• Les énigmes de l'aube t.1 ; premier souffle Nouv.

    Anyelle a un don ! Elle peut renforcer la magie de ceux qu'elle touche. Mais pour maîtriser cette aptitude et apprendre, elle doit quitter la forêt qui l'a vue naître pour une école prestigieuse de magie... qui n'aime malheureusement pour elle, ni les filles ni les pauvres...
    Avec ce premier roman d'une série hilarante, Thomas C. Durand, cofondateur de la chaîne YouTube La Tronche en biais, nous offre un récit de fantasy humoristique de haute volée !

  • Les énigmes de l'aube t.2 ; les quatre vérités Nouv.

    Anyelle a un don très particulier, du genre de ceux qu'il lui faut apprendre à maîtriser de toute urgence.
    Mais les écoles de magie sont des endroits peu ouverts aux filles, surtout si elles ne viennent pas de familles riches. Pourtant, pas de quoi remettre en cause sa détermination à rentrer dans le collège de magie qu'elle souhaite intégrer !
    Après le tome 1, Premier souffle, Thomas C. Durand nous régale une nouvelle fois avec les aventures d'Anyelle, personnage hilarant, dans une satire féroce de notre monde sous couvert de fantasy.

  • Les nocturnes Nouv.

    Les nocturnes

    Tess Corsac

    Nous avons cherché par tous les moyens à découvrir pourquoi nous étions enfermés ici. Si seulement nous avions su... Aurions-nous quand même été jusqu'au bout ?

    Un nom, un bloc, une couleur d'uniforme : Rouge ou Vert. Ce sont les seules informations dont disposent les deux-cent cinquante pensionnaires de la Croix d'If, entrés dans l'institut sans le moindre souvenir et sans opportunité de sortir.
    Natt Käfig est un Rouge du bloc 3A. Il est le dernier à avoir vu Laura, une Verte, avant sa mystérieuse disparition. Il se fait approcher par un groupe d'élèves... Qui sont ces « Nocturnes » qui ont besoin de son aide et qui pensent que Laura avait découvert les raisons de leur présence dans l'institut ? Rouges et Verts vont devoir collaborer pour percer le secret de la Croix d'If et échapper à l'administration.

    Y parviendront-ils en apprenant qu'ils sont prisonniers pour des motifs différents ?

  • Islam et école en France : une enquête de terrain Nouv.

    Pourquoi et comment sommes-nous passés de la « Marche des Beurs » de 1983, revendiquant l'égalité et la pleine citoyenneté française, à un nouvel investissement de la religion musulmane qui, selon certains, frappe aux portes de l'école ? C'est ce processus complexe que Samia Langar analyse dans cet ouvrage. Après un retour indispensable et sans concession sur le contexte historique qui a façonné cette « question de l'islam », la chercheuse donne la parole aux premiers intéressés : les personnels de l'Éducation nationale et les parents de culture musulmane. Ces enfants que l'on montre souvent du doigt sont des élèves comme les autres et, à ce titre, enseignants comme parents pensent d'abord à leur réussite scolaire. Ces enfants sont aussi les habitants de territoires enclavés de la banlieue lyonnaise, devenus leur seul refuge. Ces enfants sont enfin des Français que l'on qualifie encore, après quatre générations nées en France, comme étant « issus de l'immigration ». Les questions d'intégration, d'identité et de laïcité traversent les échanges, et laissent clairement transparaître un déficit de reconnaissance. Quant au retour à la religion, il apparaît davantage comme un recours face au sentiment d'exclusion, et son expression est avant tout celle d'une aspiration intérieure et non d'une revendication collective.

