• Arkane : une ville labyrinthique, bâtie selon la légende par sept maisons toutes-puissantes, et dont les luxueux niveaux supérieurs sont occupés par un pouvoir corrompu.

    C'est dans ce monde dominé par les intrigues incessantes, les meurtres et la magie noire que vit Oziel, fille de la maison du Drac.
    Lorsque son clan est massacré, Oziel s'enfuit des Hauts de la ville, espérant gagner les Fonds afin de rejoindre son frère condamné et de lever une armée parmi les prisonniers du terrible bagne, dans les profondeurs de la cité.
    Mais tandis qu'elle cherche à s'évader des rets d'Arkane, d'autres tentent de rallier celle-ci à tout prix.
    Renn, un apprenti enchanteur de pierre et Orik, guerrier venu d'une lointaine contrée, portent avec eux l'annonce d'une menace qui, s'ils arrivent trop tard, pourrait bien plonger Arkane dans le chaos...

    « À mi-chemin entre Game of Thrones et Guerre et Paix, Arkane nous rappelle que l'heroic fantasy est un genre noble. » Clara Dupont-Monod, Le Parisien Magazine
    « Véritable course contre la montre, ce premier épisode jouit d'un rythme enlevé, au suspens parsemé de trahisons, de meurtres et, bien sûr, de magie. Bordage emmène le lecteur dans une odyssée riche en lieux mystérieux et en personnages colorés. [...] Une fois pris dans l'histoire, difficile de lâcher ce livre. » Le Point

  • Nous avons tous en nous un peu de Napoléon sans pour autant être mégalomanes. Mais ce n'est pas l'aspect glorieux, militaire, conquérant le plus fascinant chez lui ; ce sont ses échecs. De Napoléon, Chateaubriand a écrit qu'il était « le plus puissant souffle de vie qui jamais anima l'argile humaine ».
    Ses fêlures, ses échecs sont des leçons de résilience, de renaissance. Il y a en lui un écorché vif, un marginal, un rebelle, un mélancolique, parfois suicidaire, mais d'une volonté sans faille et d'une force de travail sans limite.
    Dans ce livre, sans doute l'un des plus originaux et percutants de cette année de commémoration napoléonienne, Philippe Perfetinni raconte comment Napoléon lui a sauvé la vie. Né à Ajaccio, à deux pas de la maison des Bonaparte, Philippe Perfettini a eu une adolescence d'écorché vif et multiplié les échecs scolaires. Dans sa jeunesse de punk, il ne s'est nullement intéressé à Napoléon jusqu'à un jour de 1997 où, presque par hasard, il lit une biographie de l'Empereur. Plus qu'une révélation, c'est une révolution. En quelques années, Philippe Perfetinni va devenir le responsable des collections napoléoniennes du musée du Palais Fesch à Ajaccio, commissaire de plusieurs expositions et, surtout, l'un des meilleurs connaisseurs de l'Empereur salué par les spécialistes académiques.  
    L'âme de Napoléon est une source infinie d'inspiration bien supérieure à tous les manuels de développement personnel.

  • 813

    Maurice Leblanc

    Maurice Leblanc (1864-1941) Sûrement la plus périlleuse et la plus dramatique des entreprises du sieur Lupin. Un énigmatique adversaire, silencieux, invisible, sans scrupule et capable du pire, arrive à contrecarrer et faire ployer le célèbre gentleman-cambrioleur. Arsène perdra-t-il la partie ou la gagnera-t-il ? Mais n'est-ce point dangereux de vouloir devenir le maître du monde ?

  • Noeud après noeud, jour après jour, toute une vie durant, ses mains répétaient les mêmes gestes, nouant et renouant sans cesse les fins cheveux, comme son père et le père de son père l'avaient fait avant lui... N'est-ce pas étrange qu'un monde entier s'adonne ainsi au tissage de tapis de cheveux ? l'objet en est, dit-on, d'orner le Palais des Étoiles, la demeure de l'Empereur. Mais qu'en est-il de l'Empereur lui-même ? N'entend-on pas qu'il aurait abdiqué ? Qu'il serait mort, abattu par des rebelles ? Comment cela serait-il possible ? Le soleil brillerait-il sans lui ? Les étoiles brilleraient-elles encore au firmament ? L'Empereur, les rebelles, des milliards de tapis de cheveux ; il est long le chemin qui mène à la vérité, de la cité de Yahannochia au Palais des Étoiles, et jusqu'au Palais des Larmes sur un monde oublié... Né en 1959, Andreas Eschbach est la figure de proue de la science-fiction allemande. Voici son premier livre traduit.

