• Pichard illustre pour notre plus grand plaisir un des « buts de l'être humain », conscient qu'il s'agit d'éclairer un véritable catéchisme des actes d'amour et de rituels à la gloire de notre corps.
    Les Kama Soutra ou comme le voudrait une traduction plus littérale « Aphorismes sur l'amour » sont en fait un traité des règles de l'amour écrit en sanscrit vers le premier ou le deuxième siècle de notre ère par Mallinaga Vatsyayana. En dépit de son indéniable contenu érotique, c'est un ouvrage qui participe de l'art et de la philosophie religieuse de l'Inde.
    Voici donc ce texte mythique illustré par Georges Pichard, dessinateur entre autres de Paulette (avec Georges Wolinski), Blanche Épiphanie, Marie-Gabrielle de Saint-Eutrope ou La Comtesse rouge.
    Roman graphique, 320 pages, 48 planches en noir et blanc et couverture de Georges Pichard.

  • La lectrice

    Jean-Baptiste Messier

    Recueil de nouvelles érotiques, interdit aux moins de 18 ans.

    Version audio gratuite grâce à un lien internet fourni à l'intérieur (7 mp3 à télécharger).
    Jeanne est une lectrice érotique. Une professionnelle. Pulpeuse. Grâce à sa beauté et sa voix, elle déploie son art pour captiver hommes et femmes. Saura-t-elle entraîner Richard Manoir, son auteur fétiche, dans ses filets, pour l'y perdre corps et âme ? Et gagner ainsi beaucoup d'argent...
    Avec la complicité de la comédienne Clara Poulet pour la version audio.

  • Invitée sur Isola Madre, une île féerique du lac Majeur, par un oncle de son défunt mari, la belle et blonde Myrna consent enfin à se prêter aux amours lesbiennes de son amie Florence si cette dernière accepte de l'accompagner.
    Par sa conduite étrange, par les curieux présents qu'il leur offre, l'oncle ne tarde pas à faire comprendre à sa nièce et à son amie qu'il est un masochiste à la recherche de Maîtresses. Petit à petit il leur inocule le fascinant venin de la domination, elles s'initient très vite. Et l'oncle leur confie comment, après avoir été le domestique-esclave de la tyrannique Diva Pascalina Ottaviani, il est devenu son mari-esclave. Son veuvage l'a laissé riche et... disponible.
    Myrna et Florence acceptent avec joie de posséder cet esclave et ses biens. Elles décident aussi d'acquérir Slavio qui, depuis son plus jeune âge, est élevé dans une maison de domination féminine et qui n'a appris qu'une seule chose : « Être un esclave pour dames ! » Mais les désirs saphiques de Florence sont tels qu'elle met sur pied un traquenard pour s'approprier, par la ruse, une toute jeune fille, Sophie, dont elle veut faire son esclave sexuelle.
    Et c'est ainsi que Myrna et Florence, adeptes de Sapho, deviennent des femmes riches et adulées imposant, à une cour d'esclaves qui ne cesse de s'agrandir, leur despotisme effréné et un sadisme raffiné qui s'est pleinement épanoui.

    Roman numérique, 244 pages, couverture en couleurs illustrée par Bill Ward.



  • Un homme-objet comblé !



    « Elle se releva les yeux brillants, redressa Alexis en le tirant par les cheveux, lui boucla la ceinture et relança sa ronde d'un violent coup de cravache. »
    Idées fixes est une plongée dans la vie d'un fantasme, en l'occurrence un fantasme masochiste tenace, depuis sa naissance inopinée dans l'enfance jusqu'à sa réalisation, à travers le parcours chaotique de hasards ou de faits planifiés, de réussites ou d'échecs, de petits actes manqués ou de souvenirs inoubliables, de tentatives sans lendemain ou d'amour fusionnel, en tout une obstination à donner corps au rêve.
    « Son destin d'homme-objet lui paraissait être décidément sa plus noble et légitime ambition. Quant à sa maîtresse, unie à lui par ces longues années de connivence, elle avait su établir une symbiose de leurs fantasmes quasi miraculeuse. »


    Eugène Deschiffres a 62 ans. Son travail l'a conduit durant toute sa carrière sur quatre continents. Il a toujours mis à profit les temps libres de ses déplacements professionnels pour écrire, principalement des témoignages ou des récits de voyage mais aussi des textes érotiques.


