• Blanche est l'histoire d'une femme qui découvre un jour qu'elle est blanche dans le regard des autres. Comme elle sait très bien qu'on ne saurait réduire un être humain à la couleur de sa peau, elle s'interroge. Que signifie être Blanche dans le monde tel qu'il va? Elle arpente l'univers des penseurs et artistes du monde noir. Elle écrit, hésitante et fragile, son chemin d'humanité.

    Point de vue de l'auteure
    Blanche est dédié à « toutes celles qui se reconnaitront ». Je crois que ce livre s'adresse d'abord aux femmes blanches, celles qui ont fait la même expérience que moi et ne savent pas que faire de cette chose qui leur est arrivée. J'aimerais que Blanche les aide à sortir de la culpabilité ou de l'empathie tapageuse où cette prise de conscience a pu les enfermer. Blanche s'adresse aussi à toutes celles et ceux (et ils.elles sont nombreux.ses) qui ne sont jamais posé la question de leur blancheur. J'aimerais les surprendre, leur faire découvrir un pan de l'expérience humaine dont ils ignorent tout (ce que ça fait de ne pas être blanc, ce que ça fait de vivre avec les autres quand on sait qu'on est blanc) et les inciter à s'interroger avec moi sur leur place dans le monde. Par extension, Blanche s'adresse à toutes celles et tous ceux que la question raciale intéresse, mais aussi à toutes celles et ceux qu'elle hérisse, puisque le livre aborde le sujet d'un point de vue blanc, mais sans intention défensive, et qu'il tente honnêtement, par le récit et par le dialogue, de contribuer au débat sur la possibilité d'un universel humain.

    L'auteure
    Catherine Blondeau vit à Nantes où elle dirige le théâtre Le Grand T. En 2019, elle a publié chez Mémoire d'encrier son premier roman Débutants.

  • Parue en 1925, cette monumentale histoire de la ville de Saint-Nazaire (plus de 1000 pages) est un véritable monument de l'histoire régionale et l'oeuvre de toute une vie. Elle est due à Henri Moret, qui fut directeur des bureaux de l'administration municipale de Saint-Nazaire, entre 1881 à 1896 et auteur, également, d'une histoire du Croisic.
    Rééditée plusieurs fois en fac-similé, cette Histoire de Saint-Nazaire méritait enfin une nouvelle édition, entièrement recomposée et proposée en trois tomes : Tome Ier : des origines à la Révolution ; Tome 2 : la Révolution ; Tome 3 : du début du XIXe siècle au début du XXe siècle.
    Des mégalithes de la Préhistoire en passant par la bourgade moyenâgeuse partie prenante de la vicomté de Donges, puis de la vicomté de Saint-Nazaire, bien modeste face à ses voisines, les cités prestigieuses que sont Guérande et Le Croisic, simple « havre » idéalement situé, mais pas encore port, le village ne compte que 600 habitant au milieu du XVIIIe siècle et à peine 3.000 à la veille de la Révolution.
    Au travers des diverses archives compulsées, voici reconstruit minutieusement, ce qu'a été le passé ancien de Saint-Nazaire.

  • Parue en 1925, cette monumentale histoire de la ville de Saint-Nazaire (plus de 1000 pages) est un véritable monument de l'histoire régionale et l'oeuvre de toute une vie. Elle est due à Henri Moret, qui fut directeur des bureaux de l'administration municipale de Saint-Nazaire, entre 1881 à 1896 et auteur, également, d'une histoire du Croisic.
    Rééditée plusieurs fois en fac-similé, cette Histoire de Saint-Nazaire méritait enfin une nouvelle édition, entièrement recomposée et proposée en trois tomes : Tome Ier : des origines à la Révolution ; Tome 2 : la Révolution ; Tome 3 : du début du XIXe siècle au début du XXe siècle.
    Dans un saisissant journal nous voilà confrontés aux événements marquants, locaux et nationaux, qui, au jour le jour, se déroulent autour de « Port-Nazaire », de Guérande ou du Croisic, durant ces dix folles années de 1789 à 1799 qui marqueront si profondément l'histoire de la France.
    Au travers des diverses archives compulsées, voici reconstruit minutieusement, ce qu'a été le passé ancien de Saint-Nazaire.

  • Enthousiasmé par le travail réalisé par Anatole Le Braz en Basse-Bretagne avec sa « Légende de la Mort » qui venait d'être publiée, le comte de Parscau du Plessix décide de se lancer, lui aussi, dans le collectage des contes, légendes et croyances populaires de sa région : la Brière et plus particulièrement à Donges et ses environs. Lieu propice aux légendes car en lisière du grand marais de la Brière qui fut partiellement asséché aux XVIIIe et XIXe siècles.
    Publié en 1910, ce volumineux ouvrage a été, depuis lors, laissé dans un injuste oubli. Voilà donc la réédition de ce texte passionnant et incontournable pour le folklore breton de la Loire-Atlantique, entièrement recomposé et présenté en deux volumes.
    Le premier contient : les Revenants ; les Ajournements ; le Charigot ; l'âme sous une forme visible.
    Le second : le Loup-garou ; le Patou de nuit ; la Levrette blanche ; les Fées ; les Lutins ; les Sorciers ; le Diable ; la Chapelle de Bonne-Nouvelle ; croyances, superstitions et histoires diverses.

