• Graines de danseurs T.3 ; la danse de la victoire Nouv.

    Le troisième tome d'une série de danse pas comme les autres !
    Depuis qu'ils ont réalisé une vidéo avec la YouTubeuse BetterDanse, Victoire et ses amis se sentent pousser des ailes ! Victoire n'en revient pas de lire autant de commentaires positifs des internautes à son sujet. Elle commence enfin à avoir confiance en elle et à se considérer comme une vraie danseuse. Mais un
    post négatif fait tout basculer. Victoire se retrouve plongée trois ans en arrière, quand tous les élèves de son ancienne école se moquaient d'elle. Heureusement, elle peut compter sur ses meilleurs amis Antoine, Effia, Lou et Max pour la soutenir. Victoire parviendra-t-elle à reprendre confiance ?
    Une collaboration avec Gulli, 1ère chaîne jeunesse en termes d'audiences, qui est une vraie caution auprès des parents, notamment grâce à son prix du premier roman jeunesse et au lancement de son label " Lire avec Gulli ".
    Les tomes 1 et 2 sont toujours disponibles dans toutes les librairies :
    Une battle explosive et
    Le Concours vidéo. Retrouve aussi dans la même collection les trois tomes de la série " Objectif Champions ", et le premier tome d'une toute nouvelle série autour de la cuisine :
    Miam et Cie - Journal d'une apprentie pâtissière.

  • « Il faut que César meure... oui, Rome enfin l'exige.
    Je n'ai point, je l'avoue, à me plaindre de lui ;
    Et la cause publique est tout ce qui m'anime.
    Il prétend être roi !... Mais quoi ! le diadème
    Change-t-il, après tout, la nature de l'homme ?
    Oui, le brillant soleil fait croître les serpents.
    Pensons-y : nous allons l'armer d'un dard funeste,
    Dont il peut nous piquer sitôt qu'il le voudra.
    Le trône et la vertu sont rarement ensemble.
    Mais, quoi ! je n'ai point vu que César jusqu'ici
    Ait à ses passions accordé trop d'empire.
    N'importe... on sait assez quelle est l'ambition.
    L'échelle des grandeurs à ses yeux se présente ;
    Elle y monte en cachant son front aux spectateurs ;
    Et quand elle est au haut, alors elle se montre ;
    Alors, jusques au ciel élevant ses regards,
    D'un coup d'oeil méprisant sa vanité dédaigne
    Les premiers échelons qui firent sa grandeur.
    C'est ce que peut César : il le faut prévenir.
    Oui, c'est là son destin, c'est là son caractère ;
    C'est un oeuf de serpent, qui, s'il était couvé,
    Serait aussi méchant que tous ceux de sa race.
    Il le faut dans sa coque écraser sans pitié. »
    BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • Le deuxième tome d'une série de danse pas comme les autres !
    Depuis les dernières vacances, Lou passe son temps à regarder des vidéos de son idole, BetterDanse. Et son jumeau, Max, n'en peut plus ! Il ne comprend pas pourquoi sa soeur aime autant les tutos de la YouTubeuse. Lorsque BetterDanse propose un concours de danse avec, à la clé, une visite de ses studios, la querelle entre Lou et Max s'intensifie. La rouquine rêve de participer ! Si Antoine, Victoire et Effia acceptent tout de suite de l'aider, son frère, lui, se montre plus réticent. Lou réussira-t-elle à convaincre Max de l'accompagner dans cette grande aventure ?

  • Le premier tome d'une série de danse pas comme les autres !
    Victoire, Effia, Antoine, Lou et Max ont une seule passion : la danse ! Même si certains préfèrent la danse classique, d'autres le hip hop, l'improvisation ou la danse contemporaine, dès que l'école est terminée, les voilà qui foncent dans leur club de danse pour prendre des cours et s'entraîner.
    Alors que Lou montre à Max, son frère jumeau, de nouveaux mouvements de danse dans la cour de récré, elle percute Antoine et refuse de s'excuser. À la place, elle lui propose une battle : classique contre street dance. Le résultat est incroyable et donne une belle idée à Amélia, la surveillante et prof de danse : réunir les danseurs afin de mettre au point une chorégraphie originale pour le spectacle de Noël et montrer aux enfants qu'ils partagent beaucoup plus qu'ils ne le pensent.

  • La manne dans le désert, la multiplication des pains, la Cène, les disciples d'Emmaüs, saint Tarcisius, le miracle de Faverney, saint Pie X, sainte Marguerite-Marie... : Douze histoires magnifiquement illustrées pour raconter aux enfants la beauté du sacrement de l'Eucharistie.

  • Toute la vie de saint Antoine de Padoue, en 160 vignettes illustrées pour les enfants.

