Presses de l'Ifpo

  • L´ouvrage inaugure la nouvelle collection de l´Institut, Les Cahiers de l´Ifpo. Cette première édition des Cahiers de l´IFPO est consacrée aux espaces partagés et pratiques de rencontre au Liban, sans que prédomine, à nos yeux, dans les notions de partage

  • Sommaire : Bruno Paoli, Jean Gaulmier le Syrien / Note sur l´état présent de l´enseignement traditionnel à Alep1 / Note sur les toiles imprimées de

  • Dans cet ouvrage, Colette Establet et Jean-Paul Pascual achèvent leur tour d´horizon de la société ottomane damascène vers 1700. Les inventaires après décès et les comptes de gestion des orphelins mineurs autorisent l´analyse du groupe des agents civils et militaires de l´État, les `askar. Qui sont-ils ? Quels liens entretiennent-ils avec la société des ra`aya ? Peu avant 1700, ce n´est pas le montant moyen de leur fortune qui les distingue, mais la composition de leur patrimoine. Les `askar détiennent plus d´espèces que les ra`aya et, s´ils ne négligent pas les activités urbaines, c´est de la campagne, proche ou lointaine, qu´ils tirent de multiples revenus ; ils sont liés aux waqf dont ils exploitent biens urbains et ruraux. Ils partagent avec l´ensemble des sujets la même vie quotidienne, tout en privilégiant le style de vie des ra`aya les plus prospères. Enfin, les hommes affirment leur statut de `askar : ils détiennent armes et chevaux dont la valeur et la beauté expriment symboliquement l´appartenance à un groupe qui tient à se distinguer de celui des sujets.

  • Cette étude tente d'analyser les stratégies narratives d'un manuscrit de conteur de la recension damascène de Sirat al-Malik al-

  • Au Liban, les élections législatives du 7 juin 2009 apparurent comme un rendez-vous attendu. Organisée dans un cycle de «

  • Les migrations internationales constituent aujourd´hui, dans toutes les régions du globe, un enjeu majeur du politique. Elles font l´objet d´accords internationaux, engendrent des litiges diplomatiques et, surtout, défient en permanence l´ordre du « national ». L´immigrant se heurte à des frontières, spatiales et administratives ; l´émigrant renégocie en permanence ses relations à son pays d´origine. Aussi les migrations obligent-elles sans cesse à repenser les frontières, les manières de conceptualiser un territoire et, plus largement, la souveraineté politique d´un État-nation. Dans un Moyen-Orient arabe en pleine crise sociale, économique et politique, l´intensification des mouvements d´immigration et d´émigration, mais aussi celle des migrations de transit, est porteuse, en ce tournant de siècle, d´enjeux politiques spécifiques. L´implication accrue des diasporas dans les pays de départ, l´exploitation persistante des migrants dits « de travail », la présence des réfugiés de Palestine et, depuis peu, d´Irak ou du Soudan, les débats populaires que suscitent ces sujets, y posent de façon renouvelée la question du politique, des définitions de la nation à l´inscription régionale et internationale des États. Dans ce contexte émergent de nouveaux modes d´instrumentalisation, par les acteurs du politique, des mouvements migratoires intra-régionaux et internationaux, dont ce livre explore des exemples significatifs : « mobilité du travail et du capital » comme stratégie de politique intérieure et étrangère en Jordanie, rôle des États dans les migrations de travail (travail domestique en Jordanie et dans les pays du Golfe ; main-d´oeuvre syrienne au Liban), gestion des réfugiés palestiniens dans les pays arabes, défi posé par les membres de cette diaspora à la rigidité des concepts de frontière et de citoyenneté portés par les acteurs du processus de paix, sort des réfugiés non palestiniens au Liban, caractère éminemment politique des débats sur la nationalité dans ce pays, rôle de l´Église maronite, acteur désormais transnational, sur la scène politique libanaise... Discours sur, représentation d´une identité nationale, instrument de politique intérieure mais aussi stratégie de relations internationales, les mesures de contrôle et de gestion des flux migratoires mettent en relief la pluralité croissante des notions de nationalité, de population nationale, de territoire, de même que les changements qui affectent les modalités du « contrat social ». Elles montrent la résilience des États et l´émergence de nouveaux acteurs dans la sphère du politique : réseaux ethnico-nationaux, religieux, réseaux d´affaires transnationaux... Les politiques migratoires éclairent ainsi de façon particulière les processus de construction nationale et de restructuration géopolitique à l´oeuvre dans la région.

