Littérature générale

  • La première avocate de Bombay mène l'enquête !
    Années 1920, Inde.
    Perveen Mistry vient de rejoindre le cabinet d'avocats de son père, devenant la toute première femme avocate en Inde, un statut qui ne manque pas de faire débat. Mais quand un meurtre est commis dans une riche maison musulmane pratiquant la purdah (séparation stricte des femmes et des hommes) elle est la seule à pouvoir mener l'enquête. En effet, les seules survivantes - et potentielles témoins du crime - sont les trois veuves du riche marchand, vivant recluses dans une partie de la maison interdite aux hommes. Seule Perveen peut comprendre ce qui s'est réellement passé à Malabar Hill...

    Une enquête passionnante, qui nous plonge au coeur de la société indienne du début du XXe siècle et de la place qu'y occupent les femmes.

    "Perveen Mistry a tout pour plaire, dont une propension peu surprenante - mais résolument bienvenue - à se fourrer dans les affaires des autres. C'est un véritable page-turner !" - The Globe and Mail

    Une romancière saluée par la critique et de nombreux prix.

    Sujata Massey est née en Angleterre de parents indiens et allemands. Elle a été élevée principalement à St. Paul, dans le Minnesota, et vit à Baltimore, dans le Maryland. Avant de devenir romancière à plein temps, elle était journaliste de reportage au Baltimore Evening Sun. Ses romans ont remporté les prix Agatha et Macavity et ont été finalistes des prix Edgar, Anthony et Mary Higgins Clark.

  • Quand il débarque en 1842 dans le Bombay des marchands d'opium et des courtisanes, Richard Burton est un tout jeune officier anglais. À sa mort en 1890 à Trieste, il est devenu l'aventurier le plus extravagant et le plus énigmatique du XIXe siècle. Linguiste surdoué, docteur, poète, fondateur de l'ethnologie moderne, maître soufi et explorateur parti à la recherche des sources du Nil, cet homme à « l'âme plus vaste que l'univers » fut aussi l'auteur de la traduction originelle des Mille et Une Nuits et du Kamasutra.
    Formidable roman tout à la fois historique et d'aventures, Le Collectionneur de mondes s'inspire librement de la vie hors du commun de cet expérimentateur passionné de la plupart des perversions humaines...
    /> « Une oeuvre lyrique et envoûtante. » Christine Ferniot, Télérama.
    « Plus qu'une aventure littéraire, un voyage initiatique. » Virginie Mailles Viard, Le Matricule des Anges.

  • Amit Chaudhuri - ou son double romanesque - retourne à Bombay, la ville où il a grandi, pour donner une lecture. Il s'attend, comme à chacun de ses séjours, à retrouver Ramu, son ami d'enfance, avec qui il aime tant sortir et dériver dans la ville. Seulement, après des années d'addiction, Ramu est en cure de désintoxication. Esseulé, Amit Chaudhuri, répond aux exigences de sa mère et de sa soeur qui le mènent notamment à l'hôtel Taj Mahal où a eu lieu la sanglante attaque terroriste en 2008. Construit comme un long plan séquence, Ami de ma jeunesse décrit avec précision et par touches impressionnistes le portrait mouvant d'une mégalopole frappée par la mondialisation puis frappée par les attentats terroristes de 2008. Il faut lire Ami de ma jeunesse comme on verrait un film neo-réaliste italien tant la réalité y est regardée sous toutes ses coutures.

