• « C'est une vérité universellement reconnue qu'un célibataire pourvu d'une belle fortune doit être en quête d'une épouse. »Élisabeth Bennet a quatre soeurs et une mère qui ne songe qu'à les marier. Quand parvient la nouvelle de l'installation à Netherfield, le domaine voisin, de Mr Bingley, célibataire et beau parti, toutes les dames des alentours sont en émoi, d'autant plus qu'il est accompagné de son ami Mr Darcy, un jeune et riche aristocrate. Les préparatifs du prochain bal occupent tous les esprits...Jane Austen peint avec ce qu'il faut d'ironie les turbulences du coeur des jeunes filles et, aujourd'hui comme hier, on s'indigne avec l'orgueilleuse Élisabeth, puis on ouvre les yeux sur les voies détournées qu'emprunte l'amour.Traduit de l'anglais par Sophie Chiari.

  • Dans cet ouvrage, André Ouzoulias remet en cause les progressions et les didactiques actuellement en oeuvre en fin de maternelle et début d'élémentaire, et propose de développer des pratiques alternatives dans 4 domaines :
    - Le langage oral : l'auteur défend un authentique enseignement de la langue orale en maternelle, premier palier vers l'acquisition de la lecture ; l'objectif est qu'en fin de maternelle, tous les enfants s'expriment avec à propos et clarté.
    - La compréhension graphophonétique : il est plus efficace de commencer par faire comprendre l'idée de graphophonologie au niveau de la syllabe.
    - La production écrite : l'auteur défend la nécessité de consacrer à l'écriture une pédagogie active, appuyée sur la production de textes courts à l'aide de référentiels, dans des situations qui rendent les enfants autonomes et créatifs.
    - L'orthographe : afin de permettre aux enfants d'écrire beaucoup sans trop d'erreurs, il est indispensable de les outiller et de développer chez eux, dès le CP, la conscience orthographique.
    L'objectif est de permettre à tous les élèves d'apprendre à lire-écrire, et notamment à ceux qui n'ont que l'école pour apprendre.

  • Depuis les années 1980, Britt-Mari Barth a constamment mobilisé les apports de la psychologie cognitive et culturelle au niveau international pour analyser les fondements de la relation pédagogique. En faisant émerger plusieurs concepts clés pour décrire les situations en classe, et en comprendre le dynamisme ou les blocages, elle a contribué à renouveler la vision des processus en jeu entre l'enseignant, les apprenants et les savoirs et proposé des voies nouvelles plus efficaces.

    En prolongement de ses deux précédents ouvrages, L'Apprentissage de l'abstraction et Le Savoir en construction, devenus des références en pédagogie, Britt-Mari Barth poursuit ici sa recherche de nouveaux paradigmes. Cette synthèse actualisée de ses conceptions est illustrée par quatre scénarios expérimentés, en France et au Québec, dans l'enseignement primaire, secondaire et universitaire, qui sont autant d'outils inspirants et transférables.

    À l'issue de ce parcours, la question de l'échec scolaire apparaît sous un autre jour. La motivation n'est plus posée comme une condition préalable aux apprentissages ; elle est liée aux dispositifs pédagogiques à concevoir et à mettre en oeuvre : repensant son rôle, l'enseignant doit devenir ce médiateur qui favorise, chez l'apprenant, démarches d'apprentissage et construction de soi.En plus des trois vidéos ci-dessus, d'autres sont disponibles sur le site http://www.vitrinefrancais.qc.ca/barth.html

  • Du boulevard au one-man show, en passant par la tragédie, la farce, le vaudeville et même le grand spectacle, voici toutes les ficelles pour qui veut se lancer dans l'écriture de théâtre.

    Michèle Ressi présente de manière inédite un panorama des genres d'hier et d'aujourd'hui, et une quarantaine d'auteurs, exemplaires par leur vie ou leur oeuvre. Se référant au répertoire classique ou contemporain et à travers un florilège de citations, elle vous initie de façon ludique aux coulisses du métier et aux secrets de fabrication d'une pièce. D'où une mine de conseils et d'exemples à suivre... Ou ne pas suivre. Après lecture, libre à vous d'oublier les règles de l'art, pour créer selon votre talent propre !