  • Cet ouvrage analyse l´espace produit par les membres de la communauté druze implantée depuis le xviiie siècle en Syrie méridionale, dans un massif montagneux qui a longtemps porté le nom de Djebel Druze. Cette région n´est devenue la « montagne druze » qu´après un long processus de territorialisation qui, en puisant dans l´histoire de la communauté, ses mythes et sa résistance héroïque face aux Ottomans, a favorisé la formation d´une identité communautaire propre aux Druzes du Djebel. Une telle construction identitaire et territoriale n´est pas restée sans conséquence ni dans l´organisation socio-spatiale de la Syrie du Sud, ni dans la gestion par le pouvoir central de cette entité. Le Djebel est ainsi devenu une périphérie délaissée du territoire syrien, dans laquelle le système communautaire tente de pallier les manques liés aux blocages inhérents à cette situation. Ainsi, le lien communautaire apparaît comme une ressource essentielle au service de stratégies d´acteurs divers (migrants de travail, entrepreneurs, hommes de religion, etc.) qui recherchent tous dans l´émigration internationale le moyen de contourner leur isolement à l´échelle nationale. Il en résulte la construction d´un espace communautaire de mobilité dans lequel l´appartenance confessionnelle et familiale est devenue un gage de circulation.    

  • Maaloula, dernier endroit au monde où se parle la langue du Christ, l´araméen... Lové au creux des montagnes du Qalamoun, le petit village ne cesse de fasciner tous les voyageurs depuis la fin du XVIIIe siècle. En effet depuis cette époque, il demeure une sorte de « lieu commun » orientaliste où se pressèrent érudits et missionnaires européens jusqu´à la première moitié du XXe siècle. Les plus grands orientalistes comme Theodor Nöldeke, des aventuriers tels que Richard Burton et même Alexandre Dumas connaissaient l´existence de Maaloula et lui consacrèrent quelques pages. Aujourd´hui, Maaloula est devenu un pôle touristique majeur qui draine pas moins de 150 000 visiteurs annuels, Européens bien sûr mais surtout Iraniens qui viennent chercher en sus du pittoresque des lieux, les illusions d´un retour aux sources. En croisant les archives et les discours sur Maaloula depuis bientôt deux siècles, Frédéric Pichon fait apparaître en même temps que la mémoire chrétienne d´une communauté rurale syrienne, les multiples facettes de l´identité des derniers « Araméens » de Syrie.

  • Tournant majeur dans l´histoire récente de la Jordanie, les élections législatives de 1989 ont, par la réactivation des institutions parlementaires et du recours à la consultation populaire qu´elles ont entraînée, mis fin au statu quo politique et à l´absence de vie démocratique décidés par la monarchie hachémite après la troisième guerre israélo-arabe de 1967. Dans ce mémoire de DEA de Sciences Politiques publié aux Cahiers du Cermoc, Pascaline Eury revient sur cet épisode en commençant par en rappeler le contexte général et les débats qui ont précédé sa mise en place. Elle analyse ensuite les enjeux et le déroulement d´une campagne électorale au cours de laquelle ont pu s´affronter des partis aux opinions antagonistes. Les vainqueurs de ce scrutin ont été sans conteste les Frères musulmans qui, en réussissant à mobiliser autour d´eux des populations d´origine et de classe sociale différentes, se sont imposés comme une force d´opposition réelle au pouvoir du roi Hussein.

  • La quête de l´eau constitue un élément central de la vie des sociétés en milieu aride ou semi-aride. Pour maîtriser la production de ses aliments, l´homme a dû construire son terroir. L´adoption ou la découverte d´une technique d´acquisition de l´eau a ch

  • Most studies on Islamic, Arab, and Ottoman societies and civilizations are trapped into the evidentiary role of the texts that researchers have at their disposal, considerably reducing the role of text and language to a mimetic description of what happene

