• Le 7 février 2009, les flammes ont ravagé le bush australien et causé la mort de 173 personnes. Un des incendies les plus meurtriers de l'histoire de l'Australie.
    Derrière ce géant de flammes et de fumée se dessine bientôt la silhouette d'un monstre à taille humaine, accusé d'avoir délibérément mis le feu avant de contempler, assis sur le toit de sa maison, les eucalyptus brûler à perte de vue. Dans la vallée minière reculée de Latrobe, dominée par les énormes cheminées de la centrale à charbon la plus polluante du monde, Chloe Hooper se lance sur la piste du présumé pyromane, dix ans après les faits.
    Qui devient incendiaire, et pourquoi ? Thriller psychologique documentaire aux allures de chasse à l'homme, L'Incendiaire met à nu les ambiguïtés de la société australienne et aborde de front son rapport à la crise environnementale contemporaine.

  • Jeune et beau gabarier, Hugo, élevé par un père aimant mais taciturne, a toujours cru que sa mère était morte en le mettant au monde. Mais la réalité est tout autre. Lorsqu'il découvre la vérité, le jeune homme voit sa vie prendre un chemin qu'il était loin d'avoir soupçonné. Il va de mauvaises surprises en amères déceptions, se sent trahi à la fois par la personne la plus importante de sa vie et les ombres malveillantes du destin. Et son coeur tourneboulé l'empêche de voir que l'amour et le bonheur sont si près de lui qu'il n'a qu'à tendre la main pour les cueillir.

    Mais celle qui l'aime - et que lui ne voit pas - a la patience et la foi. Elle le sait: un jour, elle et lui, ces deux enfants du Pas du Loup, seront ensemble à jamais, comme les deux âmes soeurs qu'ils sont et ont toujours été.

    1 autre édition :

  • Le pli a toujours existé dans les arts ; mais le propre du Baroque est de porter le pli à l'infini. Si la philosophie de Leibniz est baroque par excellence, c'est parce que tout se plie, se déplie, se replie. Sa thèse la plus célèbre est celle de l'âme comme « monade » sans porte ni fenêtre, qui tire d'un sombre fond toutes ses perceptions claires : elle ne peut se confondre que par analogie avec l'intérieur d'une chapelle baroque, de marbre noir, où la lumière n'arrive que par des ouvertures imperceptibles à l'observateur du dedans ; aussi l'âme est-elle pleine de plis obscurs.
    Pour découvrir un néo-Baroque moderne, il suffit de suivre l'histoire du pli infini dans tous les arts : « pli selon pli », avec la poésie de Mallarmé et le roman de Proust, mais aussi l'oeuvre de Michaux, la musique de Boulez, la peinture de Hantaï. Et ce néo-leibnizianisme n'a cessé d'inspirer la philosophie.

    Le Pli est paru en 1988.

  • Logique du sens

    Gilles Deleuze

    À travers des séries de paradoxes antiques et modernes, ce livre cherche à déterminer le statut du sens et du non-sens, et d'abord leur lieu. Où se passe exactement ce qu'on appelle un « événement » ? La profondeur, la hauteur et la surface entrent dans des rapports complexes constitutifs de la vie. Les stoïciens furent un nouveau type de philosophes, Lewis Carroll fut un nouveau type d'écrivain, parce qu'ils partaient à la conquête des surfaces. Il se peut que cette conquête soit le plus grand effort de la vie psychique, dans la sexualité comme dans la pensée. Et que, dans le sens et dans le non-sens, « le plus profond, c'est la peau ».

    Logique du sens est paru en 1969.

  • Dans la lignée du succès de Découvrir la Bible en un week-end, cet ouvrage propose un parcours à la fois simple et précis dans les évangiles et les Actes des Apôtres en quelques demi-journées.Sa singularité consiste à mettre en lumière l'originalité de chaque évangile en appréhendant le contexte historique et spirituel dans lequel chaque livre a été écrit. Cet opuscule vous ouvre à l'éclairage particulier que chaque évangéliste a apporté sur la vie de Jésus et les tout débuts de l'Église. Toujours désireux d'être le plus pédagogique possible, il vous propose de nombreux repères historiques, géographiques et lexicaux pour lever les zones d'ombre que vous pourrez rencontrer. En trois séquences, à l'aide de lectures guidées et de commentaires inspirés, vous serez ainsi sensibilisés à une nouvelle manière de lire l'Évangile, enthousiasmante et profonde.

