• L'Appel de la forêt est un roman de formation. Ou plutôt de dé-formation : La métamorphose d'un étrange chien des terres du Sud en un loup affrontant les déserts blancs du Grand Nord. C'est l'histoire d'un retour aux origines primitives, du réveil des instincts sauvages trop longtemps anesthésiés par la domestication. En s'identifiant au chien-loup, le lecteur éprouve toutes les passions qui se bousculent dans une vie et un coeur d'homme au hasard des rencontres.
    Au-delà d'un grand récit sur la conquête de la liberté individuelle et sur l'amour qui transcende l'hostilité d'un monde cruel, London défend ici l'idée d'une intelligence animale : pour lui, elle se manifeste par des sensations, des émotions et une forme de conscience et de raison rudimentaires. Ce chien sent, aime, comprend, souffre : il est notre frère. En donnant à son héros la dignité d'un membre de la famille 'différent', London anticipe nos débats contemporains sur la place de l'animal dans la société et sur l'acceptation de la différence. Buck, le chien-loup qui voulait vivre parmi les hommes, est à jamais une figure de notre humanité, et l'un des plus grands personnages de notre littérature.

  • Croc-blanc

    Jack London

    Préface de Philippe Jaworski.

    Dans les bars de Dawson City, Jack London écoute les histoires de bêtes sauvages rencontrées dans les forêts du Grand Nord, que racontent les chercheurs d'or. Il lit Darwin, se passionne pour la théorie de l'évolution. Se nourrissant à toutes les sources, travaillant avec une énergie indomptable, il écrit en 1906 ce conte cruel. Roman de formation, Croc-Blanc fait entrer le lecteur dans la conscience d'un loup : nous partageons ses émotions, nous vivons ses aventures de liberté et de servitude, de souffrance, de combat, d'amour filial. Précurseur, London montre le caractère relatif de la frontière entre les espèces, installe l'hypothèse d'une intelligence animale et fait l'éloge de l'élan vital qui régit l'existence de toute créature vivante.

  • Martin Eden

    Jack London

    Édition enrichie de Philippe Jaworski comportant une préface et un dossier sur l'oeuvre. Martin Eden, un marin de vingt ans issu des quartiers pauvres d'Oakland, décide de se cultiver pour faire la conquête d'une jeune bourgeoise. Il se met à écrire, et devient un auteur à succès. Mais l'embourgeoisement ne lui réussit pas... Désabusé, il part pour les îles du Pacifique. Ce magnifique roman paru en 1909, le plus riche et le plus personnel de l'auteur, raconte la découverte d'une vocation, entre exaltation et mélancolie. Car la réussite de l'oeuvre met en péril l'identité de l'écrivain. Comment survivre à la gloire, et l'unir à l'amour, sans se perdre soi-même? Telle est la quête de Martin Eden, le marin qui désire éperdument la littérature.

  • Des livres de Jack London, il y en a beaucoup.
    Mais les grands livres de cet auteur se comptent sur les doigts des deux mains.
    Depuis 1925, personne n'avait jamais retraduit cet immense roman, pas même la Pléiade.
    Voici enfin la traduction intégrale de ce chef d'oeuvre de la littérature anticarcérale, également roman précurseur des littératures de l'imaginaire.

    Jack London, rude gaillard californien, littérateur (1876-1916). Compagnon de route, de longue date, des éditions Libertalia.

  • Un homme, parti de Pologne, traverse la Sibérie et ses camps, le Kamtchatka sauvage et achève son périple parmi des chasseurs de phoques ivres, sanguinaires et déments sur la côte de l´Alaska. Ailleurs, Fred Churchill risque sa vie pour rapporter un sac dont il ignore le contenu. Plus loin, un juge navigue sur un fleuve gelé dans un esquif de fortune après avoir condamné un criminel à suivre la même route mortelle. Un orpailleur, enfin, dans des conditions extrêmes, n´a plus qu´une allumette pour lancer le feu qui devra le sauver... Constitué de sept histoires, ce recueil, portant le titre de l´une des nouvelles les plus fameuses de London, est une étonnante évocation du courage et de l´énergie propres aux aventuriers du Grand Nord.
    Une magnifique leçon pour ne pas oublier que, dans ces contrées, il ne faut jamais voyager seul...