  • "Un couple de psychanalystes se rend compte qu'un même patient les fréquente tous deux. Comme il vient de disparaître, ils mènent l'enquête et ne trouvent qu'un manuscrit, intitulé Imitation de la vie.
    Le manuscrit retrace l'histoire d'Émir Sulter. Il vit à Setrou, une ville de banlieue parisienne où il s'occupe, avec Ingrid Égala, d'un cinéma dédié aux films expérimentaux, le Mekas Palace. Ingrid et Émir sont des amoureux de la radicalité. Autrefois, ils étaient amants, désormais ils sont collègues.
    Les deux psychanalystes étaient sur le point de se séparer. Après la lecture du manuscrit, ils savent qu'ils sont liés par leur patient. Dans les histoires d'amour, il y a toujours un fantôme. Volontiers comique, Imitation de la vie se veut le roman de la désillusion de devenir adulte, quand on s'aperçoit que l'adulte est celui qui feint encore mieux que les autres."

  • Les triumvirs l'ont emporté sur les républicains à Philippes, mais les guerres civiles ont encore cinq belles années devant elles. Désormais, Antoine et Octavien doivent tenir les promesses faites aux soldats : Antoine se charge de l'argent en pressurant les provinces d'Orient ; pour les terres en Italie, Octavien exproprie leurs occupants, et tout le pays entre en ébullition. Lucius, consul, et aussi frère d'Antoine, tente alors de rétablir la République, mais l'entreprise se termine vite par sa défaite à Pérouse. Une autre menace vient de Sextus Pompée qui contrôle toujours la Sicile et le trafic maritime : Rome est affamée. Quand Antoine, soucieux, quitte les bras de Cléopâtre pour retrouver l'Italie, ses officiers et ceux d'Octavien ont bien du mal à enrayer la guerre qui commence entre eux... Ainsi s'ouvre le cinquième livre des Guerres civiles, livre des rebondissements, où discordes, réconciliations, défections, accords vite transgressés, émeutes, tempêtes et mutineries ponctuent la période confuse où la République achève sa longue agonie. Appien arrête son récit à la mort de Sextus Pompée, considérant qu'avec lui la République, elle aussi, est bien morte ; l'historien réserve pour son Livre égyptien (qui ne nous est pas parvenu) la lutte finale entre Antoine et Octavien, une histoire d'une autre nature, celle de l'affrontement entre deux prétendants à la monarchie.

  • Auguste, fossoyeur de la République ?
    Auguste, père de la Rome moderne ?
    Auguste, fauteur de guerres ou architecte de la paix ?
    Sa destinée l'a placé sur la route de Jules César, et le glaive à la main, sur celles de Brutus, de Marc Antoine et de Cléopâtre.
    Avec son ami Mécène, il a fait venir à lui les beaux esprits du monde latin : Horace, Virgile, Ovide.
    Il a inspiré Sénèque, passionné les historiens : Suétone, Plutarque, Tite Live, Tacite, étonné Cicéron.
    Cruel ou magnanime, vertueux ou dépravé. Seul au sommet du pouvoir, déçu par les siens. 42 ans de règne, sans partage. Auguste n'a pas eu de fils, mais il a bâti une dynastie.
    Il est né en 63 avant Jésus-Christ. Il est mort 14 ans après le début de notre ère. Il y a 2000 ans de cela. L'histoire d'Auguste nous interroge toujours.
    Appien, Dion Cassius, Suétone et Plutarque nous racontent.
    Bruno Albin a été journaliste pour France Inter, Antenne 2, France 2 et France 3.

  • Les tourbillons de l'histoire cèdent parfois la place à des pauses festives dont on ne doit pas mésestimer l'importance. La table, au même titre que les champs de bataille, a toujours été un formidable lieu de pouvoir et de stratégie politique ; l'issue d'un festin n'est jamais sûre, tant les enjeux de puissance y sont réversibles.
    Voici 12 agapes mémorables aux mises en scène éblouissantes et aux enchantements culinaires ; tel le Banquet du Bal des Ardents organisé par le roi Charles VI, qui vit cinq grands seigneurs de ses amis mourir par le feu, transformés en torches vives, et qui en fut affecté jusqu'à la folie ; ou le Banquet du Faisan célébrant la suprématie du duc de Bourgogne Philippe le Bon et dont le clou fut un pâté d'où jaillirent vingt-huit musiciens donnant sur-le-champ un concert. Ou encore celui de Vaux-le-Vicomte dont les splendeurs firent de l'ombre au Roi-Soleil : Fouquet le paya d'un emprisonnement à vie. Ou, enfin, ces immenses mouvements de commensalité fraternelle qui, sous la IIIe République, réunirent en 1900 plus de vingt mille maires dans le jardin des Tuileries.
    Ces festins devenus pages d'Histoire, Suzanne Varga les a mitonnés avec un art consommé !

