• Édition enrichie (Introduction, notes, commentaires sur l'oeuvre et biobibliographie)Dans le pays, on l'appelait la petite Fadette, car elle avait la taille d'un farfadet et les pouvoirs d'une fée. Comme sa grand-mère, elle guérissait les hommes et les animaux. Landry, l'un des jumeaux de la ferme voisine, tombe amoureux d'elle. Mais l'amour d'une sorcière est mal vu dans cette famille, et il rend malade de jalousie Sylvinet, l'autre «besson». Après La Mare au diable et François le Champi, c'est le troisième roman champêtre de George Sand. Elle y exprime tout ce que la vie lui a appris. L'apparence des êtres ne compte pas, il faut percer l'écorce. La richesse des filles ne fait pas leur bonheur et l'amour est difficile à construire. Son désir inassouvi est là, aussi, d'un amour qui durerait toujours. La Petite Fadette illustre le grand dessein de George Sand : enseigner le respect de Dieu, de la nature, de la sagesse, de l'amour. 

  • Edition enrichie (Préface, notes, appendice, annexes, chronologie et bibliographie)On l'appelait « la mare au Diable », car ses brumes, le soir, égaraient les voyageurs. Perdus à leur tour, Germain, Marie et le Petit Pierre sont forcés d'y passer la nuit. Le laboureur et la jeune fille ont le coeur triste. Germain va chercher une épouse pour s'occuper de ses enfants orphelins de leur mère. A quoi bon se marier, pense-t-il, quand l'amour n'y est pas. Et Marie a quitté sa mère, ce matin, en larmes, pour se louer comme bergère à la ferme des Ormeaux, si loin. Seul, Petit Pierre, le fils de Germain, est heureux et confiant. De lui dépendra le sort de ceux qu'il aime tant.
    Dédié à Chopin, ce bref roman champêtre a un charme inégalé. George Sand a vu le beau dans le simple. Elle chante, quelquefois en patois, les joies de l'amour, de l'enfance et du travail de la terre. Beaucoup d'amour et un peu d'idéalisme sont ses secrets.
    Présentation et notes de Marielle Caors. 

  • Edition enrichie (préface, notes, commentaires sur l'oeuvre et chronologie)Un champi était un enfant abandonné dans les champs par ses parents. En grandissant, disent « les bonnes gens », les champis deviennent des paresseux et des voleurs. Non, pas s'ils sont aimés, répond George Sand. Une pauvre femme, la Zabelle, puis Madeleine, une jeune femme mal mariée, recueillent un bel enfant et l'aiment tant qu'il le leur rend au centuple. Il n'est question, dans ce livre, que d'amour, amour maternel et amour filial, amour frivole ou passionné. Les romans champêtres de George Sand se passent dans les bois et les champs, dans les cours de ferme et les fêtes campagnardes. Ils rayonnent de pureté. Ils sont aussi un acte de foi et d'espérance en un avenir meilleur pour les pauvres et les malheureux. Pour eux, George Sand a combattu toute sa vie.
    Préface et commentaires de Maurice Toesca.
    Notes de Marie-France Azéma. 

  • À la mort de sa mère, Marie-Claire est placée à l'orphelinat. Elle y vit une enfance adoucie par l'affection de soeur Marie-Aimée, religieuse non conformiste. Jalouse de cet attachement filial, la mère supérieure place Marie-Claire comme bergère à l'âge de 15 ans alors que celle-ci rêvait d'être modiste. Elle prend pourtant goût à cette vie bucolique, s'éprend du frère de sa nouvelle maîtresse avec qui elle partage le goût de la nature et de la littérature. Leur séparation forcée la décide à « monter » à Paris.

    Placée à l'Assistance publique à l'âge de trois ans, Marguerite Audoux (1863-1937) deviendra bergère puis servante de ferme, avant de s'établir à Paris. C'est par hasard que sa route croisera celle du cercle littéraire d'André Gide et d'Octave Mirbeau qui, impressioné par son talent, décidera de préfacer et de soutenir le premier roman de Marguerite, Marie-Claire qui recevra le premier prix Femina en 1910.

