• Avant l'envol, l'amant étreint la taille de sa partenaire et plaque son ventre contre le sien. Un bras s'élance, une jambe fléchit. Prompts, décidés, les yeux dans les yeux, en équilibre sur la pointe des pieds, ils se lovent autour d'un axe imaginaire, un balancier qui les transperce et les unit. Ils virevoltent, folâtrent, s'étirent simultanément - écartelés - comme un seul corps (Sollers y voit une fleur, un papillon) qui bâillerait de faim. Arc-boutés l'un contre l'autre, cuisse contre cuisse, ils écartent les jambes comme on écarte celles d'un compas, font des grâces - toute la préciosité de ce petit pied qui s'élance renvoie à la préciosité du bout du doigt qui pousse le verrou comme on soulève délicatement une tasse de thé. Ils pivotent : s'aviseraient-ils de faire la roue ? C'est ainsi qu'on exécute une danse ; mais s'agira-t-il d'une gaillarde, d'une gigue ou d'un passe-pied ? Peu nous en chaut : le pinceau les emporte, comme il emporte le peintre, avec toute l'énergie de la passion.

  • Poète de l'Art d'aimer du temps », voilà comment les Goncourt définissent Jean-Honoré Fragonard (1732-1806), un des artistes les plus importants de sa génération, qui a pourtant failli plonger dans l'oubli, dépassé par l'influence grandissante du mouvement néo-classique dans la deuxième moitié du XVIIIème siècle. Peintre de l'amour et de la volupté, il a également donné naissance à une oeuvre riche et plurielle ; peintures historico-mythologiques, scènes galantes et religieuses, portraits et paysages, le génie de Fragonard ne connaît ni école ni contrainte. De son geste rapide et aérien, il capture l'essence de son époque, une douceur de vivre et une insouciance propres à l'Ancien Régime, illustrant de la plus belle des manières un certain esprit français, à la fois raffiné et décadent.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Parce que le musée du Louvre est le plus important du monde, qu'il est facile de se perdre parmi les centaines de peintres et les milliers de peintures qui y sont exposés, nous avons décidé de créer un outil de référence pour une visite réussie.
    Ce deuxième tome couvre la peinture des écoles françaises au musée du Louvre, c'est-à-dire celles qui sont exposées un peu dans l'aile Richelieu et dans toute l'aile Sully. Il a été précédé d'un tome sur la peinture d'Europe du Nord (aile Richelieu) et est suivi d'un tome pour la peinture italienne et espagnole (aile Denon).
    Cet ouvrage est aussi en pratique un cours d'Histoire de France, telle qu'elle a été vue par les peintres choisis par les rois et empereurs qui ont fait la France de 1350 à 1870.
    o Pour que vous soyez acteur de votre visite au musée du Louvre, pour rendre celle-ci plus riche et plus réussie,
    o pour visiter à votre guise en fonction du temps que vous avez et selon l'itinéraire que vous souhaitez,
    o pour éviter de sortir du musée en étant frustré de ne pas avoir vu ce que vous auriez aimé voir,
    emportez vos guides du musée du Louvre sur votre tablette.
    Ils vous permettent de préparer votre visite, il sont vos compagnons en face des tableaux, vous apportent informations et anecdotes, et vous permettent de retour chez vous de prolonger ces moments de plaisir.
    Retrouvez les tableaux de plus de 80 peintres, 600 tableaux évoqués, plus de 460 tableaux illustrés, avec des reproductions agrandissables en plein écran (et plus pour étudier un détail), aucun livre papier ne vous donne une telle richesse d'information.
    Ce guide VisiMuZ vous donne une vision d'ensemble de la peinture des écoles françaises au Louvre. Il est nomade, rapide à télécharger, ne nécessite ensuite aucune connexion.
    Les livres numériques beaux-arts de VisiMuZ sont innovants, complets, simples, pratiques. Nativement numériques, ils profitent pleinement des avantages du support (navigation intuitive, recherche textuelle, police adaptée à la vue du lecteur, annotations, etc.)

