ÉLP éditeur

  • Avec Le chevalier à la canne à pêche, nous sommes au coeur d'un innombrable dispositif d'existence de la littérature fantasy. Le monde est peuplé de formes de vies diverses : des fées, des harpies, des gnomes, des farfadets, un dieu, des géants, des morts-vivants, des revenants cycliques, des anges, des humains, des gorgones et un tas d'autres figures indéfinies. Tous ces « gens » coexistent pour le meilleur et le bien pire. La violence est omniprésente. Violence belliqueuse, violence des passions, violence de la vulgarité, violence de la magie, violence des poussées de nationalité, même. Et c'est le grand conflit intercontinental. Un puissant archange oeuvre avec ses fantassins et ses angelots kamikazes à envahir le continent sur lequel notre oeil se pose. Un Oracle oeuvre à le défendre. Un groupe d'hirsutes compagnons et compagnes sont en quête. Et roule le tonnerre de la vie et du cycle de la guerre, ni bons ni méchants, juste... étants. Cet ouvrage échevelé, picaresque, bigarré, pourléchant, fantasy en un mot, fonctionne comme une bande dessinée ou un jeu vidéo. Le scénario en est solidement ficelé, savoureusement cohérent. L'écriture est à la fois grandiose et précise. Les scènes d'action sont enlevantes, magistralement peintes, superbement dirigées, magnifiquement visualisables. Les personnages sont attachants. Ils ont une psychologie, ce qui est loin d'être un luxe au sein du contexte en cause. Voici incontestablement une occasion de bien jubiler, dans l'épanouissement d'un genre immense qui établit cette solide jonction entre le fantastique contemporain et les vieux contes folkloriques que nous narraient autrefois les bonshommes et les bonnes femmes sans dents autour du feu de camp ou sous la tente clanique. Oui, oui, c'est magique : les pages se tournent toutes seules... À l'âge de 33 ans, à l'occasion d'une longue convalescence, Guilhem se met sérieusement à sa passion d'écrire et trouve en un an un éditeur pour son premier roman écrit dans le genre Soft SF et intitulé La plante verte. Il s'improvise aussi scénariste et DonJon Legacy, une série de Bad Fantasy, commence à être diffusée en 2016. Le chevalier à la canne à pêche, le deuxième roman de Guilhem, s'inscrit dans le même genre, mais est une histoire bien distincte de sa série. Guilhem s'amuse toutefois à faire s'y croiser des éléments et personnages de ses deux univers.

  • Objectif numéro 1 : trouver et ramener un sorcier pouvant éradiquer les créatures métalliques qui pullulent et détruisent la forêt de Brocéliande et ses habitants.
    Objectif numéro 2 : tuer Élise !

    Laure Bénédicte nous livre ici un roman mi-fantasy mi-réaliste parfaitement savoureux. L'histoire, dans toute sa complexité, est magistralement dominée. Le récit est enlevant. Les personnages sont irrésistibles. Et par-dessus tout, c'est une femme qui tient la plume. Élise, Eliott et Jade (au plan virtuel), Julie, Raphaël et Alexia (au plan réel), et tous les autres, nous le feront sentir à chaque instant, au fil de ce roman picaresque, sentimental, prométhéen et passionnant.

  • Les deux premiers objectifs n'ont pas été atteints : toujours pas de sorcier dans Brocéliande, toujours plus de créatures. Et Élise, qui est toujours en vie, se trouve quelque part... Dans Brocéliande, les êtres s'émancipent de leurs créateurs et les centaures vont émettre des théories, beaucoup trop peut-être. Les répercussions pourraient être dramatiques, tant dans Brocéliande que chez Oméga plus. D'ailleurs chez Oméga plus, c'est l'effervescence... Une bonne nouvelle les attend, mais aussi une journaliste un peu curieuse qui va remuer la poussière. Les retombées vont-elles être positives ?
    Laure Bénédicte nous livre ici un roman mi-fantasy mi-réaliste parfaitement savoureux. L'histoire, dans toute sa complexité, est magistralement dominée. Le récit est enlevant. Les personnages sont irrésistibles. Et par-dessus tout, c'est une femme qui tient la plume. Élise, Eliott et Jade (au plan virtuel), Julie, Raphaël et Alexia (au plan réel), et tous les autres, nous le feront sentir à chaque instant, au fil de ce roman picaresque, sentimental, prométhéen et passionnant.

  • Laure Bénédicte nous livre ici le troisième volet de la trilogie Créatures, fiction enlevante mi-fantasy mi-réaliste. Le suspense y reste entier. Dans le monde virtuel du jeu vidéo Créatures, il est désormais tout à fait possible de mentir, d'aimer, de pardonner et de prendre des initiatives, heureuses ou malheureuses. Tout y évolue d'une manière de plus en plus aléatoire et imprévue. Dans le monde humain non-virtuel, d'étonnantes similitudes entre ce jeu d'Oméga Plus et un jeu analogue intitulé Pandora, en cours de création chez Xtrème, une entreprise concurrente, suscite une tempête conflictuelle qui vire ouvertement à l'intrigue policière. Qu'en sera-t-il de la finalisation de cette double quête ? Que livrera le jeu vidéo en cyber-dérapage et quelles seront les conclusions de l'enquête et de la poursuite pour plagiat le concernant ? Dans un monde comme dans l'autre, à un niveau comme à un autre, est-il encore possible de survivre la tempête de la vie, virtuelle ou réelle, sans que ne s'accentue inexorablement la fatale connexion entre ces deux plans ?
    Après Contrôle (Le monde d'Élise) et Halte (La cité des ombres), Supprimer (La cicatrice de l'ange) est le troisième et dernier volume de cette trilogie réunie sous le titre de Créatures.

  • « Lorsqu'il fut établi que personne ne serait en mesure d'empêcher l'Armée de Secours de foncer dans le tas tête baissée, les soldats expérimentés d'Asia les prirent de vitesse. Ils se sacrifièrent pour réussir une percée dans les défenses ennemies. La plupart d'entre eux furent cueillis en pleine charge par les armes de jet de l'Élysée. Leur mort permit de créer une petite brèche dans laquelle la horde de femelles s'engouffra, massacrant à tour de bras, de l'intérieur, les forces de l'Élysée. C'était comme si des siècles à contenir leur animalité derrière des sourires charmeurs, une coquetterie forcée et des putains de cérémonie du thé à la con explosaient tels des pieds bandés lotus d'or enfin libérés. De mémoire militaire, jamais on ne vit un tel carnage sur un champ de bataille. »

    Dans cette suite du Chevalier à la canne à pêche, l'écriture de Guilhem est un triomphe de la rencontre de l'Heroic Fantasy et de l'humour. Savoureusement imaginatif et d'une qualité d'évocation remarquable, son récit nous emporte dans cette mascarade lumineuse où tout est possible et où la surprise de lecture, atterrée et joyeuse, est omniprésente. L'imagination débordante de cette saga titanesque pousse, comme irrésistiblement, à une lecture dévoratrice. Guilhem signe là un deuxième tome à sa Saga de l'Antévers à la hauteur de nos espérances les plus folles.

empty