    Collection e-ros D/s, des récits de Domination et de soumission, échanges de pouvoir érotique.
    Des auteurs novices ou plus confirmés, tous amateurs d'érotisme, se donnent rendez-vous dans la collection e-ros qui se veut dynamique : des textes inédits, courts, érotiques et numériques adaptés à des lectures d'aujourd'hui, à parcourir avec délectation sur l'écran des liseuses, smartphones et autres tablettes sans oublier « les bons vieux » ordinateurs.


    Roman numérique, 138 pages, couverture en couleurs illustrée par Bernard Montorgueil.

  • « - Ici ce sont les hommes qui rampent à mes pieds... »

    Alexis, jeune auto-stoppeur va progressivement pénétrer dans l'univers de la « Grande Maîtresse » et devenir un sujet soumis. Il va subir tourments et humiliations au fil de l'imagination de sa Maîtresse.
    « Peut-être, à cet instant, Alexis eut-il la révélation que sa langue était neuve, qu'elle n'avait jamais été utilisée et qu'elle ne lui avait été donnée que pour seule destinée ; lécher des bottes et des souliers de femmes ! »
    L'originalité de ce roman consacré à la domination féminine réside dans la progression du récit. L'entrée en scène de chaque nouveau personnage est accompagnée par des suspenses toujours plus étonnants et des situations toujours plus scabreuses.
    C'est en 1970 que Marika Moreski publia son premier roman Les Bêtes à plaisir. Son éditeur la présentait alors comme « un nouveau Sade en jupons ». Depuis, plus d'une vingtaine de romans ont vu le jour qui font autorité dans les milieux sadomasochistes. Fervente prêtresse de la domination féminine, cette svelte et brune jeune femme régnait alors sur une cour d'esclaves « triés sur le volet » selon ses propres termes.
    Collection Le Septième Rayon. L'idée centrale de cette collection est de tenter de se défaire d'une certaine image normalisée de l'érotisme. Des textes contemporains qui veulent tout simplement faire le point sur toutes les disciplines, un érotisme jubilatoire et dynamique traduisant une libido sans tabou ni interdit, impudique et libérée.


    Roman numérique, 160 pages, couverture en couleurs par Bernard Montorgueil.

  • Le château de Triboncourt-sur-Herbe fait la fierté du village, mais cause aussi sa ruine. Aussi, la proposition de location venant d'un ancien acteur porno reconverti dans l'événementiel tombe à pic. De théâtrales fêtes libertines sont alors données pour la jet-set.


    Le bon sens villageois côtoie le snobisme et la dérision les extravagances érotiques des personnages. Au final, Orgie au château de Bonpré tient peut-être de la farce, à moins qu'il ne s'agisse de satire.





    « Lorsque Monsieur Charles Thiébaud, ancien acteur reconverti dans l'événementiel haut de gamme, avait sollicité une entrevue avec Monsieur le Maire, on avait murmuré que le château verrait renaître sa splendeur passée. »






    ChocolatCannelle, qui dirige la collection e-ros, poursuit avec ce texte ses divagations autour de la sexualité et d'une forme d'humour pince-sans-rire.




    Collection e-ros & ceteri : où l'érotisme prend des chemins de traverse. Saveur des mots crus et sexualité plurielle.





    Des auteurs novices ou plus confirmés, tous amateurs d'érotisme, se donnent rendez-vous dans la collection e-ros qui se veut dynamique : des textes inédits, courts, érotiques et numériques adaptés à des lectures d'aujourd'hui, à parcourir avec délectation sur l'écran des liseuses, smartphones et autres tablettes sans oublier « les bons vieux » ordinateurs.





    Nouvelle numérique, 42 pages, couverture en couleurs illustrée par Virgilles.



  • Ce recueil propose trois nouvelles inédites de Marika Moreski écrites au début des années 2000, illustrées de dessins originaux :
    Deux précautions valent mieux qu'une, le récit d'un voyage, Marika et une de ses amies se rendent en Lorraine.
    La Revanche de l'étudiante, Marika Moreski présente bien fortuitement un de ses esclaves à une jeune femme qui éprouve quelques ressentiments à son égard.
    Et Séance de face-sitting, un vieil esclave passe une annonce sur internet qui échappe à l'attention de Marika.
    C'est en 1970 que Marika Moreski publia son premier roman Les Bêtes à plaisir. Son éditeur la présentait alors comme « un nouveau Sade en jupons ». Depuis, une vingtaine de romans ont paru qui font autorité dans les milieux sadomasochistes. Fervente prêtresse de la domination féminine, cette svelte et brune jeune femme régnait alors sur une cour d'esclaves « triés sur le volet » selon ses propres termes.
    Ce second recueil de trois nouvelles inédites est illustré de dessins.
    Collection Le Septième Rayon
    L'idée centrale de cette collection est de tenter de se défaire d'une certaine image normalisée de l'érotisme. Des textes contemporains qui veulent tout simplement faire le point sur toutes les disciplines, un érotisme jubilatoire et dynamique traduisant une libido sans tabou ni interdit, impudique et libérée.
    Nouvelles numériques, 48 pages, 3 illustrations en noir et blanc en hors-texte et couverture en couleurs.