  • Apparu à la face du monde le soir du 16 octobre 1978 au balcon de Saint-Pierre de Rome, Jean-Paul II était bouleversant dans sa simplicité et impressionnant dans sa force. Il était là, devant nous, sur nos écrans, ce pape qui venait d'être élu à 58 ans. On sentait le poids de cette nouvelle charge tombant sur ses épaules.Mais jamais dans l'Église on n'avait vu quelqu'un incarner à ce point le charisme de Pierre. Pierre s'appelait Simon, et Jésus, « la pierre angulaire », a changé son nom à dessein. Pour bâtir son Église, il lui fallait la force et la disponibilité d'un disciple prêt à devenir « le rocher de l'unité ». C'est justement ce qui m'a toujours frappé dans la personne de Jean-Paul II : la clarté de la foi, la solidité des fondations. Oui, on peut dire que Jean-Paul II a entendu et mis en oeuvre la consigne de Jésus à Pierre : « Fortifie tes frères dans la foi ! »Voilà donc le regard personnel que je propose : Jean-Paul II, c'est Pierre au tournant du nouveau millénaire.Cardinal Philippe Barbarin

  • Quel rapport entre l'existence d'une oeuvre d'art et celle d'un être vivant ? Entre l'existence de l'atome et celle d'une valeur comme la solidarité ? Ces questions sont les nôtres à chaque fois qu'une réalité est instaurée, prend consistance et vient à compter dans nos vies, qu'il s'agisse d'un morceau de musique, d'un amour ou de Dieu en personne. Comme James ou Deleuze, Souriau défend méthodiquement la thèse d'un pluralisme existentiel. Il y a, en effet, différentes manières d'exister, et même différents degrés ou intensités d'existence : des purs phénomènes aux choses objectivées, en passant par le virtuel et le « sur-existant » dont témoignent les oeuvres de l'esprit ou de l'art, tout comme le fait même de la morale. L'existence est polyphonique, et le monde s'en trouve considérablement enrichi et élargi. Outre ce qui existe au sens ordinaire du terme, il faut compter avec toutes sortes d'états virtuels ou fugaces, de domaines transitionnels, de réalités ébauchées, en devenir, qui sont autant d'« intermondes ». Servi par une érudition stupéfiante qui lui permet de traverser d'un pas allègre toute l'histoire de la philosophie, Souriau donne les éléments d'une grammaire de l'existence. Mais son enquête se veut aussi une introduction à « la pratique de l'art d'exister ». À quoi nous attachons-nous précisément lorsque nous aimons un être ? À quoi nous engageons-nous lorsque nous nous identifions à un personnage de roman, lorsque nous valorisons une institution ou adhérons à une théorie ? Et finalement, quel(s) mode(s) d'existence(s) sommes-nous capables d'envisager et d'expérimenter pour nous-mêmes ? Questions métaphysiques, questions vitales. Cette nouvelle édition est précédée d'une présentation d'Isabelle Stengers et Bruno Latour intitulée « Le sphinx de l'oeuvre ». Elle inclut également un article d'Étienne Souriau, « Du mode d'existence de l'oeuvre à faire » (1956).

  • Le Papa de Tom change de travail et il va falloir déménager. Pour Tom, ce n'est pas facile du tout de se dire qu'il doit changer de maison, d'école, et se séparer de tous ses amis.
    Le coeur gros, il se résout à partir, se demandant comment sera son autre maison. Mais toutes les angoisses du petit Tom vont disparaître : la maison est très jolie, et ses nouveaux voisins, Gabriel et Emma, l'attendent.

    Une collection toute tendre pour les petits.

    Idéal pour les 0-3 ans.