  • George Sand (1804-1876)
    "Je ne suis point né d'hier, disait en 1828, le père Etienne. Je suis venu dans ce monde, autant que je peux croire, l'année 54 ou 55 du siècle dernier."
    "Les maîtres sonneurs" est découpé en 32 chapitres que George Sand nomme veillées. Lors de ces veillées, le berrichon Etienne Depardieux - surnommé Tiennet - raconte sa jeunesse avec ses amis Brulette, Joset, Huriel et Thérence.
    Tout en nous faisant connaître son pays de prédilection, le Berry, avec une excursion dans le Bourbonnais, George Sand nous permet de pénétrer de mystérieuses fraternités comme celles des bûcherons, des muletiers ou des sonneurs.
    "Les maîtres sonneurs'" est un roman champêtre, géographique et musical.

  • L'histoire de « L'île aux fées » se déroule dans la première moitié du XVIIIe siècle. Solange, une orpheline misérable, mâtinée de sorcière va échapper au triste destin promis aux autres « Solanges » anonymes du fin fond du Berry. Elle va connaître plusieurs vies singulières et une ascension fulgurante : d'abord Versailles, puis au-delà des mers, Pondichéry sous Dupleix, et l'univers esclavagiste de Port-François à Saint-Domingue.
    Cette saga est l'occasion de croiser des représentants de la société d'alors (des paysans éternels au Roi Louis XV, monarque sans caractère, en passant par les nobles, les religieux, les francs-maçons). On y rencontre aussi des personnages illustres : du jeune Voltaire plein de verve au marquis d'Argenson, ministre des Affaires étrangères aux idées de réformes vouées à l'échec.
    « L'île aux fées » est un roman historique qui puise son inspiration dans des récits de voyages, de sorcellerie et dans la littérature d'un XVIIIe siècle plein d'ombres et de lumières.

  • Ainsi que le dit Brantôme : « Je crois qu'il ne fut jamais quatre plus grands ducs les uns après les autres, comme furent ces quatre ducs de Bourgogne ». Le premier, Philippe-le-Hardi, commença à établir la puissance bourguignonne et gouverna la France durant plus de vingt ans. Le second, Jean-sans-Peur, pour conserver sur le royaume le pouvoir qu'avait eu son père, commit un des crimes les plus éclatants de l'histoire moderne; par là il forma de sanglantes factions et alluma une guerre civile, la plus cruelle peut-être qui ait jamais souillé notre sol. Succombant sous un crime semblable, sa mort livra la France aux Anglais. Philippe-le-Bon, son successeur, se vit l'arbitre entre la France et l'Angleterre ; le sort de la monarchie sembla dépendre de lui. Son règne, long et prospère, s'est signalé par le faste et la majesté dont commença à s'investir le pouvoir souverain, et par la perte des libertés de la Flandre, de ce pays jusqu'alors le plus riche et le plus libre de l'Europe. Enfin le règne de Charles-le-Téméraire offre le spectacle continuel de sa lutte avec Louis XI, le triomphe de l'habileté sur la violence, le commencement d'une politique plus éclairée, et l'ambition mieux conseillée des princes, qui, devenus maîtres absolus de leurs sujets, font tourner au profit de leurs desseins les progrès nouveaux de la civilisation et du bon ordre. C'était un avantage que de rattacher de la sorte le récit de chaque époque à un grand personnage ; l'intérêt en devient plus direct et plus vif; les événements se classent mieux ; c'est comme un fil conducteur qui guide à travers la foule confuse des faits... (extrait de la Préface, éd. de 1860). La présente réédition se base sur l'édition de 1860.
    Amable-Guillaume-Prosper Brugière, baron de Barante né à Riom (1782-1866), préfet sous le Ier Empire, pair de France sous la Restauration ; ses idées libérales le font écarter de la vie politique et l'amène à se consacrer à ses études historiques. Il publie la première édition de l'Histoire des Ducs de Bourgogne (1824-1826) qui lui vaut d'entrer à l'Académie Française. Après la Révolution de 1830, il sera nommé ambassadeur en Piémont-Sardaigne, puis en Russie jusqu'en 1848.

