• Deux victimes prises au piège. Une seule issue : tuer ou être tué Un couple se fait enlever. Les jeunes gens se réveillent désorientés au fond d'une piscine vide qui n'a plus d'échelle.
    Ils ont peur, mais ils sont en vie et à deux ils peuvent tout affronter.
    Sauf que...
    Ils trouvent une arme à feu - chargée d'une unique balle - et un portable avec suffisamment de batterie pour délivrer un ultime message : " Vous devez tuer pour vivre. " Chaque fois, le ravisseur plante le décor, observe, attend et laisse ses proies s'entretuer. Torturées par la peur, le désespoir, la faim et la soif, elles n'ont qu'un moyen de mettre fin à leurs souffrances : décider qui vivra et qui mourra.
    Elles semblent avoir été choisies au hasard, pourtant tout est méticuleusement organisé. Quel lien les unit ?
    Le commandant Helen Grace et son équipe savent que le temps leur est compté pour arrêter ce prédateur complexe qui se délecte de transformer ses victimes en meurtriers.

  • Derrière la porte

    Moka

    Derrière la porte, il fait froid, la saleté règne, il y a Damien. Cette porte, c'est la porte du grenier. C'est là que vit Damien. Sa belle-mère, qu'il doit appeler Madame, en a décidé ainsi. Quand elle ne l'enferme pas à la cave, pour le punir de bêtises imaginaires et passer ses nerfs sur lui, elle lui arrache des poignées de cheveux. Quand elle ne l'oblige pas à avaler ce qu'il vient de vomir, elle le prive totalement de nourriture. Damien est tout maigre, il ne dort plus. Sa vie est un enfer. Son père qui travaille au loin n'est jamais là pour le défendre. La fille de Madame, Lorraine, se tait. Janine, la bonne, se résigne. La Grand-mère, gâteuse, ne lui est d'aucun secours. Elle ne sait plus dire qu'une phrase, chaque fois qu'elle entend du bruit : Si c'est toi, Lili-Catherine, tu peux repartir tout de suite ! Damien se demande qui est cette mystérieuse Lili-Catherine. Et un beau jour, de découverte en révélation, il finit par l'apprendre. Lili-Catherine, cette inconnue, est la personne idéale pour aider Damien dans la vengeance qu'il a entreprise contre Madame, à coups d'épingles dans une poupée de cire. Elle peut enflammer les arbres. Elle peut accidenter les voitures. Elle peut briser les miroirs et déchaîner les pianos. Elle peut tuer. Elle a de l'expérience. Cela fait quinze ans qu'elle est morte. Après L'Enfant des ombres et La Marque du diable, Moka continue de plus belle dans la veine épouvanto-fantastique qui fait d'elle la Stephen King française.

  • Par delà les continents et les océans, l'Atlas des lieux maudits dresse un inventaire inédit des contrées les plus infréquentables de la planète. De la réserve naturelle de Kasanka en Zambie envahie par des nuées de chauves-souris, au ténébreux phare des disparus d'Eilean Mor perdu dans les îles Flannan, en passant par la sinistre forêt des suicidés d'Aokigahara au Japon ou la diabolique demeure coloniale du 112 Ocean Avenue à Amityville, chacun des quarante lieux recensés renferme une histoire aussi tourmentée que fascinante. Véritable manuel géographique de l'épouvante, cet atlas se feuillette d'une main fébrile, la peur au ventre..

  • Vous pensiez que j'tais fou quand j'ai assur le public contre la mort de peur. Que j'tais encore plus fou quand j'ai mis des squelettes dans les salles de cinma. Et vous tiez prt me mettre une camisole de force quand j'ai plac des botiers dcharges lectriques sous les fauteuils. (William Castle) Ses films petit budget ont rapport des millions de dollars. Il a mis au point les gadgets publicitaires les plus farfelus pour attirer le public. Il a produit Rosemary's Baby, influenc de nombreux cinastes et inspir un film Joe Dante. Ralisateur de sries B et touche--tout boulimique, William Castle (1914-1977) est l'un des matres du cinma d'horreur et d'pouvante. Dans ce livre, il raconte son tonnant parcours Hollywood et voque avec humour les grandes rencontres qui ont marqu sa vie : Orson Welles, Harry Cohn, Vincent Price, Joan Crawford, le mime Marceau, Roman Polanski... William Castle tait mon idole. Je suis mme jaloux de son oeuvre. (John Waters) Mon cinaste prfr. (Robert Zemeckis)

  • Lucien emménage sur une île des Caraïbes avec ses parents. Le premier jour de classe, les autres élèves le regardent d'un air curieux. Ils chuchotent entre eux, racontent que le petit nouveau habite dans la maison de Bibi.
    C'est pourtant impossible. La maison dans laquelle Lucien et sa famille se sont installés vient tout juste d'être construite.
    Qui est donc cette mystérieuse Bibi ? D'où vient ce chat noir qui s'est installé dans la chambre de Lucien ? Et pourquoi le vieux pneu se balance tout seul dans l'arbre situé devant la maison ? Au milieu de la nuit, pendant un orage, le garçon obtiendra des réponses, mais elles seront tout sauf rassurantes...

  • Même mort, il faut faire des efforts pour trouver la paix !
    Béatrice se réveille abandonnée, oubliée dans un hôpital complètement désert. Ce n'est pourtant ni cet endroit sinistre ni son état qui la perturbent le plus. Ce qui l'embête par-dessus tout, c'est qu'elle est amnésique. Non seulement elle ne se souvient pas des circonstances qui l'ont menée en ce lieu, mais sa propre identité lui est également inconnue. Sa meilleure amie l'attend dans le couloir et hélas, Béatrice ne la reconnaît pas. Après lui avoir expliqué les événements entourant leur mort prématurée, celle qui deviendra sa guide spirituelle aura pour tâche de lui montrer le chemin qu'elle devra emprunter afin de retrouver la mémoire. De même, elle lui présentera l'épreuve finale qu'elle devra franchir pour pouvoir accéder à un monde meilleur. (De la même autrice: Le corridor Tomes 1 et 2)

  • Parfois, il y bien pire que la mort !
    Caroline est une jeune femme au passé trouble. Sans savoir comment, elle se retrouve seule dans un corridor. Cet endroit et les raisons de sa présence lui échappent totalement. Pour retourner d'où elle vient, elle devra trouver la sortie. Cependant, chaque mauvaise décision, chaque mauvaise porte, entraînera une conséquence de plus en plus grave. Derrière chacune d'elles se présente un monde où l'incompréhension et l'irréel prennent une forme effrayante. Des souvenirs et des moments marquants de sa vie refont surface, l'obligeant ainsi à faire une importante introspection.

  • Des nouvelles fantastiques qui ont du sens !

    Qu'ont en commun un jeune homme qui se réveille à bord d'un paquebot, un type qui bourgeonne, un autre qui se perd en forêt à la suite d'un accident, une femme qui n'a peut-être jamais existé, un expéditeur qui fait une découverte archéologique inattendue, un convive inexistant, des extra-terrestres harceleurs, une forêt vivante, un écrasement d'avion en plein désert et un seigneur qui se croit tout-puissant ?
    Tantôt brèves, tantôt plus longues, les nouvelles à saveur fantastique contenues dans ce recueil sont des métaphores de la vie, de la société, de certains travers psychologiques, pour ne pas dire pathologiques, de la mort, de nos peurs, de nos angoisses et de nos existences éphémères. À travers diverses histoires en apparence invraisemblables, Nelson Tardif porte un regard sur divers aspects de la vie en société, de la psychologie et de la vie intérieure.

empty