  • Du Petit Prince, l'on sait qu'il aura été l'un des plus grand succès de l'édition mondiale. Livre traduit dans toutes les langues et les dialectes de la " terre des hommes", livre fétiche, livre culte. Mais connait-on l'histoire de sa création en 1942 ?
    New York, terre d'exil d'Antoine de Saint-Exupéry. Il traine sa mélancolie dans Manhattan, se disperse en amour de passage tout en exaltant sa passion pour son épouse, Consuelo. Héros sans emploi, il veut repartir au front, engager sa "chair dans l'aventure". Pressé par une frange de la petite société d'émigrés français de prendre parti, il refuse les polémiques et les querelles idéologiques. La rédaction du Petit Prince est vécue comme une résurrection. Elle lui rendra la fraîcheur des sources, sa liberté, son chemin d'étoiles.
    S'appuyant sur des documents inédits provenant des archives privées de Consuelo de Saint-Exupéry et de nombreux témoignages, Alain Vircondelet raconte ici le temps de cette histoire où s'entremêlent l'amour, la guerre, la féerie de l'enfance, la solitude et le désespoir.

    Croquis du petit prince par Consuelo de Saint-Exupéry© Cuccession Consuelo de Saint-Exupéry

  • Manon Lescaut

    Antoine Francois Prevost

    • Bookelis
    • 25 Novembre 2017

    L'Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut, plus communément appelé Manon Lescaut, est un roman-mémoires de l'abbé Prévost faisant partie des Mémoires et Aventures d'un homme de qualité qui s'est retiré du monde, rédigés de 1728 à 1731. Le livre étant jugé scandaleux à deux reprises, saisi et condamné à être brûlé, l'auteur publie une nouvelle édition de Manon Lescaut revue, corrigée et augmentée d'un épisode important.
    Analyse
    | Passant tour à tour, et du jour au lendemain, de la fortune à la misère, du boudoir à la prison, de Paris à la déportation, de l'exil à la mort, Des Grieux et Manon n'ont qu'une excuse : l'amour, ce sentiment qui fait oublier que tous deux mentent et volent, que le premier triche et tue ou que la seconde se prostitue.
    C'est ainsi que Montesquieu comprend, peu après sa publication, le succès de ce roman : « J'ai lu le 6 avril 1734, Manon Lescaut, roman composé par le P. Prévost. Je ne suis pas étonné que ce roman, dont le héros est un fripon et l'héroïne une catin qui est menée à la Salpêtrière, plaise, parce que toutes actions du héros, le chevalier des Grieux, ont pour motif l'amour, qui est toujours un motif noble, quoique la conduite soit basse1. »
    De même, dans cette narration où le fourmillement d'incidents romanesques révèle un souci de la réalité dans ses plus petits détails, le réalisme ne le dispute pourtant jamais à l'idéalisme. La structure psychologique des héros obéit à cette règle : Des Grieux réunit en lui une incroyable naïveté et un cynisme grossier tandis que Manon est un esprit pratique doué de bon sens et d'une extraordinaire insouciance...|
    |Source Wikipédia|

  • Le livre relate les événements de 44-43 av. J.-C. : c'est le moment de la disparition définitive de la République ancienne, établie après le renversement de la monarchie en 509. C'est, après l'assassinat de César, le moment du premier conflit entre Antoine et Octave (le futur Auguste), de l'ascension de celui-ci, parallèle au déclin de celui-là- c'est le sommet de l'ensemble des cinq livres consacrés aux guerres civiles conclues par l'instauration de l'Empire, dont Appien a organisé le récit comme une tragédie en cinq actes.
    Récit qui fait intervenir, outre les deux acteurs principaux, une foule d'autres personnages sur des théâtres divers, à Rome, en Grèce ou en Orient. L'alternance, au coeur du livre, entre narration et discours reconstitués donne un texte vivant et animé, où les partis-pris de l'auteur sont servis par sa verve et sa capacité à faire vivre des scènes pittoresques. Quelles que soient ses faiblesses, l'Histoire d'Appien est un document irremplaçable sur les luttes internes en cette période cruciale et sur la vision qu'en avait un homme qui admirait la paix civile que l'Empire romain avait instituée.