    Préface de Kenneth White Né en 1876 à San Francisco, Jack London connaît le succès après des années de pauvreté, de vagabondage et d´aventures. Auteur prolifique, ses nouvelles et ses romans sont souvent des récits de voyage où la nature représente un idéal de pureté face à l´injustice de la société. À sa mort, en 1916, il laisse une cinquantaine d´ouvrages parmi lesquels L'Appel de la forêt (1903) et Croc-Blanc (1906).

  • Un vieillard déambule dans la baie de San Francisco en compagnie de ses petits-enfants. Vêtus de peaux de bêtes, ils chassent pour se nourrir, se réchauffent autour du feu et se protègent des ours ou des loups grâce à l'arc et à la fronde. Nous sommes en 2073. Il y a soixante ans, une terrifiante maladie, la Peste Écarlate, a ravagé l'humanité. Les rares survivants, retournés à l'état de nature, se sont réunis en tribus sans passé ni culture. Le grand-père, ancien professeur, se souvient du monde d'avant l'épidémie : mais comment le raconter à Edwin, Hou-Hou et Bec-de-Lièvre, ces petits sauvages qui ne savent ni lire ni compter?

    o Objets d'étude : Imaginer des univers nouveaux ; L'être humain est-il maître de la nature?
    o Dossier pédagogique spécial nouveaux programmes
    o Prolongement : Les civilisations disparues.

    Classe de cinquième.

  • L´homme est jeune, de bonne famille, et ne connaît rien de la vie. Un jour de brume, dans une baie paisible, son navire est éventré par un ferry et lui-même, quasi noyé, se réveille sur un phoquier en route vers le Japon. Un monde de mutineries, de tempêtes et de chasse s´ouvre à lui. Le capitaine, colosse entouré de marins embarqués de force, est un homme au pouvoir absolu qui insulte le cadavre de son second, mort de trop d´alcool. Immense et cynique, Larsen est bien le « Loup des mers » ; celui qui, entre deux horreurs, sera pour le novice un maître sans pareil...
    Paru en 1904, Le Loup des mers fut reconnu d´emblée comme un chef-d´oeuvre.


    Préface de Jean-François Deniau de l´Académie française Né en 1876 à San Francisco, Jack London connaît le succès après des années de pauvreté, de vagabondage et d´aventures. Auteur prolifique, ses nouvelles et ses romans sont souvent des récits de voyage où la nature représente un idéal de pureté face à l´injustice de la société. À sa mort, en 1916, il laisse une cinquantaine d´ouvrages parmi lesquels L'Appel de la forêt (1903) et Croc-Blanc (1906).

  • Le Talon de fer (The Iron Heel, 1908) appartient au patrimoine littéraire mondial. Francis Lacassin le désignait comme un « classique de la révolte ». Dans ce récit d'anticipation publié durant la période la plus créative de sa vie (soit juste avant Martin Eden), Jack London imagine la société future : révolte ouvrière, grève générale et... impitoyable répression.

    Roman socialiste à thèse, récit d'amour (la narratrice Avis Everhard relate la geste de son compagnon Ernest Everhard, un double de Jack London), ce texte a été lu comme une préfiguration de la société capitaliste poussée à sa forme extrême : le fascisme.

    Jack London (1876-1916), est l'auteur d'une oeuvre immense dont Libertalia retraduit tout le volet social.