  • Pour nombre d'enseignants, l'hétérogénéité du niveau scolaire des élèves représente un problème.
    Comment prendre en compte les différences de niveau ou de culture ? Pas facile, sans doute. Pourtant, des réponses existent qui transforment la difficulté en une opportunité : celle de donner plus de sens au métier d'enseignant et d'innover.
    Dans cet ouvrage, constitué de contributions variées d'acteurs du terrain du premier et du second degré, Jean-Michel Zakhartchouk explore de nombreuses pistes : varier et différencier les approches pédagogiques, les rythmes, l'organisation de la classe, accompagner les élèves les plus fragiles tout en gardant des exigences fortes pour tous.
    Le lecteur trouvera ici du concret et du pragmatique, ainsi que des convictions étayées par des résultats de recherches et surtout par les effets produits sur les exemples analysés. Bref, loin de regretter une uniformité illusoire et, d'ailleurs, dangereuse, Jean-Michel Zakhartchouk fait le pari réaliste d'une réussite maximale pour tous.
    Cette nouvelle édition enrichie est d'une grande actualité à l'heure du socle commun et de la refondation de l'école.

  • À ses débuts, Louis Dumont enseignait à Vaulx-en-Velin, près de Lyon. Depuis une dizaine d'années, il est maître des écoles près du jardin du Luxembourg, à Paris. Il est passé d'une zone d'enseignement prioritaire à une zone privilégiée. Pour cet instituteur assez sourcilleux sur la mission du système éducatif républicain, ça change quoi ?

    En arrivant dans le 6e arrondissement, Louis n'a jamais cru s'offrir une sinécure au milieu des nantis, dans une école qui produit depuis des décennies son lot de sénateurs et de polytechniciens. Trop désillusionné pour ça, trop au fait des vaines circulaires inventées par son ministère pour compliquer sa tâche où qu'il soit, trop agacé par les clichés sur le « niveau en baisse » généralisé. Il sait que la partie est difficile partout. Et comme à chaque prérentrée, il scrute avec inquiétude le moindre signe annonciateur de dérapage. D'où qu'il vienne. Collègues aussi épuisés qu'irrités, directeurs défaits par le système, parents parfois déments quand il s'agit de leur progéniture. Et lui-même, est-ce qu'il n'a pas jeté l'éponge avant le premier cours ?
    Louis est drôle. C'est ce qui le sauve. Et il retrouve toute sa flamme dès qu'il est en présence de sa classe. En présence d'un gamin à épauler. Quand se réveillent les mauvais instincts, Louis monte au front. Et cette année-là, c'est par la grâce d'une élève en colère, une élève « ingérable », qu'il s'offre un baroud d'honneur.
    Né dans la Loire en 1974, Christophe Desmurger signe ici son second roman-vrai sur l'école, après Des plumes et du goudron, paru chez Fayard en 2013. Il est aussi l'auteur de deux romans noirs et exigeants, L'Assassinat de Gilles Marzotti (2016) et Rage (2019).

  • « Je vous ai accordé une salle. Une salle, vous savez, ça n'a pas de prix. C'est la 229, bâtiment G. G229. Allez chercher la clé chez la concierge. Bon, je crois que cet entretien est terminé. Nous nous croiserons souvent désormais. Bienvenue ici. »
    Je remercie le proviseur, mais il ne m'écoute déjà plus. Un proviseur, ça a beaucoup de choses à penser. Un prof, non. Un prof, ça ne pense qu'à une chose, ses classes.
    Puis soudain, il est de nouveau là, présent. Il me fixe. Il dit : « Le plus dur, dans le métier, vous savez, c'est de manier le on et le je. » Je réponds que euh, je ne suis pas sûr de comprendre. « C'est une institution, l'école. Vous entrez dans un bulldozer. Il faut arriver à en devenir membre sans perdre son individualité. Ce n'est pas aussi facile qu'on le croit, vous verrez. Le on et le je. Réfléchissez-y. Bonne chance ! »