  • La République romaine meurt, mais ne se rend pas vite : il faut à Appien les cinq livres des Guerres civiles pour raconter sa longue agonie. Le livre III se termine par la blessure mortelle qu'en août 43 lui inflige Octave, quand il force Rome à l'élire consul. Le livre IV s'ouvre sur ce qui ressemble à un coup de grâce, l'instauration du Triumvirat. Octave, Antoine et Lépide s'octroient tous les pouvoirs et procèdent à une nouvelle « proscription » : la liste des individus à décapiter contre récompense est affichée et toute solidarité avec eux interdite. Contre les massacreurs, les proscrits inventent des cachettes, des moyens de fuir, ou bien meurent, parfois crânement. Le courage de leurs proches, voire de leurs esclaves, en sauve certains. Lâcheté, trahison et cruauté se donnent libre cours, mais la République vit encore. Sextus Pompée contrôle la Sicile et dirige une flotte. Brutus et Cassius, chefs du complot contre César, ont rassemblé des armées considérables et sont maîtres des riches provinces de l'Orient grec, alors que les triumvirs ne tirent rien de l'Italie et de l'Occident, exsangues. La lutte finale a lieu à l'automne 42, à Philippes, au nord de la Grèce.
    Appien évoque d'abord cette période de sang et de fureur par une longue suite de brefs tableaux retraçant le destin des proscrits, puis il peint une grande fresque de la confrontation finale, sans cacher où vont ses sympathies. Quand il écrit, la République est morte depuis deux cents ans, mais son souvenir alimente toujours la réflexion morale et politique.

  • « Le nez de Cléopâtre : s'il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé. » Cette "pensée" de Pascal, bien connue, sert à étayer la thèse selon laquelle les faits historiques dériveraient de causes fortuites et aléatoires : si Cléopâtre n'avait pas été aussi belle, Antoine aurait gardé sa clairvoyance, aurait vaincu à Actium (31 avant J.-C.), et « la face de la terre aurait changé ». Semblable conception de l'histoire, pourtant, n'est pas unanimement partagée : certains pensent, en effet, que l'issue de la bataille d'Actium, ou de n'importe quel affrontement majeur, n'a pas dépendu du comportement privé d'un homme, mais bien de lois supérieures qui règlent le déroulement des choses et où les humains n'entrent pour rien. Ces deux conceptions de l'histoire s'affrontent depuis la Renaissance, dans un débat retracé ici, qui tourne autour des mêmes questions essentielles : l'histoire est-elle le domaine du contingent et de l'irrationnel, ou le lieu du sens ? Les événements du passé devaient-ils arriver ou sont-ils advenus par hasard ? Faut-il en chercher les causes dans des principes indépendants de l'action des hommes et de leur libre arbitre ? Le futur, voire la fin de l'histoire, sont-ils écrits ? L'humanité a-t-elle un Destin ? Historien lui-même (Port-Royal), Sainte-Beuve est maintes fois revenu sur ces questions : on ne pouvait donc trouver, dans ce parcours, meilleur guide que lui. Enfin, Michel Brix nous invite également à un surprenant voyage dans la littérature - non seulement française, mais aussi européenne.

  • Cléopâtre

    Henri Blaze De Bury

    Cet ebook bénéficie d'une mise en page esthétique optimisée pour la lecture numérique.




    « Misérable est l'amour qui se laisserait mesurer » William Shakespeare -Antoine et Cléopâtre



    Reine d'Égypte, la belle Cléopâtre est l'une des femmes les plus fascinantes du monde antique en raison de sa vie, de sa mort mais surtout de ses amours restés célèbres.


    La biographie de Henri Blaze de Bury décrit avec force sa vie quotidienne aux temps des pharaons mais surtout son amour pour Marc Antoine, amour passionnel qui lui coûta son empire mais qui l'a fit rentrée dans l'Histoire.


    /> Les amoureux de l'Égypte ancienne seront sans nul doute conquis par ce texte de grande qualité.




    EXTRAIT : «


    La vérité de l'histoire est souvent dans le cri d'un poète. Les gros livres ont leur parti-pris, leurs systèmes ; les mémoires mentent ; l'inspiration, il la faut subir. Écrivant, nous sommes de sang-froid : celui qui chante ne se possède plus ; on n'est un lyrique qu'à ce prix. Les vrais inspirés perdent terre, et presque toujours en disent plus qu'ils ne voudraient. Qui ne connaît, ne sait par coeur l'ode d'Horace : Nunc est bibendum, nunc pede libero ! .. Il y a plus que la joie de la victoire dans ces fameuses strophes, il y a le cri de libération ; l'âme de tout un peuple y respire. Un immense danger a menacé Rome : ce danger, les dieux l'ont conjuré ; enfin on va donc revivre. Lisons ces vers comme on les doit lire, en nous reportant au centre des événements : les triomphes inespérés provoquent seuls de tels élans, cette exaltation capiteuse ne saurait être que le contre-coup d'une grande épouvante ; « être furieux, c'est n'avoir plus peur à force d'avoir peur, et dans ces cas-là la colombe frapperait l'épervier du bec » Vous vous dites : Faut-il que ces Romains aient tremblé pour triompher si bruyamment ! et quelle ennemie était donc cette Cléopâtre dont la disparition les soulageait d'un poids si lourd ? »

empty