Sciences humaines & sociales

  • Grande fresque épique de fantasy inspirée des romans de George R. R. Martin, Game of Thrones, diffusée depuis 2011, est certainement la série la plus vue au monde. Pour beaucoup, cette fascination pour un univers médiéval dont les protagonistes craignent la venue d'un long hiver apocalyptique fait écho aux angoisses contemporaines concernant le dérèglement climatique causé par l'activité humaine.

    George R.R. Martin n'a pas été le premier auteur à utiliser la fantasy pour parler des dérives du monde moderne et d'écologie. À bien y regarder, le genre du merveilleux contemporain développé à la fin du XIXe siècle en Grande-Bretagne a constamment servi d'outil pour critiquer la société industrielle.

    William Blanc est historien spécialiste du médiévalisme et de la culture populaire. Il est notamment l'auteur de Super-Héros, une histoire politique (Libertalia, 2018) et Le Roi Arthur. Un mythe contemporain (Libertalia, 2016). Il a également contribué au Dictionnaire de la fantasy (Vendémiaire, 2018).


  • L'épopée de Zhang Qian, le premier homme qui parcourut la route de la soie. Basé sur des faits réels et historiques.

    Au deuxième siècle avant notre ère, un jeune homme fougueux monte sur le trône de l'empire des Han (la Chine actuelle). Décidé à briser la politique de paix et d'amitié entretenue par ses prédécesseurs avec les Xiongnu, les redoutables barbares des steppes septentrionales, il envoie un émissaire vers les contrées inconnues de l'Ouest, en quête d'une alliance pour affronter ses ennemis.
    Zhang Qian, un officier de la garde impériale, géant naïf et téméraire, part à la tête d'une ambassade de cent volontaires, guidé par Ganfu, un esclave xiongnu expert en chevaux.
    Les récits qu'il fera à l'empereur de son incroyable périple bouleverseront l'histoire du monde, en entraînant l'expansion de la Chine vers l'ouest et en ouvrant une voie qui reliera les deux moitiés du monde : la route de la soie.

  • Le jour de la Saint-Jean-Baptiste, à huit jours des calendes de juillet, en l'an de disgrâce 1348, la Bête immonde à la face hideuse nous avait saisi la main.
    Le Mal noir rôdait autour de nous depuis trois ans, entraînant dans son sillage criminels et innocents.
    La pestilence ravagea la baronnie, la comté de Pierregord et les royaumes les plus lointains de l'Occident à l'Orient. Du Sud au Nord. En moins d'un an un feu sur trois disparut à tout jamais.
    Simple écuyer du baron de Beynac, je franchis les quelques lieues qui nous séparaient de sa seigneurie de Commarque pour rejoindre enfin, par des voies souterraines, ma douce mie Isabeau de Guirande et poursuivre mon enquête criminelle.
    /> Après avoir risqué ma vie et celle de mes compains de route à moult reprises, et franchi des obstacles que nous pensions insurmontables, mon fidèle ami, Arnaud de la Vigerie, disparut dans d'étranges circonstances. Je pris le commandement de la place à charge de la mieux remparer pour déboter un assaut anglais. En poursuivant mes investigations sur l'origine criminelle de la pestilence, je fus à nouveau victime de tentatives de meurtre et me heurtai à une épouvantable conspiration du silence.
    D'aucuns la baillèrent de leur vie dans d'atroces souffrances pour m'avoir mis sur la voie d'un incroyable secret.
    Alors que j'envisageai de signer le pacte du Diable avec la trop belle châtelaine de Guirande, l'épouse du baron de Beynac, j'appris trois nouvelles stupéfiantes.
    Des pans entiers de ma vie vacillèrent alors.
    De grâce, aidez-moi à trancher les têtes de l'Hydre de Lerne et à percer le mystérieux secret de l'Ordre du Temple.
    Pour découvrir l'emplacement du fabuleux trésor des hérétiques albigeois. Caché depuis plus d'un siècle.

