• C'est un fait historique qui sert de base à ce roman : en 1875, mille femmes blanches, souvent issues de classes défavorisées ou de maisons de fous, sont "offertes" en mariage à mille guerriers indiens. En partant de cet odieux marchandage, Jim Fergus a écrit un roman, vu du côté des femmes. Leur découverte d'un peuple aux coutumes subtiles est étonnante. Eloquente aussi, parce qu'elle dénonce les graves écarts du gouvernement américain vis-à-vis de ceux qu'il considérait comme des sauvages. A lire avant qu'il ne devienne un film.

  • Les Amazones

    Jim Fergus

    Mille femmes blanches : L'héritage1875. Un chef cheyenne propose au président Grant d'échanger mille chevaux contre mille femmes blanches, afin de les marier à ses guerriers. Celles-ci, " recrutées " de force dans les pénitenciers et les asiles du pays, intègrent peu à peu le mode de vie des Indiens, au moment où commencent les grands massacres des tribus.
    1876. Après la bataille de Little Big Horn, quelques survivantes décident de prendre les armes contre cette prétendue " civilisation " qui vole aux Indiens leurs terres, leur mode de vie, leur culture et leur histoire. Cette tribu fantôme de femmes rebelles va bientôt passer dans la clandestinité pour livrer une bataille implacable, qui se poursuivra de génération en génération.
    /> Dans cet ultime volume de la trilogie
    Mille femmes blanches, Jim Fergus mêle avec une rare maestria la lutte des femmes et des Indiens face à l'oppression, depuis la fin du xixe siècle jusqu'à aujourd'hui. Avec un sens toujours aussi fabuleux de l'épopée romanesque, il dresse des portraits de femmes aussi fortes qu'inoubliables.

  • Rentrée littéraire - Enfin la suite de Mille Femmes Blanches ! 1875. Dans le but de favoriser l'intégration, un chef cheyenne, Little Wolf, propose au président Grant d'échanger mille chevaux contre mille femmes blanches pour les marier à ses guerriers. Grant accepte et envoie dans les contrées reculées du Nebraska les premières femmes, pour la plupart " recrutées " de force dans les pénitenciers et les asiles du pays. En dépit de tous les traités, la tribu de Little Wolf ne tarde pas à être exterminée par l'armée américaine, et quelques femmes blanches seulement échappent à ce massacre. Parmi elles, deux soeurs, Margaret et Susan Kelly, qui, traumatisées par la perte de leurs enfants et par le comportement sanguinaire de l'armée, refusent de rejoindre la " civilisation ". Après avoir trouvé refuge dans la tribu de Sitting Bull, elles vont prendre le parti du peuple indien et se lancer, avec quelques prisonnières des Sioux, dans une lutte désespérée pour leur survie. Avec cette aventure passionnante d'un petit groupe de femmes prises au milieu des guerres indiennes, Jim Fergus nous donne enfin la suite de Mille femmes blanches. Le miracle se produit à nouveau et cette épopée fabuleusement romanesque, véritable chant d'amour à la culture indienne et à la féminité, procure un incommensurable plaisir de lecture.

  • Sur la réserve indienne de Rosebud, dans le Dakota du Sud, le système légal américain refuse d'enquêter sur la plupart des crimes, et la police tribale dispose de peu de moyens. Aussi les pires abus restent-ils souvent impunis. C'est là qu'intervient Virgil Wounded Horse, justicier autoproclamé qui loue ses gros bras pour quelques billets. En réalité, il prend ses missions à coeur et distille une violence réfléchie pour venger les plus défavorisés. Lorsqu'une nouvelle drogue frappe la communauté et sa propre famille, Virgil en fait une affaire personnelle. Accompagné de son ex-petite amie, il part sur la piste des responsables de ce trafic ravageur. Tiraillé entre traditions amérindiennes et modernité, il devra accepter la sagesse de ses ancêtres pour parvenir à ses fins.

  • Voici l'histoire de Saul Indian Horse, un jeune Ojibwé qui a grandi en symbiose avec la nature, au coeur du Canada. Lorsqu'à huit ans il se retrouve séparé de sa famille, le garçon est placé dans un internat par des Blancs. Dans cet enfer voué à arracher aux enfants toute leur indianité, Saul trouve son salut dans le hockey sur glace. Joueur surdoué, il entame une carrière parmi les meilleurs du pays. Mais c'est sans compter le racisme qui règne dans le Canada des 70's, jusque sur la patinoire.