  • « Puis, il vit la révolution dans toute sa gloire - rouge et resplendissante -, la révolution qui allait se propager dans son pays martyr et briser le joug du tyran. Les fusils étaient là, à portée de main. Chacun de ces visages honnis était un fusil. C'était pour ces fusils qu'il combattait. Il était ces fusils. Il était la révolution. Il boxait pour le Mexique tout entier. »


    1910, les paysans crèvent de faim, le Mexique est en ébullition. La dictature de Porfirio Díaz, s'appuyant sur les grands propriétaires et les militaires, étouffe toute contestation par le fer et par le feu. Mais le règne de plus de trente ans touche à sa fin. Depuis la Californie, les révolutionnaires en exil préparent la conquête du pouvoir. Un matin, Felipe Rivera, jeune Mexicain chétif, surgit dans les locaux de l'organisation. Nul ne sait d'où il vient. On ne lui connaît aucune activité, pourtant il remplit les caisses. Il fascine, il fait peur. Cet être est un mystère...



    Écrivain voyageur, chantre des grands espaces, militant socialiste révolutionnaire, Jack London (1876-1916) est à la source de la modernité littéraire nord-américaine. Dans cette nouvelle empreinte d'optimisme (1911), on retrouve les thèmes qui ont fait son succès : passion de la liberté et de l'égalité, volonté de dépassement, foi en l'homme.

    Écrivain voyageur, chantre des grands espaces, militant socialiste révolutionnaire, Jack London (1876-1916) est à la source de la modernité littéraire nord-américaine. Dans cette nouvelle empreinte d'optimisme (1911), on retrouve les thèmes qui ont fait son succès : passion de la liberté et de l'égalité, volonté de dépassement, foi en l'homme.

  • Après le drame terrible qu'ils ont vécu, Matthew, Charly, Kiran et Camille peinent à se remettre et à garder le groupe uni.
    Leur errance se poursuit à travers les terres de ce monde dévasté, en quête d'un nouveau sens à donner à leur survie.
    Découvrez la fin d'Apocalypse Blues, une trilogie d'aventures et d'anticipation bouleversante de rudesse et d'humanité, qui a toute sa place aux côtés de Sirius de Stéphane Servant et des romans de Patrick Ness. Imaginés par une toute jeune auteure au talent remarquable, les héros d'Apocalypse Blues marqueront les esprits pour longtemps.

  • « Le vent est bon, et le Snark se comporte à merveille. Il arrivera demain dans un nouveau port étrange. Ce vagabondage est déconcertant. Je confonds déjà les souvenirs entre Raiatea et Tahaa, entre Moorea, Bora Bora et Manua, et qu'est-ce que cela pourra bien être lorsque nous serons passés à Tutuila, Upolu, Savai'i, et aux Fidji ? » D'avril 1907 à novembre 1908, Jack London, en compagnie de sa femme Charmian, accomplit son rêve : vagabonder dans le Pacifique sur son propre voilier, visiter des îles dont certaines seraient encore peuplées de cannibales. Charmian London prend la plume pour rendre compte de ce périple aux tournures d'épopée exotique, dans ces archipels d'une beauté vierge et époustouflante, au milieu de populations qui subissent alors de plein fouet le choc avec la civilisation des hommes blancs. Charmian London porte sur ces contrées un regard vivant et spontané de femme occidentale libérée, parfois empreint des préjugés colonialistes de l'époque.
    Un document inédit indispensable pour tous les amateurs de l'oeuvre de Jack London.

  • Lorsqu'en 1894, Jack LONDON participe à la marche du général KELLY qui réunit chômeurs et vagabonds, il circule à travers les USA en train en "brûlant le dur", c'est à dire en tant que passager clandestin. Il décrit ici cette période de sa vie, ses rencontres, son passage au bagne à Niagara falls...