    Bertrand Brachet de Born "Chevalier bachelier"

    « À nouvel éditeur privilège de la fraîcheur, pour un roman qui n'a rien d'un produit formaté. L'auteur a pris le temps de s'imprégner de la grande et de la petite histoire et de la langue occitane, pour mieux les oublier et les réinventer avec une spontanéité et une verdeur de langage qui font tout le charme, la fluidité et l'originalité de son livre. À suivre. » Historia juillet 2006


  • Voulez-vous savoir ce qu'il y a après la Vie ?

    C'est l'ultime secret des Templiers et des Cathares. En pleine guerre de Cent Ans, Bertrand Brachet de Born, négocie habilement à l'automne de l'an de grâce 1348 un traité avec le lieutenant général des armées anglaises en Guyenne.
    Suite au ralliement d'un chevalier gascon à la cause des Lys, il apprend avec stupéfaction que sa soeur, Isabeau de Guirande, serait détenue par le sire de Castelnaud de Beynac, l'un de ses pires ennemis pour faire avouer à son ultime détentrice l'incroyable secret que les Cathares auraient autrefois partagé avec l'Ordre du Temple.

  • Phnom Penh, mars 2009. Kaing Guek Eav, plus connu sous le nom de Douch, responsable de la torture et de la mort de plus de 12 000 victimes à la prison de Tuol Sleng (S-21), est seul derrière une vitre insonorisée : seul face à la justice internationale, seul face aux familles de ses victimes, seul peut-être plus que tout face à lui-même, à l'étendue d'un crime impossible à sonder, impossible à pardonner. Le maître des aveux est une saisissante évocation de son destin, mais aussi de l'étonnante « comédie humaine », tour à tour bouleversante et déroutante, qui s'est déroulée autour de son procès. Thierry Cruvellier est le seul journaliste français qui a assisté à la totalité de ce procès, du premier au dernier jour, qui a vu un événement remarquable et peu noté : pour la première fois devant un de ces tribunaux, un accusé qui reconnaissait sa responsabilité personnelle dans des crimes innommables, plaidait coupable et demandait pardon aux victimes, était à la barre pendant six mois à essayer d'expliquer et de s'expliquer. Ce procès allait-il se dérouler à contre-courant des attentes et apporter enfin, pour la première fois, apaisement aux victimes ? Allait-il dessiner la figure d'un bourreau « différent » ? Allait-il jouer ce rôle toujours attendu et jamais réalisé de « procès pour l'histoire » ? C'est la tragédie particulière, jusqu'à son coup de théâtre final, du procès du génocide khmer rouge qu'il n'en ait, en fait, rien été, et que le bouleversement des rituels attendus ait provoqué des moments d'une intensité exceptionnelle, des scènes d'une émotion considérable, des joutes médiocres et magnifiques - et au final une amertume profonde chez tous les acteurs de cette pièce. Il fallait pour écrire ce livre un ensemble de qualités presque impossible : une connaissance, une expérience, une discrétion, mais surtout, tout simplement un talent doublé d'une humanité profonde.

  • Ian Flix propose d'organiser un tournoi de tsumari pour distraire ses amis, tout juste remis de la tempête qui a manqué d'envoyer leur navire par le fond. Sept équipages, recrutés à Port-Royal, acceptent de se joindre à eux sur une île déserte de la mer des Caraïbes. Mais à peine installés sur la plage, ils sont brusquement abordés par treize pirates sortis d'outre-tombe qui les défient en gageant leur fabuleux trésor. Mais peut-on vraiment faire confiance à des revenants squelettiques animés par le pouvoir d'une malédiction ? Et si leurs véritables intentions étaient de tendre un piège à ces marins pour les entraîner à tout jamais dans le séjour des morts ?
    Diplômé d'un doctorat en Sciences de la religion de l'Université de Montréal, Alain Ruiz est auteur de plusieurs romans et guides pratiques vendus à plus de 130 000 exemplaires, dont la série La ligue des pirates (Ian Flix) qui a connu un vif succès au Québec et Les chroniques de Braven Oc également adaptées en BD. Alain Ruiz est marié et père de 3 enfants.

empty