  • « Un événement n'est pas ce qu'on peut voir ou savoir de lui, mais ce qu'il devient ». Comme le suggérait Michel de Certeau dans La Prise de parole, les événements historiques sont de plus en plus souvent abordés à partir de leurs traces mémorielles, qui contribuent à construire et déconstruire leurs interprétations. Ce livre étudie la manière dont les oeuvres littéraires et cinématographiques enregistrent, transposent et transmettent des événements historiques en privilégiant avant tout la fiction. Les contributions réunies dans ce volume portent majoritairement sur les littératures française et francophone des xixe, xxe et xxie siècles, et traitent d'événements historiques comme les révolutions politiques, les répressions coloniales, les crimes contre l'humanité (traite, génocide) et les luttes sociales contemporaines.

  • « Chère petite, dit Mme de Fleurville à Sophie, tu resteras chez moi ; tu seras ma fille comme Camille, Madeleine et Marguerite. »Retrouvez les aventures de Camille et Madeleine dans ce chef-d'oeuvre de la littérature classique.

  • Émeutes de Villiers-le-Bel, affaire Kerviel, péripéties de l´Arche de Zoé, fiasco de la France à l´Euro de football, élection de Barack Obama, crise financière : des sujets qui se bousculent à la une des journaux télévisés, la sociologie a-t-elle quelque

  • Quoi de plus familier que le sentiment de notre existence dans le temps, quoi de plus communément partagé que la division du temps en trois dimensions : passé, présent, futur... L'historien et l'anthropologue ont introduit des premières nuances au sein de ce consensus : d'une époque à l'autre, d'une culture à l'autre le temps change. Là il assure le retour du même, l'enfant réincarne l'ancêtre ; ici il voue l'homme à l'innovation permanente et à l'incertitude du lendemain. Pour les uns demain reproduit hier, pour les autres rien ne sera jamais plus comme avant. L'expérience psychanalytique oblige à pousser au-delà l'interrogation. C'est une découverte particulièrement surprenante de s'apercevoir que toute existence n'est pas marquée de temporalité. Tout le monde n'a pas de passé, les souvenirs d'enfance se réduisent à quelques on-dit, quelques photos, rien qui prenne la forme d'une histoire. L'avenir n'est pas davantage assuré, prévoir en plonge plus d'un dans le vide et l'angoisse. Plus étonnant peut-être encore, le présent n'est pas donné à tout le monde, on vit sans être là, la vie passe, on passe à côté d'elle.

  • Les philosophies de la conscience commencent par casser l'expérience en deux : d'un côté, l'univers, peuplé d'événements « objectifs », de l'autre, le sujet et la sphère intime de ses « vécus ». Plutôt que d'essayer à toute force de recoller les morceaux, la philosophie spéculative tente de décrire l'expérience - par exemple, celle d'un après-midi dans un jardin - en faisant l'économie d'une telle notion de la conscience. La tâche la plus délicate consiste alors à situer malgré tout la subjectivité dans le champ de l'expérience, ou à ses limites - sur son bord. C'est le projet de cet essai. Le concept de « lumière », noué à ceux d'être et d'événement, doit permettre d'analyser l'expérience de la perception et celle du corps propre pour y fixer la position du sujet. Pourquoi une « cosmologie » ? Parce qu'il s'agit, finalement, de penser la coexistence, sur un même plan, du sujet de l'expérience et de l'événement perçu. Pour y parvenir, l'auteur mobilise un schème conceptuel emprunté à la cosmologie de Whitehead et à l'ontologie du dernier Merleau-Ponty.

  • Le temps est-il fondamentalement une détermination du sujet ? À la suite d'Augustin, des philosophies aussi différentes que celles de Bergson, Husserl ou Heidegger n'hésitent pas à le soutenir : le temps n'est pas d'abord dans les choses, mais il provient, plus originairement, des actes, des attitudes ou des comportements par lesquels un sujet (ou, éventuellement, un Dasein) s'attend ou se souvient, anticipe des possibles ou décide de lui-même, c'est-à-dire temporalise dans leur unité indissoluble l'avenir, le passé et le présent. C'est cette thèse que le présent ouvrage s'efforce de discuter et de soumettre à un examen critique. Quelle compréhension du temps au cours de la métaphysique a rendu possible sa « subjectivation » ? N'est-ce pas d'abord une certaine saisie du phénomène temporel comme phénomène intratemporel ? Et cette interprétation, dont il devient possible d'entreprendre une généalogie à la lumière des analyses de Platon, Aristote et Augustin, ne prescrit-elle pas son cadre conceptuel à la métaphysique elle-même ? Mais, si la temporalité n'est pas pensable à l'aune de la subjectivité métaphysique (dont le Dasein, à certains égards du moins, constitue l'ultime figure), n'est-il pas requis, pour tenter d'en produire une phénoménologie, de changer de fil conducteur ? C'est en ce point que le présent ouvrage rejoint le projet de L'événement et le monde (PUF, 1998), celui d'une herméneutique événementiale de l'humain, dont il constitue à la fois l'approfondissement et l'achèvement.