    L'auteur répond par ailleurs à toutes les questions que vous devez vous poser : où trouver l'idée de départ, comment construire la trame de l'histoire, créer les personnages, nourrir les dialogues, donner des indications scéniques, se relire à haute voix et peaufiner son manuscrit... Mais aussi adapter une oeuvre préexistante, protéger sa pièce, connaître le statut de l'auteur et ses droits en France... Jusqu'aux pistes pour rencontrer un metteur en scène ou un acteur, trouver un producteur, un éditeur... Enfin, tout ce qu'il faut pour être lu et joué.

    Ouvrage publié avec le concours du Centre national du livre.

  • Exaspéré par le retour sur la scène d'une querelle totalement dépassée, l'auteur, un instituteur aguerri, avec quatre décennies d'expérience professionnelle dans la besace, a eu la bonne idée de prendre sa plume allègre pour expliquer de l'intérieur, avec clarté et simplicité, ce qu'il en est de la lecture au CP. Cela donne un petit ouvrage qui se dévore avec allégresse.Son petit voyage organisé commence par la syllabe et les pièges redoutables qu'elle tend à l'enfant au point qu'il paraît bien imprudent de lui réserver la place de modèle à suivre aveuglément ; il se poursuit par une comparaison entre les méthodes, les mixtes au départ global et les syllabiques. D'un côté une combinaison d'approches travaillant et le code alphabétique et la compréhension de textes et l'écriture ; de l'autre, un enfermement archaïque dans des exercices qui condamnent les plus lents à un ânonnement dangereux.Alors, globale ou syllabique ? Réponse : mixte !

  • Du roman d'enquête au polar à la française en passant par le policier historique, voici les recettes à connaître avant de se lancer dans l'écriture d'un roman policier.

    Longtemps dénigrée, la littérature policière s'impose aujourd'hui comme un genre noble, au succès mondial inégalé. Nombreux sont ainsi ceux qui rêvent de maintenir à leur tour en haleine un lectorat toujours plus avide. Mais quelle atmosphère donner à votre histoire ? Comment structurer l'intrigue ? Comment construire vos personnages pour qu'ils soient à la fois crédibles et consistants, pour qu'ils "portent" l'histoire d'un bout à l'autre sans lâcher le lecteur d'une semelle ?

    En s'appuyant sur de nombreux exemples commentés ainsi que sur la parole d'autres écrivains, Alain Bellet vous dévoile les dessous de l'écriture policière : des ficelles techniques indispensables aux petits "plus" qui vous aideront à accrocher le lecteur, vous découvrirez tout ce qu'il faut savoir pour affûter au plus fin votre plume et concocter un roman policier digne de ce nom.

    Ouvrage publié avec le concours du Centre national du livre.

  • Depuis plusieurs années, les écarts entre les élèves les plus faibles et les élèves les plus forts se creusent. Les inégalités d'apprentissage sont à la fois précoces et cumulatives. Non seulement l'école française n'arrive pas à en maîtriser l'influence sur les performances des élèves, mais, pire, elle les accentue. La question du traitement de la difficulté scolaire et la nécessité d'une refondation de l'école sont plus que jamais d'actualité.

    Quelles sont les incidences des difficultés socio-économiques des familles sur les difficultés scolaires ? Quels sont les facteurs sociologiques et cognitifs permettant de mieux comprendre la fragilité et la réussite dans les apprentissages ? Comment pallier la spirale des difficultés ? Comment les prévenir ? L'école peut-elle être un lieu de résilience pour les élèves les plus démunis ? Par ailleurs, l'accès aux savoirs écrits et la maîtrise du lire/écrire étant étroitement liés à la réussite scolaire, l'apprentissage et le rôle de l'écriture ne doivent-ils pas être revus ?

    Synthèse de différents textes qui sont autant d'éléments d'analyse et d'outils de remédiation, cet ouvrage collectif :- propose de changer de regard afin de comprendre le processus de construction des difficultés et de contrecarrer celui-ci ; - convoque une véritable sociologie du malentendu scolaire pour expliquer l'inflation des inégalités (la responsabilité des non-dits et des enjeux d'apprentissage implicites, l'interprétation souvent erronée des attentes scolaires...) ;- insiste sur l'importance de l'estime de soi des élèves en classe comme facteur clé de la motivation ;- présente des pistes concrètes de remédiation ;- met en avant une pédagogie où l'écriture est aussi importante que la lecture et constitue l'un des leviers les plus efficaces pour démocratiser l'accès à celle-ci.