  • Charles Le Goffic, partant d'une courte nouvelle Jennie Le Huédé qu'il a fait paraître au tome III de « l'Âme bretonne », construit un remarquable roman régionaliste qui, en premier lieu, lui permet une brillante évocation historique du Pays Blanc, - le pays de Guérande et des marais salants. Mais c'est aussi l'occasion de mettre en scène une sombre histoire d'amour, qui s'imbrique entre religion et traditions aristocratiques, dans le droit fil du roman de Balzac : Béatrix. Mais le personnage central du roman, Mme de Sonil, se trouve y camper, en quelque sorte, une précurseuse bretonne de la fameuse Folcoche de Bazin... Avant-propos de Jean André Le Gall, auteur de la biographie de Charles Le Goffic.
    Connu et reconnu pour ces recueils de contes traditionnels et de romans régionalistes, Charles Le Goffic (1863-1932) a su prouver un incomparable talent de « metteur en scène » de la Bretagne éternelle. Il est élu à l'Académie française en 1930.

  • Depuis ses origines, notre ville a subi de nombreuses transformations. Une petite presqu'île rocheuse, au confluent de l'Erdre et de la Loire devint une ville gauloise, se transforma en cité gallo-romaine. Sa cathédrale, ses églises, ses couvents surgiront de terre ; le port s'agrandira, ses ponts franchiront les six bras de son fleuve, les ducs construiront son redoutable château. Les armateurs nantais enrichis la pareront de splendides hôtels. Puis, à la fin du XVIIIe siècle, elle s'adjoindra une moderne ville. [...] En présence de cette grande ville à son apogée, mon but est de faire, un instant, table rase de son état actuel, de reprendre à sa naissance, cette petite presqu'île rocheuse, et, le pinceau et la plume à la main, rebâtir, siècle par siècle, monuments, murs d'enceinte, son port agrandi, ses ponts, maisons de bois, palais et hôtels Louis XV, multiplier ses rues et les élargir, dresser ses places, planter ses boulevards, en un mot, suivre pas à pas, ses transformations monumentales et par une suite d'images, lui faire reprendre progressivement sa physionomie de 1932. [...] Or un objet auquel s'attache un souvenir, à sa disparition, suscite un regret ; un site qui se transforme, réclame un document pour le rappeler ; les transformations comme les morts vont vite et la mémoire de lieux se perd encore plus rapidement ; une description ne remplace pas un dessin fidèle et ne donne pas à elle seule la physionomie frappante d'un quartier disparu... (extrait de l'Avant-propos)
    Alcime Sinan (1875-1947), docteur de son état était aussi un artiste contrarié. Il mettra à profit sa passion de l'histoire, du dessin et de la peinture pour réaliser sur Le Mans, et bien sûr sur Nantes, des ouvrages retraçant le passé de ces villes en texte et en image. Publié en 1935, Le Vieux Nantes, son chef d'oeuvre, n'avait jamais été réédité depuis lors. Cette nouvelle édition entièrement recomposée et abordable en prix, permettra enfin de pouvoir découvrir cet ouvrage extraordinaire - et ses 300 dessins - devenu largement introuvable aujourd'hui.

  • Publié en 1858, ce roman historique foisonnant a pour arrière-plan les tristement célèbres guerres de Vendée, pour décor le pays de Retz et pour scène la tentative de soulèvement des pays légitimistes de l'Ouest (Vendée, Bretagne, Maine), en 1831-1832 par la duchesse de Berry. En effet, la révolution de 1830 avait vu l'abdication de Charles X en faveur de son petit-fils Henri V, mais le trône en avait été « confisqué » par Louis-Philippe d'Orléans...
    Les soeurs jumelles, Mary et Bertha, surnommées « les louves de Machecoul », filles adultérines du marquis de Coudray, ancien Vendéen de l'insurrection de 93, se trouvent prises dans les tourbillons de la préparation de l'insurrection légitimiste... et dans les confusions de leur amour commun pour le jeune baron Michel de la Logerie...
    Il n'est nul besoin de présenter Alexandre Dumas (1802-1870) car depuis près de deux cents ans, ses oeuvres romanesques n'ont cessé de connaître un succès que les médias audiovisuels : cinéma et télévision ont contribué à accroître et mondialiser à travers les diverses adaptations qui en ont été faites. Des Trois Mousquetaires en passant par le Comte de Monte-Cristo, la Tulipe Noire, les Compagnons de Jéhu, etc. les oeuvres majeures, pourtant, occultent nombre de romans moins médiatiques mais tout aussi passionnants tels : la Maison de Savoie, la San Felice, le Trou de l'Enfer, le Bâtard de Mauléon, les Deux Reines et tant d'autres...

  • Publié en 1858, ce roman historique foisonnant a pour arrière-plan les tristement célèbres guerres de Vendée, pour décor le pays de Retz et pour scène la tentative de soulèvement des pays légitimistes de l'Ouest (Vendée, Bretagne, Maine), en 1831-1832 par la duchesse de Berry. En effet, la révolution de 1830 avait vu l'abdication de Charles X en faveur de son petit-fils Henri V, mais le trône en avait été « confisqué » par Louis-Philippe d'Orléans...
    Les soeurs jumelles, Mary et Bertha, surnommées « les louves de Machecoul », filles adultérines du marquis de Coudray, ancien Vendéen de l'insurrection de 93, se trouvent prises dans les tourbillons de la préparation de l'insurrection légitimiste... et dans les confusions de leur amour commun pour le jeune baron Michel de la Logerie...
    Il n'est nul besoin de présenter Alexandre Dumas (1802-1870) car depuis près de deux cents ans, ses oeuvres romanesques n'ont cessé de connaître un succès que les médias audiovisuels : cinéma et télévision ont contribué à accroître et mondialiser à travers les diverses adaptations qui en ont été faites. Des Trois Mousquetaires en passant par le Comte de Monte-Cristo, la Tulipe Noire, les Compagnons de Jéhu, etc. les oeuvres majeures, pourtant, occultent nombre de romans moins médiatiques mais tout aussi passionnants tels : la Maison de Savoie, la San Felice, le Trou de l'Enfer, le Bâtard de Mauléon, les Deux Reines et tant d'autres...

empty