  • Are Arab parties facing a predicament? Are they paying the price of repression and limited pluralism? Have they become obsolete to the benefit of other political groups and mobilization modes such as communities, tribes, "asabiyyat" or to the disadvantage of non governmental organizations, associations and social movements? While some predicted "the end of parties" in the region as a result of authoritarian political systems, doesn't the recent transition from the one party rule towards a fragile plural party system in many countries put again party organizations in the spotlight? Most of the time, contemporary Arab parties have little mobilizing power. Yet some are crawling out of underground activities and trying their hands at the exercise of power after years of oppositions. Others, and mainly on the Islamist arena, assert themselves as first hand mobilization structures, able in certain cases to compete with regimes in power. This book addresses those research questions. Emphasizing new and unpublished data, the book's diverse contributions tackle holistically party life in six countries that have adopted very different political pathways: Yemen, Bahrain, Lebanon, Morocco, Algeria and Iraq. All the studies approach the decline or the revival of the parties from a long term historical perspective mainly with regard to political institutions in those six countries. The studies focus on the rules of party games, on the junction between "the right to politics" and "political rights". They reveal the fine-tuning between ideological frameworks and political strategies. They raise questions about the renewal of elites, forms of militant activism, the array of parties' political activities, particularly social ones. They examine the issue of identity construction and political solidarities in the framework of the nation state, or in contradiction with it. As a final point, the book inquires about how party life in those six countries accounts for political transformations: possible democratization of regimes, forms of domination that are played out within those regimes, the emergence of the breakdown of leaderships and finally the rationale behind mobilization and collective action. This book is published with the support of the program on Political Party Development in the Arab World (Algeria, Bahrain, Iraq, Lebanon, Morocco and Yemen) financed by the International Development Research Center (Ottawa, Canada).This publication gathers a series of studies undertaken within this framework. More studies are available on the project's website: www.appstudies.org The opinions expressed in this book are the responsibility of their authors and do not necessarily reflect the opinions of the Lebanese Center for Policy Studies or the International Development Research Center. The chapters in the book have been translated from French and Arabic to English by Nathanel London, Francoise Gillepsie, Nathalie Nahas, Angelique Baino, Jennifer Berry and Assaad Makary.

  • Dès leur arrivée en Syrie, les Francs firent preuve d´une adaptabilité multiforme. Ils intégrèrent des éléments locaux dans leurs armées, palliant ainsi leurs difficultés démographiques, même s´il faut revenir sur l´idée d´une supériorité musulmane systématique. Les armées musulmanes souffrirent longtemps d´un déficit de commandement et ne devinrent cohésives, disciplinées et correctement équipées qu´à partir de Zanki.
    La guerre, très présente, s´était alors déjà réglée, au moins en partie. Les coups de main rapides et la guerre de siège constituaient la majorité des affrontements. Les Francs comblèrent leur retard en matière de poliorcétique. Sur les champs de bataille, servis par un équipement lourd de qualité, leurs cavaliers perfectionnèrent leur charge massive et leur technique de la charge lance couchée; les cavaliers turcs, polyvalents, y répondirent par une discipline et une mobilité plus grandes encore.

  • Des sociabilités de l´écrit aux créations plastiques en passant par les paysages musicaux, les scènes théâtrales ou les itinéraires de cinéastes, la production culturelle au Proche-Orient est riche de ses spécificités et de ses diversités. Elle est intime

  • Avec la reconfiguration territoriale et la mise en place de l´Autorité palestinienne qui ont suivi les accords d´Oslo, puis les bouleversements liés à la seconde Intifada, les orientations et les priorités des ONG palestiniennes ont évidemment évolué, not

  • Les entretiens franco-allemands de Beyrouth. Nul n'ignore le rôle occulte ou déclaré de ces maîtres à penser que sont devenus les orientalistes occidentaux. Nul n'ignore les implications, louables ou critiquables, de leurs recherches dans la perception du monde arabe et musulman et, chemin faisant, dans la conception des politiques de leurs pays à l'égard de ces deux mondes. Ce livre se propose de fournir un éclairage de la question, à partir de contributions d'orientalistes allemands et français, et d'intellectuels libanais. Beiruter Gespräche-Das deutsch-französiche Forum. Niemand kann den offenen oder verborgenen Einfluß von Vordenkern unter den Orientalisten im Westen leugnen.Niemandem können die anerkennenswerten, aber auch abzulehnenden Folgen und Verwicklungen der orientalistischen Forschung auf die Wahrnehmung der arabischen und islamischen Welt verborgen sein, die letztlich die Einstellung und Absichten der Politik gegenüber diesen beiden Welten beeinflussen. Die hier versammelten Aufsätze deutscher und französischer Orientalisten, kommentiert von libanesischen Intellektuellen, hellen diese Zusammenhänge auf. Cet ouvrage inaugure la série des Entretiens franco-allemands de Beyrouth qui sera consacrée à la collaboration scientifique franco-allemande en Orient et qui transcrira le résultat des conférences, ateliers, rencontres..., conjointement organisés par l'Institut français du Proche-Orient (IFPO) et l'Orient-Institut Beirut. Die neubegründete Reihe Beiruter Gespräche-Das deutsch-französische Forum will die wissenschafdiche Kooperation zwischen dem Institut français du Proche-Orient (IFPO) und dem Orient-Institut Beirut (OIB) bei gemeinsamen Kongressen, Tagungen und Projektarbeiten im Orient dokumentieren.