  • Comment mettre les élèves au travail ? Comment préparer la classe ? Comment ramener à la tâche les élèves distraits ou agités ? Comment mettre en place des activités qui fassent réellement apprendre ? Comment réagir à l'agressivité ou à l'insolence de tel ou tel ? Comment et quand évaluer ? Comment aider les élèves en difficulté ?
    À ce type de questions, ce livre donne des réponses précises et concrètes, et même ce qu'on pourrait appeler des « recettes ». Mais faire la classe n'est pas une activité ordinaire qu'on pourrait pratiquer mécaniquement. Il faut faire des choix et se donner des principes. Ce sont eux que Bernard Rey s'attache à éclairer.
    Il s'adresse ainsi aux enseignants débutants. Mais le livre provoquera aussi la réflexion des maîtres chevronnés. Quant aux parents d'élèves, ils trouveront grâce à lui un accès aux coulisses d'une activité qui concerne, jour après jour, leurs enfants.

  • Lorsqu'il a étranglé la fille, elle se trouvait juchée sur sa table, jupe retroussée, cuisses écartées. A-t-on idée de grimper sur sa table quand on est élève à l'institution de la Mère-Dieu ? Ici, c'est genoux serrés et bouche cousue (ça devrait l'être, c'était comme ça, avant).

    Il s'en passe de drôles de choses dans l'enceinte de l'institution de la Mère- Dieu. Heureusement, l'ange gardien est là, qui veille sur tout le monde. Son grand ooeuvre, tout compte fait, n'est peut-être pas de peindre des Christs...
    Raymond Penblanc nous régale une fois de plus de sa prose affûtée, et nous offre en prime le sourire de L'Ange.

  • Quoi de plus émouvant mais aussi de plus stressant pour un jeune professeur débutant que de prendre en charge sa première classe à l'école !

    À l'heure où de nombreux enseignants expriment leur désarroi, l'auteure propose un outil de soutien et de perfectionnement grâce à de nombreux témoignages, cas concrets ainsi que des activités pédagogiques reposant sur l'utilisation des outils numériques. Très opérationnel et synthétique, le lecteur trouvera dans cet ouvrage ce qui est essentiel pour enseigner : autant sur le savoir-être (accueillir les élèves, savoir gérer sa classe...) que sur le savoir-faire (quelles méthodes utiliser, comment gérer son temps, comment évaluer...).
    À jour de la dernière réforme, Ostiane Mathon donne des clés aux professeurs confrontés à une nouvelle façon d'appréhender leur métier et la relation aux élèves, aux parents et à l'équipe pédagogique.

    La nouvelle édition enrichie de Réussir sa première classe est le compagnon indispensable de l'enseignant pour mener à bien son travail pédagogique.

  • S'inscrivant dans la continuité de publications précédentes, cet ouvrage réunit onze articles qui interrogent la progression de l'enseignement de la lecture au long de la scolarité obligatoire dans les quatre pays francophones (Belgique, France, Québec, Suisse). Plusieurs de ces articles portent sur différents cycles d'enseignement, dont ils soulignent les spécificités et les continuités. D'autres abordent la question de la progression en confrontant textes institutionnels et pratiques effectives, ou encore en comparant différents programmes nationaux. Une partie importante des articles, enfin, traite de situations d'apprentissage effectives ou de performances d'élèves, fournissant ainsi des savoirs empiriques nouveaux. L'ouvrage rassemble des contributions d'équipes de recherche confirmées ou qui travaillent depuis plusieurs années sur le sujet. Plusieurs de ces études constituent dès lors des recherches d'envergure, qui, à bien des égards, entrent en dialogue et se complètent mutuellement. Témoin d'un courant important de la recherche actuelle en didactique du français, ce livre n'esquive aucune des problématiques soulevées par le sujet, qu'il s'agisse de l'apprentissage continué de la lecture entre les différents cycles, de la progression curriculaire du lecteur, des comparaisons internationales de pratiques d'enseignement et d'apprentissage, ou encore des différents types de compétences mobilisées en lecture. Il constitue à ce titre un ouvrage de référence pour tout chercheur qui s'intéresse à la progression en lecture et désire s'appuyer sur les travaux les plus récents en la matière.