  • L'orthographe française au XVIIe siècle était d'une telle difficulté qu'il était pratiquement impossible d'apprendre à lire en français sans commencer par le latin.
    La pression que les maîtres ont exercée a été à l'origine des simplifications et des régularisations orthographiques qui se sont poursuivies jusqu'en 1835, permettant l'invention de méthodes de lecture en français dès le XVIIIe siècle.
    La grande affaire du XIXe siècle fut alors d'enseigner à tous les petits Français, l'orthographe " active " qui, pendant des décennies, a constitué avec le calcul l'essentiel de l'enseignement scolaire.
    Mais en 1880, Jules Ferry et Ferdinand Buisson introduisent l'enseignement du français à l'école et décident ainsi de réduire d'autant la place de l'orthographe et de la grammaire. Entrent alors dans les salles de classe des pratiques inconnues jusque là : lecture et explication de la littérature française, récitation de poésies, pratique de la petite rédaction, exercices de vocabulaire, chant, leçon de choses.
    Depuis lors, le nouvel enseignement du français n'a cessé de se moderniser et s'est imposé à tous les niveaux de l'école et du collège, entraînant une forte baisse du niveau en orthographe.
    Rendre aujourd'hui à tous les élèves la maîtrise de l'orthographe implique que l'on renoue avec la tradition des XVIIe et XVIIIe siècles. La réforme de l'orthographe avait permis à tous les Français d'apprendre à lire dans leur langue. Une autre réforme doit leur permettre aujourd'hui d'assimiler correctement l'écriture du français et de les rapprocher de l'Europe des langues.

  • Pourquoi s'intéresser à la manière dont les enseignants planifient leurs cours ? Parce qu'au-delà de son apparente banalité, cette activité, qui est consubstantielle de tout travail enseignant, apparait comme l'une des plus révélatrices des complexités du métier. Planifier, en effet, c'est se situer dans une triple temporalité : celle de la longue durée (le semestre et l'année, mais aussi, le degré et le cycle), celle de la durée moyenne (la séquence didactique) et celle de la durée courte et immédiate (l'heure de cours). C'est aussi articuler en permanence des choix personnels avec ceux, prescrits, de l'institution. Comment ces tensions sont-elles vécues et gérées dans les différentes disciplines ? Cette question méritait déjà à elle seule qu'on y consacre un ouvrage collectif. Pour éclairer cette réflexion, deux témoins privilégiés ont d'abord été sollicités. Le premier, Frédéric Dewez, par sa position institutionnelle de responsable pédagogique au sein du réseau libre catholique de la Belgique francophone, était bien placé pour proposer un nouveau mode de planification applicable à plusieurs disciplines qui permette une meilleure intégration des acquis scolaires. Le second témoin est François Tochon, professeur à l'Université du Wisconsin-Madison, dont les ouvrages alimentent depuis longtemps le travail des formateurs. Celui-ci s'inscrit dans le cadre de l'« approche profonde » de l'éducation pour présenter un modèle de planification « ouverte » de l'enseignement et pour mettre en évidence le défi que les réformes en cours posent aux enseignants et aux administrations scolaires. Au-delà de ces deux éclairages liminaires, les participants à cette journée d'études se sont répartis en cinq ateliers disciplinaires consacrés au français, à l'histoire, aux langues modernes, aux mathématiques et aux sciences.

  • Cet ouvrage rassemble plus de 80 textes courts aux thèmes variés.
    Toutes ces expressions de plume - du Portefeuille frétillant pendant les soldes, au Bain de nuages, en passant par Le voile de la mariée - sont accompagnées de propositions d'écriture et d'indications concrètes qui aident " l'apprenti-écrivant " ou l'écrivain confirmé à accéder à une écriture vraie et libérée. Avec douceur et humour, Josette Carpentier convie chacun à laisser émerger ses ressources.
    Par le biais de l'écriture et de diverses techniques (relaxation, visualisation, respiration, PNL...), elle invite à faire couler sur la page blanche l'encre de ce qui veut se dire.

