• « De face et de billet » comprend une série de soixante-dix billets. À coups d´anecdotes, de vécu personnel et d´analyses, mais aussi de chiffres et de faits à l´appui, Normand Renaud nous livre un recueil bourré de précieux détails qui éclaire l´histoire sociale contemporaine - plus particulièrement celle de l´Ontario, à l´époque des grands bouleversements occasionnés par l´arrivée au pouvoir des conservateurs de Mike Harris. / Le ton des billets varie de la thèse à l´anecdote. Renaud glisse avec aisance d´un style à l´autre, tantôt docte, tantôt conteur, tantôt farceur, tantôt bonhomme... mais toujours la langue bien pendue. Le commentaire y est doux-amer : une part d´espoir de voir changer le monde, une part de certitude que ce n´est pas par la politique que ça arrivera.

  • Printemps 2012. Ce qui n'était à l'origine qu'une nouvelle grève étudiante s'est rapidement transformé en une crise sociale comme le Québec n'en avait pas connu depuis longtemps.

    Six mois de grève et des dizaines de milliers de personnes dans les rues plus tard, une question reste sur toutes les lèvres : comment ont-ils fait?

    Mêlant l'anecdote et l'analyse, les auteurs tentent d'y répondre, dans ce premier récit militant de la grève étudiante de 2012, en nous plongeant au coeur du mouvement.
    Rapports entre la CLASSE et l'État, planification depuis 2010, organisation et mobilisation, démocratie directe, discours, stratégie médiatique et offensive 2.0, voilà autant de facettes abordées qui nous transportent dans les coulisses de la plus importante grève étudiante du Québec.

    Mais c'est au bénéfice des mouvements sociaux en général que les auteurs nous invitent à tirer des leçons. Car comme ils le soulignent avec justesse, « puisque nous savons maintenant nous soulever, il ne nous reste plus qu'à recommencer ».

empty