  • Cet ouvrage est né d'une profonde insatisfaction concernant les discours en vigueur sur la scolarisation en banlieue. Tout semble avoir été dit et pourtant des dimensions essentielles de l'action politique et administrative ainsi que de l'expérience des différents acteurs qui y travaillent quotidiennement restent dans l'ombre :- les perspectives adoptées a priori ne permettent pas de saisir la complexité des transformations en cours ;- ces perspectives se focalisent souvent sur un seul phénomène ;- ces perspectives se contentent souvent de constater l'érosion du modèle de l'École républicaine sans chercher à saisir les processus émergents.

  • Jeux de mains, jeux de coquins...

    Professeur à l'université dans une paisible ville d'Allemagne, Alexander Popescu est un homme respectable d'une trentaine d'années qui se maintient en forme, apprécie sa carrière et voyage seul ; ses uniques vices consistent en quelques repas graisseux, la bière et des jeux vidéo violents. Personne n'a besoin de connaître l'autre facette de son identité : l'écrivain porno de renom. Ses romans érotiques ingénieux lui rapportent beaucoup d'argent et lui permettent de se divertir l'esprit sans risque pour sa réputation.
    Lorsque Christian, qu'il voit comme son protégé, arrive à Fribourg pour ses études de médecine, Alex est ravi... et terrifié à l'idée que son ami découvre son alter ego scandaleux. Car tout le temps qu'ils passent ensemble, aussi agréable soit-il, pourrait bouleverser la vie méticuleusement équilibrée du professeur : désormais, il est au bout de la corde. L'écriture ne lui suffit plus, ses coups d'un soir non plus, et ses rêves sont hantés par le jeune homme innocent dont il a juré de prendre soin.

    Cependant, Christian n'est plus un enfant. Âgé de vingt et un ans, intelligent et terriblement séduisant, il cache lui aussi quelques petits secrets.

    #Secret #Écrivain #MM #Professeur #Élève
    ---
    "Ce n'est pas tous les jours que vous rencontrez un nouvel auteur qui est aussi impressionnant. Roe Horvat est cet auteur !" - Eli Easton

  • « Ces combats quotidiens l'épuisaient et il se demanda combien de temps encore il allait pouvoir supporter un calvaire qui ne cesserait qu'avec l'arrivée des prochains congés. De plus, il savait qu'en rentrant chez lui, il n'avait plus personne à qui parler, plus personne à qui il pourrait confier ses tourments. Il trouva cela très dur les premiers temps, puis il s'habitua peu à peu à rester seul avec lui-même dans le silence de son appartement vide. La routine reprit ses droits et les mois passèrent, tous pareils, rythmés par les cent kilomètres de route, les journées interminables et les nuits sans sommeil pendant lesquelles il revivait en pensée les instants les plus marquants que ses adorables élèves lui avaient fait endurer dans la cruauté innocente qui était la leur. L'année scolaire se termina comme elle avait commencé, c'est-à-dire mal, les élèves devenant de plus en plus insupportables à la perspective des vacances toutes proches. Chaque soir, en rentrant, il se disait qu'il allait tout envoyer promener et quitter ce métier infernal. » Entre Maxime, professeur fraîchement célibataire, et le monde, un écart se creuse irrésistiblement, fatalement... et il ne cessera de s'élargir, de s'approfondir, à mesure que ses relations humaines s'avéreront toujours insatisfaisantes, toujours décevantes. Une béance de laquelle naîtront une nausée du monde, un dégoût des hommes, mais aussi la violence... OEuvre au noir qui sonde l'âme résignée et abattue d'un homme qui n'en peut plus de ses semblables, le roman de P. Gaillard tend par la même occasion à la société un miroir dérangeant, voire terrible.