  • Ce livre offre une synthèse du développement de la pédagogie au fil des siècles et des dernières recherches en didactique. A partir de ces deux éléments, l'auteur propose une réflexion sur ce que peut être un enseignement religieux dans différents contextes de sécularisation (la "laïcité à la française" ou les concordats germanique ou suisse, etc.). Aujourd'hui, face à des situations de radicalisation religieuse, une réflexion sur la pédagogie religieuse est nécessaire pour assurer des connaissances en termes de religion(s) et pour développer des capacités au dialogue et au respect. Ce premier tome est un parcours conçu comme une invitation à approfondir les concepts liés à la pédagogie religieuse, à l'art d'enseigner le fait religieux. Le second tome sera la mise en oeuvre de ces concepts à travers différentes pratiques enseignantes.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Ce troisième titre, coordonné par la FNAME, propose des informations et des éclairages théoriques précis sur l'importance du contexte et des situations d'apprentissage, les causalités de l'échec scolaire, la place de l'affectif et de l'estime de soi dans le rapport au savoir.I. Les pratiques scolaires et les difficultés des élèves Interroger les différents aspects des contextes scolaires d'apprentissage.
    Identifier les processus de construction des difficultés à travers les pratiques de classe.
    II. Rendre compte des liens entre les différents acteurs de l'école Liens enfants/familles Liens familles/école (mise en oeuvre d'un partenariat) Liens enfants/maîtres (les pratiques enseignantes en question) Liens entre le maître de la classe et le maître E (différentes modalités de collaboration) III. Imaginer les liens qui faciliteront la réalisation des apprentissages Comment mieux inclure les élèves dans les apprentissages : l'approche pédagogique interactive...
    Aménager le contexte d'apprentissage pour prendre en compte la diversité des élèves.
    Interroger le cadre des dispositifs d'intervention spécialisée : le maître E doit-il travailler dans la classe avec le maître ou hors de la classe ?
    => voir le site de la FNAME : fname.fr

  • L'aide aux enfants en difficulté à l'école, pour des raisons psychologiques ou comportementales, passe par un travail du psychologue scolaire avec l'enfant, mais aussi avec sa famille. Ce travail consiste pour l'essentiel en des entretiens centrés sur la dimension relationnelle des difficultés que l'enfant a, à l'école, et qui sont souvent également perceptibles au sein de la vie relationnelle de la famille. Qu'elles en soient à l'origine ou qu'elles en soient la conséquence, ces difficultés sont indissociables des interactions avec les adultes qui gravitent autour de l'enfant. L'adhésion de la famille est donc indispensable pour que l'enfant investisse l'aide qui lui est apportée.Pendant longtemps, la pratique de l'entretien dans le cadre scolaire a été calquée sur le modèle clinique des entretiens psychologiques en vigueur dans le champ médical. Or, dans le cadre scolaire, l'entretien possède une méthodologie spécifique, inspirée du modèle clinique ou du modèle systémique, ou en constituant une heureuse synthèse. Cette méthodologie permet notamment d'éviter le piège qui consiste, pour le psychologue, à réagir avec ses propres mécanismes de défenses, issus de sa propre histoire, sans le filtre indispensable de la distanciation professionnelle qui permet notamment de faire face aux émotions. Elle permet également de fixer un cadre précis sur lequel le psychologue et l'équipe enseignante peuvent s'appuyer pour tenir leur mission éducative. Chaque chapitre est illustré de situations tirées de l'expérience personnelle de l'auteur en tant que psychologue scolaire.Destiné d'abord aux psychologues scolaires et aux enseignants spécialisés chargés des aides rééducatives ou pédagogiques aux élèves en difficulté à l'école, cet ouvrage s'adresse aussi aux membres des équipes éducatives curieux de connaître les enjeux des relations avec les parents.

  • L´ouvrage reprend, développe et synthétise l´essentiel des recherches menées par l´auteur depuis quarante ans sur l´histoire de l´enseignement du français.
    Appuyé sur une abondante documentation d´archive, il montre comment, depuis le XVIIe siècle, maîtres d´école, frères des écoles chrétiennes, régents, professeurs, religieuses enseignantes, précepteurs, maîtres de langue ont multiplié les tentatives et les expériences pour faire passer le message qu´ils avaient à délivrer. Ce sont eux qui ont imaginé, modifié en fonction des circonstances, amélioré, en un mot créé les différentes didactiques qui s´avéraient indispensables à ces différents apprentissages et à ces formations auxquelles nous avons tous nous-mêmes été confrontés : de l´orthographe à la dissertation en passant par la langue, la grammaire et la prononciation, les oeuvres littéraires classiques, les techniques d´explication des textes, la reformulation et la réduction de texte, la composition française enfin.
    Mais les disciplines, notamment la plus fondamentale d´entre elles qui est le « français », ne se contentent pas de reproduire à l´identique dans les populations d´élèves le savoir de leurs maîtres. On montre ainsi que l´orthographe française contemporaine est en grande partie une « invention » de l´école ; que la prononciation française a été passablement affectée par les enseignements scolaires ; que l´école a joué un rôle essentiel dans la façon d´écrire des Français, en particulier en inventant de nouveaux modes d´écriture, et ainsi de suite. Tout ce qui passe à travers les rouages des didactiques en ressort plus ou moins transformé.
    Les disciplines ont une fonction créative, innovante, dont le rôle n´a pas été suffisamment souligné jusqu´ici.
    L´histoire de l´enseignement du français est donc une pièce importante de l´histoire de la culture française.