  • Médias et islamisme est un chantier de recherche peu exploré. Lui consacrer une livraison des Cahiers de l´Ifpo se justifie à un double titre. D´une part, parce que depuis le 11 septembre 2001 et dans le sillage de la chute du régime baasiste irakien, l´i

  • Cet ouvrage, qui est le fruit d´une coopération entre l´Ifpo et la Fondation Ford, examine le décalage existant dans la majorité des pays arabes  entre les débouchés de l´enseignement supérieur et les besoins du marché de l´emploi. Sept études de cas sont présentées qui concernent le Maroc, l´Algérie, la Tunisie, l´Égypte, la Jordanie, la Syrie et le Liban.  Toutes soulignent le chômage des diplômés, dont les causes sont multiples et pour partie liées au manque de croissance économique et aux politiques conduites en matière d´enseignement supérieur et de recherche.
    Tous les auteurs signalent le développement quantitativiste de l´enseignement supérieur au détriment de la qualité, son manque de relation avec le secteur privé et ses méthodes pédagogiques passives et déconnectée des réalités professionnelles d´aujourd´hui. Ces auteurs explorent aussi les pistes d´une sortie de crise pour l´enseignement supérieur en relevant tout de même l´amélioration globale des qualifications de la force de travail dans les différents pays.

  • Cet ouvrage trouve son origine dans un colloque, Les patrimoines dans la ville : de la construction des savoirs aux politiques de sauvegarde au Maroc et dans le Monde arabe, organisé les 18, 19 et 20 décembre 1997 à Rabat (Maroc). Jusqu'aux années 1990, l'essentiel des recherches menées sur le patrimoine bâti au Maghreb et au Moyen-Orient portait sur la formation des quartiers historiques, l'architecture domestique des médinas et des centres pré-coloniaux, ainsi que les problèmes posés par leur sauvegarde. Les contributions rassemblées dans cet ouvrage reflètent le changement qui s'est alors opéré dans ce domaine, avec l'ouverture à d'autres approches et d'autres terrains, afin de questionner, dans une optique philosophique, anthropologique ou politique, la notion même de patrimoine, depuis son émergence dans les sociétés européennes jusqu'à sa diffusion planétaire au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Couvrant principalement le Maghreb et le Moyen-Orient, les textes proposés ici re-situent l'état du débat sur les questions de patrimoine à la fin des années 1990, l'attention accordée au legs architectural du passé et à la matérialité des objets s'étant progressivement déplacée vers les processus de patrimonialisation et les constructions culturelles, historiques, politiques, sociales et juridiques qui produisent ces processus. Entre la fin des années 1990 et 2010, la réflexion sur les processus de patrimonialisation a continué de progresser. Cet ouvrage apporte un témoignage clef du développement de la recherche sur ce thème.

  • Conçu à partir de la fin du XIXe siècle, le pôle urbain de Sanayeh valorisait la modernité au sein de l´Empire ottoman. Construit sur des dunes de sable, il représentait un défi de l´homme sur la nature. Ce livre, accompagné d´une série de films, propose

  • En 132/750, les Abbassides s´emparèrent du pouvoir au terme d´un mouvement dénonçant l´injustice des Umayyades. La réforme de l´appareil judiciaire, contribuant à affermir leur légitimité, fut une des réalisations majeures de la nouvelle dynastie. La cent

  • Quartiers « illégaux », « informels », « irréguliers » : les études sur l´urbanisme proche-oriental s´intéressent de plus en plus à ces lieux de la ville où l´habitat contrevient aux règles de la construction et de l´urbanisme. Ces désignations recouvrent

  • L´Orient-Express : du nom d´« un train qui se hâte lentement ». Dès sa naissance, le magazine jouait l´effronterie et la contradiction. Il affichait des ambitions assumées : « être un journal arabe en français », en renouant le lien rompu entre le Liban r

  • Se fondant sur une riche documentation inédite, cette étude montre que, contrairement à l'idée selon laquelle les biens d'une fondation pieuse (waqf) sont inaliénables, de nombreux biens affectés à des waqfs de Jérusalem entre 1858 et 1917 étaient offerts, vendus, spoliés, donnés en héritage ou transformés en propriétés privées, par des voies légales ou illégales. À partir de nombreuses sources de première main (archives conservées en Palestine, en Jordanie, en Turquie, en France, en Allemagne et au Royaume-Uni), l'auteur examine les modalités selon lesquelles, dans le cadre du droit musulman et de la législation ottomane, un bien waqf pouvait changer de statut et devenir une propriété privée. Il met en lumière les stratégies et les procédures par lesquelles différents acteurs ont participé à cette transformation et montre comment, à travers divers types de contrats, les gestionnaires des waqfs, ainsi que les représentants des autorités politiques et religieuses locales, du pouvoir ottoman et des puissances étrangères, ont contribué à s'approprier les biens affectés à ces waqfs dans le cadre d'intérêts personnels ou collectifs. Durant les six dernières décennies ottomanes, le paysage foncier de Jérusalem fut ainsi profondément bouleversé.

empty