    On retrouve dans Jeu blanc toute la force de Richard Wagamese : puisant dans le nature writing et sublimant le sport national canadien, il raconte l'identité indienne dans toute sa complexité, riche de légendes, mais profondément meurtrie.

  • 1757, la guerre franco-anglaise fait rage pour la conquête du Nouveau Monde tandis que les tribus indiennes se livrent une lutte sans merci. Le maréchal français Montcalm remonte le lac Champlain avec ses soldats pour prendre le fort William-Henry, tenu par le colonel Munro. Au même moment, les filles de ce dernier, Cora et Alice, sont en chemin pour le rejoindre. Egarées dans la forêt nord-américaine, elles rencontrent un chasseur blanc, Natty Bumppo, alias OEil-de-Faucon, et deux Indiens, Chingachgook et son fils Uncas, le dernier des Mohicans, qui deviennent leurs guides dans cette Amérique sauvage.

    Ce livre sans pareil, immense roman d'aventures qui connu dès sa parution un succès international, annonce la disparition des Amérindiens et la naissance des États-Unis.

  • Le vieux chasseur blanc Natty Bumpo, accompagné de son chien Hector, erre dans la Prairie, ces nouveaux territoires vierges à l'ouest du Mississippi. Il croise en chemin une famille de pionniers, composée d'une vingtaine d'hommes, femmes et enfants, qui semble cacher une créature mystérieuse dans l'un de ses chariots. Des Sioux attaquent le campement au cours de la nuit et volent le bétail, mais grâce à Natty, tous s'en sortent indemnes. Ce n'est que le début d'une série de péripéties qui impliqueront un jeune chasseur d'abeilles, un naturaliste imbu de sa personne, un officier à la recherche de son épouse kidnappée, et des Indiens Pawnees d'une grande noblesse.

  • « Sa petite robe à pois blancs dansait sur le trottoir, des taches phosphorescentes entre chien et loup comme des signaux de détresse. Sam ne voulait pas y croire, c'était un rêve qui s'échappait de son esprit, la jeunesse qu'il avait bue, rebue, jusqu'à

  • En 1947, Thor Heyerdahl et ses cinq équipiers se lancent l´incroyable défi de parcourir 8 000 kilomètres à travers le Pacifique sur un radeau de balsa, reproduction exacte des radeaux préhistoriques des Indiens d´Amérique du Sud. Partant de Callao - Pérou -, ils naviguent vers les îles polynésiennes de Tuamotu à bord du Kon-Tiki afin de prouver au monde que les ancêtres des Incas étaient allés en leur temps peupler la Polynésie.


    Cette traversée donna lieu à l´un des plus passionnants récits d´aventures, à la portée universelle. À contre-courant des théories de l´époque, Heyerdahl a en effet contribué, par cette expédition, à bouleverser les idées reçues sur l´origine de ces peuples.

  • - 50%

    " Les loups-garous peuvent être dangereux si vous vous mettez en travers de leur chemin.
    Ils ont un talent extraordinaire pour dissimuler leur véritable nature aux yeux des humains. Mais moi, je ne suis pas tout à fait humaine. " En effet, Mercy Thompson n'est pas une fille des plus banales. Mécanicienne dans le Montana, c'est une dure à cuire qui n'hésite pas à mettre les mains dans le cambouis et à sortir les griffes quand le danger frappe à sa porte. Mais ce n'est pas tout : son voisin très sexy est le chef de meute d'une bande de loups-garous, le minibus qu'elle bricole en ce moment appartient à un vampire, et la vieille dame très digne qui lui rend visite vient jeter des sorts sur son garage.
    Au coeur de ce monde des créatures de la nuit, Mercy se trouve mêlée à une délicate affaire de meurtre et d'enlèvement...


  • Édition établie et présentée par Michel Le Bris


    En 1803, tandis que les États-Unis achètent à la France la province de Louisiane, le président Thomas Jefferson décide d'une traversée du continent américain, dans le but de trouver une voie navigable entre le grand fleuve du Mississippi et l'océan Pacifique. Bien plus qu'une aventure économique et politique, cette expédition dirigée par Meriwether Lewis, âgé de vingt-neuf ans, et William Clark, de quatre ans son aîné, part à la rencontre des peuples indiens, et ne cessera d'alimenter l'imaginaire américain.

    « Une fabuleuse aventure humaine... Huit cents pages de rêve - et deux noms, ceux de Lewis et Clark, à ranger au Parnasse de nos immortels. » Patrick Raynal. Le Monde.