  • Depuis qu'il a prêté allégeance à Palpatine, Thrawn est devenu l'un de ses outils les plus efficaces, mais l'Empereur rêve d'une arme plus destructrice.
    Alors que son programme de perfectionnement des chasseurs TIE est arrêté au profit du projet Étoile de la Mort, Thrawn réalise que les rapports de force ne se mesurent pas qu'à l'aune de l'efficacité tactique au sein de l'Empire. Même l'être le plus intelligent ne peut rivaliser avec le pouvoir d'annihiler des planètes entières.
    C'est l'instant que choisit son ancien protégé, Eli Vanto, pour revenir, porteur de nouvelles alarmistes à propos du monde natal du grand amiral. Écartelé entre son devoir vis-à-vis de l'Ascendance Chiss et sa loyauté envers l'Empire, Thrawn sait que son choix, quel qu'il soit, sera synonyme de trahison...

  • Napoléon croyait-il en Dieu ? Avait-il peur de la mort ? Pourquoi portait-il un uniforme de colonel alors qu'il était général ? Fut-il le fossoyeur de la Révolution ? Comment a-t-il géré la dette publique ? Son armée était-elle la meilleure du monde ? A-t-il ruiné la France ? Napoléon est l'un des personnages préférés des Français. Malgré la profusion de biographies, il demeure un mystère. En cent questions à la fois simples et insolites, évidentes comme inattendues, qui explorent le Napoléon intime et s'interrogent sur le bilan de son action, Thierry Lentz fait le point sur cet empereur fascinant. Son ouvrage n'est pas une biographie de plus, mais un puzzle en cent pièces, où il s'est attaché à apporter le maximum d'informations, à nourrir ses réponses d'anecdotes nouvelles, qui s'adressent à l'étudiant, au professeur, à l'amateur d'Histoire ou au passionné.

  • Rekk n'a pas eu une enfance facile, et sa vie ne le sera pas non plus. Gladiateur puis soldat dans l'armée impériale, il se fait repérer par l'Empereur dans le bourbier des jungles Koushites. Il deviendra son instrument pour soumettre les barbares, puis son bras armé pour toutes les basses oeuvres. Un homme haï, craint, dont la renommée ne cesse de grandir. Mais que se passe-t-il lorsque notre propre légende nous échappe ? Car si Rekk a toujours eu un vrai talent pour survivre, ses proches ne peuvent en dire autant...

  • Fidèles de Napoléon ou simplement remarqués, hommes d'État ou du cercle familial, nombreux sont ceux qui ont gravité autour de l'Empereur, témoins de sa prodigieuse destinée.
    Plus ou moins connus, Talleyrand, Charles de Flahaut, Charles de Morny ou Axel de Fersen ont marqué la vie publique et privée de Napoléon.
    Dans l'entourage, c'est souvent toute la vie politique, économique et militaire qui se joue. Entre amitiés, traîtrises et corruption, cet ouvrage d'Émile Dard, publié en 1940, donne à voir les coulisses du pouvoir sous l'Empire.
    Parmi tout ce qui reste à découvrir lorsqu'on croit tout savoir de Napoléon, il y a encore la personnalité singulière de ceux qui l'ont approché, servi, combattu, haï...
    Émile Dard (1871-1947), diplomate et historien, a été ambassadeur de France en Bulgarie et en Serbie, chargé des archives du ministère des Affaires étrangères, membre de l'Académie des sciences morales et politiques et président de la Société de l'histoire de France. Spécialiste de la Révolution française et du premier Empire, il est auteur de plusieurs livres tels que Napoléon et Talleyrand (1935, réed. De Fallois, 2017) et La Chute de la royauté (Flammarion, 1950).

