommes au Japon, à l'époque Edo. Une terrible épidémie incurable ayant frappé la population masculine japonaise 80 ans plus tôt, la population masculine a chuté au point d'être réduite au quart de celle des femmes. Les garçons, ont donc été élevés avec grand soin, protégés, tandis que les femmes ont pris en charge tous les travaux quotidiens, la gestion des entreprises. Tous les rôles sont inversés ! En outre, les hommes étant devenus une denrée rare, seules les femmes les plus riches peuvent désormais s'offrir un mari. La charge suprême du shogun est également passée aux mains des femmes. Le shogun domine un pavillon interdit aux autres femmes qui abrite les 800 plus beaux spécimens masculins d'un monde qui en manque cruellement. Mizuno, jeune séducteur, a intégré le pavillon des hommes du shogun, pour éviter un mariage avec un bon parti que sa mère voulait lui imposer. Il y reçoit un salaire qu'il fait parvenir à sa famille. C'est les larmes pleins les yeux, qu'Onobu, son amie d'enfance et amour secret, l'a laissé partir. Une hiérarchie complexe divise les hommes du pavillon en différentes catégories. Mizuno, entré dans la classe la plus basse va réussir à grimper les échelons de par sa force inhabituelle dans une population masculine globalement surprotégée. Toutefois, la supériorité au sabre de Mizuno notamment, si elle lui permet de se faire remarquer par le nouveau shogun, lui attire également des inimitiés dans cet univers clos rongé par l'orgueil...

empty