    Meriwether Lewis, né en 1774 en Virginie, s'engagea à vingt ans dans la milice de son État avant d'intégrer l'année suivante l'armée nationale, qu'il servit jusqu'en 1801. Il devint par la suite le secrétaire particulier du président Thomas Jefferson, qui le choisit pour diriger la première expédition vers l'Ouest, de 1804 à 1806. Afin de préparer le voyage, Meriwether Lewis fut initié aux sciences de la nature par d'éminents spécialistes, et à la paléontologie par le président Jefferson lui-même. Homme cultivé, intellectuel, rêveur et introverti, Meriwether Lewis était âgé de vingt-neuf ans lorsqu'il devint commandant d'une troupe de quarante-cinq hommes. Promu gouverneur du Missouri à son retour, il s'installa à Saint Louis et, dans l'incapacité de se réadapter à la vie américaine citadine, sombra dans l'alcoolisme avant de se donner la mort en 1809.

    William Clark, né dans le comté de Virginie en 1770, entra comme lieutenant dans l'armée lors des guerres contre les Indiens dans les années 1789-1790. C'est à cette époque qu'il fit la rencontre de Meriwether Lewis, qui lui proposera de l'accompagner dans sa grande traversée de l'Amérique. Homme pragmatique, au contact facile, Clark accepta de devenir son compagnon de route. Il quitta définitivement l'armée après cette expédition et créa une compagnie prospère de traite des fourrures. En parallèle, il devint brigadier général de la milice de Louisiane puis occupa, après le décès de Meriwether Lewis, les postes de gouverneur du Missouri et, en 1822, de surintendant des Affaires indiennes. William Clark est mort en 1838.

  • Les seuls pouvoirs de Mercy sont de se transformer en coyote et de réparer les voitures. Mais elle a des amis partout et une meute de loups-garous qui assure ses arrières. Heureusement, car elle risque fort d'en avoir besoin.

    Il y a des siècles, les faes vivaient En-Dessous, jusqu'à ce qu'ils en soient chassés. Ils y ont abandonné leurs châteaux, leurs trésors... et leurs prisonniers. Laissés en liberté, ces créatures se sont entretuées jusqu'à ce que seules les plus dangereuses survivent. Et à présent, l'une d'entre elles s'est échappée. Avide de chaos et de destruction, le monstre peut changer d'apparence, et s'emparer de la volonté de ceux qu'il mord, les pousser à attaquer ceux qui leurs sont chers. Mais il a commis une erreur en pénétrant sur le territoire de la meute, car Mercy ne reculera devant rien pour défendre les siens.
    « J'adore ces livres. » - Charlaine Harris, autrice de True Blood

  • Mercy Thompson doit faire face à un ennemi mortel pour défendre tout ce qui lui est cher...

    Mon nom est Mercedes Athena Thompson Hauptman, et je suis mécanicienne. Et changeuse coyote... Et la compagne de l'Alpha de la meute du bassin du Columbia.
    Mais rien de tout ça ne poserait de problème si je n'avais pas accepté d'endosser la responsabilité de protéger tous ceux qui vivent sur notre territoire. Sur le moment, ça semblait être la chose à faire.
    Ça aurait dû se limiter à traquer des gobelins tueurs, des chèvres zombies et un troll de temps à autre. Au lieu de cela, notre foyer est à présent considéré comme une zone neutre où les humains peuvent négocier avec les faes sans danger.
    En réalité, rien ni personne n'est en sécurité. Tandis que généraux et politiciens affrontent les Seigneurs Gris des faes, une tempête approche... Et son nom est la Mort.
    Mais nous sommes la meute, et nous avons donné notre parole. Qu'importe le prix.

  • Après la disparition d´Ambre dans la cuve où les Bâtisseurs avaient emprisonné le Dévoreur, le cataclysme a gagné la surface. Une torche blanche fulgurante transperce à présent la carapace du Glacier et pointe vers les étoiles.
    Déplacements de populations, course poursuite entre scientifiques et miliciens... sur Gemma, le chaos règne.
    Alors que les rescapés de l´équipe Archéa se réfugient auprès des indépendantistes, Ambre revient à elle, veillée par le Dieu Sombre. Malgré ses efforts, ses tentatives de communication avec son sauveur tournent court et la colère l´envahit.
    Pourtant, seul le Dieu Sombre sait.
      Gardien des cycles, tu es la mémoire et l´oubli.
    Tu ouvres et tu choisis, Le lieu comme le destin.
    À toi le un et le multiple, Tu es l´Ouvreur des Chemins...
      Ainsi veut le mythe.