  • Le 12 avril 1600 s'échouait sur une petite plage du sud du Japon, après un rude voyage de deux ans à travers deux océans et le terrible détroit de Magellan, un navire hollandais en piteux état, piloté par William Adams, premier Anglais à fouler la terre inconnue de ce pays mythique.
    Avec le talent savoureux qu'on lui connaît, Giles Milton raconte ici une improbable rencontre et une fascination réciproque entre deux hommes que tout sépare : Adams, le pilote anglais d'origine modeste, et le shogoun Ieyasu Tokugawa, puissant maître du Japon. Adams découvre avec stupeur l'extrême raffinement de la culture japonaise et les fastes de sa cour, tandis que Ieyasu, curieux de l'Occident, s'émerveille des talents d'Adams : de navigateur d'abord, mais aussi de charpentier de marine. Il lui confie la construction d'un bateau. De là naîtra entre eux une relation unique et durable faite d'estime et de confiance mutuelles. Adams est anobli, il reçoit des terres et adopte le mode de vie de ses hôtes. Il devient auprès du shogoun le conseiller privilégié en matière d'affaires étrangères.
    À travers l'histoire personnelle d'un homme, on voit aussi revivre les rivalités commerciales entre Anglais et Hollandais dans les « Indes orientales », les intrigues des jésuites portugais déjà installés au Japon et jaloux de leur influence, et toute une série de portraits d'hommes d'une audace incroyable, mais aussi bons vivants et parfois âpres au gain.
    S'appuyant sur une multitude de documents de l'époque, Milton restitue admirablement dans ce récit étonnant les rêves mais aussi le quotidien de ces authentiques explorateurs.
    Né en 1966 dans le Buckinghamshire, le journaliste et écrivain anglais Giles Milton est spécialiste de l'histoire des voyages et des explorations. Il collabore à de nombreux journaux, en France et à l'étranger, et est l'auteur de plusieurs ouvrages, notamment Captifs en Barbarie, Les Aventuriers de la Reine, Samouraï William et Le Paradis perdu publiés aux Éditions Noir sur Blanc.

  • Robert Turcan, de l'Institut, ancien membre de l'École française de Rome, a consacré plusieurs ouvrages aux empereurs qui ont marqué l'histoire : Hadrien, Marc Aurèle, Héliogabale, Constantin. Avec Tibère, c'est le type même d'un prétendu tyran sanguinaire qui est concerné. Nos études classiques (Tacite et Suétone) nous ont appris à le détester.
    « Le plus beau portrait historique dans Tacite est celui de Tibère », écrit Chateaubriand. « Il n'y a guère d'apparence que le fils de Livie ressemblât au Tibère de Tacite, c'est pourtant ainsi que nous le voyons tous », avertit toutefois Rousseau.
    À relire les textes d'un oeil plus critique, on fait la connaissance d'un homme qui, dès l'enfance, a dû affronter les périls d'une vie éprouvante, avant de faire face à mainte obligation inexorable, comme chef militaire aussi bien que gendre et successeur d'Auguste. On constate alors un décalage entre les témoins directs de son temps et les « historiens » qui l'ont jugé trois quarts de siècle après sa mort. Th. Mommsen l'a considéré comme « le plus capable des empereurs romains » et le compte, en tout cas, au nombre des « meilleurs ».
    Avec Auguste, le pouvoir impérial relevait du mystère. Tibère l'a exercé sans ambiguïté et, pour ainsi dire, fondé pour une longue et prestigieuse postérité.

  • Premier titre d'une nouvelle collection développée en partenariat avec la première chaîne de télévision belge RTBF, Sur les traces de Napoléon suit le parcours de ce guerrier d'exception sur le territoire belge, d'Hestrud à Waterloo, cherchant ainsi l'empreinte historique qu'il y a laissée, près de deux cents ans après son passage. Jean-Louis Lahaye s'entoure d'intervenants pour aller au plus près de ce personnage historique. Il s'attarde sur la vie et la personnalité de l'Empereur, analyse les difficultés de mener campagne à l'époque et revient sur les faits historiques qui ont émaillé les quatre jours de la bataille de Waterloo menant les troupes impériales à la défaite. Pour Napoléon, il s'agira de sa dernière bataille mais elle marquera le début de son mythe.