  • En ce début de XIXe siècle, nombreux sont les défis qui attendent la fille des Chapelin, Jeanne. Mariée à un laboureur, elle s'installe loin de Louvet, dans le petit village de Nohant, en Berry, là où précisément habite une certaine Aurore Dudevant qui deviendra la romancière George Sand. Amie de la célèbre écrivaine, Jeanne a la chance unique de fréquenter les plus grands artistes du XIXe siècle : Musset, Delacroix, Chopin, Flaubert... et de découvrir la femme de lettres sous un jour nouveau. Tout aurait pu être paisible. Hélas, c'était sans compter sur la présence troublante du duc Louis-Alexandre de Nuys qui n'a rien oublié des vieilles querelles de famille... Ce nouvel opus, qui peut se lire de manière indépendante des précédents, transporte le lecteur dans un XIXe siècle étonnant, où se mêlent arts et révolutions : on y croise tour à tour des écrivains, des artistes, mais aussi des révolutionnaires et des hommes politiques comme Napoléon III.

  • Les soeurs Charpy

    Serge Camaille

    Sonia, Barbara, Virginie, trois soeurs aux caractères bien trempés, mais diamétralement opposés. Le jour où le destin frappe à leur porte en leur annonçant la disparition de leur père, elles se retrouvent avec un héritage bien embarrassant...
    Une ferme au coeur du Berry ! Sonia, l'aînée, ouvrière hautement qualifiée, a les idées solidement ancrées à gauche et aimerait bien transformer l'endroit en ferme pédagogique. Idée utopique de bobo de gauche, pensent les deux autres. Barbara, la cadette, avocate d'affaires et Parisienne dans l'âme, déteste la campagne et aimerait tout vendre à son agent immobilier de mari qui souhaiterait y construire le plus grand golf de la région. Pas question de vendre leur maison d'enfance, protestent les deux autres. Virginie, la benjamine, indécrottable rêveuse romantique, tient une petite librairie dans la ville voisine. Elle verrait bien la ferme devenir un gîte rural pour tous les touristes et autres randonneurs qui sillonnent les bords de l'ancien canal de Berry. Qui va le gérer ? objectent les deux autres. Dans ces conditions, laquelle des trois aura raison des deux autres ?
    Ce seront quelques secrets bien enfouis qui finiront par réunir les soeurs Charpy après quelques manigances qu'elles tourneront à leur avantage.

  • Orazio

    Christophe Matho

    En septembre 2012, un éditeur est convoqué chez un notaire qui lui remet un manuscrit confié à son étude il y a très longtemps. Il s'agit d'un roman écrit par une écrivaine, célèbre à son époque, qui craignait que la postérité ne l'oublie. Elle avait donc organisé la découverte de cet ouvrage plusieurs décennies après sa mort. L'arrière-grand-père de l'éditeur, un jeune homme qui fuyait l'Italie fasciste était tombé sur une énigme qu'il avait su résoudre et qui l'avait conduit jusqu'à un autre notaire dans les années trente.
    Ce manuscrit contient un lourd secret. Ce n'est pas le hasard qui a conduit ce jeune Italien et une paysanne creusoise qu'il a rencontrée sur son chemin à résoudre cette énigme. Le cheminement de ce manuscrit à travers le temps a été soigneusement orchestré par ceux qui avaient décidé que son secret ne serait dévoilé que le moment venu.
    De la Toscane au Berry, en passant par la Corse ou Lyon, ce roman propose un périple dans la France de la première moitié du XXe siècle, mais aussi un voyage dans le temps et dans l'imaginaire de la Vallée Noire.