  • C'est la rentrée au pensionnat de Knight's Haddon et Edie et Anastasia se retrouvent avec joie. Les choses se gâtent avec l'arrivée d'une nouvelle élève, Janet. Edie la trouve étrange et fantasque, mais la jeune fille sympathise avec elle malgré la jalousie d'Anastasia. Quand cette dernière accuse Edie de trahison, Edie ne peut compter que sur Janet, qui est la seule à la croire innocente. Mais Edie a-t-elle raison de lui faire confiance ?Des secrets, de l'amitié, une orpheline attachante, une élève énigmatique, laissez-vous emporter par la nouvelle intrigue à suspense des Mystères du pensionnat.Première publication en Angleterre sous le titre Mischief at Midnight.

  • Retrouvez avec notre titre phare,"Chronique de l'année", tous les événements qui ont marqué l'année 2009 mois après mois : la condamnation d'Yvan Colonna à la perpétuité, la loi Hadopi, la campagne de vaccination contre la grippe A, l'arrestation de Roman Polanski... et bien d'autres encore. La collection "Chronique de l'année" rassemble en un ouvrage complet, sur un ton clair et objectif tous les événements culturels, politiques et sociaux qui ont été les plus marquants mois après mois. Pour découvrir tous les autres ouvrages de notre collection et l'ensemble de notre catalogue, venez consulter le site des Éditions Chronique.

  • On assiste de toutes parts au « retour » de l´événement. Aux notions de structure, d´invariant, de longue durée, d´histoire immobile se sont substituées les notions de chaos organisateur, de fractale, de théorie des catastrophes, d´émergence, de mutation, de rupture... Ce basculement n´affecte pas la seule discipline de l´histoire. Il est général à l´ensemble des sciences humaines et atteste une préoccupation nouvelle d´attention à ce qui advient de nouveau dans une interrogation renouvelée sur l´événement. François Dosse, dont les travaux en historiographie sont connus, met dans cet ouvrage la notion d´événement à l´épreuve du regard de diverses disciplines pour en mesurer la fécondité potentielle. Comme l´a dit Michel de Certeau, « l´événement est ce qu´il devient », ce qui induit un déplacement majeur de l´approche de l´événement de ses causes à ses traces. Telle est la grande nouveauté que perçoit l´auteur et qui change radicalement notre rapport à l´événement en le défatalisant. On ne peut donc parler d´un simple « retour » de l´événement au sens ancien du terme.

  • « Cette abominable femme me rend méchant moi-même. C'est vrai, Juliette : avec toi, je suis bon et je n'ai jamais envie de te jouer un tour ou de me fâcher. » Retrouvez les aventures de Charles, le bon petit diable, dans ce chef-d'oeuvre illustré de la littérature classique.

  • Ni collection d´études, ni recueil, cet ouvrage réunit trois essais qui possèdent des liens organiques puisqu´ils s´efforcent de répondre à une seule et unique question : que peut devenir la phénoménologie une fois abandonnée la perspective transcendantale ?
    Ainsi, les deux premiers essais interrogent la manière dont une phénoménologie de l´événement peut offrir une alternative aux approches traditionnelles de l´ego ou du temps. Le dernier s´attaque à la racine même du paradigme « transcendantal » pour en mettre au jour les présupposés et les critiquer. Elle dessine les contours d´un holisme de l´expérience que l´auteur a présenté dans Au coeur de la raison : la phénoménologie (2010).