  • Esclave à temps complet dans un Love Hotel masochiste.


    « Étant intimement convaincu que je n'existe que pour servir et obéir aux femmes, j'ai toujours exécuté à la lettre les ordres qu'elles me donnaient. »


    Dans le premier volume de American SM, Marika Moreski dévoilait un visage intimiste et conjugal de la domination féminine aux États-Unis. Le deuxième volume, nous a révélé une autre facette de cet univers implacable : l'esclavage collectif et impersonnel au service des prêtresses du « Domineering Sex ».
    Ce troisième opus est consacré aux professionnelles de l'amour. Sous la plume de Félix Gambiani, l'esclave français, on pénètre dans l'univers tarifié de la domination féminine aux États-Unis.


    C'est en 1970 que Marika Moreski publia son premier roman Les Bêtes à plaisir. Son éditeur la présentait alors comme « un nouveau Sade en jupons ». Depuis, plus d'une vingtaine de romans ont vu le jour qui font autorité dans les milieux sadomasochistes. Fervente prêtresse de la domination féminine, cette svelte et brune jeune femme régnait alors sur une cour d'esclaves « triés sur le volet » selon ses propres termes.


    Collection Le Septième Rayon. L'idée centrale de cette collection est de tenter de se défaire d'une certaine image normalisée de l'érotisme. Des textes contemporains qui veulent tout simplement faire le point sur toutes les disciplines, un érotisme jubilatoire et dynamique traduisant une libido sans tabou ni interdit, impudique et libérée.



    Roman numérique, 144 pages, couverture en couleurs illustrée par Bill Ward


  • « Pouvais-je réellement parler de douleur lorsque tout mon corps n'était que plaisir ? Un bien-être étrange s'était emparé de moi. J'avais l'impression d'émerger d'un brouillard de plusieurs mois. Je renaissais à la vie. Je me sentais tel que je devrais toujours être... Bien dans ma peau. Je trouvais exaltante cette vie qui, hors de la servitude, me paraissait froide, sans relief, sans goût.... Je fermais les yeux pour mieux mesurer l'étendue de mon bonheur. J'étais fatigué et heureux. Enfin, enfin j'étais heureux... »
    À travers le récit de Félix Gambiani, esclave-domestique dans une famille américaine libérée de tous les tabous sexuels, Marika Moreski dévoile dans ce premier volume de American SM le visage intimiste et conjugal de la domination féminine.
    C'est en 1970 que Marika Moreski publia son premier roman Les Bêtes à plaisir. Son éditeur la présentait alors comme « un nouveau Sade en jupons ». Depuis, une vingtaine de romans ont vu le jour qui font autorité dans les milieux sadomasochistes. Fervente prêtresse de la domination féminine, cette svelte et brune jeune femme régnait alors sur une cour d'esclaves « triés sur le volet » selon ses propres termes.
    Collection Le Septième Rayon. L'idée centrale de cette collection est de tenter de se défaire d'une certaine image normalisée de l'érotisme. Des textes contemporains qui veulent tout simplement faire le point sur toutes les disciplines, un érotisme jubilatoire et dynamique traduisant une libido sans tabou ni interdit, impudique et libérée.
    Roman numérique, 130 pages, couverture en couleurs par Bill Ward.