  • Démons et merveilles, loups-garous, femme-serpent mélusinienne, fées, dracs aquatiques, lamies, chevaliers fantômes et bien d'autres créatures fantastiques surgissent au fil des pages des Otia Imperialia - traduits ici en partie pour la première fois en français moderne - que l'Anglais Gervais de Tilbury composa, au début du XIIIe siècle, pour le plaisir de l'Empereur Otton IV de Brunswick. Homme d'Eglise, éminent juriste, grand dignitaire et conseiller de l'Empereur, l'auteur, après une jeunesse passée à la brillante cour d'Henri II Plantagenêt et d'Aliénor d'Aquitaine, fut amené par ses fonctions à parcourir l'Europe et à séjourner longuement en Italie et dans le royaume d'Arles. Les Otia Imperialia visent à amuser, à étonner le lecteur, mais aussi à le faire réfléchir. Gervais a mérité le titre de « premier folkloriste du Moyen Age ». mais c'est aussi un observateur attentif de son temps, qui nous donne à voir mille détails de la vie des hommes au tournant des XIIe et XIIIe siècles.


  • L'épopée de Zhang Qian, le premier homme qui parcourut la route de la soie. Basé sur des faits réels et historiques.

    Au deuxième siècle avant notre ère, un jeune homme fougueux monte sur le trône de l'empire des Han (la Chine actuelle). Décidé à briser la politique de paix et d'amitié entretenue par ses prédécesseurs avec les Xiongnu, les redoutables barbares des steppes septentrionales, il envoie un émissaire vers les contrées inconnues de l'Ouest, en quête d'une alliance pour affronter ses ennemis.
    Zhang Qian, un officier de la garde impériale, géant naïf et téméraire, part à la tête d'une ambassade de cent volontaires, guidé par Ganfu, un esclave xiongnu expert en chevaux.
    Les récits qu'il fera à l'empereur de son incroyable périple bouleverseront l'histoire du monde, en entraînant l'expansion de la Chine vers l'ouest et en ouvrant une voie qui reliera les deux moitiés du monde : la route de la soie.

  • De retour de Chine, et veuve du prince Hosumi, Sakanoue va se rapprocher de la cour de Nara, où ses grands talents de poétesse et sa connaissance de la langue chinoise la placent en confortable position. Elle y retrouve Fujiwara Maro, qui ne laisse pas son coeur insensible. Malheureusement, le destin est bien cruel, et Sakanoue ne sera pas épargnée par le malheur qui frappera aveuglément autour d'elle.
    Ce troisième tome continue de faire revivre pour nous Otomo Sakanoue, femme exceptionnelle, en nous livrant ses impressions, ses idées et les influences qui la guident vers un Japon plus moderne annonçant l'époque de Héian. En décrivant la vie qu'elle aurait pu avoir à la cour de Nara, avec les luttes et les fléaux naturels de cette époque : les conflits internes, les incendies détruisant les palais et les temples, les épidémies de variole décimant la population et, bien sûr, les deux grandes ambassades en Chine à l'époque des Tang, celle de l'an 719 et de l'an 753.
    Une magnifique saga historique et inédite, dans le Japon médiéval, par Jocelyne Godard, auteur du très grand succès Les Thébaines.

  • Bassien était d'une incomparable beauté. Il devait la grâce de ses traits, à sa mère, odalisque syrienne, formée, pour se prélasser sur les couches de soie, quand son air martial, son nez aquilin, et sa nervosité lui venaient de son père présumé, l'impétueux Caracalla. Son visage était doré, au Soleil, des Elohim cananéens, qu'il adorait, comme le sublime, El ha Gabal, et son tempérament, aussi fougueux que celui du dieu des batailles, Hadad. Comme son père, et Septime-Sévère, auparavant, Bassien était natif du Bélier, mais il n'est pas exclu que sa versatilité lui fût venue de la Balance, régie par Vénus-Astarté, elle-même. Ainsi, Bassien résolvait-il, en lui-même, et dans son horoscope, l'opposition des contraires, dans l'harmonie, l'équilibre, et la symétrie du tracé de ses symboles astrologiques : Le Bélier, signe de Feu, face à la Balance, signe d'Air. Le Bélier, signe de Mars diurne, face à la Balance, signe de Vénus nocturne. Le Masculin face au Féminin.