  • La peste écarlate, ainsi nommée car elle provoque une coloration rouge de la peau, est effroyablement contagieuse : elle tue en quelques minutes dans d'atroces souffrances et la pandémie a quasiment rayé l'homme de la surface terrestre. Un ancien professeur d'université, soixante ans plus tard, erre en compagnie de ses petits-enfants, revêtus de peaux de bêtes, en baie de San Francisco. Nous sommes en 2073. Quelques hordes subsistent, regroupant de rares survivants... L'ex-professeur James Howard Smith évoque le merveilleux monde d'avant la Peste écarlate à ces enfants « ensauvagés » qui ne savent ni lire ni écrire. Mais un espoir lui demeure : il a réussi à sauver et à cacher, dans une grotte, des livres qui permettront, un jour, à l'humanité de retrouver le chemin de la connaissance.
    Un texte qui reste, à un siècle d'intervalle, d'une étonnante et inquiétante modernité. Un récit d'apocalypse qui n'est pas sans en rappeler un autre de la même époque : L'éternel Adam de Jules Verne.
    Jack London (1876-1916), de son vrai nom John Griffith Chaney, né à San Francisco. Journaliste, romancier, nouvelliste, il est universellement connu pour ses romans d'aventures Croc-Blanc et L'Appel de la Forêt, mais on lui doit également nombre de nouvelles et romans maritimes, d'anticipation ou encore « socialistes », en partie autobiographiques.
    La présente édition reprend les illustrations de l'édition originale américaine de 1915, de Gordon Grant.

  • Après que Nicolas Bouvier ait reconnu en lui un cousin à l´âme voyageuse (« Vous êtes comme moi un petit neveu de Conrad »), que Charles Bukowski l´ait élevé à la dignité de « voleur d´âmes », et que Denis Grozdanovitch (qui préface ce livre) ait trouvé en lui « un frère en écriture », Jean-François Duval emboîte le pas à quelques excellents moralistes, de Sénèque à Woody Allen. Son nouveau livre s´inscrit dans la même lignée que ceux de Philippe Delerm, Pierre Sansot, Denis Grozdanovitch, André Comte-Sponville, etc.
    Jugeant que notre situation à tous, aujourd´hui, ne diffère pas tellement de celle de Robinson Crusoé, l´auteur s´attache à récolter sur les plages du présent quelques vestiges et débris de nature à bâtir un canot de sauvetage, voire une nouvelle arche. Dans celle-ci, on trouvera pêle-mêle un chien qui se prend pour la flèche de Zénon, le sein des femmes quand il aide à l´endormissement des hommes, la divine musique des parquets, le football quand il se fait chanson de Roland, un savon plus facétieux que celui de Ponge, un employé de banque aussi mort qu´un épouvantail, un mâle aux prises avec une chaise gynéco, une étourderie de Jean Echenoz, la Crise dévorée par le Chat botté, un éloge de l´expression « Tu m´étonnes », et quelques points de vue extraterrestres. Bref, à l´heure où tous les « grands récits » ont sombré, tout le kit nécessaire pour réenchanter un peu le monde, ou au moins donner à notre quotidien les couleurs d´une fable minimaliste. Avec humour, poésie et une indispensable fantaisie.

  • Dans le cadre de l´opération 1000K, les éditions Bragelonne, Milady et Castelmore vous proposent de découvrir GRATUITEMENT les ouvrages les plus marquants de leur histoire. Les Essentiels, ce sont 10 recueils thématiques (Fiction, Thriller, Fantasy, Romance, Science-Fiction...) proposant chacun les premières pages d´une dizaine de romans incontournables. Dans ce recueil dédié à littérature, la romance et l´aventure young adult et jeunes lecteurs, vous pourrez vous familiariser avec les univers suivants:
    Paul Beorn, Le Jour où...
    Lauren Destefano, Le Dernier jardin - 1, Éphémère Elizabeth Wein, Nom de code: Verity Kelley Armstrong, Pouvoirs Obscurs - 1, L´Invocation Christopher Golden & Tim Lebbon, Sauvage - Les Voyages de Jack London Mel Andoryss, Les Enfants d´Evernight - 1, De l´autre côté de la nuit Silène Edgar & Paul Beorn, 14-14 Lise Syven, Subliminale - 1, La Balance brisée Pierre Pelot, Le Père Noël s´appelle Basile Gitty Daneshvari, Monster High - 1, Meilleures goules pour la vie

  • La pèsta escarlata Nouv.