  • Les savants

    Manu Joseph

    Aujourd"hui en Inde, on ne dit plus " intouchable " mais dalit. Un mot, toutefois, suffit-il à changer la donne ? Ce n'est pas l'avis d'Ayyan. D'un côté, du sien, une pièce minuscule partagée avec sa jeune épouse et son fils dans une exécrable cité de la banlieue de Bombay, tandis qu'il exerce un emploi de secrétaire dans un institut de recherche de haut vol. De l'autre extrémité du spectre social, à l'Institut, les savants, les " brahmanes " et, avec eux, tous les nantis et leurs femmes inaccessibles, le regardent de haut. Alors, à l'époque où le petit peuple indien, conscient de sa supériorité numérique, acquiert un pouvoir politique de plus en plus important, Ayyan a une idée... Son fils Adi est brillant. Pourquoi ne pas donner discrètement un coup de pouce au destin, ne pas compenser les injustices de la naissance et du système des castes ? Fort de ce qu'il apprend à l'Institut en écoutant aux portes, Ayyan entretient le mythe d'un petit génie dalit... Qui, dans ces chassés-croisés, ces jeux de pouvoir, ces mensonges plus ou moins assumés, remportera la partie ? À coup sûr le lecteur, emporté par la prose simple et efficace, à l'humour acerbe, d'un romancier indien qui appelle un chat un chat et se moque des faux-semblants de ses compatriotes.

  • Retour à Bombay Nouv.

    Retour à Bombay

    Jenny Ashcroft

    Il n'a qu'un seul désir : la retrouver.
    Mais il doit d'abord se rappeler qui elle est.
    À l'aube de la Première Guerre mondiale, lors d'un nouvel an sur les rives de Bombay, Madeline Bright rencontre Luke Devereaux. Tous deux étrangers dans un monde qui leur est inconnu, ils tombent amoureux dans la chaleur étouffante de l'Inde coloniale. Pour eux, rien ne peut les séparer, pas même la désapprobation de la mère de Maddy. Mais la guerre éclate et Luke, comme tant d'autres, n'a d'autre choix que de se battre.
    Bien que la mère de Maddy la presse d'oublier le jeune homme, elle s'accroche à la promesse que Luke lui a faite : un jour, ils se retrouveront à Bombay...
    /> Retour à Bombay est une histoire d'amour pleine d'espoir qui a pour toile de fond le monde exotique et coloré du Bombay colonial et la tragédie de la Première Guerre mondiale. Parfait pour les fans de Dinah Jefferies, Lucinda Riley et Kate Furnivall.
    « Une histoire d'amour épique, pleine de charme exotique et de détails historiques... Retour à Bombay vous emportera dans un ailleurs et un autrefois. » - Red Magazine
    « Puissant et évocateur. » - Woman & Home
    « Émouvante et magnifiquement écrite, cette histoire enchanteresse sur l'amour et le deuil m'a bouleversée. » - Dinah Jefferies
    « Émouvant, évocateur et passionnant. » - Kate Furnivall
    « Une histoire d'amour épique et douce-amère qui vous tient en haleine jusqu'à la dernière page. » - Gill Paul
    « Une histoire d'amour exquise, somptueuse et si émouvante. Un livre MAGNIFIQUE !!! » - Tracy Rees

  • Depuis leur rencontre en Inde lors d'une opération d'aide humanitaire, Ashok le médecin, Kate et Gaspard sont amis. Ils se retrouvent à Marseille, où les rejoignent Luna et Shon, en charge de la gestion financière d'un Congrès de Mission Internationale. Leurs parcours sont différents mais ils ont en commun une générosité sincère et une vision lucide du monde. Certains d'entre eux accepteront-ils d'aller plus loin, au-delà du réel, et de répondre aux étranges appels d'Amira ?