  • Marika reçoit, à son domicile parisien, la visite d'une ravissante noire américaine, Joan Duncan, qui recherche, en Europe, des ouvrages traitant du sadomasochisme pour enrichir sa bibliothèque.
    Joan appartient à une communauté de dominatrices, « The Domineering Sex » qui règne sur une écurie d'esclaves près de Los Angeles. Joan invite Marika à séjourner, avec son esclave Félix Gambiani, dans le ranch de la communauté. Marika y rencontre la blonde Carol, l'Indienne Jennifer, la Mexicaine Mantanilla, la diabolique Hadya et l'ingénieuse Cathy. Toutes différentes les unes des autres mais animées de la même passion : la domination du mâle.
    « Mon séjour, au ranch « Domineering Sex », se déroulait dans les meilleures conditions possibles. Le fait de changer d'esclave personnel toutes les semaines n'était pas pour me déplaire. Tous, jeunes ou vieux, étaient très doués et serviles au possible. La domination constante de six femmes différentes les unes des autres, toutes animées du même désir d'asservir le mâle et de le rendre malléable à n'importe laquelle de leurs exigences, donnait d'excellents résultats. »
    Dans le premier volume d'American SM, Marika Moreski avait dévoilé un visage intimiste et conjugal de la domination féminine aux États-Unis. Dans ce second volume, on découvre une autre facette de cet univers implacable : l'esclavage collectif et impersonnel au service des prêtresses du « Domineering Sex ».
    C'est en 1970 que Marika Moreski publia son premier roman Les Bêtes à plaisir. Son éditeur la présentait alors comme « un nouveau Sade en jupons ». Depuis, une vingtaine de romans ont vu le jour qui font autorité dans les milieux sadomasochistes. Fervente prêtresse de la domination féminine, cette svelte et brune jeune femme régnait alors sur une cour d'esclaves « triés sur le volet » selon ses propres termes.
    Collection Le Septième Rayon. L'idée centrale de cette collection est de tenter de se défaire d'une certaine image normalisée de l'érotisme. Des textes contemporains qui veulent tout simplement faire le point sur toutes les disciplines, un érotisme jubilatoire et dynamique traduisant une libido sans tabou ni interdit, impudique et libérée.
    Roman numérique, 120 pages, couverture en couleurs par Bill Ward.




  • Sophie, délicieusement provocante, mène de piquantes aventures qu'elle s'empresse de raconter à son ami et amant. Les charmes de cette femme, son naturel et son espièglerie promettent de pétillants récits...






    « La dernière aventure relatée n'était sans doute pas la moindre. »






    Le recueil comprend les textes suivants :
    - Sophie
    - Mouvements de grève
    /> - Lafayette nous dévoila
    - Quatre garçons dans le ventre







    Jean-Luc Manet, auteur de textes noirs, délaisse le macabre et le pessimisme avec ce premier récit érotique. Le contraste est surprenant : le récit est enjoué, émoustillant et léger comme une bulle de savon. Une veine qui sera à nouveau explorée dans une nouvelle du collectif Fantasmes 1.







    Collection e-ros & bagatelle, des récits érotiques tout en légèreté, des nouvelles délicatement excitantes !
    Des auteurs novices ou plus confirmés, tous amateurs d'érotisme, se donnent rendez-vous dans la collection e-ros qui se veut dynamique : des textes inédits, courts, érotiques et numériques adaptés à des lectures d'aujourd'hui, à parcourir avec délectation sur l'écran des liseuses, tablettes et autres smartphones sans oublier « les bons vieux » ordinateurs.



    Nouvelles numériques, 50 pages, couverture en couleurs illustrée par Virgilles.


  • La Soubrette

    Ian Cecil



    Une jeune fille est employée comme auxiliaire de vie chez une personne âgée et doit rendre des comptes à la fille de cette dernière, une « femme flic ». Obligée de porter un costume de soubrette, elle attire regards concupiscents et gestes déplacés et, à sa grande honte, apprécie le traitement qu'elle subit. Ce traitement se corse peu à peu.
    « La flic m'a dit qu'à partir de ce jour-là, ça allait changer. Et aussitôt, elle m'a demandé d'enfiler, comme je devrais le faire chaque matin, un costume de soubrette que je laisserais le soir en partant. Noir et blanc, fin, décolleté, jupette ultra-courte. Le genre de truc qu'on voit dans les boutiques sexy. »
    La Soubrette est suivi d'une autre nouvelle, Le Scorpion : Le Nouvel an fêté dans une prison ? L'occasion pour un homme de réaliser le rêve de sa femme, « de jouir ainsi, harnachée comme une esclave ». Le retournement de situation n'en est que plus spectaculaire...
    Après Initiation d'un soumis, Ian Cecil explore à nouveau à travers ces deux nouvelles le thème de la soumission.
    Collection e-ros D/s, des récits de domination et de soumission.
    Des auteurs novices ou plus confirmés, se donnent rendez-vous dans cette collection qui se veut dynamique : des textes inédits, courts adaptés à des lectures d'aujourd'hui, à parcourir avec délectation sur l'écran des liseuses, tablettes et autres smartphones sans oublier « les bons vieux » ordinateur.
    Nouvelle numérique, 42 pages, couverture en couleurs illustrée par Chairminator.