  • Paru en 1964, cet essai fit l'effet d'une bombe. L'auteur y dénonce le mythe qui fait de la capitale péruvienne une terre promise et une ville parfaite. Selon lui, par des politiques culturelles, artistiques, architecturales et sociales, le passé colonial serait célébré, marginalisant l'histoire péruvienne. Cette réécriture de l'histoire permettrait aux élites sociales d'assurer leur suprématie sur les classes populaires, et de justifier la discrimination qu'elles subissent. Des pratiques qui rappellent certains mouvements et dirigeants du siècle dernier voire actuel. Mais ici, au fil des pages, c'est une ville tout autre qui se laisse entrevoir et remet en question un Pérou qui renie ses origines, son passé et son identité propres. Avec une postface de Mario Vargas Llosa.

  • Dernier roman de Laurence Suhner, Origines est la conclusion du tryptique Quantika.
    QuanTika aborde le rapport de l'homme face à la science et aux mythes cosmogoniques.

  • The Buffalo Harvest (La Moisson des buffalos) fut publié en 1958. Frank Mayer y détaille avec minutie le quotidien d'années de tueries et ravive l'univers hallucinant d'une gigantesque boucherie en plein air. La mythologie sentimentale et naturaliste du bison comme symbole romantique d'un monde perdu tombe en lambeaux devant le trivial du réel.

  • Enlevée par l'un des plus puissants vampires au monde, retenue en otage afin de manipuler son mari, le loup-garou Adam, et la reine des vampires des Tri-Cities, Mercy parvient à échapper à son ravisseur de justesse. Seule et désarmée au beau milieu de l'Europe, à des milliers de kilomètres des siens, Mercy doit se frayer un chemin entre ennemis et alliés potentiels, et éviter de déclencher la guerre qui gronde entre loups-garous et vampires, et dresseraient les meutes les unes contre les autres. Et au coeur de la cité millénaire de Prague, les fantômes rôdent...
    « J'adore ces livres ! » - Charlaine Harris, auteure de True Blood

  • Du général Custer à Sitting Bull, du mont Rushmore au pont de Brooklyn, le grand roman de l'Amérique de Dan Simmons.
    Indien lakota, Paha Sapa alias " Collines noires " possède un don remarquable : il lui suffit de toucher un être humain pour pénétrer sa conscience et lire dans son passé comme dans son avenir. C'est en 1876, lors de la bataille de Little Big Horn, qui oppose une coalition de tribus indiennes aux tuniques bleues du général Custer, que le jeune Indien alors âgé de onze ans découvre ses pouvoirs visionnaires et divinatoires. Entré fugitivement en contact avec Custer, Collines noires est aussitôt envahi par les pensées du chef de guerre américain, tombé au champ d'honneur. Il va devoir désormais cohabiter avec cet esprit étranger qui loge en lui.
    Les Collines noires (en anglais, Black Hills), c'est également le nom que les Blancs ont donné au territoire sacré des Indiens, dans le Dakota du Sud. Un lieu où, dans les années 1930, ils ont décidé d'édifier une oeuvre monumentale à la gloire des Pères fondateurs de la nation américaine : les quatre célèbres statues sculptées sur le mont Rushmore, au coeur même de ce sanctuaire. C'est là que, devenu vieux, Collines noires travaille en tant que dynamiteur - caressant le rêve fou de réduire un jour en poussière ces symboles infamants de la suprématie autoproclamée de l'Homme blanc.
    Figure emblématique de la science-fiction, Dan Simmons se mue, avec Collines noires, en historiographe. À l'instar de son héros Collines noires, dont il narre le destin prodigieux - depuis son enfance au côté de Sitting Bull et Crazy Horse jusqu'à la fin de sa vie au mont Rushmore, en passant par ses années au sein de la troupe de Buffalo Bill, la rencontre de l'amour lors de l'Exposition universelle de Chicago de 1893 ou ses souvenirs de la construction du pont de Brooklyn -, Simmons nous invite à pénétrer la psyché des Amérindiens. Il en tire un plaidoyer vibrant en faveur d'une civilisation à la richesse incomparable, impitoyablement ruinée par le cours de l'Histoire.

  • Des années 1970 à nos jours, entre chronique douce-amère, aventures loufoques et souvenirs désenchantés, mêlant fiction et réalité, le récit de la vie d´immigrés catalans en exil au fin fond de la jungle mexicaine. Une prose inventive et foisonnante, le tableau d´un monde à la fois tragique et flamboyant dans la lignée deCent ans de solitude.