  • Et si on allait de Londres à Calcutta en trois mois ? En trois mois, au lieu de six, c'est de la folie ! Thomas Waghorn, un jeune officier de la marine britannique, vient de lancer ce défi. En 1829 ! Pour gagner du temps, au lieu de passer par le cap de Bonne Espérance, à la voile, il propose la voie directe, par l'Égypte et avec un bateau à vapeur. On refuse de l'écouter. Il décide de partir quand même pour prouver qu'il a raison. Paris, Corfou, Alexandrie, Le Caire, La Mecque, quel voyage ! Et Thomas Waghorn, malgré les policiers lancés à ses trousses, les femmes fatales ou les bandits payés par les agents de la ligne régulière, gagne son pari. La nouvelle malle des Indes, c'est la rencontre d'Alexandre Dumas et de Jules Verne dans un roman de Rudyard Kipling. L'aventure, sur un fond de vérité historique, y retrouve les couleurs fabuleuses du technicolor.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Les femmes ? "la meilleure moitié de l'humanité", disait Gandhi et il reconnaissait en son épouse, Ba pour les intimes, "son professeur de non-violence" Indoues ou musulmanes, Anglaises comme Mirabehn ou Danoises comme Esther Faering, elles venaient vers lui, timides, faibles et malheureuses. Il leur rendait le goût de vivre et de servir parfois jusqu'à l'héroïsme. Devenues institutrices, assistantes sociales, ministres aussi, ou simplement attachées au service des paysans et des intouchables, elles lui devaient formation de leur esprit et de leur coeur. A travers la vie admirable de sa fidèle compagne et de quelques-unes des femmes qui ont vécu à ses côtés, l'auteur montre l'effort constant que le Mahatma a poursuivi en faveur de toutes. Camille Drevet a habité aux Indes. C'est à partir de souvenirs vécus, d'anecdotes authentiques, de correspondances privées, qu'elle a pu retrouver ce visage peu connu de Gandhi ami et protecteur des femmes.

  • Le principal mérite de ce roman réside dans la scrupuleuse exactitude des détails. Qu'il s'agisse du petit village breton de Trébeurden, de la montée vers l'Himalaya ou des moeurs du Tibet, tout y est fidèlement et objectivement décrit. Et, pour couronner cet ensemble, l'auteur propose la solution la plus ingénieuse qui ait été trouvée à un problème ardemment discuté depuis plus de vingt siècles.

  • A vingt-cinq ans, Jean-Pierre Isal, interne des hôpitaux de Paris, s'apprête à accomplir son service militaire au titre de la Coopération. Le ministère des Affaires étrangères lui propose alors un poste que l'on vient de créer à la demande du consulat de France à Bombay. Il s'agit de s'occuper des jeunes drogués qui assiègent le consulat pour demander des secours ou leur rapatriement. Jean-Pierre Isal n'est pas un spécialiste. Sa seule expérience tient dans un stage de six mois qu'il vient d'effectuer à Saint-Cloud au service de désintoxication alcoolique. Mais il a l'âge de ceux qu'on lui propose de secourir, l'envie de voyager et de voir autre chose, et le goût des décisions rapides. En deux heures, il accepte de partir. Pendant plus d'un an, du 24 juillet 1972 au 2 septembre 1973, il sera le premier titulaire du poste de médecin coopérant du consulat de France à Bombay, poste qui s'avérera tout de suite d'une grande nécessité. Car des milliers de jeunes continuent à prendre la route de l'Inde. Ils partent à la poursuite d'un rêve et ne trouvent le plus souvent, au bout de leur voyage, que la drogue. Traqués par les Indiens, oubliés par leurs familles, trahis par les leurs, ils se retrouvent seuls, à Goa ou à Bombay, drogués, malades, sans argent, sans papiers, sans recours. Parmi ces hippies, les jeunes Français sont proportionnellement les plus nombreux. Ils étaient aussi, jusqu'à l'arrivée du docteur Isal, les plus démunis. Celui-ci a réussi à les connaître, à se faire admettre par eux et à les aider. Il est parvenu à arracher ces garçons et ces filles de vingt ans aux prisons et aux hôpitaux psychiatriques, à les rapatrier malgré les innombrables difficultés administratives, et en tout cas à leur permettre de survivre. C'est son aventure, et la leur, qu'il raconte aujourd'hui avec flamme dans ce livre passionnant.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Elle est drôle, elle est belle, elle est sensuelle ! Un véritable attentat à la pudeur ! Mais attention, danger ! C'est une fleur carnivore. Une croqueuse d'hommes ! Avec Ruthy Lhamour, rien n'est tout à fait gratuit ! Elle ne s'intéresse qu'aux requins, aux grossiums, aux gros cubes ! Si vous possédez plus de cent millions de dollars, vous la trouverez un jour ou l'autre en travers de votre route ! Et si, en outre, vous avez une affaire bien juteuse et bien tordue à lui proposer, vous ferez sûrement un bout de chemin ensemble, dans son lit. Mais, alors, gare au réveil !