  • « Mais où avez-vous donc appris toutes ces bêtises que ma bonne éducation m'interdit de vous écrire ? » (extrait des Talons rouges de Corpus Delecta)


    À chaque rentrée, la collection e-ros offre un livre numérique afin de découvrir des extraits des titres à paraître. Ces titres d'août à novembre 2015 présentent un panel d'histoires érotiques : des récits, l'un historique , l'autre mythologique, tous deux illustrés, une nouvelle sur le thème de la domination, une nouvelle estivale très chaude, un roman captivant au retournement inattendu, un roman qui côtoie les genres de la fantasy et du roman policier et un recueil de lettres épicées.
    Ce titre contient des extraits de :


    - Lieu de cul(te) de Miss Kat


    - Le Maître de jet de Marie Laurent


    - Mon Chien Picchi de Vagant


    - La Vengeance de Junon - Figures mythiques 3 de Clarissa Rivière


    - 1-2-3 Frissons dans les de Jip


    - Pour l'amour de Cléopâtre - Figures mythiques de Noann Lyne


    - Les Talons rouges de Corpus Delecta
    Des auteurs novices ou plus confirmés, tous amateurs d'érotisme, se donnent rendez-vous dans la collection e-ros qui se veut dynamique : des textes inédits, courts, érotiques et numériques adaptés à des lectures d'aujourd'hui, à parcourir avec délectation sur l'écran des liseuses, tablettes et autres smartphones sans oublier « les bons vieux » ordinateurs.



    Nouvelles numériques, 64 pages, couverture en couleurs.

  • « ... J'ai succombé à vos charmes et je suis à votre merci. Si vous désirez pousser plus loin votre avantage, je suis à votre entière disposition, prêt à devenir un pantin entre vos jolies mains... car je vous aime, mademoiselle... je vous aime d'un amour qu'il me sera désormais impossible d'éteindre.
    Mes yeux flamboyants sont devenus durs, cyniques, cruels. Franck comprend qu'il est perdu, qu'il ne s'appartient plus qu'il est devenu, en quelques secondes, ma propriété exclusive. Il s'incline :
    « L'être ainsi illuminé d'amour, ne voit plus rien d'autre que le seul objet de sa passion et de sa folie. Ne craignez point quelques infidélités ! Ô femme exquise à la cruauté limpide. Ô vénération de mon âme avilie et prisonnière ; fière et despotique divinité au culte duquel mon coeur, gonflé aux sèves de la folie, saigne abondamment des larmes de joie sous la hautaine et méprisante pression de votre talon puissant ; croyez-vous vraiment, après ce que vous venez d'entendre qu'il existe une raison pour me barrer la route ? Non... Enchaînez-moi sans attendre et que ma fortune, ma renommée, ma dignité et tout mon être disparaissent à jamais, engloutis dans l'impudique mousson de vos ambitions, de votre beauté, de vos volontés et de vos haines. Rien ne m'importe : je vous aime et, pour cela même, il m'est indifférent que vous me haïssiez. »
    Roman numérique (eBook à télécharger), 157 pages, couverture illustrée par Bernard Montorgueil en couleurs.

  • Un récit étonnant, publié en 1798, qui constitue l'un des chefs-d'oeuvre de la littérature érotique française.
    Enthousiaste et voluptueux, « délirant et d'une obscénité inouïe » selon Apollinaire, ce roman raconte les aventures érotiques imaginaires de l'auteur et de sa fille Conquette Ingénue.
    On y retrouve tout le talent de Restif, sa passion pour l'inceste, son fétichisme, son goût pour les petits pieds et les chaussures fragiles. Point de tyrannie du plaisir, ici tout ce qui ravit est bon et bien : tout est volupté, amour et tendresse.
    Comme le titre de son livre et le ton de sa préface l'indiquent, Nicolas-Edme Restif de La Bretonne écrivit L'Anti-Justine, son oeuvre la plus célèbre, en réaction à la Justine de Sade, même si les « délices de l'amour » décrites par ce libertin contemporain de la Révolution française sont d'une extraordinaire amoralité.
    « Personne n'a été plus indigné que moi des sales ouvrages de l'infâme de Sade [...] Ce scélérat ne présente les délices de l'amour qu'accompagnées de tourments, de la mort même, pour les femmes. Mon but est de faire un livre plus savoureux que les siens et que les épouses pourront faire lire à leurs maris, pour en être mieux servies. »
    Collection L'Enfer de la Bibliothèque nationale de France créée par J.-M. Lo Duca.
    Enfer : « Partie fermée d'une bibliothèque où l'on tient les livres licencieux, interdits au public. » (Larousse 1966).
    Roman numérique illustré, 248 pages, augmenté de 12 aquatintes libres par Le Loup, reproduites en héliogravure, couverture en couleurs. (Enfer de la BnF, cote n°1084).