  • Il était une fois... Moi ! Alice ! jeune femme douce et timide dans la trentaine (on ne demande JAMAIS son âge exact à une femme !). Célibataire. 90/60/90 (enfin, à peu près... à la louche quoi ! à la bonne grosse louche !). De loin et sans lunettes, on me dit que je ressemble assez à Émily Blunt... Heureuse propriétaire d'un chien-saucisse et de deux perruches. Je demeure en pleine campagne berrichonne où je tiens le restaurant familial depuis que maman (contrainte et forcée) m'a passé la main. Je bous souvent intérieurement et je ne sais pas pourquoi je n'arrive jamais à me lâcher ! C'est un peu comme si le chanteur de Kiss était coincé dans le corps d'Édith Piaf ou comme si on voulait apprendre à mordre à un ours en peluche. Je ne suis donc ni une princesse de conte de fées ni une icône mode du XXIe siècle à la Kim Kardashian, vous l'aurez peut-être remarqué... Ainsi, commence « l'histoire de ma vie » ! Jusqu'ici, je me suis toujours évertuée à ne pas me montrer trop gourmande et j'ai goûté, avec parcimonie, aux plaisirs de la vie. Mais, un jour, mon petit château de convenances et de solitudes s'est envolé aux quatre vents... tout ça à cause d'un food-truck installé devant ma porte et de son séduisant propriétaire !

  • « Peau de lapin », c'est le surnom qu'on donnait chez nous, à Sancoins, au peillerot du village. Le peillerot, vous savez, cet homme qui passait dans les rues de chaque village soit avec une carriole attelée, soit avec un triporteur à moteur ou encore avec une 203 plateau selon les époques, pour ramasser les peaux d'animaux, les ballots de vieux chiffons ou encore la ferraille en criant : « Peau de lapin ! Peau ! » Si au siècle dernier chaque village voyait déambuler le sien, Lucien, le nôtre à Sancoins, eut une vie tellement riche en péripéties de toutes sortes qu'elle méritait bien que je lui consacre... Un roman ! L'idée ne m'est pas venue comme ça, du jour au lendemain. Ce fut un jour de dédicace dans ma ville de coeur que je vis apparaître Marie-Jeanne, la fille de notre peillerot. Elle prit son courage à deux mains pour me demander si je me souvenais de son papa, et si je serais intéressé pour en relater l'histoire. Après l'avoir entendue toute une journée, l'idée me sembla formidable à tel point que j'en ai fait... Un roman biographique. Tout ce qui est relaté dans cette histoire a été vérifié et approuvé par Marie-Jeanne.

  • L'Ensauvagé

    Heloise Combes


    François, un jeune garçon solitaire et énigmatique, grandit dans un village berrichon.

    À travers un récit tendre et poétique, L'Ensauvagé sonne comme une ode à la nature, à la liberté, au mystère de vivre, à la grâce des petites choses.

  • Catherine est née à Ardentes, petit village de la Vallée-Noire, le pays de George Sand. Orpheline très jeune, elle trouve refuge avec son frère jumeau chez sa grand-mère. Impotente, l'aïeule se résout à placer les deux enfants chez les De Branche, une famille de bourgeois cupides et méprisants. Victime d'humiliations et de maltraitance, l'adolescente fuit l'enfer et monte à Paris. Commence alors pour elle un parcours jalonné à la fois de drames personnels et de belles rencontres, dont certaines figures marquantes de l'époque. Elle vit les soubresauts de la Grande Histoire - la guerre de 1870, la Commune -, puis s'installe en Algérie où elle reste une quinzaine d'années. Femme engagée et militante, elle retourne enfin à Ardentes et finit par acquérir le domaine où, jadis, ses maîtres l'avaient humiliée et salie...

