• Commis d'office

    Hannelore Cayre

    « Un premier film qui déboulonne une série de clichés liés à la profession, grinçant et divertissant. » - Télé 7 jours
    Sorti de prison et plus que jamais dans la ligne de mire de son Ordre, l'avocat Christophe Leibowitz renoue difficilement avec son métier.
    C'est à l'occasion d'une étonnante affaire de tableaux volés qu'il s'aperçoit qu'un front invisible se mobilise pour l'éradiquer. Flanqué de ses sulfureux amis, Leibowitz part sans le savoir à la recherche de sa propre histoire et va découvrir une France hantée par ses vieux démons. Une intrigue bien construite, une vision hilarante et sans pitié de la justice, des situations aussi rocambolesques qu'absurdes et surtout un style au rythme et à la puissance inimitables.
    /> « H. Cayre aborde ici le thème passionnant du destin des oeuvres d'art spoliées aux juifs pendant la guerre en ne perdant rien de sa férocité, servie par une écriture rageuse. Toujours aussi percutante et drôle, elle mène son intrigue à un train d'enfer, avec une énergie réjouissante. » - Christine Gomariz, Paris Match
    « Les tribulations de maître Christophe Leibowitz et de ses sulfureux amis dans une sombre affaire de trafic de tableaux sont féroces et mal pensantes. [...] En plus d'être drôle c'est peut-être même réaliste, puisque l'auteur, dont c'est le deuxième roman après Commis d'office, est avocat pénaliste. » - Gérard Meudal, Le Monde des livres

  • Vie nouvelle

    Michaël Trahan

    Il est dans ce livre question d'entrer dans une image. Cette image est une vie, un théâtre coupé en deux. Au milieu, il y a une forêt et il y a la nuit. Il y a aussi une rivière et une salle de cinéma. Quelqu'un entre dans la chambre et s'installe devant le miroir pour lire un roman d'amour. Personne d'autre ne vient. Au matin, on ne sait plus très bien comment sortir. On le regrette. On doit dire la vérité. Peut-être est-il temps d'apprendre à vivre. L'idée est belle, et la beauté compte, mais on s'attache facilement à ce qui nous encercle. On cherche une histoire bleue comme le ciel et on écrit un poème interminable. Il faut aller jusqu'au bout. Le rideau est lourd, on n'y arrivera jamais. La douleur est lente. À la fin, un enfant apparaît. C'est mon fils. Il dort dans la clairière.

    Vie nouvelle est un livre d'éducation sentimentale. Je l'ai écrit comme on choisit une vie.

  • Comment Christophe Leibowitz, avocat revenu de tout, loin des belles affaires d'Assises dont tout le monde parle, éternel commis d'office à la défense de délits minables, est-il enfin parvenu à être satisfait de son sort ?
    Est-ce parce qu'il occupe ses journées à convertir avec une patience extrême un proxénète albanais à la lecture de L'Éducation sentimentale derrière les barreaux de la prison de Fresnes ? Ou parce que son nom s'étale en première page aux côtés de celui de l'ennemi public numéro un ? Le premier roman d'Hannelore Cayre, auteur de La Daronne : sans pitié, drôle et méchant.
    « Hannelore Cayre a le don rare d'évoluer dans un univers glauque et calamiteux avec la même pêche que son personnage... » - L'Humanité
    « Un remède à l'air du temps. » - Télérama
    « C'est drôle. C'est méchant. C'est aussi bien écrit que La daronne et Christophe Leibowitz pourrait bien être l'égal du personnage de Prudence.» - Site Addict Culture
    Hannelore Cayre est avocate pénaliste, elle est née en 1963 et vit à Paris. Elle est l'auteur, entre autres, de Toiles de maître et La Daronne. Elle a réalisé des courts métrages et l'adaptation au cinéma de son roman Commis d'office.

  • " On a parlé de laconisme. Voilà peut-être le mot-clé d'Égarements, la raison du scandale qu'il inspira. Söderberg ne juge pas, ne commente pas, ne moralise pas. " Le Nouvel Observateur

    Printemps à Stockholm. La nature renaît, reprend peu à peu ses droits sur l'hiver et les rues grouillent de monde. Thomas Weber vient d'obtenir sa licence en médecine. N'exerçant encore aucune activité sérieuse, il flâne par les rues du centre-ville et non loin du port, prêt à se jeter dans l'aventure au grès des rencontres fortuites. Un seul but occupe son esprit : dépenser au plus vite l'argent que son père lui a offert en récompense de son succès universitaire. Son premier achat sera une élégante paire de gants rouges ; d'ailleurs la vendeuse, au cou gracile et à l'épaisse chevelure, va vite hanter sa rêverie.

    Égarements est un roman de la sensation, d'une belle mélancolie, sur les soubresauts de la jeunesse et l'entrée dans l'âge adulte. À sa parution, en 1895, il provoque un scandale, car jugé indécent et pornographique ; depuis, il est devenu un classique de la littérature scandinave.