  • Je viens de recevoir le courrier d'une jeune femme qui m'a été présentée l'année dernière, je crois. Je la connais donc un peu. J'avais alors remarqué sa grande beauté. Elle me prie de publier la lettre qu'elle m'envoie. J.- P. M. « J'ai voulu fa

  • La réalité dépasse souvent la fiction. Ce récit est l'histoire à peine romancée du dressage d'une toute jeune femme que son inflexible Maîtresse a décidé d'offrir à son futur époux en cadeau de noces. Le soir de leur mariage, il la déflorera.
    La jeune soumise acceptera son état, ils auront alors droit de vie et de mort sur elle. Ce roman passionnera tous celles et ceux qui goûtent les scènes d'amour et de violences où le chevreau glacé offre mieux, avec ses reflets inquiétants, les corps enchaînés aux morsures du fouet.
    « L'homme hésitait, mais le scénario avait été bien monté... Catherine finissait de relacer sa chaussure et, chastement, rabaissait sa jupe trop courte sur ses cuisses jointes, en regardant ailleurs, alors que Sophie, elle, avait entrepris un balancement des hanches, très lascif... » L'idée centrale de cette collection de « petits romans » clandestins des années 1960 est de tenter de se défaire d'une image normalisée de l'érotisme. Des textes contemporains qui veulent tout simplement faire le point sur toutes les disciplines, un érotisme jubilatoire et dynamique traduisant une libido sans tabou ni interdit, impudique et libérée.

    Roman numérique, couverture en couleurs.



  • La domination féminine, masculine, tous les fétichismes et toutes les perversions sont représentées dans cet album, sans la moindre retenue et avec pour seules constantes l'humour noir et une sexualité exacerbée.
    Ils se ressemblent.
    C'est normal, ils sont jumeaux.
    Pourtant, il y a entre eux une différence, celle que la coutume fait appeler « la petite différence ».
    Lorsque leur père meurt dans des circonstances très particulières. Ludovic et Belinda se trouvent séparés et confiés à deux étranges préceptrices.
    Sébastienne Le Bourget se dévoue entièrement à l'éducation de Ludovic. Elle s'y consacre d'autant plus ardemment que cela lui permet de jouir de la moitié de la fortune qui doit revenir un jour à son protégé.
    /> Mais lorsqu'on sait qu'une clause du testament précise qu'elle doit demeurer absolument chaste, on comprend mieux l'enthousiasme qu'elle accorde au jeune garçon.
    Débordantes de sensualité, toujours revêtues de plus incroyables parures de cuir, bourreaux ou victimes, les créatures de Bill Ward exhibent avec nonchalance leurs charmes stupéfiants et nous coupent le souffle.
    Bill Ward est l'un des plus prolifiques illustrateurs américains. Spécialiste des couvertures en couleurs et dessinateur humoriste sous le nom de Bill Ward, il est le dessinateur anonyme mais facilement reconnaissable d'une multitude d'illustrations érotiques parfois roses, le plus souvent cruelles, mais toujours acerbes et pleines d'humour. Bartholomew Keister, Américain exilé en Irlande, passionné par la langue française et l'argot, est l'auteur de plusieurs ouvrages d'aventures érotiques à la fois mouvementées et violentes.
    Collection Vertiges Passions créée par Robert Mérodack.
    Roman graphique, 62 pages, 120 illustrations en noir et blanc in-texte et hors-texte de Bill Ward, couverture mise en couleurs par May.

  • L'« Esthetic Shop » : Mesdames et leurs esclaves, souteneurs en jupons et call-slave-boys.

