Calmann-Lévy

  • 61 heures

    Lee Child

    Dakota du Sud, plein hiver, température polaire et blizzard infernal. Perdu dans ce désert d´un blanc aveuglant, un bus rempli de seniors tente de rallier la bourgade de Bolton. Mais après avoir évité une collision, le chauffeur, pourtant expérimenté, ne peut redresser son véhicule qui fi nit encastré dans une congère. L´ex-policier de la marine Jack Reacher, qui se trouvait lui aussi dans le bus, propose son aide aux autorités locales pour évacuer ses vieux copassagers dépassés par l´accident. Sauf que Bolton abrite l´une des plus grandes prisons des États-Unis et que la révolte y gronde. Et qu´un chef de gang de motards, arrêté pour trafi c de drogue, attend son procès avec ses bikers menaçant d´enlever le seul témoin du deal, la bibliothécaire Janet Salter.
    Encore une fois, Jack Reacher propose son aide... et se retrouve embarqué dans une histoire où gangsters, policiers corrompus, trafi c de drogue international et tueur en liberté cachent une réalité d´une violence grandissante. Un problème pour Reacher ? Pas sûr...

  • Le lauréat du prestigieux Premio Campiello nous entraîne sous les feux de la guerre et de la passion, dans la veine des chefs-d´oeuvre de Luchino Visconti (Le Guépard, Les Damnés). Novembre 1917. L´armée italienne recule face à l´offensive autrichienne. Les Spada habitent un domaine près du Piave, dans le nord de l´Italie, qui se voit réquisitionner par des soldats ennemis. Le viol de jeunes villageoises déclenche chez eux un sentiment de révolte patriotique. Tous les membres de la maisonnée résisteront à leur manière : le narrateur, Paolo, orphelin de dix-sept ans élevé par ses grands-parents paternels ; le grand-père original et désabusé et son épouse, grande dame qui refuse de se laisser impressionner par la soldatesque ennemie ; Teresa la fidèle cuisinière femme du peuple, et sa fille de vingt ans Loretta la simplette ; le gardien du domaine Renato qui se révèle vite être un agent des services de renseignement de l´armée italienne ; la tante Maria, belle femme émancipée et décidée ; et enfin Giulia, vingt-cinq ans, libre, à la réputation sulfureuse, et dont la beauté provocante fascine le narrateur. Derrière la chronique de cette occupation, des vexations et abus de pouvoirs petits et grands, Andrea Molesini raconte aussi les intrigues amoureuses qui se nouent entre les personnages. Action et psychologie se mêlent dans ce formidable portrait de famille. Un récit de guerre et une quête initiatique qui concilient l´universel et le personnel dans un style d´écriture résolument littéraire.

  • Conteur hors pair, Eric Gethers livre dans son premier roman sa vision colorée d´un monde en déclin. Les baleines se baignent nues paraît en avant-première mondiale en France, chez Calmann-Lévy. Dès sa naissance, Henry attire les tragédies. Né prématurément au bord d´une route du Texas, d´une mère junkie, Lillian, qui meurt en lui donnant la vie et d´un père militaire, Jack, plus à l´aise dans les bars qu´auprès de la future mère de son fils, ce petit garçon a toutes les chances de ne pas survivre à sa première semaine. Vivienne, l´infirmière zélée qui le sauve, s´éprend de son père : le ciel semble enfin s´éclaircir. Henry se construit tant bien que mal au milieu de ces êtres incomplets, perturbés. Il surmonte l´abandon de ces adultes et leur disparition prématurée en se raccrochant à la bonté d´inconnus. Contre toute attente, une rencontre apporte la stabilité à l´existence de Henry, l´amour enfin. Mais alors qu´il pense avoir trouvé le bonheur auprès de la femme de ses rêves, son monde s´écroule en altérant irrévocablement sa personnalité. Eric Gethers propose une satire des plus sombres aux accents de conte philosophique mettant en garde contre l´amour inconditionnel. Ce mélange unique d´émotions, de burlesque et de morosité vient s´ajouter à la vision poétique d´un monde en déclin que seul un esprit libre peut décrire.

empty