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Le nu féminin dans la peinture européenne. Tome 3 Nouv.

    Cet ouvrage est une étude historique du Nu féminin dans la peinture européenne. Le lecteur est convié à un voyage à la fois sérieux et plaisant dans l'histoire de la beauté, inséparable de l'Histoire tout court.

    Un voyage dans le temps et l'idée de la beauté.

    L'esprit de l'ouvrage repose sur deux piliers :
    - le plaisir de regarder. L'un des objectifs est de donner du plaisir à regarder et à admirer ces compositions, ces dessins, ces couleurs, ces modelés. « Le but de l'art, c'est la délectation. » a écrit Nicolas Poussin. Nous avons voulu, contrairement à nos prédécesseurs, plus d'exhaustivité dans l'iconographie. Aussi avons-nous inséré plus de 1350 illustrations (dont 340 dans ce tome 3). L'ouvrage que nous avons ici réalisé correspond ainsi à quelque chose d'inédit.
    - les clés de lecture. Daniel Arasse a écrit : « Que fait un tableau classique ? Il transforme un texte de référence en image [...] On n'apprend rien par une image. » Le plaisir est plus grand lorsqu'à celui de l'émotion se mêle celui de la raison, et nous avons ajouté à cette fin de nombreux commentaires.
    Notre voyage dans les images est aussi un voyage dans les textes et la pensée dominante de chaque époque, et dans la définition de la beauté. Nous avons privilégié pour les chapitres un cheminement chronologique puis géographique. Il ancre les nus par rapport à la personnalité des artistes, leur temps, leur contrée et leur contexte. Quels en étaient les enjeux dans ces sociétés ? Les spécificités des oeuvres sont mieux mises en lumière, de même que les personnalités des créateurs. Que seraient Botticelli sans les Médicis ou Cranach sans Luther ?
    o L'importance du sujet nous a conduit à découpler l'ouvrage en trois tomes, qui comportent au total 10 chapitres :
    1. Aux origines de la représentation du nu
    2. Le nu dans la société du Moyen Âge
    3. Débuts de la Renaissance italienne et flamande
    4. Définir la beauté, de Savonarole et Alexandre VI à Luther et Clément VII
    5. Une parenthèse enchantée en Italie du Nord et en Allemagne
    6. Le Maniérisme (Florence, Fontainebleau, Anvers, Prague)
    7. Le nu catholique et la Contre-Réforme
    8. Le nu au XVIIe en terre protestante
    9. Quand le roi prime sur l'Église au XVIIIe
    10. Après la Révolution
    Notre limite a été celle de la géographie. Cette histoire du nu est circonscrite à notre culture européenne. Les nus de Boucher sont les descendants directs de ceux de Rubens et Titien, mais ils n'ont rien en commun avec les déesses de l'Asie, et ne partagent pas avec elles les mythes de Danaé ou de Léda. Une autre limite est celle de la technique artistique. Malgré quelques détours du côté du dessin, de l'enluminure ou de la sculpture, nous avons concentré l'étude sur la peinture. Le sujet serait sinon devenu trop vaste. Ce tome 3 comprend les chapitres 9 et 10.

  • Talleyrand, Théroigne de Méricourt, Marat, Mme Tallien... Ces personnages illustres de la Révolution menèrent -qui en douterait ? - leur vie amoureuse avec autant d'ardeur que le combat patriotique. Tous les quatre aimèrent, avec passion, inconscience ou rage. Si Talleyrand, bien qu'évêque et boiteux, égala en galanterie l'irrésistible Mme Tallien qui fut à l'origine de la chute de Robespierre, Marat et Théroigne de Méricourt connurent de ces amours terribles qui font basculer une vie vers le tragique. Cyniques, séduisants ou sanguinaires, leur histoire aventureuse est aussi celle d'une révolution où la légèreté fut parfois de mise. Les Jupons de la Révolution : quatre récits allègrement troussés qui ne dévoilent pas seulement les charmes secrets de quelques très belles dames...

empty