  • C'est à une étonnante découverte que nous convie Guy Deleury, dans le paisible récit qu'il nous donne de ses longs séjours en Inde. Comme si nous poursuivions avec lui, pas à pas, une quête imprévue et pourtant secrètement nôtre. Nous nous apercevons avec étonnement que nous sommes engagés dans une quête de joie ! La joie de vivre et le plaisir d'aimer, ce ne sont pas les mots que l'on était accoutumé d'associer à l'image de ce pays peuplé par notre imagination d'un exotisme aussi mystique que misérable. Et nous voici plongés dans l'épaisseur d'une humanité qui, à vivre selon des modes tout autres que les nôtres, nous apparaît parfois infiniment plus sage. Certes, nous sommes introduits dans d'innombrables temples, mais ce ne sont pas les sculptures seules qui nous parlent, ce sont les desservants mêmes que nous rencontrons d'homme à homme, et qui nous invitent à nous joindre à ces pèlerins amicaux qui, soudain, semblent nous entourer de toutes parts. Si l'auteur n'a pas su, toujours, bien les entendre ni comprendre ce qu'ils disaient, c'est qu'il est rapidement devenu leur complice. Mais c'est l'Inde qui nous parle enfin, et peut-être pour la première fois : si elle a su le faire pour l'un d'entre nous, ne pourrait-elle aussi aider quelques autres à renaître ?

  • Le 5 octobre 1918, vers le soir, après une journée brûlante, le Mohandas, un bateau de six cents tonneaux, fait route vers l'Île Maurice. À son bord, un jeune médecin, porteur d'une lettre adressée à la comtesse Adélaïde de Kergoust, et signée Campbell. Campbell... Un homme que la comtesse aime secrètement, et que la guerre a éloigné d'elle. Revient-il ? Maintenant que l'on parle de paix en Europe, maintenant que Bubu - le comte Hubert de Kergoust - a fui à Paris pour y mener la grande vie avec sa maîtresse, tous les rêves sont permis à Adélaïde, même les plus fous, c'est-à-dire les plus merveilleux.

  • Ce livre est le récit d'une descente aux enfers et d'une rédemption. Les péripéties, les noms de lieux, ont été dévoilés à l'auteur par le personnage principal, après des mois d'entretiens, sous promesse que son identité serait modifiée et tenue secrète pour d'évidentes raisons de sécurité. Agnès est une jeune fille de bonne famille, qui a essayé le haschich par jeu, l'alcool et les médicaments par désoeuvrement, l'héroïne par abandon. À 20 ans, la voici lancée sur la route des Indes, convertie à l'hindouisme et au yoga, assurant ses fins de mois en convoyant du hasch, d'abord seule, puis avec son bébé, fruit d'un amour de rencontre. Cette vie va durer dix ans, jusqu'au départ vers un nouvel Eldorado, le Brésil, et une nouvelle drogue, la cocaïne. Lorsqu'elle est arrêtée, en février 1989, à Zurich, Agnès pèse 44 kilos et consomme 10 grammes de cocaïne par jour. Commence alors un ultime voyage de trois ans, au pénitencier de Hindelbank, où règnent la drogue et l'arbitraire des gardiennes. Trois ans, avant de retrouver la liberté et sa fille... Joëlle Guillais raconte avec la précision d'une anthropologue, et le souffle d'une journaliste, cette lutte incessante contre soi-même, contre les autres, pour survivre et se sauver grâce à l'amour maternel.