  • Deux ans après les événements qui ont marqué un tournant dans son existence, Charlotte s'est installée à Rome où elle semble vivre la vie qu'elle désire. En soutenant Sophie, sa meilleure amie, alors qu'elle met au monde une petite fille, elle ne peut s'empêcher d'entrebâiller la porte des souvenirs et de se laisser submerger.
    La voilà replongée dans son passé où Paul persévère à ne pas vouloir divorcer et franchit les limites pour obliger Charlotte à rester près de lui.
    Charlotte est une battante et ne reculera devant rien, même à mettre sa vie en danger pour retrouver sa liberté et vivre avec l'homme qu'elle aime.
    ***
    Ils en parlent :
    « Cette deuxième saison est tout aussi mouvementée que la première ! Les aventures de Charlotte et de ses proches sont toujours aussi palpitantes et nous emportent, sans pouvoir nous arrêter, jusqu'à la dernière page. » - Sophie Herrault - Auteure
    « Une suite aussi envoûtante que le tome 1, une lecture prenante, écrite avec fluidité et profondeur. Une histoire riche où tous les ingrédients sont réunis pour devenir addictive. » - Ngie - Chroniqueuse et bloggeuse chez Bulle de lecture

  • Apprenez à faire de somptueux gateaux de fêtes avec ce livre : gâteaux décorés, bûches, pièce montée, galette des rois... La magie en 50 recettes inratables !

    Et si vous êtes connecté à internet, profitez des renvois vers les recettes en vidéo !

    Visionnez ! Cuisinez !

  • La ville se reconfigure lors des grands événements (festival, manifestation, match de foot, etc.), les foules sont contenues par le cadre bâti urbain et s´en emparent, les publics vibrent au rythme des attracteurs proposés par les organisateurs ou créés par eux-mêmes. Un climat s´installe, qui doit toujours être unique pour faire événement, qui attire ou qui repousse, qui se prépare, qui va crescendo mais qui doit aussi savoir progressivement descendre pour revenir au calme puis laisser des traces dans les mémoires et dans les médias. Les spécialistes de la sécurité urbaine et du maintien de l´ordre, qu´ils soient publics ou privés, ont appris à anticiper sur ces états toujours instables, à pré-positionner des forces et des moyens opérationnels, mais aussi à réviser leurs plans car des incidents viennent toujours ponctuer ces grands événements urbains. Trois événements (un match de foot, un festival de musique, une manifestation syndicale) ont été suivis grâce à des méthodes d´observation originales et minutieuses permettant de restituer tous les points de vue, sans jamais les totaliser mais en montrant leurs articulations. L´ouvrage permet ainsi de restituer « l´art du bon moment » (le kairos) qui fait l´expertise de ces professionnels du climat urbain et de leurs équipements.

  • Comme chaque année les Éditions Chronique retracent tous les faits et les moments les plus importants qui se sont produits. De la tempête Xynthia au tremblement de terre d'Haïti, en passant par le sacre du film "Un Prophète" aux Césars ou l'inauguration de la plus haute tour du monde, l'année 2010 a particulièrement été riche en émotions. La collection "Chronique de l'année" rassemble en un ouvrage complet, sur un ton clair et objectif tous les événements culturels, politiques et sociaux qui ont été les plus marquants mois après mois. Pour découvrir tous les autres ouvrages de notre collection et l'ensemble de notre catalogue, venez consulter le site Éditions Chronique.

  • Qu'est-ce qu'un événement ? La question peut paraître incongrue, tant la notion commune d'événement va de soi. Elle ne cesse pourtant de se poser aux philosophes comme aux praticiens des sciences sociales. Elle soulève aujourd'hui des problèmes plus radicaux, peut-être, que ne le faisait, voici une génération, la réflexion sur la place respective des événements et des structures dans l'explication historique. Ces problèmes concernent le concept même d'événement, sa différence avec l'occurrence et le fait, son lien avec le langage, mais aussi son rôle dans l'élucidation de questions de théorie sémantique et d'analyse de l'action. Leur examen s'organise selon trois directions majeures : qu'est-ce qui assure l'individualité d'un événement ? comment décrire la dialectique de l'événement et du sens ? en quels termes peut-on rendre compte de la « construction » des événements sociaux ? En multipliant les éclairages sur ces thèmes, le présent volume esquisse un tableau inédit des problèmes qui surgissent lorsqu'on tente d'expliciter et de soumettre à la critique les présupposés ontologiques et épistémologiques attachés à la notion commune d'événement.

empty