  • Il y a des 'Chtits" dans le ch'Nord, connu ! Mais il y en a aussi entre l'Allier, le Berry et la Creuse. C'est le pays des "cht'tits gas", chers à l'écrivain paysan Emile Guillaumin. C'est ainsi que l'on appelle "les jeunes" dans ce coin de la France. Dans les années soixante, les "ch'tits gas" en question écumaient les bals de campagne, à la recherche de "ch'tites gattes" voulant bien se laisser "câliner" et plus si affinités, à l'arrière d'une Deudeuche, d'une Aronde ou d'une 4CV. Qui sera couronné roi des parquets-salons à l'issue de la saison 1962-63 ? Qui sera sacré dauphin ou "prince" de ces pistes de danse couvertes, montées et démontées chaque semaine dans un bourg différent au hasard des fêtes de village ? C'est la peinture d'une époque, au temps du "yéyé", dans le contexte culturel, sociologique et politique des Trente Glorieuses. Cette histoire nous est racontée telle qu'elle fut vécue dans le centre de la France, mais elle aurait pu se dérouler ailleurs dans l'Hexagone.



  • Ce territoire est parsemé de romans ! écrit l'un des 35 biographes de ce guide. Terre de douceur et de beauté, la région Centre a vu naître les plus grands écrivains français. De Tours à Bourges, de Valençay à Orléans, de La Ferté-Vidame à Beaugency ... ce pays ensorcèle ses enfants et les métamorphose en auteurs d'exception. Rabelais, Ronsard, Descartes, Balzac, Sand, Proust, Péguy, Alain-Fournier, bien d'autres encore : ils sont tous venus de là ! Nous avons suivi les traces de leur vie pour découvrir l'âme mystérieuse de ce tendre pays. Suivez la promenade : vous serez enchantés. Cet ouvrage a été publié avec le soutien de Ciclic, agence régionale du Centre pour le livre, l'image et la culture numérique.

  • Si Joseph s'était tu, jamais Jules ne se serait endormi et serait descendu du train à La Guerche. C'est qu'il était soûlant, Joseph ! S'il était resté éveillé, Jules serait retourné chez lui, à Reuilly. Mais voilà, le sort en avait décidé autrement. Il aurait pu faire demi-tour, comme le voulait Joseph. Mais non. Il décida de rester là. L'endroit lui plaisait, surtout cet étang niché au fond d'une clairière, avec sa source limpide. Mais surtout, il prenait plaisir à se repaître des histoires des autres : celle, mystérieuse, de Mathieu, le vieux paysan ; celle, fascinante, d'Eugène, le « Fantôme »... Sans doute Jules cherchait-il à oublier la sienne, d'histoire... sans parler de la petite Annie, toujours accrochée à ses basques ! Et Joseph, qui observe, commente, vitupère, et enfin approuve. Tais-toi ! Joseph raconte le destin croisé de quatre personnages que le hasard a réunis au fin fond de la campagne berrichonne, comme pour exorciser leur passé, apaiser leur présent, et leur préparer un bel avenir.

  • Jean-Luc Dudonjon a grandi dans un village de la campagne berrichonne. Devenu parisien et cadre d'une grande entreprise, le sort de son village le touche. Il décide de se présenter aux élections municipales. Son projet économique a pour but de redonner vie à ce village en péril. Mais sa candidature, puis son élection, diviseront, profondément et durablement, les habitants du village et des alentours. Un si joli petit village, c'est l'histoire d'une commune rurale, et de toutes les autres...

  • Il faut l'entendre, la Yute, emballer son monde avec ses histoires de rien qu'elle transforme en récits épiques. Gouailleuse, elle l'est sûrement. Mais sa truculence dissimule souvent cette tendresse qu'elle n'exprime jamais. Comme ils lui sont reconnaissants, tous ces enfants dont elle s'est occupée, ces enfants devenus grands, et qui viennent aujourd'hui l'écouter. Et la Yute raconte, raconte, raconte. Le Georges qui avait tant de mal avec ses mathématiques. La Caroline qui avait osé lui tenir tête. Le Roger qu'était rongé par un eczéma purulent, même George Sand qui sautait les haies... « Dame », comme elle le dit si souvent, elle raconte sa campagnarde et modeste vie, tout simplement.