  • Le Voyage à l'étranger (Grasset, 1974) est un roman de formation dont le héros est pris dans l'engrenage de l'échec. En 1937, le jeune Jean Noverraz quitte la Suisse pour la Belgique. Après une expérience malheureuse au monastère, il devient le précepteur de l'indiscipliné comte Christian de Moressée, au château de Soye. C'est alors qu'il fait son éducation sentimentale auprès d'une femme mariée plus âgée que lui, Madeleine Cédrat. Surpris dans sa liaison, il est chassé du château : «A partir de là, les épisodes de mon voyage à l'étranger passèrent irrévocablement du côté de ces choses que la vie - ou moi-même - laissa inachevées.»

    Né à Lausanne, Georges Borgeaud (1914-1998) s'essaie à la prêtrise, devient libraire à Fribourg. Il côtoie pendant la guerre Corinna Bille, Maurice Chappaz, Ramuz, Claudel, Roud et Cingria - avant de s'installer à Paris en 1946, où il se lance avec Le Préau (Gallimard, 1952), prix de la Critique. Ses livres suivants sont récompensés par d'importants prix littéraires, notamment le Renaudot pour Le Voyage à l'étranger (1974) ou le prix Médicis de l'essai pour Le Soleil sur Aubiac (1986).

  • À droite, des vaches. À gauche, des barres HLM. Au-dessus, des lignes à haute tension. Et pile en dessous : un petit quartier pavillonnaire, tout près de l'usine Lip désaffectée, avec son dealer à la petite semaine qui va de baby-sittings en missions d'intérim. Quand il rencontre une femme deux fois plus âgée que lui, il s'imagine devenir gigolo. Sauf qu'il a le coeur tendre ; sauf qu'elle ne lui a pas tout dit.
    Un roman noir, drôle et sentimental - comme la vie.
    Frédéric Arnoux est né en 1970.

  • " Bijou de charme et de grâce que ce petit roman suédois. Il va droit au cœur. " Marie Claire

    " Quand sa mère lui parlait de Dieu, Martin se sentait à la fois fier et gêné, à peu près comme un petit chien auquel on parlerait de la même manière qu'à un être humain. Il comprenait aisément les récits sur le Paradis ou sur l'Arche de Noé ; il voyait clairement le pommier, le serpent et tous les animaux de l'Arche, mais le mot "Dieu' n'évoquait chez lui aucune image précise, ni celle d'un vieillard, ni celle d'un monsieur d'âge moyen à barbe noire.

    Il avait appris par cœur les dix commandements que le Seigneur a écrits pour Moïse sur le Sinaï, mais ils ne faisaient que renforcer ses soupçons que Dieu est quelque chose qui concerne seulement les adultes. Ce n'était certainement pas à Martin qu'il disait :
    Tu n'adoreras pas des idoles, car Martin ne savait ni ce qu'était une idole, ni comment on faisait pour l'adorer. Qu'il devait honorer ses parents, cela allait de soi. Il n'éprouvait nulle envie d'assassiner, de voler, ou de désirer la femme, le bœuf ou l'âne de son voisin. Il ignorait totalement comment on s'y prenait pour commettre l'adultère, néanmoins, pour plus de sûreté, il était résolu à être sur ses gardes. "

  • Il est des liens d'adolescence que la vie ne parvient pas à dénouer. Ainsi ceux qui unissent Thierry Soulard à Yann Lebée alias Yann Andréa, dernier compagnon de Marguerite Duras, auteur de M D, Cet amour là, Ainsi et Dieu commence chaque matin.

    Les deux jeunes gens se rencontrent en classe de seconde. Et dès lors, ils ne se quittent pas. En apparence, ils n'ont rien en commun. Thierry est timide, hésitant. Yann est déjà un dandy cultivé, un philosophe en herbe, le fils d'une famille joyeuse. La vie s'ouvre à lui riche d'avenir. Mais, soudain, il s'éloigne de tout et de tous. Il se consacre à Duras, à l'écriture de Duras..., jusqu'à devenir fantôme et à disparaître lorsqu'elle n'est plus là, laissant Thierry orphelin de leur jeunesse.

    Dans l'émouvant récit Qui es-tu Yann Andrea? Thierry Soulard retrace avec finesse le contour d'une amitié qui repose, intacte, dans sa mémoire vive, et que seuls les mots peuvent ressusciter.



    Thierry Soulard est juge honoraire. Il est l'auteur de deux recueils de nouvelles et d'un roman parus aux éditions Raison et Passion.

  • Dans la lignée des études de genre, ce volume explore la construction, la transmission et la transgression des identités masculines et féminines en contextes orientaux. Il rassemble des réflexions sur la fabrique et la structuration des normes genrées en matière d'éducations sentimentales. Les textes sont organisés en deux volets. Le premier, davantage centré sur les sources littéraires, souligne la place des rapports sociaux de sexe dans l'espace intime, familial, amoureux ou charnel, le jeu des représentations sur l'édification d'un sujet sexué, et les conflits souvent malheureux de certains sujets avec les normes. Le second volet, mêlant quant à lui de plus nombreuses disciplines, met au jour différents mécanismes de production et de reproduction des normes genrées dans le cadre des éducations sentimentales. Les ressorts de la norme, qui expliquent l'impasse de plusieurs révoltes dessinées dans le premier volet, sont donc analysés dans un deuxième temps pour mettre en évidence l'importance de l'éducation dans le maintien d'un système de genre.

empty