  • A vingt-cinq ans, Jean-Pierre Isal, interne des hôpitaux de Paris, s'apprête à accomplir son service militaire au titre de la Coopération. Le ministère des Affaires étrangères lui propose alors un poste que l'on vient de créer à la demande du consulat de France à Bombay. Il s'agit de s'occuper des jeunes drogués qui assiègent le consulat pour demander des secours ou leur rapatriement. Jean-Pierre Isal n'est pas un spécialiste. Sa seule expérience tient dans un stage de six mois qu'il vient d'effectuer à Saint-Cloud au service de désintoxication alcoolique. Mais il a l'âge de ceux qu'on lui propose de secourir, l'envie de voyager et de voir autre chose, et le goût des décisions rapides. En deux heures, il accepte de partir. Pendant plus d'un an, du 24 juillet 1972 au 2 septembre 1973, il sera le premier titulaire du poste de médecin coopérant du consulat de France à Bombay, poste qui s'avérera tout de suite d'une grande nécessité. Car des milliers de jeunes continuent à prendre la route de l'Inde. Ils partent à la poursuite d'un rêve et ne trouvent le plus souvent, au bout de leur voyage, que la drogue. Traqués par les Indiens, oubliés par leurs familles, trahis par les leurs, ils se retrouvent seuls, à Goa ou à Bombay, drogués, malades, sans argent, sans papiers, sans recours. Parmi ces hippies, les jeunes Français sont proportionnellement les plus nombreux. Ils étaient aussi, jusqu'à l'arrivée du docteur Isal, les plus démunis. Celui-ci a réussi à les connaître, à se faire admettre par eux et à les aider. Il est parvenu à arracher ces garçons et ces filles de vingt ans aux prisons et aux hôpitaux psychiatriques, à les rapatrier malgré les innombrables difficultés administratives, et en tout cas à leur permettre de survivre. C'est son aventure, et la leur, qu'il raconte aujourd'hui avec flamme dans ce livre passionnant.

  • Saisie au XIXe siècle comme le cadre exotique et fantastique d'une formidable utopie impériale et au XXe siècle comme le lieu extraordinaire d'une solution religieuse à la crise individuelle et sociale que traverse l'Europe, l'Inde n'a cessé de hanter les écrivains. L'essai de Christian Petr nous invite à découvrir ou à redécouvrir les grands romans français qui lui ont été consacrés, ceux entre autres d'Alfred Assolant, de Judith Gautier, d'Octave Mirbeau, de Gustave Le Rouge, de Max Olivier-Lacamp etc.

  • Calcutta, 1943. Un jeune Français, Peyo, évadé d'Indochine où ses parents sont captifs, s'engage dans l'armée des Indes et découvre la terrible loi des commandos.

  • Est-ce par dérision, par ennui ou par défi qu'Arnaud Decrin, don Juan invétéré, qui a pour habitude d'agrémenter ses voyages professionnels d'une présence féminine, décide cette fois d'emmener la fille la plus laide qu'il trouvera ? Virginie Mielle, avec sa longue figure chevaline et son sourire carnassier, fera l'affaire. À peine monté dans l'avion pour Bombay, Decrin regrette sa décision. Virginie se révèle aussi autoritaire qu'envahissante, perçant les arrière-pensées de ce libertin, et traitant par le mépris ses talents de séducteur. Dès leur arrivée au Taj Mahal, Arnaud Decrin adopte une attitude bougonne d'amant éconduit, de touriste blasé et grossier, d'enfant gâté. Mais, transformé en héros malgré lui, il sera tour à tour enrôlé par le Bombay Express pour démanteler une filière de la mafia indienne, puis désigné pour sauver la vie de la belle Lata Gangal menacée par son mari. Malgré le cynisme dont il couvre ses élans chevaleresques et ses engagements gratuits, Arnaud Decrin cédera aux charmes de l'Inde et de l'amour réunis. Un roman d'amour et d'aventures, écrit à la manière de Philippe de Baleine -c'est-à-dire avec de l'humour au coin de toutes les pages.

  • Cet ensemble de textes, documents de littérature rurale écrite ou orale, se fait l'écho d'une mémoire paysanne habituellement enfouie.

empty