  • L'auteur nous invite d'emblée à dépasser l'opposition désuète et fausse, pourtant remise récemment au goût du jour, entre " syllabistes " et " globalistes ". Le " bon sens " que chaque camp affiche (commencer par le simple : la lettre puis la syllabe... ; commencer par le naturel : appréhension globale du mot...) cache une commune ignorance des travaux scientifiques récents sur la question de l'apprentissage de l'écrit (lecture-écriture). S'enfermer dans cette opposition artificielle est donc un piège qu'il faut refuser.Une première partie est consacrée aux méthodes de lecture d'hier et d'aujourd'hui. Elle revient aux racines du débat en prodiguant d'utiles rappels historiques. L'auteur y montre que les effets relatifs aux différentes méthodes doivent être relativisés car de nombreux facteurs interviennent dans cet apprentissage.La deuxième partie entre au coeur du sujet en présentant ce qu'est le " savoir lire " aujourd'hui, indissociable du " savoir écrire ", quelles sont les compétences en jeu. Une analyse très précise est donnée sur ce qui est nommé, d'une manière plus générale, l'apprentissage de " l'Écrit ".En troisième partie sont décrits les fondements qui permettront d'élaborer les méthodes d'apprentissage de demain, dans lesquels une grande importance est conférée aux pratiques pédagogiques des maîtres.En fin d'ouvrage sont proposés des notes biographiques et bibliographiques des auteurs et des ouvrages cités, ainsi qu'un lexique des notions clés.

  • Si Comenius (1592-1670) est peu connu en France, dans d'autres pays des centaines d'ouvrages ont été consacrés à l'étude de ses pensées. On sait qu'il a, entre autres choses, fondé la pédagogie comme science autonome. Il justifie la nécessité de l'éducation pour TOUS les hommes par la conception même qu'il se fait de la nature humaine qui ne peut parvenir à sa perfection que par une formation appropriée. L'éducation reçoit ainsi une orientation différente de celle que lui avait assignée l'humanisme du XVIe siècle, aussi bien dans sa finalité que dans les méthodes préconisées. Comenius présente ainsi tout un programme d'éducation préscolaire - innovation qui est généralement ignorée. Beaucoup plus tard, Rousseau emprunta à son prédécesseur ses idées les plus solides sur l'éducation de l'enfance. A une époque de profonds changements dans les structures sociales et dans la mentalité, l'étude de la pensée de Comenius est particulièrement stimulante et peut utilement inspirer ceux qui voudraient entreprendre une réforme du système éducatif et l'adapter à notre monde en devenir.

  • Questionner l'espace s'inscrit dans la continuité des réflexions menées autour des méthodes de recherche en didactiques et fait suite aux trois premiers ouvrages : outre le volume premier, le volume Questions de temporalité et le troisième Questionner l'implicite. En traitant ici de la perception de l'espace et des enjeux de son questionnement dans les travaux en didactiques, ce dernier volume ouvre un chantier théorique et méthodologique vaste sur une dimension peu problématisée et néanmoins fondamentale dans les recherches sur les constructions des savoirs.