    À La Portuguesa, une colonie catalane fondée en pleine jungle mexicaine, la famille du narrateur vit dans l´espoir naïf de la chute de Franco et d´un prochain retour en Espagne.

    Il y a le grand-père, Arcadi, fondateur du domaine, entouré de Sacrosanto, le serviteur de la famille, d´une poignée d´anarchistes embourgeoisés, d´un maire odieux et tout-puissant, d´un éléphant échappé d´un cirque itinérant qui fait des siestes sur la terrasse, et de quelques nouveaux arrivés comme Ming, délégué chinois appâté par l´achat d´un terrain à transformer en rizière...

    Et surtout, il y a Marianne, la tante du narrateur, une femme dotée de l´esprit d´une enfant de trois ans et d´un corps à la sensualité exotique. Affligée d´une maladie nerveuse et douée d´une force physique inouïe au point qu´elle doit être maintenue enchaînée, elle terrorise la famille et maltraite sa soeur et son entourage... Sa folie et sa fin tragique deviendront la métaphore de la décadence de la petite colonie catalane des tropiques...
    À travers les aventures rocambolesques de la communauté et du drame de Marianne qui nous est conté, ce sont deux mondes différents qui hantent les protagonistes : celui qu´ils ont été forcés à quitter autrefois, et celui dans lequel le narrateur est né et dont il craint d´être arraché, dans la terreur d´un double exil...

  • Le Lac Ontario James Fenimore Cooper    Texte intégral. Cet ouvrage a fait l'objet d'un véritable travail en vue d'une édition numérique. Un travail typographique le rend facile et agréable à lire.

      Le Lac Ontario est un roman historique américain publié pour la première fois en 1840. Troisième des cinq ouvrages composant le cycle des Histoires de Bas-de-Cuir (Leatherstocking).

    Il fait partie de la saga dont est issu le célèbre Le Dernier des Mohicans.

    Http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoires_de_Bas-de-Cuir Retrouvez les autre titres de la saga Bas-de-cuir chez votre libraire numérique :

    Cycle des histoires de Bas-de-cuir, volume 1 -  Le Tueur de daims Cycle des histoires de Bas-de-cuir, volume 2 -  Le Dernier des Mohicans Cycle des histoires de Bas-de-cuir, volume 3 -  Le Lac Ontario Cycle des histoires de Bas-de-cuir, volume 4 -  Les Pionniers Cycle des histoires de Bas-de-cuir, volume 5 -  La Prairie Téléchargez gratuitement notre catalogue en indiquant "Catalogue Culture commune" dans le champ de recherche de votre libraire numérique. Vous aurez accès aux premières pages de chaque titre.
     

  • Les Lacandons, groupe indigène du Mexique méridional, sont considérés parmi les derniers survivants de la civilisation maya. Si les archéologues, ethnologues, peintres ou photographes n´ont jamais cessé d´être présents auprès de ce groupe depuis le début

  • La revue semestrielle Jentayu (ISSN 2426-2536) est dédiée à la traduction de textes courts ou d'extraits de roman. À chaque numéro, entre douze et quinze textes provenant d'une variété de pays et de régions d'Asie sont sélectionnés sur un thème donné et traduits par des traducteurs chevronnés. Pour certains de ces textes, ils sont aussi mis en contexte sur le site internet de Jentayu par le biais d'un entretien avec l'auteur, le traducteur, ou d'une présentation de son traducteur. Pour le plaisir des yeux, un illustrateur asiatique est invité à imaginer des créations visuelles en lien avec chacune des nouvelles. Enfin, à chaque nouveau numéro, la revue met aussi en avant les travaux d'un photographe asiatique au travers d'un carnet dédié.
    Ce dixième numéro, sur le thème "L'Avenir", est consacré au(x) monde(s) de demain dans les littératures contemporaines d'Asie. Futur immédiat ou lointain, paradis fantasmés ou dérives cauchemardesques : quand réalité et imaginaire s'entremêlent et élargissent le champ des possibles. Textes en traduction française de : Hang Achariya (Cambodge), Rofel G. Brion (Philippines), Chang Hui-ching (Taïwan), Chart Korbjitti (Thaïlande), Lo Ch'ing (Taïwan), Saras Manickam (Malaisie), Anil Menon (Inde), Pan Haitian (Chine), Vina Jie-Min Prasad (Singapour), Tang Fei (Chine), Ak Welsapar (Turkménistan), Xia Jia (Chine) et Zhang Xinxin (Chine). Photographies de Harikrishna Katragadda (Inde). Illustrations de Hsu Hui-lan (Taïwan).

empty