    « Je vous expliquerai, en quelques mots, le fonctionnement de notre petite organisation, simple au demeurant puisque s'appuyant sur des bases qui existent depuis l'antiquité celles de la prostitution ! »

    Sur le conseil d'un ami lecteur, notaire et fervent adepte de la domination féminine, Marika fait, pour son prochain roman, un reportage en immersion dans le monde de la prostitution masculine à destination des femmes.
    Elle recueille la doctrine des deux jeunes femmes qui animent l'« Esthetic Shop » et écoute les rapports des hommes loués, pour une heure, un jour, une semaine ou plus, à des femmes assoiffées de domination.
    />
    « Oh c'est divin ! dit-elle en s'empourprant. Cette façon que vous avez de traiter les hommes, de les considérer comme des objets à votre disposition... et cette merveilleuse manière de faire l'amour avec des femmes en utilisant les mâles comme exutoires à vos désirs. »

    C'est en 1970 que Marika Moreski publia son premier roman Les Bêtes à plaisir. Son éditeur la présentait alors comme « un nouveau Sade en jupons ». Depuis, plus d'une vingtaine de romans ont vu le jour qui font autorité dans les milieux sadomasochistes. Fervente prêtresse de la domination féminine, cette svelte et brune jeune femme régnait alors sur une cour d'esclaves « triés sur le volet » selon ses propres termes.
    Collection Le Septième Rayon. L'idée centrale de cette collection est de tenter de se défaire d'une certaine image normalisée de l'érotisme. Des textes contemporains qui veulent tout simplement faire le point sur toutes les disciplines, un érotisme jubilatoire et dynamique traduisant une libido sans tabou ni interdit, impudique et libérée.

    Roman numérique, 160 pages, couverture en couleurs illustrée par Bill Ward.



  • Des activités, des professions qui suscitent des fantasmes... Tel est l'objet de la série Fantasmes.
    Après un premier recueil de nouvelles érotiques, portant sur les personnages de l'hôtesse de l'air et du surfeur, la collection e-ros propose deux nouvelles figures dans cet opus de l'été 2016 : l'auto-stoppeuse et le musicien. Neuf textes le composent.
    L'AUTO-STOPPEUSE
    Le Blues du camionneur de RosaBonnet. Sexy, les auto-stoppeuses ? RosaBonnet campe dans Le Blues du camionneur un personnage féminin loin de ce stéréotype. Et pourtant...
    L'Inspirateur de Noann Lyne. Et s'il fallait expérimenter pour écrire ? Cela ne coûte rien d'essayer, d'autant que la mélancolie est grande et que toute distraction est la bienvenue.
    Sortir du brouillard de Jean Darmen. Deux femmes, au tournant de leur vie, sont coincées sur la route à cause du mauvais temps. Comment sortir du brouillard, au sens propre comme au sens figuré ?
    Itinéraire bi de Fêteur de trouble. Une jeune femme est prise en stop. La conductrice est attirée par les charmes de sa passagère.
    Ces fossés qui nous rapprochent de Fêteur de trouble. Une conductrice se remémore les aventures survenues lorsqu'elle faisait de l'auto-stop.
    LE MUSICIEN
    Des Mains de pianiste de Louise Laëdec. Un nouveau voisin, pianiste de surcroît. Béatrice fantasme sur ses longues mains en l'écoutant jouer...
    Un récital irrésistible de Wen Saint-Clar. Une aventure sentimentale ? Le grand amour peut-être ? Les signes, indiscutables, sont là, du moins le croit-elle.
    Guitar Hero de Monsieur K. Ses fans l'adulent et ne demandent qu'à partager un moment d'intimité avec lui. Mais le guitariste arrogant se lasse de ces conquêtes faciles. Dans un bar, il rencontre une jeune femme d'allure excentrique, qui semble ignorer qui il est.
    Le Chef d'orchestre de Jip. Ses oeuvres lyriquo-pornographiques enthousiasment le public. Sa prochaine création aurait été grandiose s'il n'avait pas souhaité garder les orgasmes de la cantatrice Grace Eugénie pour ses seules oreilles. Succès et déchéance d'un artiste qui se juge hors pair.
    Collection e-ros & bagatelle, des récits érotiques tout en légèreté, des nouvelles délicatement excitantes !
    Des auteurs novices ou plus confirmés, tous amateurs d'érotisme, se donnent rendez-vous dans la collection e-ros qui se veut dynamique : des textes inédits, courts, érotiques et numériques adaptés à des lectures d'aujourd'hui, à parcourir avec délectation sur l'écran des liseuses, tablettes et autres smartphones sans oublier « les bons vieux » ordinateurs.
    Nouvelles numériques, 166 pages, couverture en couleurs illustrée par Chairminator.