  • Échappant miraculeusement à une exécution à Bourges, après avoir été enlevé par des supplétifs des troupes Allemandes, Alphonse Huguet rentre chez lui à Châteauroux pour reprendre ses affaires à la laiterie avant de les céder à ses enfants. Déjà mobilisé comme artilleur lors de la Grande Guerre, il a toujours refusé de parler des combats auxquels il participa. Mais, très touché par sa récente aventure, persuadé de l'inutilité des guerres et peut-être pour que la mémoire ne s'en perde pas, il décide de raconter sa guerre à son épouse et à ses proches. À la veille du centenaire de la Grande Guerre et du 70e anniversaire de la Libération, ce roman nous dévoile le Berry à travers les deux guerres mondiales.

  • Une vision du XVIIIe siècle, dans le coeur même de la France, le Berry. Le lecteur y découvre deux familles. L'une, paysanne, les Chapelin, survit au jour le jour ; l'autre, les De Nuys, aristocratiques, a soif de terres et de pouvoir. Très vite, la confrontation entre les deux clans devient inévitable. Disettes, sorcières contant des lendemains de malheur, trahisons, gabelous... Les deux familles auront fort à faire. Fresque historique précédant Le Fils des Lumières, cette plongée au coeur de ce premier XVIIIe siècle dévoile le Berry sous un nouveau jour : plus qu'une terre de paysans et de légendes, c'est une terre violentée par l'Histoire.

  • Au début du XXe siècle, la vie et la perception des choses étaient bien différentes de celles que nous connaissons aujourd'hui. Ce recueil de contes de Louis Boulé nous restitue les campagnes d'il y a 100 ans, avec authenticité. L'auteur s'est appliqué à peindre les Berrichons tels qu'ils étaient dans la réalité, sans déformation, sans charge et sans idéalisme excessif. Des gens simples, dans le cours de leur vie, des gens singulièrement attachants. Un peu énigmatique l'histoire du petit joueur de vielle ? De quoi et comment est-il mort ? Il faut aussi admirer l'histoire des deux loups garous ... Ce livre a obtenu en 1909 le Prix Montyon de l'Académie française.

  • Les Jours aux volets clos est le second roman de l'écrivain François Barberousse, publié en 1936 chez Gallimard. Il a été réédité plusieurs fois dans la même année. Ce livre est un des plus beaux tableaux sur la société rurale de la France de l'entre-deux-guerres. Le style est, comme toujours chez Barberousse, d'une extrême qualité. Dans cette société paysanne, rude, entêtée, rythmée par les saisons et les travaux inhérents, propice à une intensité dramatique, on retrouve les mêmes passions farouches, brutales, les non-dits, la jalousie, les ragots... derrière les volets clos, qui ne peuvent s'apaiser en paroles et qui éclatent dans un crime. Le travail, la routine, l'ennui, le désir... et Phonsine tombe dans les bras du charcutier. Mais dans un petit village entre Berry et Sologne, tout se sait... Le peuple que met en scène l'auteur n'est certes pas idyllique, ce n'est pas la paysannerie à la Zola, emportée par un sombre courant romantique. C'est la vie paysanne telle qu'elle était à l'époque. La vraie, dans toute sa dureté, toute sa beauté, avec des personnages vivants dans leur milieu et avec leurs sentiments. Voilà un ouvrage à lire absolument !

  • Lucien, dernier enfant du baron de la Motte des Ouches, aime venir se réfugier dans le grand chêne de la propriété. Accablé par sa mère et privé de toute sortie, il ne peut compter que sur cet endroit isolé et l'aide de son frère Jean, le seul à lui accorder intérêt et affection. Le jour où, en compagnie de celui-ci, il brave l'interdit pour découvrir la rivière sonne pour l'enfant comme une délivrance. Son frère puni et envoyé en Angleterre, Lucien, livré à lui-même et ne supportant plus l'autorité maternelle, décide de s'échapper...

empty