    Tres dròlles, vestits de pèls de bèstias gardan las cabras amb lor papeta sul ribairés. Sèm pas a l'Edat de la Pèira, mas en 2073 ! Lo vielhon, un còp èra professor d'universitat de la Baia de San Francisco, ten de repapiar del temps vièlh d'abans 2013 e de la Pèsta Escarlata. Pel darrièr còp, benlèu, ensaja de contar als salvatjons, pas tròp escotoses, l'epòca que los òmes èran tot-poderoses e cossí la pèsta anientèt gaireben tota l'umanitat. Mas l'espèr demòra. La civilizacion, la cal tornar bastir, emai s'aquò prendrà de temps !
    A la nòstra epòca, aquesta distopia, quasi profetica, revestís una estonanta modernitat.
    L'autor : Jack London nascut en 1876, grand barrutlaire e de tretze mestièrs, es conegut per sos romans d'aventura e de la natura salvatja coma White Fang, the Call of the Wild o The Sea-Wolf. Morís en 1916 pas gaire de temps aprèp aver escrich la Pèsta escarlata.
    Lo traductor : Pèire Beziat contunha son prètzfach en nos tornant porgir una òbra d'un dels grands autors de la literatura mondiala. Ja paregut a cò de las Edicions dels Regionalismes : Viatge amb un Ase per Cevenas de R.-L. Stevenson (2019).

  • Ce livre numérique présente "Dingo (L'édition intégrale)" avec une table des matières dynamique et détaillée. Notre édition a été spécialement conçue pour votre tablette/liseuse et le texte a été relu et corrigé soigneusement.


    Il s´agit d´un récit « de haute graisse », d´inspiration rabelaisienne, grâce auquel nous pénétrons dans un monde de fantaisie, mais qui n´exclut pas l´observation vacharde : le romancier y décrit sous les couleurs les plus noires la misère intellectuelle et matérielle des habitants de Cormeilles-en-Vexin, où il habite, et qu´il rebaptise Ponteilles-en-Barcis.

    Comme dans La 628-E8, le véritable héros de ce roman-fable n´est pas un homme : c´est le propre chien éponyme de Mirbeau, Dingo, mort en octobre 1901 et devenu figure mythique, qui est placé au centre du récit et par le truchement duquel le romancier, devenu vieux et incapable de poursuivre ses grands combats esthétiques et politiques, exprime sa révolte, son dégoût et sa soif de liberté. Il renoue ainsi avec l´héritage des philosophes cyniques grecs, qui recouraient à la « falsification » des valeurs sociales et à leur transgression pour mieux en démontrer l´absurdité Octave Mirbeau (1848-1917) est un écrivain, critique d'art et journaliste français. Il connaît une célébrité européenne et de grands succès populaires, tout en étant également apprécié et reconnu par les avant-gardes littéraires et artistiques, ce qui n'est pas commun.

  • An American hero

    Frederique Trigodet

    • Ska
    • 1 Juin 2017

    Un écrivain velléitaire se rêvant en Stephen King se réveille dans une peau inconnue.... rencontre du 3eme type en prime.
    « - Dis-moi qui tu souhaiterais être. Je n'ai pas voulu le vexer, alors j'ai hasardé : « Stephen King ? »
    - Ah non désolé, il est vivant ! Tu dois choisir une personne morte.
    J'ai réfléchi, repensé à tous mes échecs. Aux livres qui m'avaient permis de continuer à avancer. Je me suis vu sur la route ou sur les rails, jouant le Jack aventurier, à l'image de Kerouac et de London. J'ai choisi le second. Étrangement, le hippie croulant n'avait pas l'air de connaître. Ou alors, il était un peu dur de la feuille.
    /> - Parfait ! »

    Le plus fort dans l'humour littéraire, c'est lorsqu'il flotte, qu'il caresse l'esprit à fleur de phrase, sans effets lourdauds, seulement à l'aide, d'un effluve, d'un écart de perspective. Frédérique Trigodet possède cet art difficile et nous assène un plaisir de lecture qui trouve son acmé dans une chute hilarante et noire du plus bel effet.

empty