  • Le bonheur, c'est de dominer, de faire peser un joug incessant de désirs baroques, de caprices inavouables...
    « Le mâle est une machine ou un objet, comme vous voudrez, pour lequel il convient de suivre scrupuleusement le mode d'emploi. Or ce mode d'emploi comporte quatre règles fondamentales qu'il faut appliquer strictement si l'on veut que la machine tourne à plein rendement :
    La première de ces règles c'est d'imposer la peur par la sanction. Le mâle doit toujours se sentir à la merci d'une punition corporelle. Pour la plus petite incartade, la moindre erreur...
    La nourriture du mâle est la seconde règle à laquelle il ne faut pas déroger. Un homme trop bien nourri s'empâte vite, devient lent, perd ses réflexes et ses réactions et devient une machine qui fonctionne au ralenti...
    Interdire tout soupçon de confort au mâle mais utiliser son inconfort pour satisfaire vos aises propres est un théorème qui résume fort bien la troisième règle d'or...
    Quant à la quatrième forme de la suprématie féminine, elle est purement d'essence sexuelle. La femme a un corps qui est magnifique et qui mérite qu'on lui rende un culte de tous les instants. Le mâle qui est l'esclave de la volonté de sa maîtresse doit l'être aussi de son corps... »
    Collection Le Septième Rayon, un érotisme jubilatoire et dynamique traduisant une libido sans tabou ni interdit, impudique et libérée.
    Roman numérique, 248 pages, couverture en couleurs illustrée par Bill Ward.



  • Ce recueil propose trois nouvelles inédites de Marika Moreski écrites au début des années 2000, illustrées de quatre dessins originaux :
    Pensionnat pour jeunes filles, le témoignage d'une soubrette-mâle prénommée Sissy par sa Maîtresse Natacha.
    Barbecue chez Natacha, les confessions de Sissy, soubrette travestie, confiées à Marika Moreski.
    Et Le Repos de la guerrière, le récit d'une jeune et belle dominatrice qui rentre chez elle après un très long voyage, elle retrouve son mari-esclave...
    C'est en 1970 que Marika Moreski publia son premier roman Les Bêtes à plaisir. Son éditeur la présentait alors comme « un nouveau Sade en jupons ». Depuis, une vingtaine de romans ont paru qui font autorité dans les milieux sadomasochistes. Fervente prêtresse de la domination féminine, cette svelte et brune jeune femme régnait alors sur une cour d'esclaves « triés sur le volet » selon ses propres termes.
    Aujourd'hui nous publions ce premier recueil de trois nouvelles inédites illustré de dessins, un second suivra très prochainement.
    Collection Le Septième Rayon
    L'idée centrale de cette collection est de tenter de se défaire d'une certaine image normalisée de l'érotisme. Des textes contemporains qui veulent tout simplement faire le point sur toutes les disciplines, un érotisme jubilatoire et dynamique traduisant une libido sans tabou ni interdit, impudique et libérée.
    Nouvelles numériques, 52 pages, 4 illustrations en noir et blanc en hors-texte et couverture en couleurs.

  • Irène et son esclave : celle qui veut par sa beauté et sa volonté exercer sa domination sur les hommes - au moins sur l'un d'eux ; celui qui par sa faiblesse accepte le joug féminin et croit s'en délecter.
    « Elle jura de se venger : elle s'engagea solennellement à faire payer à des derrières d'hommes l'humiliation et la correction qu'elle venait de subir par la force et, pensait-elle, par un inadmissible abus de pouvoir...Elle résolut d'être une dominatrice, une dompteuse d'hommes, qu'elle traiterait à coups de cravache, comme des esclaves. »
    « Notre jeune passionné rêvait donc d'être fouetté par une femme, et même d'être dominé par elle, de lui témoigner un attachement comme en ont parfois les esclaves et les chiens pour leurs maîtres qui les battent. »
    Cette collection des années mille neuf cent trente est exclusivement consacrée à la flagellation, à l'éducation anglaise, à la clystérophilie et à la domination féminine. Ces ouvrages érotiques ont été écrits par des auteurs prestigieux sous de délicieux pseudonymes et sont illustrés par les meilleurs dessinateurs de l'époque.
    Collection des Orties Blanches.
    Roman illustré numérique (eBook à télécharger), 160 pages, orné de 8 illustrations en hors-texte de Davanzo, couverture en couleurs.

empty