  • Jérémie Lefebvre se saisit de la condition de souffre-douleur, lui arrache ses titres de noblesse et en dévoile l'ambiguïté acharnée, les beautés horribles, la tristesse à pleurer de rire. Avec une écriture de premier de la classe retravaillée au cutter, il pousse la problématique du harcèlement scolaire jusqu'aux frontières de la folie et livre un roman haineux, drôle, bouleversant, d'un noir incandescent.

  • Dans un contexte où les programmes officiels de l'école maternelle et élémentaire ont peu à peu fait de plus en plus de place à l'écriture précoce des élèves, l'ambition de cet ouvrage est de mettre à disposition des professionnels (chercheurs, formateurs, enseignants) des résultats de recherches récents sur ces premiers pas en écriture et dans l'univers de l'écrit en contexte scolaire.


    Par des perspectives empruntant à différents champs disciplinaires et des démarches variées (historique, collaborative, expérimentale, longitudinale...), les contributions composant cet ouvrage proposent des éclairages complémentaires largement centrés sur l'écriture en maternelle et au début de l'élémentaire. En ressortent des apports, d'une part sur les pratiques enseignantes : les représentations des enseignants, leurs choix et gestes professionnels susceptibles d'aider à la mise en oeuvre de pratiques d'écriture ajustées ; d'autre part sur les apprenants : leurs compétences en construction, leurs difficultés, leurs progrès en ce qui concerne une dimension scripturale précise ou la réalisation de tâches d'écriture plus complexes impliquant le déploiement de compétences multiples.

  • Mettre le bien-être au coeur de la politique d'un établissement, c'est installer les conditions pour qu'adultes et élèves retrouvent avec plaisir la route du collège. C'est aussi améliorer la qualité de vie au travail du personnel et lutter contre le désinvestissement de l'école observé chez les collégiens entre la 6e et la 3e. C'est enfin favoriser la réussite des adolescents. Au-delà d'une déclaration d'intentions, comment cela peut-il se traduire de façon concrète ? Que sait-on des établissements qui ont tenté l'expérience ? Quelles leçons peut-on tirer de leurs actions ?
    Dans cet ouvrage, les auteurs racontent de façon détaillée la démarche de quatre collèges qui ont osé, dans des contextes différents et en empruntant des chemins divers, mener des projets visant le bien-être. Ils présentent ensuite les principaux éléments à connaître pour agir et livrent leurs recommandations pour se lancer dans de telles démarches.
    Un manuel issu du terrain, apportant des réponses à tous ceux qui s'interrogent sur la façon de développer le bien-être au sein des collèges.

  • Il s'agit d'un cours de philosophie accessible, destiné en premier lieu aux élèves de terminale, quelle que soit leur section et quelles que soient leurs difficultés présentes. À ce titre, cet ouvrage comporte, outre un cours rédigé, des documents techniques (méthode de devoirs, vocabulaire de base, annales etc.). Au-delà de ce public scolaire, le « cours » s'adresse à tout lecteur qui se sent concerné par les questions philosophiques ou qui est intrigué par la nature et le contenu de cette discipline et qui aspire à une initiation en la matière.

  • Cet ouvrage propose un travail pluridisciplinaire d'exploration de la question de l'expérience de bien-être et/ou de mal-être des élèves en proposant de revenir au singulier, à l'intime, à la qualité d'être, à la vie humaine et à sa difficile recherche de sens. La question du bien-être étant en effet très idéologisée aujourd'hui, les auteurs ont uni leurs efforts pour penser cette question « à hauteur d'enfant ».
    L'insertion d'interchapitres ajoute ainsi des illustrations concrètes aux préoccupations plus théoriques de certaines analyses. Un lexique des concepts principaux est disponible en fin d'ouvrage pour aider le lecteur à se repérer dans les différents sens des concepts de bien-être, de qualité de vie, etc.