  • Cet ouvrage rassemble une sélection de contributions issues du premier séminaire international consacré aux méthodes de recherche dans le domaine des didactiques, organisé par les laboratoires DIDIREM et THEODILE et par l'IUFM du Nord/Pas-de-Calais. Leurs auteurs, appartenant à plusieurs pays différents, représentent diverses didactiques : disciplines scientifiques et techniques, français, histoire, mathématiques, STAPS... Ces contributions sont regroupées autour de trois axes de questionnement : celui des intérêts et des problèmes liés aux comparaisons et aux croisements des méthodes de recueil et de traitement des données ; celui de la détermination des indicateurs pertinents et des significations qu'on peut leur accorder ; celui des modalités possibles des techniques de retraitement des données, tels que scripts, chronologies ou synopsis. L'ensemble de ces textes est présenté par Marie-Jeanne Perrin-Glorian et Yves Reuter, ce dernier proposant dans la contribution inaugurale un programme de recherches possibles pour définir et questionner les méthodes de recherche en didactiques, pour justifier aussi les intérêts d'un tel chantier de travail. En effet, en raison des enjeux épistémologiques attachés aux problèmes abordés, qu'ils concernent la définition même des didactiques en tant que disciplines de recherche ou la validité des résultats produits, le séminaire mis en place est appelé à se reproduire régulièrement. Cet ouvrage constitue, en conséquence, le premier d'une série à venir.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Tous les concepts de la pédagogie et les principaux thèmes de l'éducation, rassemblés dans un dictionnaire complet et destiné à tous.0300 Unindex détaillépermet au lecteur d´effectuer aisément ses recherches grâce aux nombreux liens effectués entre les différentes entrées. Il est complété par un Cet ouvrage s´adresse :
    - auxétudiants en formationqui y trouveront des connaissances diversifiées, pour éclairer leurs lectures ou préparer dossiers et exposés ;
    - auxenseignantsà qui il offre une remise en mémoire d´un savoir historique, théorique et administratif ;
    - auxparentset à tous ceux que préoccupent les questions d´éducation.

  • Unique sur le marché du livre, leDictionnaire encyclopédiquede l´éducation et de la formationconnaît un véritable succès depuis sa première édition en 1994. Il est une source d´information et un outil pédagogique essentiels pour les professionnels de l´éducation et de la formation.
    Rédigé par 249 spécialistes dans un souci rigoureux de pluralisme et de pluridisciplinarité, ce dictionnaire rassemble en effet les connaissances les plus récentes dans ce domaine.
    468 articles nouveaux ou mis à jour s´intéressent aux concepts et aux notions, aux réalités institutionnelles, aux évènements historiques, aux phénomènes sociaux et psychologiques, aux personnalités dont l´éducation et la formation portent l´empreinte en ce début de XXIe siècle.
    Entièrement révisée, cette troisième édition est également enrichie d´un appareil documentaire développé. Une bibliographie et des corrélats spécifiques à chaque article, des renvois, un index thématique et une sitographie facilitent et démultiplient les usages documentaires de cette référence incontournable.

  • Variété des situations rencontrées, introduction des nouvelles technologies, multiplication des intervenants : le métier d'enseignant se complexifie.
    Les 70 questions ici traitées reprennent l'essentiel des interrogations formulées par les enseignants, qu'ils soient étudiants en IUFM, professeurs débutants ou praticiens confirmés. En tissant le lien entre la pratique de terrain et les théories qui la soutiennent, ce livre apporte des réponses claires et indispensables à l'enseignant soucieux d'avoir une information synthétique sur les différentes dimensions de son métier. Un glossaire se trouve en fin d'ouvrage.
    L'ouvrage est divisé en 3 parties subdivisées en 3 sous-parties :
    Partie 1 : Enseigner - L'enseignant et l'élève - La pratique de l'enseignement - Les partenaires de l'enseignant Partie 2 : Apprendre - Les formes de l'apprentissage - Les difficultés et les échecs - Le transfert des connaissances Partie 3 : Les savoirs fondamentaux - Les contenus disciplinaires - La langue française - Les mathématiques

  • Dresser un état des recherches dans le domaine du « français » et de son enseigne­ment, c'est le défi que relèvent vingt-trois chercheurs en littérature, sciences du langage et didactique du français, à travers cet hommage à André Petitjean, fondateur de la revue Pratiques, dont les travaux sont reconnus dans ces trois disciplines. Le lecteur trouvera donc dans cet ouvrage, outre une réflexion sur l'originalité du parcours d'André Petitjean, aussi bien des articles sur des phénomènes langagiers, tels la phrase ou le genre, que des contributions sur le dialogue théâtral, sur l'enseignement de la littérature et son histoire ou sur la didactique de l'écriture.

empty