  • Grâce au fil et à l'aiguille, reproduisez l'univers merveilleux des contes et laissez le charme agir... Blanche-Neige, Cendrillon, le Chat botté, Alice au pays des merveilles... Redécouvrez les héros fabuleux, les princesses aux robes majestueuses et les décors somptueux des plus belles histoires jamais écrites. Brodez des frises de vos personnages favoris et réalisez des tableaux aux couleurs chatoyantes. Offrez ainsi un peu de magie à une chambre d'enfant ou au décor de votre maison !

  • Le Porteur de lumière - L'Intégrale Nouv.

    Découvrez les Intégrales Bragelonne !
    Des séries complètes en numérique pour une durée limitée !

    Cette édition exclusive numérique contient les ouvrages suivants :
    1. Le Prisme noir
    2. Le Couteau aveuglant
    3. L'OEil brisé
    4. Le Miroir de sang
    5. Le Blanc incandescent - première partie
    6. Le Blanc incandescent - seconde partie
    Gavin Guile est le Prisme, l'homme le plus puissant du monde.
    Empereur et magicien, il est le gardien d'une paix bien fragile. Et d'un terrible secret.
    Les Prismes ne vivent jamais vieux, et Gavin sait exactement combien de temps il lui reste : cinq ans... et cinq missions impossibles à accomplir.
    Plus la lumière est vive, plus l'ombre est profonde.

    Après le succès fulgurant de L'Ange de la Nuit, voici la nouvelle série du prodige de la Fantasy.

    « Auteur best-seller, Brent Weeks continue à enrichir son intrigue grâce à la révélation de nombreux secrets... et déplace ses pièces avec habileté en vue d'un affrontement épique. » - Publishers Weekly
    « Le style et le sens du détail de Brent Weeks entraînent implacablement les lecteurs dans son histoire. Il ne vous laisse aucune échappatoire. » - Robin Hobb

  • Paris occupé, le 2 avril 1814. Alexandre Ier, tsar de Russie, reçoit le général de Caulaincourt. Les deux hommes s'entretiennent de l'abdication de Napoléon Ier et du lieu qui accueillera son exil. Quelques jours plus tôt, lâché par ses maréchaux, l'Empereur a été vaincu et la Grande Armée balayée par les armées des Coalisés. Le 3 mai 1814, il débarque à l'île d'Elbe. Durant trois cents jours, il règnera en maître absolu sur cette île d'à peine 224 km², située entre la Corse et la Toscane, qu'il s'emploiera à moderniser. Perpétuellement en mouvement, il s'active sans relâche, visitant chaque recoin de l'île, lançant de nombreux projets, veillant au moindre détail. Loin des grandes batailles qui ont forgé sa réputation, c'est aussi un homme qui tente, malgré les dimensions dérisoires de son «royaume d'opérette», de reconstituer le cadre impérial, avec son organisation, son étiquette, sa cour et son armée. Mais surtout, c'est depuis Elbe qu'inlassablement il prépare son évasion et son retour en France.

    À partir des mémoires, de la correspondance officielle et de multiples témoignages de compagnons d'exil, Marie-Hélène Baylac fait revivre avec brio le séjour de Napoléon à l'île d'Elbe, de son arrivée sous bonne escorte à son départ secret dans la nuit du 26 au 27 février 1815. Entre intrigues et manoeuvres, s'agitent les partisans et fidèles de Napoléon, mus par un désir fervent de voir l'Empereur régner à nouveau sur l'Europe.

  • « Pour détruire véritablement l'Angleterre, il nous faut nous emparer de l'Égypte. » NAPOLEON BONAPARTE

    Dans les dernières années de sa vie, Napoléon a dicté ses Mémoires. Ces textes ne doivent pas être confondus avec les souvenirs de ses compagnons d'exil dont le succès a parfois fait oublier le témoignage direct de l'Empereur sur sa propre carrière. Conscient du caractère exceptionnel de son destin, il ne voulait laisser à personne le soin de le raconter ou de l'interpréter. Et dans cette bataille pour la postérité, il a, comme de coutume, tout organisé, tout contrôlé, tout décidé. Pendant plus de cinq ans, il a été à la tête d'une véritable fabrique de l'histoire.
    Soigneusement composés, relus et corrigés par Napoléon en personne, ces Mémoires constituent le point de vue du principal acteur de l'épopée sur plusieurs étapes importantes de son parcours. On comprend mal, dès lors, que cet ensemble n'ait pas été réédité depuis plus de cent ans.