  • Golden

    P. E

    Une seule rencontre peut parfois bouleverser toute une vie. Un regard échangé, un sourire, et tous les principes auxquels on tient... s'envolent.

    Lorsque Zoé, étudiante en droit, croise le chemin de Romain, son nouvel enseignant aux yeux-noisette-aussi-craquants-que-le-Nutella, elle se sent immédiatement attirée par lui. Un coup de foudre physique réciproque. Mais comment laisser parler son coeur quand on sait que toute relation amoureuse détruirait leur carrière ? Leur existence ? Leur avenir ?
    Et cela, sans compter sur un sex friend jaloux, ainsi qu'une rivale prête à tout pour conquérir le beau professeur...
    Entre mensonges, illusions et faux-semblants, rien ne paraît jouer en leur faveur et pourtant... L'interdit les attire. Le danger les dévore. Serait-il si terrible de succomber au désir et d'ignorer la raison ? De déjouer les règlements, pour éteindre la flamme ?
    Résister à la tentation n'aura jamais été aussi difficile.

  • Née en Italie dans la région des Pouilles, Gilorma Bellis est arrivée en France à l'âge de cinq ans. Après une première carrière écourtée dans la couture, domaine dans lequel elle était pourtant douée, elle s'est orientée vers le métier d'esthéticienne. Arrivée dans la région de Toulouse, sa peau n'a pas supporté la pollution, habituée à l'air pur de la campagne. C'est alors que Gilorma a consulté une esthéticienne pour la première fois de sa vie. Le professionnalisme de cette spécialiste qui a réussi à soulager ses problèmes cutanés fut un véritable déclic pour elle. À trente ans, sa nouvelle carrière était toute trouvée. Échelon après échelon (CAP, brevet professionnel, brevet de maîtrise de niveau 3, dirigeante de cinq instituts et centres de beauté), elle a gravi les différents paliers de sa profession. Aujourd'hui directrice d'une école d'esthétique et d'un centre de formation, elle transmet ses connaissances en donnant des cours. Dans ce livre, elle souhaite partager sa passion en apportant son aide à toutes les personnes qui veulent en faire leur métier. Cet ouvrage complète parfaitement les différents cours que peuvent suivre les élèves de niveau CAP, BP et Bac pro, en regroupant l'essentiel des connaissances indispensables pour réussir. Son contenu permet en outre de se présenter aux épreuves en candidat libre. Deux autres volumes sont en préparation, un deuxième sur la vente, la législation professionnelle et la prévention et un dernier sur la pratique esthétique.

  • Après leur fuite de Verdun, les survivants, toujours sous la direction de Louis Fleckinger, tentent d'atteindre un centre de recherche sur les épidémies.
    Malheureusement, leur route va croiser des zombies ayant subi d'étranges mutations et des humains en proie à d'inquiétants délires.
    De Châlons-en-Champagne à la banlieue parisienne, les adolescents et leurs accompagnateurs ne sont pas au bout de leurs épreuves.
    Comment vont-ils les affronter ?

  • Urgence à l'école, trop d'enfants blessés. Que faire ?
    L'académie Dici rappelle à l'ordre Monsieur Crayon pour un nombre excessif de blessés à l'école. Les Lagale et monsieur CassePieds vont tout faire pour comprendre et réduire les accidents.
    Malheureusement la méthode employée n'est pas très académique. Réussiront-ils leur missions ? De rebondissements en obstacles, l'objectif sera-t-il atteint ? Et à quel prix ? Le directeur n'est pas au bout de ses peines.

  • Porter des regards différents pour des réponses singulières
    Entre des parents vindicatifs, des élèves gauches, des représentants agacés, des collègues illuminés, des interprétations erronées, monsieur Crayon ne sait plus où donner de la tête. Une rentrée compliquée, un cycle piscine difficile, des cartables trop lourds, des êtres fantastiques et une simple vis bousculent la vie du directeur. Rien ne va plus... à l'école Dici.

empty