    Le second tome des Mémoires de Napoléon livre le récit de la campagne d'Égypte. Même si son auteur ne s'étend pas sur l'incontestable défaite qui clôtura l'expédition, ce récit demeure un « témoignage de premier ordre », dont la dictée mobilisa tous les acteurs de la fabrique historique de Sainte-Hélène, au premier rang desquels le grand-maréchal Bertrand qui avait fait cette fabuleuse campagne. Préparée dans le plus grand secret, mettant en oeuvre des moyens militaires exceptionnels, l'expédition d'Égypte, qui débuta en 1798, nous étonne et nous fascine, comme elle a étonné et fasciné les contemporains. Au-delà de son résultat final, elle tient une place à part dans la légende napoléonienne.

  • « [À Waterloo], j'avais en moi l'instinct d'une issue malheureuse, non que cela ait influé en rien sur mes déterminations ; mais toutefois j'en portais le sentiment au-dedans de moi. » NAPOLEON BONAPARTE

    Dans les dernières années de sa vie, Napoléon a dicté ses mémoires. Ces textes ne doivent pas être confondus avec les souvenirs de ses compagnons d'exil dont le succès a parfois fait oublier le témoignage direct de l'Empereur sur sa propre carrière. Conscient du caractère exceptionnel de son destin, il ne voulait laisser à personne le soin de le raconter ou de l'interpréter. Et dans cette bataille pour la postérité, il a, comme de coutume, tout organisé, tout contrôlé, tout décidé. Pendant plus de cinq ans, il a été à la tête d'une véritable fabrique de l'histoire.
    Soigneusement composés, relus et corrigés par Napoléon en personne, ces mémoires constituent, si l'on ose dire, le point de vue du principal acteur de l'épopée sur plusieurs étapes importantes de son parcours. On comprend mal, dès lors, que cet ensemble n'ait pas été réédité depuis plus de cent ans.
    Le troisième tome des Mémoires s'ouvre sur l'abdication de l'Empereur, contraint de quitter Fontainebleau pour l'Île d'Elbe. Cet exil forcé n'entrave en rien l'esprit de conquête de Napoléon qui ne pense qu'à son retour à Paris. Après une campagne de presque cent jours et le désastre de Waterloo, l'aventure impériale s'achève finalement par son bannissement sur l'Île de Sainte-Hélène, où il dictera ses mémoires.
    Alors que les puissances européennes, après le sursaut des Cent-Jours, cherchent à affaiblir la France, l'empereur déchu met un point d'honneur à raconter son retour de l'Île d'Elbe, ses Cent-Jours et son Waterloo dans « une sorte d'ouvrage national, écrit en entier à la gloire de la France » qui clôt la série de ses mémoires.

  • « Je m'appelais Joséphine, impératrice des Français. J'ai séduit un homme au pouvoir absolu, Napoléon. Grâce à lui, ma vie fut exceptionnelle, entre politique et intrigues, secrets et ambitions, conquêtes et gloire. Je suis devenue la Première dame d'Europe. Mais au prix de combien de souffrances, attaques, calomnies, désillusions, trahisons aussi ?
    J'ai certes protégé mes amis et les arts. J'ai bien sûr inspiré l'amour, me suis éblouie de plaisirs. J'ai recherché la tendresse et le parfum des roses, connu les larmes et le vertige, perdu des fortunes ; le tout sans regret. Mais cela, et le caché, le dissimulé aux yeux du monde, des Bonaparte, des Anglais, comment parvenir à l'exprimer ?
    Alors, j'ai écrit mon journal. Un texte intime où je dévoile tout, et même l'inconnu, l'inédit. En le lisant, peut-être un jour saura-t-on combien j'ai aidé, influencé, et surtout aimé. »
    Nourrie de désirs et de sensualité, femme de lumière et d'ombres, l'impératrice Joséphine se raconte, sans pudeur. Moderne et libre.

empty